AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Balade nocturne (Feat Kieran N. Blackburn)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Kieran N. Blackburn
The Stone Heart
avatar

Date d'inscription : 15/03/2013
Messages : 29

Capacité(s) : Géokinésie/Persuasion

Camp : Villains&Hybrides

MessageSujet: Re: Balade nocturne (Feat Kieran N. Blackburn)   Sam 13 Juil - 21:52

Dès l'instant où mon regard avait plongé dans celui d'Iseult, c'était comme si mon âme s'était littéralement enchaînée à la sienne pour ne plus jamais s'en défaire. Sans la connaître un seul instant, je m'étais senti comme lié à elle, incapable de m'en séparer. Je la voulais auprès de moi, à tout prix. La voir s'en aller était juste...impossible. Au départ, j'agissais très mal, prenant ce rapprochement que pour une énième pulsion soudaine de la part de ma conscience, mais c'était au final bien plus qu'une simple pulsion. C'était un rapprochement réel mêlé à des sentiments humains que je n'avais jamais pu avoir pour qui que ce soit. Iseult était clairement unique et mon âme l'avait ressenti dès le départ. Ma rencontre avec elle était bouleversante sur bien des termes mais en aucun cas dérangeante. D'ailleurs les changements que cette dernière imposaient à mon existence m'emballaient au point même de me donner envie de les vivre...tout comme j'avais envie de vivre avec elle. Je ne la connaissais que depuis si peu de temps mais j'avais tout de même envie de faire ma vie avec sa présence entourant la mienne. Iseult m'offrait en quelque sorte une façon de récupérer ce que le temps m'avait dérobé, à savoir ma propre vie...mon humanité. Je n'étais plus ce monstre que le temps m'avait fait devenir. Au fond, Iseult était la représentation de ma chance de devenir l'humain que je n'avais jamais pu être, et ce fait me plaisait tellement que je ne me voyais plus vivre sans la présence d'Iseult désormais. Elle était si importante pour moi qu'elle me collait désormais à la peau. Oh Iseult...si seulement elle savait à quel point j'étais fou d'elle. Une preuve flagrante de mon attachement profond envers elle était justement cette visite guidée. N'importe qui aurait pu mener la personne vers les endroits importants d'une ville, pour lui faire connaître chaque recoin de cet endroit, mais je ne l'avais pas fait pour Iseult. Cette importance qu'elle incarnait à mes yeux m'avait mené vers un endroit bien plus important que les lieux d'une banalité déconcertante. Cet immeuble était chargé de symboles et d'histoires. Il avait une signification particulière pour moi et je ne la partageais avec personne...car c'était mon secret. Iseult était la toute première personne que j'osais mener sur mon toit pour montrer toute la majesté de ce dernier et cette vue unique de la ville de New-York qui m'était offerte en restant ici. Elle méritait toute cette beauté et cette magie, non pas le côté banal de chaque visite touristique de la ville. C'était en quelque sorte ce cadeau que je souhaitais à tout prix lui faire, à ma belle Iseult.

Ce que je souhaitais à tout prix partager avec Iseult était pour moi l'image du cadeau parfait, le cadeau qui allait éblouir le regard de ma compagne du soir. Cet endroit avait de l'importance pour moi, une importance capitale que je n'avais jamais pu partager avec qui que ce soit. Iseult était la première personne avec qui je partageais ce secret et même la toute première avec qui je partageais quelque chose. C'était un grand tournant dans ma vie, la première fois que j'osais faire quelque chose de bien pour quelqu'un. Iseult m'avait changé. Elle avait fait de moi un Kieran différent qui ignorait l'égoïsme pour plutôt se ranger dans la générosité, les bonnes choses. Elle avait révélé à ma conscience que je n'étais pas forcément condamné à être une terrible ordure pour le restant de ma vie. Le changement était possible et c'était Iseult qui me l'offrait. C'était pour cette raison que j'avais accepté de la mener jusqu'à mon toit. En devenant aussi importante pour moi en peu de temps, Iseult avait ainsi gagné la clé de mon secret, de ce partage si profond, en étant devenue la clé de mon humanité. Le Kieran humain était né grâce à la présence d'Iseult. C'était le plus beau cadeau que quelqu'un ait pu me faire jusque là. Personne ne m'avait offert un présent aussi beau que celui d'Iseult. La présence de cette dernière avait bouleversé mon existence dans le plus beau des sens et pourtant c'était seulement la première fois qu'on se voyait. Mais une fois suffisait largement pour pouvoir définir la plus belle des rencontres. Un regard m'avait prouvé l'importance d'Iseult alors je n'imaginais pas à quel point cette dernière allait gagner en puissance à l'avenir mais je pressentais à l'avance quelque chose d'une beauté inoubliable et surtout inégalable. Ce que je prédisais pour mon avenir avec elle était grandiose. Si je restais avec Iseult, ma vie allait prendre un tout autre chemin, un chemin qui risquait bien de me rendre mon humanité, et j'avais bien envie de tenter ma chance. Iseult me motivait pour retrouver tout ce que la vie m'avait ôté durant toutes ces années. Elle me motivait en quelque sorte à vivre pleinement ces sentiments oubliés depuis des lustres et cela me faisait beaucoup de bien. Je souriais sincèrement pour la première fois depuis des lustres. J'étais heureux. J'avais l'impression de n'avoir jamais pu autant l'être en présence de quelqu'un qui, pour une fois, n'avait pas été dupé par mes manœuvres dérobées d'escroquerie persuasive...enfin elle l'avait été au début mais la sincérité avait gagné et c'était ce qui comptait le plus dans cette histoire non ?

Je ne voulais pas me séparer d'Iseult...jamais je ne le supporterais...jamais. La perspective d'être sur ce toit me rapprochait d'elle comme jamais et je n'avais pas envie de perdre ça. Dans ma tête pourtant ne cessait de tourner l'idée qu'elle allait prochainement me quitter. J'avais mal, pour la première fois sincère de toute mon existence. Jamais avant Iseult je ne m'étais senti aussi proche de quelqu'un sans le regretter trente secondes plus tard. Elle était réellement importante pour moi et surtout honnête. L'honnêteté de cette fille était plus importante que tout ce que j'avais pu voir dans ma vie. J'avais été gâté par la présence d'immondes ordures ne me prenant que pour une chose alors qu'Iseult me voyait elle comme une personne. C'était complètement différent de toutes mes expériences du passé et c'était ce qui me plaisait. Avec Iseult, je n'avais pas besoin de réfléchir et surtout de chercher à prédéterminer l'instant où elle allait me poignarder dans le dos. Tout était doux avec elle, doux au point de faire fondre mon cœur comme jamais. J'étais sous le charme de la belle, littéralement. Je voulais être avec Iseult pour le restant de mon existence. Je voulais être avec elle et vivre des choses si...belles. C'était à chaque fois le mot qui se répétait dans ma tête. La beauté était la meilleure caractérisation à attribuer à Iseult. Ce mot était parfait pour la décrire. Elle était belle, vraiment belle...tellement belle. Je n'arrêtais pas de m'évader sur sa beauté alors que j'étais incapable de dire ces fameux deux mots que je souhaitais tant lui dire depuis le départ. Je voulais lui déclarer mes sentiments, tout lui dire. Mes paroles étaient romantiques déjà mais quand il s'agissait de lui dire ce que je ressentais exactement, un blocage se générait. C'était incontrôlable. Pourtant je voulais lui parler, je ne rêvais que de ça, mais c'était comme si j'étais pris au piège. J'étais pourtant si heureux. C'était juste terrible de ne pas se sentir capable d'expliquer pourquoi et surtout à quel point j'étais heureux. Pourtant tout était clair. La présence d'Iseult me sublimait, me rendait carrément meilleur alors que je n'avais jamais été aussi humain. Tout était meilleur avec elle, mais mes mots me manquaient pour lui dire que je...oh zut. Je voulais que j'étais proche d'elle, proche au point de rester avec elle, mais je ne pouvais pas lui dire que je...enfin vous comprenez je pense. Ce mot n'était pas dans ma tête. Je ne l'avais jamais appris...jamais vécu. Comment être sûr de la véracité de mes sentiments quand le mot me manquait ? Oh que la vie était terrible. C'était juste, ingérable. Cette situation était clairement insupportable pour moi et tout cela était né à cause de mots que je ne pouvais pas sortir...tout ça pour deux mots. Horrible, n'est-ce pas ?

Le fait de voir Iseult émerveillée comme elle l'était me prouvait qu'elle avait pu percevoir tout comme moi l'âme que ce lieu possédait, cette si belle facette qui m'attirait à chaque fois et qui m'incitait à préserver la vie de cet édifice. Un sourire se dessinait alors sur mon visage. J'étais vraiment envahi par une joie en pleine explosion. Au fond, le fait de partager mon toit avec Iseult me faisait beaucoup de bien. J'étais pour une fois sociable mais surtout humain. L'humanité était si belle quand on en profitait pleinement. Je ne m'en étais jamais rendu compte. Maintenant j'espérais juste une chose, que tout ceci puisse être suffisant pour montrer à Iseult que New York était une ville qui valait la peine d'être connue, non pas pour sa banalité exemplaire pour les touristes mais pour une beauté inconnue que personne ne prenait la peine de contempler. Au fond, peut-être me servais-je du toit pour la convaincre de rester...ou de revenir si elle voulait vraiment partir. Je jouais là mes dernières cartes en montrant les plus belles facettes de cette ville. Je priais juste pour que cela puisse fonctionner et ça avait l'air de fonctionner. Ce qu'elle me disait me le confirmait et dessinait un sourire encore plus fort que celui que j'avais déjà. Je voulais entendre ces paroles. C'était exactement ce que je voulais entendre de sa bouche, à la lettre près. C'était parfait, vraiment parfait. Je ne pouvais pas rêver de mieux que ces mots. J'étais émerveillé, vraiment. J'observais la belle, penchée par dessus le petit muret en train d'observer les passants circuler en nombre dans les rues et sur les trottoirs, mais qui ressemblaient à des fourmis vues de là-haut. J'étais heureux, vraiment très heureux. Mais à la venue de ce "tu gagnes", je fus carrément estomaqué. Je m'attendais à tout sauf à ces mots. Mon regard était noyé dans la surprise je la regardais, ne comprenant absolument rien du tout. Je ne pus comprendre ce qu'elle insinuait qu'en attendant le complément de ses paroles. Le sourire m'envahit pleinement. J'avais clairement réussi à partager avec Iseult ce que je voulais et j'en étais sérieusement ravi.


- L'âme...tu l'as ressentie cette âme...vraiment. Je le vois dans ton regard et tu ne peux pas savoir à quel point tu me touches. Je voulais tant que tu la ressentes. C'était ce que je voulais te faire partager...vraiment...et...ça me touche que cette âme ait pu te percuter, comme cela a pu me percuter à moi aussi.

J'étais heureux et à la fois ému de me rendre compte de ce qui se passait entre nous. C'était tellement magique qu'une étincelle brillante sommeillait désormais dans un coin de mon regard. C'était si beau, si incroyable...si merveilleux. Les mots d'Iseult étaient parfaits, et même à l'exact identique de ce que j'allais lui dire. Elle aussi m'avait fait renaître durant cette soirée et à juste titre. Elle avait fait renaître le Kieran humain qui n'était jamais sorti depuis toutes ces années. Elle avait pu découvrir la lumière que je n'avais jamais pu ressentir, jamais de la vie. C'était bien la preuve du fait qu'elle était unique et aussi la raison qui faisait que je tenais autant à elle.

- Tu as volé l'intégralité de mes mots Iseult...sincèrement je pourrais te dire exactement la même chose.

Je lui souris avant qu'elle m’entraîne vers le côté qu'elle avait préféré observer, une vue splendide de la ville. C'était celle-ci qu'elle préférait mais moi c'était une toute autre chose. Je me retournais peu à peu vers elle, plongeant de nouveau mon regard dans le sien sans quitter sa main.

- La vue que moi je préfère n'est autre que celle que m'offre ce splendide regard que j'ai juste en face de moi.

Je disais ça, ému. Ces paroles étaient belles, mais elles remplaçaient ces mots que j'avais oubliés. C'était grave...de ne pas se rappeler de la magie d'une aussi belle déclaration, surtout au moment de la dire à la femme la plus importante de ma vie : Iseult…

- Quand je plonge dans ton regard, toute la beauté du monde m’ensorcelle d'un seul coup et cette importance que tu m'inspires devient peu à peu une évidence. Tu me fascines tellement Iseult. Je suis sous ton charme...pour toujours.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/04/2013
Messages : 90

Capacité(s) : Télékinésie non maîtrisée

Camp : Neutre

Feuille de personnage
Activité RP: 2 sujets en cours
Mode RP: Je ne prends pas de nouveaux sujets pour le moment.
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Balade nocturne (Feat Kieran N. Blackburn)   Jeu 25 Juil - 16:01

Je refusais de libérer mon compagnon.  Je continuais de tenir sa main tout doucement et de la caresser discrètement.  Je n'avais pas envie de rompre ce contact car il m'était essentiel, tout comme la présence de Kieran à mes côtés l'était rapidement devenue elle aussi.  Kieran m'avait fait renaître.  Grâce à lui je débutais une nouvelle vie, j'ouvrais les yeux pour la toute première fois sur ce monde qui était le mien -le nôtre- depuis tant d'années et que je n'avais jamais pris le temps d'admirer et d'apprécier.  Mon corps et mon esprit reprenaient vie.  Mon cœur battait la chamade, mes joues s'empourpraient pour des riens et ô joie! je conservais cette délicieuse sensation que j'avais de planer sur un nuage.  Autant New-York grouillait de vie, autant celle qui s'animait à l'intérieur de moi se faisait plus présente que jamais.  Une vie que j'avais longtemps cru endormie... voir même inexistante.  Tout mon être vibrait.  Bizarrement, j'étais à la fois survoltée et apaisée.  Des sensations radicalement contradictoires mais qui ne me déboussolaient guère. Cet afflux continuel de sentiments et d'émotions me réanimait.  Je sortais enfin de mon placard, de la prison que je m'étais forgée depuis si longtemps, de cette vie de contraintes et d'obstacles que je m'étais façonnée avec tant d'ardeur et d'énergie.  Plus je vivais ces émotions, plus je m'éveillais et par conséquent, davantage j'en désirais.  En moins de deux ou trois heures, j'avais vécu les plus beaux moments de toute une vie.  Je refusais que ça cesse, j'en voulais encore, j'en réclamais toujours plus parce qu'une fois qu'on y avait goûté, on ne souhaitait pas que ça s'arrête.  

Mon cœur fit un énième bond de travers quand j'appris que la vue que préférait Kieran se situait sur ma figure et non pas à quelque part dans la ville, comme je l'avais supposé.  Ce qu'il me révélait avait de quoi faire fondre les plus grands glaciers du monde.  Rien ne pouvait résister à des paroles aussi belles et aussi sincères que celles qu'il venait tout juste de me dévoiler.  J'étais complètement sous le choc.  La réponse qu'il m'avait faite m'avait profondément secouée, tellement secouée que je restais sur place, mes yeux plongés dans les siens, ma main tenant mollement la sienne, mes lèvres légèrement entrouvertes tant la surprise m'avait laissée sans voix.  J'étais paralysée physiquement mais mon esprit lui, s'activait comme jamais.  Il me repassait sans arrêt les mots que Kieran m'avait soufflés, comme s'il voulait s'assurer que je les avais bien compris et assimilés.  Un processus inutile puisqu'il ne faisait pas de doutes; j'avais bel et bien compris!  La preuve se retrouvait d'ailleurs en cette espèce d'immobilité qui sévissait depuis quelques secondes sur l'ensemble de mon corps et qui m'empêchait de réagir aux douces paroles de mon ami.  

Une douzaine de secondes me furent nécessaires avant que je puisse enfin remuer et réagir.  Une douzaines de secondes qui me parurent une éternité si longue que la gêne ne tarda pas à m'envahir, me donnant la sensation que j'allais cafouiller mes remerciements si je ne me ressaisissais pas immédiatement.  Pire, j'étais maintenant aux prises avec une envie folle de me jeter sur Kieran pour l'embrasser.  Je sentais mes joues rougir et devenir brûlantes, j'avais même l'impression que de légers tremblements s'étaient emparés de mes mains pour les secouer discrètement.  Est-ce que toutes ces réactions étaient réellement en train de se produire?  Honnêtement, je l'ignorais.  Je tentais surtout de ne pas m'y attarder parce que je craignais de perdre le contrôle si elles s'avéraient être vraies, chose que je ne souhaitais absolument pas qu'il se produise, surtout en compagnie de Kieran.  Il fallait que je me calme, et vite!  Mon cœur battait beaucoup trop rapidement!  Mais comment y parvenir quand tout ce que je désirais c'était que Kieran me tienne dans ses bras?

- Je... je ne m'attendais pas à cette réponse-là...  Pas du tout!  J'étais persuadée que tu allais m'emporter vers un des quatre côtés du bâtiment et m'expliquer les raisons de ton choix...

Je souriais doucement, émue et bouleversée.

- Merci beaucoup... Kieran...

Ma main pressa la sienne, en appui à mes dires.  S'en suivi un moment de gêne qui me pétrifia à nouveau, qui me figea sur place, m'obligeant à ne rien faire d'autre que de fixer mon ami.  L'envie de me blottir tout contre lui devenait si oppressante qu'elle me coupait le souffle et m'étourdissait.  Je ne savais pas quoi faire.  Je ne savais jamais quoi faire avec Kieran.  À tout coup je me retrouvais totalement déboussolée, démunie et terriblement désireuse de me coller à lui.  Rien que par sa présence et son sourire, Kieran me comblait de bonheur.  Je n'osais imaginer ce que pourrait faire l'effet de ses bras autour de mon corps.  À mon avis, j'en perdrais assurément tous mes moyens tant j'étais fébrile.  Je devais me ressaisir et réagir avant que mon ami ne commence à se poser des questions. Je ne voulais pas créer de malaise ni lui faire regretter ses belles paroles.  Au contraire, je souhaitais qu'il continue.  Il fallait à tout prix que je me bouge et que je sorte de cette torpeur qui me gelait sur place.

- Pardonne-moi... c'est la première fois qu'on me dit d'aussi belles choses... je ne sais pas du tout comment réagir...  Tout ceci est très nouveau pour moi...

Un faible rire s'échappa d'entre mes lèvres tandis que je secouais la tête en signe d'impuissance.  J'espérais que Kieran allait comprendre à quel point ses mots m'avaient profondément touchée.  J'espérais aussi qu'il allait être assez indulgent envers moi et me pardonner pour m'être littéralement statufiée devant lui lors de sa révélation.  J'étais mal, j'avais peur.  Plein de craintes traversaient mon esprit à une vitesse vertigineuse.  J'avais peur d'avoir commit une bourde en ne réagissant pas immédiatement à ses propos.

- Je pense... que tu as un effet très puissant sur moi, Kieran...  une emprise que je ne parviens pas à m'expliquer.  Ça me terrifie et ça me séduit en même temps.  Tout n'est que contraction dans ma tête, depuis que je t'ai rencontré.  Je me sens jetée de tous bords tous côtés... Ce n'est rien de déplaisant, bien au contraire, tu me fais vivre! Je suis tellement bien quand je suis avec toi... je n'ai pas envie que ça s'arrête...  Je ne veux pas que tout ceci se termine... je...  j'ai besoin de ça tu comprends?

Je pressais sa main entre les miennes sans le quitter des yeux.  Je voulais qu'il comprenne que mon besoin était autant physique que psychologique.  Mon corps tout entier réclamait Kieran. Je voulais pouvoir continuer de le toucher tout comme je souhaitais l'entendre me souffler tous ces merveilleux compliments qui me faisaient tant de bien.

- Reste avec moi, ce soir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran N. Blackburn
The Stone Heart
avatar

Date d'inscription : 15/03/2013
Messages : 29

Capacité(s) : Géokinésie/Persuasion

Camp : Villains&Hybrides

MessageSujet: Re: Balade nocturne (Feat Kieran N. Blackburn)   Mer 31 Juil - 0:46

Chaque année de ma fichue existence n'avait été qu'une succession de mensonges qui, les uns après les autres, avaient brisé mon cœur pour que je ne ressente plus réellement grand-chose. Seulement quelques heures passées avec Iseult avaient pu me libérer de ce fardeau qui m'avait détruit durant tout ce temps. Grâce à elle, j'avais la chance de me sentir peu à peu en train de devenir l'humain que je n'avais été. C'était comme si toutes ces années passées avant elle ne correspondaient pas à une existence saine. J'étais véritablement né ce soir splendide où j'avais pu faire la connaissance d'Iseult au point qu'elle devienne en très peu de temps la femme la plus importante de ma vie, même si mes mots pour le dire échappaient à ma conscience. Elle était tout pour moi, vraiment, et je caressais l'espoir de pouvoir la garder auprès de moi pour toute la vie, malgré le fait que cette future séparation n'était pas un bon signe. Le fait de savoir qu'elle allait s'éloigner de moi, même si ce caractère n'était peut-être que temporaire, me faisait pas mal souffrir, à un point que je n'admettais pas du tout. Les battements de mon cœur étaient terriblement affectés par cette seule nouvelle. C'était comme si une main serrait mon cœur pour l'empêcher de fonctionner et je combattais cette horreur. Je n'aimais pas ce que je ressentais. Dans mon esprit, j'étais en train de fonder ma vie avec cette femme mais le destin avait envie de me séparer d'elle. C'était terriblement inconcevable à mes yeux. Il m'était simplement impossible de croire que je pouvais perdre ma perle rare alors que je venais à peine de la rencontrer ce soir. C'était pour cette raison que je l'avais emmenée ici, sur ce magnifique toit, dans le but de lui faire partager ces choses que je ne disais habituellement à personne. J'offrais à Iseult de l'importance pour montrer que je tenais énormément à elle, et que je souhaitais la garder auprès de moi. Mon cœur voulait s'unir à elle même si ces deux fichus mots n'étaient toujours pas là. Je voulais lui faire ma déclaration, mais je passais sans cesse dans la voie du romantisme poétique étendu plutôt que de simplement dire à quel point mon cœur était attaché à elle. Tout cela était à cause de ces simples deux mots égarés, les mots maudits mais pourtant si beaux. J'avais besoin d'eux, de les découvrir à tout prix, mais je n'y parvenais pas. D'une part, je les maudissais pour ne pas siéger dans un coin de ma tête mais je m'en voulais à moi aussi pour me sentir aussi impuissant dans cette histoire. Le bonheur parfait avait frappé à ma porte et je ne pouvais même pas le dire comme je le souhaitais.

Iseult possédait le regard le plus fascinant de cette planète. Le fait de plonger à l'intérieur de ce dernier était une évasion vers une galaxie lointaine. Toute cette beauté m'hypnotisait mais ce charme m'apaisait énormément au point que je ne me sente plus capable de vivre sans cela. Elle me procurait les plus beaux sentiments de toute ma vie. Chaque seconde s'écoulant me rendait de plus en plus proche d'elle. Je ne pouvais tout simplement plus me séparer d'Iseult car mes sentiments étaient d'une puissance inégalable. Ce que je ressentais était bien trop fort pour y mettre un terme en un claquement de doigts. Elle était essentielle à la poursuite de ma vie à présent. Tout était désormais lié à elle. Si elle était avec moi, je me sentirais bien. Si par contre je la perdais, je ne donnerais pas cher de ma peau. J'allais redevenir comme avant et tout ce boulot n'aurait pas servi à grand-chose. Cela aurait été inutile. Cela n'aurait été qu'un boulot entièrement gâché, un intense drame qui achèverait ce semblant d'âme que je n'avais pas encore perdu. Grâce à Iseult et à elle seule, l'humanité était prête à me prendre dans ses bras et à ne plus me lâcher. J'avais envie de lui laisser une chance. J'avais passé tant d'années à être cette petite ordure se fichant de tout ce qui se trouvait autour de lui. Iseult me changeait et cette facette de moi-même me plaisait énormément. Je commençais à prendre du plaisir à poursuivre ma vie et je pouvais remercier Iseult de ce cadeau si important. C'était pour cela que j'avais dérobé la réelle réponse attendue à sa question pour lui offrir ma vision de cette dernière. Je n'allais pas lui expliquer la vue préférée dans ce bâtiment mais plutôt la plus belle vue de mon existence. Iseult avait bouleversé mon existence et elle méritait de le savoir, de la plus magnifique des façons. Je n'allais en aucun cas retenir mes mots, jamais de la vie. Iseult ne s'attendait absolument pas à cette réponse. Je l'avais surprise et l'idée d'avoir provoqué cette stupéfaction me fit sourire. J'étais profondément touché mais surtout heureux de voir que mes paroles avaient pu atteindre son cœur et l'émouvoir. La voir ainsi m'attachait de plus en plus à elle. Vraiment je ne pouvais plus vivre sans elle. Plus jamais je ne pourrais dessiner le profil d'une vie sans Iseult à mes côtés. C'était tout bonnement impossible désormais.

Je pris le temps de lui parler de nouveau, même si on sentait dans ma voix que j'étais également bouleversé par les paroles que j'avais dites. Je me dévoilais de plus en plus, mais toujours sans ces deux mots.


- Cette réponse que je t'ai offerte est le reflet de ce qui se situe dans mon cœur. Je suis profondément attaché à toi. En si peu de temps, tu es devenue une pièce essentielle à ma vie. Plus le temps passe et plus je dessine un profil d'existence à tes côtés, en me sentant incapable de vivre sans toi. Je ne te connais que depuis peu de temps et pourtant, dans mon esprit, c'est comme si je te connaissais depuis toujours. C'est tellement incroyable ce que je ressens mais c'est surtout tellement beau. Mon cœur chante pour toi Iseult. Il chante si fort...une mélodie que je n'ai jamais entendue, une mélodie unique...mon attachement pour toi, un attachement éternel et sans fin rien que pour toi.

En disant tout cela, je demeurais incroyablement ému. Devant Iseult, je ne cessais de me dévoiler. La sincérité de mon âme était devenue une évidence. J'avais des sentiments, tout au fond de mon cœur, et je ne cessais de les dévoiler, sans retenue. Il était clair qu'Iseult était devenue importante pour moi, à un point que je ne parvenais pas à jauger pour le moment. La magie émotionnelle qui subsistait entre nous était très puissante. Qu'il s'agisse d'elle ou bien de moi, nous étions très émus. Ce détail sautait littéralement aux yeux. Ce moment était intense. Il était incroyablement intense autant par les sentiments que par son importance. C'était notre première rencontre, notre toute première rencontre. Les premières fois avaient toujours ce côté inoubliable qui la gravait dans notre mémoire. Une chose était sûre, jamais je n'allais oublier ce jour béni où j'avais pu faire connaissance avec Iseult. Ce jour, à lui seul, avait pu bouleverser toute mon existence. Iseult avait bouleversé toute ma vie en une seule soirée et j'avais envie de continuer de vivre cela, pour le restant de mes jours. Je voulais continuer à la connaître, à être avec elle, à me sentir aussi vivant…à être bien. J'avais besoin de tout cela...mais surtout besoin d'elle à mes côtés. Rien que le fait de ressentir ma main pressée dans la sienne me procurait des frissons intenses. C'était comme si tout mon corps ressentait la douce pression concentrée uniquement sur la main. C‘était la preuve de tout l‘effet qu‘elle me faisait.

- Je suis rapidement devenu dépendant de ta présence Iseult. Tu es essentielle à ma vie...je ne cesse de le répéter mais c’est une pensée sincère et véritable. Tu me donnes l'occasion d'être enfin humain et jamais je n'avais pu ressentir une chose pareille avant toi. Tu m'as offert le plus beau des présents. Tu es...unique...tellement unique que tu me bouleverses, dans le plus positif des sens. Je n'ai pas envie de me séparer de toi...surtout pas maintenant alors qu'à chaque seconde je continue de comprendre à quel point tu m'es précieuse. Tu m'es tellement précieuse Iseult. Je ne veux pas te perdre...non...

Rester avec elle était mon souhait le plus cher et à priori Iseult le partageait elle aussi. L'évidence était alors claire. Nous allions rester ensemble ce soir, juste elle et moi. Hors de question qu'on se sépare alors que nos consciences le refusaient clairement. Il fallait à tout prix que l'on reste ensemble. C'était essentiel autant pour elle et moi. Il ne fallait pas que tout ceci prenne fin aussi vite. Ce serait inhumain et surtout terriblement insupportable.

- Il est hors de question de voir tout ceci s'arrêter...hors de question. J'ai...j'ai besoin de toi. Je ne veux pas me séparer de toi ce soir. Je veux rester avec toi et ne pas te lâcher, même si tu dois me trainer les jours qui suivent parce que je refuse de te laisser partir... Restons ensemble Iseult. Poursuivons cette soirée ensemble, toi et moi.

J'étais très heureux de pouvoir poursuivre cette soirée avec elle. Cela prolongeait autant mon plaisir que mon bonheur. J'étais comblé d'être en sa présence, et les options qui s'offraient à nous me plaisaient énormément. Ces perspectives de magie étaient magnifiques à l'avance alors que je ne les vivais pas encore.

- En plus, plusieurs options s'offrent à nous pour cette soirée. On peut très bien rester ici et s'étendre pour contempler les étoiles. Mais il est aussi possible d'aller à l'intérieur pour être à l'abri et visiter la demeure en détail. En plus on peut faire ça sans se soucier d'éventuels visiteurs car je suis le seul à rester ici. On a aussi la possibilité de retourner éventuellement dans les rues de la ville pour que je te montre d'autres choses. Sinon, on peut très bien faire autre chose. Je suis prêt à tout tant que cette chose te fait plaisir et te comble de bonheur. Ce qui te plaira à toi provoquera forcément mon sursaut de joie à moi. C'est à toi de décider. lui dis-je avec un beau sourire.

Ce dont elle aurait envie allait forcément me combler. J'étais prêt à me plier à tout ce qu'elle souhaitait, vraiment tout, même si l'envie d'Iseult ne figurait pas dans mes propositions personnelles. Tant que je restais avec elle, la soirée allait être magique, donc par conséquent je lui laissais le contrôle des événements, car pour moi tout était déjà parfait entre nous deux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/04/2013
Messages : 90

Capacité(s) : Télékinésie non maîtrisée

Camp : Neutre

Feuille de personnage
Activité RP: 2 sujets en cours
Mode RP: Je ne prends pas de nouveaux sujets pour le moment.
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Balade nocturne (Feat Kieran N. Blackburn)   Mer 7 Aoû - 12:41

J'enviais énormément Kieran d'être capable de me dévoiler ses sentiments avec autant de spontanéité.  Je n'avais malheureusement pas la même facilité que lui pour exprimer ce que je ressentais et c'était très frustrant.  Les mots se bousculaient au bord de mes lèvres mais refusaient de sortir.  Pourtant j'avais tant de choses à lui révéler moi aussi!  Mais au lieu de m'exprimer comme je le souhaitais, je demeurais plantée sur place sans rien faire d'autre que de le fixer d'un air hébété.  J'étais carrément sciée par les confidences de mon camarade.  Chacun de ses mots me percutait violemment.  Nous nous connaissions depuis à peine quelques heures mais à mes yeux, c'était comme si des années s'étaient écoulées.  Tout était si facile entre nous!  Il n'y avait aucune barrière, aucune gêne, aucune retenue et Kieran en était un bel exemple en me révélant tout ce qui se trouvait dans son cœur et son dans son âme.  Autant j'étais charmée par ses belles paroles, autant j'étais terrifiée par ce qu'elles impliquaient. J'avais beau ne pas avoir vécu d'expériences amoureuses, je n'étais pas stupide non plus.  Les mots de mon ami dépassaient largement ce qui qualifiait une simple amitié.  Ils étaient beaucoup trop lourds de sens pour ça.  C'était sans aucun doute pour cette raison que j'étais incapable de réagir.  Parce que je comprenait ce qu'elles impliquaient et où tout ceci pouvait nous mener.

- Je serais portée à dire que tu n'as absolument aucune idée de comment je me sens en ce moment mais je sais très bien que c'est faux.  Tu le sais, tu le vis simultanément avec moi.  C'est ce qui est si magnifique je pense... Cette nouveauté de se sentir si bien, de flotter, d'avoir enfin le droit à un peu de bonheur, elle s'applique autant à toi qu'à moi.  Dans cette relation, nous sommes égaux.  J'ai besoin de toi autant que tu as besoin de moi.  Mettre fin à tout ceci serait complètement absurde.  En même temps, c'est tellement... nouveau, justement, que ça fait un peu peur aussi...  Je n'arrive pas à décrire ce qui est en train de se passer entre nous Kieran.  Je sais par contre que c'est magnifique et que jamais, jamais je n'ai vécu quelque chose d'aussi beau.  Je n'ai pas envie que ça s'arrête...

Oh que je souhaitais me blottir dans ses bras en cet instant!  J'en avais réellement très envie mais c'était trop tôt.  Je ne voulais pas bousculer les choses.  Je voulais prendre mon temps, ne pas sauter d'étapes, apprivoiser ces émotions nouvelles qui m'habitaient, apprendre à les gérer, à les savourer pleinement sans tracas ni craintes.  Il était en train de naître, entre Kieran et moi, une relation amoureuse très puissante.  Une relation qui, je le sentais, allait être inébranlable.  La plus belle de toute une vie.  Une relation qui n'allait possiblement jamais être entachée, qui n'allait jamais défaillir, qui, au contraire, n'allait que se renforcer avec le temps.

- L'idée de passer la nuit avec toi me plaît énormément.  J'aime tes idées.  Peut-être que nous pourrions toutes les intégrer dans notre horaire nocturne?  J'aimerais bien observer les étoiles...  Mon ciel étoilé me manque...  C'est en partie pour cette raison que j'étais à Central Park ce soir.  Pour tenter de retrouver un peu de mon chez-moi...

Maintenant étendue sur le toit, non loin de mon ami, je fixais les cieux, fascinée.  En aucun temps je n'avais lâché sa main.  Je la tenais fortement serrée dans la mienne, mon index pointé vers le ciel pour lui indiquer certaines constellations.
 
- La grande ourse, la petite ourse... et au bout de sa queue il y a l'étoile polaire...  On ne les voit pas très bien d'ici vu les lumières de la ville...  Mais elles sont bel et bien là.  D'où je viens... là-bas, la nuit, il fait très noir.  Il m'arrive parfois de me balader en forêt passé minuit.  Non loin de chez moi se trouve un tout petit lac niché dans le creux des montagnes.  C'est un endroit passablement dégagé d'où on peut très bien observer la voûte céleste.  Je m'étends sur le gros rocher qui surplombe l'étendue d'eau et je regarde les étoiles.  De cet endroit, le ciel semble si près qu'on a l'impression qu'on pourrait le toucher juste en levant la main en l'air, comme je suis à le faire actuellement.  Ça peut paraître étrange dit comme ça... mais si tu y étais tu comprendrais...

Je souriais rêveusement en y songeant, replaçant par le fait même nos mains jointes sur le sol.

- C'est complètement l'opposé d'ici.  Le brouhaha des voitures est remplacé par le clapotis de l'eau, par le fracas de la chute contre les rochers, par tous les sons et les bruits bizarres que recèle la nuit.  Parfois ça peut sembler effrayant mais, va savoir pourquoi, ça ne me fait pas peur.  C'est un autre monde, un autre genre de jungle...  À mes yeux, c'est un peu comme un petit paradis...

En prononçant ces derniers mots, j'avais tourné ma tête vers Kieran.  Il m'observait attentivement, en silence.  Depuis combien de temps?  Je l'ignorais.

- Tu passeras me voir, quand tu pourras.  Je t'y amènerai...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran N. Blackburn
The Stone Heart
avatar

Date d'inscription : 15/03/2013
Messages : 29

Capacité(s) : Géokinésie/Persuasion

Camp : Villains&Hybrides

MessageSujet: Re: Balade nocturne (Feat Kieran N. Blackburn)   Sam 10 Aoû - 20:45

A l'intérieur de mon cœur brûlait une flamme, cette si belle flamme qu'Iseult avait su ranimer en entrant dans ma vie. Depuis que je la connaissais, mon cœur n'avait jamais cessé de chanter une si douce mélodie sur laquelle je ne pouvais pas mettre un seul nom pour le moment. Iseult avait un effet magique sur mon âme et m'inspirait un intense romantisme. Toutes les plus belles paroles de l'univers sortaient de ma bouche. Je décrivais Iseult avec un romantisme qui n'avait jamais pu faire partie de moi. Elle était la plus belle rencontre de toute ma vie et je ne me privais pas pour lui dire, même si les mots les plus essentiels étaient encore à des kilomètres de mon crâne. Pourtant, je rêvais de pouvoir lui dire à quel point je tenais à elle, avec cette si belle sincérité et surtout l'entière beauté de mes sentiments. Malheureusement, j'en étais actuellement incapable uniquement parce que mon cerveau ne connaissait pas ces mots pour ne les avoir jamais ressentis. Je les avais peut-être entendus, dévoilés par n'importe quel humain de cette planète, mais le fait de n'avoir jamais pu ressentir ses mots m'empêchaient de les mémoriser avec constance. C'était pour cette raison que je passais pour un bel idiot. Tout le romantisme était en moi mais il me manquait deux mots pour pouvoir sceller cette beauté pour toujours et surtout garder Iseult auprès de moi. Je refusais de la perdre car j'avais peur de ne plus être moi-même après son départ. Je ne voulais vraiment pas la voir s'en aller et ne plus jamais la revoir durant tout le reste de mon existence. J'avais vraiment peur. J'avais simplement besoin d'Iseult auprès de moi. Je la voulais...oh oui je la voulais. Je me sentais terriblement responsable de ne pas pouvoir me rappeler de ces mots que chaque personne disait dans sa vie, mais que moi je n'avais jamais pu dire ne serait-ce qu'une seule et unique fois. A cause de ce fait, je me sentais complètement idiot face à Iseult, en disant les plus beaux mots de l'univers en dehors de ceux que je cherchais depuis le départ. J'étais un magnifique idiot connaissant tout le romantisme de l'univers sauf évidemment les mots qui lui manquaient toujours et ce fait me torturait. Je souffrais intensément d'une façon trop insupportable. J'avais mal de ne pas pouvoir dire à quel point je tenais à Iseult et j'avais peur que ce fait me sépare d'elle.

Fixé sur Iseult, mon regard était charmé par sa beauté et surtout incapable de s'en défaire. La regarder était un instant que j'appréciais par dessus tout et dont je ne souhaitais absolument pas me priver. Son âme était d'une beauté troublante qui ne me laissait pas indifférent. A chaque fois que je l'écoutais, j'étais sous le charme de ce qu'elle disait. Ses mots étaient pour moi les plus beaux de toute une vie. Même si, pour être honnête, chaque parole venant d'Iseult pourrait me charmer de la même façon. L'essentiel dans cette histoire était le fait que je pouvais continuer de la regarder et de la dévorer des yeux toujours avec cette insistance mais surtout cet attachement profond qu'elle m'inspirait. Mon corps était toujours sur ce toit mais mon âme naviguait dans des contrées lointaines que je n'avais jamais pu découvrir jusque là. Les beautés de la vie me frappaient les unes après les autres. Tout était splendide, et bien plus magnifique. C'était comme si mon regard sur le monde avait pu changer et devenir tout autre. Il me permettait de voir ces choses que je ne regardais pas auparavant. J'étais un tout autre homme à présent, un homme qui parvenait à dédier une certaine importance à une femme alors qu'il les avait toujours considérées comme des morceaux de viande à déguster à chaque fois qu'on en avait envie. Iseult était importante pour moi. Elle était la plus belle femme de cet univers, la plus belle des âmes, la plus charmante. Les superlatifs ne manquaient pas pour décrire la belle Iseult. Ce n'était pas comme ces fichus mots que je ne trouvais pas. C'était insupportable, vraiment. Je voulais juste parler et enfin lui dire le fond de ma pensée mais j'en étais incapable. Pourtant, ce n'était pas l'envie qui me manquait. Je voulais parler à Iseult, excité à l'idée de pouvoir enfin lui dire à quel point elle était importante pour moi mais je n'y parvenais pas du tout. Je restais pétrifié...complètement pétrifié. C'était terrible. A l'intérieur de moi-même mon impuissance provoquait une rage sérieusement désagréable. J'en avais assez de me sentir incapable de lui dire ses deux mots. J'avais conscience du fait que j'avais eu un coup de foudre pour Iseult mais il me manquait ces deux simples mots pour pouvoir dire à quel point je tenais à elle. Cette injustice était profonde et insupportable. J'en avais assez de la vivre.


- Oh Iseult...si tu savais à quel point je tiens à toi. Nous venons tout juste de nous rencontrer mais pourtant tu es devenue essentielle à la poursuite de mon existence. La beauté de ce qui nous arrive est exceptionnelle et surtout indiscutable. Je suis sous ton charme. Depuis que tu es entrée dans ma vie, mon cœur chante son bonheur. Tu as ranimé une flamme qui est toujours restée en sommeil à l'intérieur de moi. Ce sentiment qui m'envahit est extrêmement puissant. Jamais je n'ai ressenti cela jusque là. Tu ne peux pas savoir à quel point ça me fait du bien de me sentir aussi heureux. Je me sens bien avec toi. Je suis un homme comblé et surtout de nouveau humain. Je suis envahi par un bonheur de vivre que je refuse de perdre. Tu m'as offert sans doute le plus magnifique de tous les présents. Je n'ai jamais vécu quelque chose d'aussi beau. Je n'ai pas envie de te perdre Iseult. J'ai envie de rester à tes côtés Iseult, pour toujours. Je rêve de projets de bonheur si doux. Crois-moi...je suis tellement attaché à toi ma chère Iseult. Je me sens si bien avec toi. Tu es importante...essentielle. Je refuse de te perdre. Je ne pourrais jamais supporter une vie sans toi. Je...je...suis profondément attaché à toi.

La fin de ce discours n'était pas le reflet de ce que je souhaitais. Cette dernière phrase n'était en aucun cas ce que je voulais dire. J'avais en effet tenté une nouvelle fois de dire ces fameux mots qui me manquaient, mais cela n'avait bien entendu servi à rien du tout. J'étais encore une fois resté muet, pour changer et je n'en pouvais plus de tout cela. Il suffisait de voir mon regard. C'était celui du parfait égaré bloqué par des mots restés sur le bout de sa langue et qui s'en voulait d'être aussi idiot. Au moins...je pouvais dire que la présence d'Iseult me consolait un peu. Même si ces fameux mots restaient à des kilomètres de mon cerveau, Iseult était toujours là auprès de moi et la perspective de passer la nuit avec elle me faisait littéralement fondre de bonheur. Grâce à Iseult, je venais d'atteindre le Paradis.

Je l'écoutais me parler, des étoiles, de chez elle, de toutes ces beautés. Je me perdais dans ses paroles, car mon regard n'était concentrée que sur sa figure. Je la dévorais littéralement des yeux. Ce qu'elle me disait était magnifique, mais je ne pouvais vraiment pas m'empêcher de la regarder. Je la laissais parler alors que j'étais hypnotisé par la beauté de sa figure qui me subjuguait à chaque fois. J'étais sous son emprise et j'adorais cela. A tout coup Iseult décrochait mon sourire et ce dernier ne me quittait pas une seule seconde. Cette soirée avec elle était magique en tout point. J'étais heureux pour la plus sincère des premières fois et surtout sans regretter de l'être. Iseult était unique et surtout la seule personne à parvenir à me mettre dans cet état, d'une façon sincère et véritable. Au fond, c'était la première personne qui parvenait à attirer mon intérêt sans qu'il ne décline. La beauté de mes sentiments était incroyablement puissante et surtout indiscutable. Iseult était la femme que mon cœur avait choisi. L'humanité m'avait offert le plus beau des sentiments dont j'ignorais désespérément le nom.


- Quand j'étais enfant, j'étais sans cesse à la recherche de paysages tels que ceux que tu me décris en me parlant de là où tu habites. Je me suis souvent réfugié dans la nature pour fuir ceux que je croyais être mes parents...car j'avais l'impression que la Terre elle-même avait une âme plus intéressante qu'eux. C'était mon refuge, dans ma première maison. Au départ, je n'habitais pas ici, du moins dans cette ville de New-York. Là où j'habitais, la verdure était bien plus intense, paradisiaque même. Je m'y réfugiais sans cesse parce que mon âme se sentait en paix là-bas et aussi parce que cela me donnait l'occasion de fuir ma mère...enfin celle qui se prenait pour ma mère plutôt. J'aurais tant aimé pouvoir t'emmener dans cet endroit, que tu puisses voir cette beauté qui m'a réconforté tant de fois. Malheureusement ce n'est plus possible. La cruauté humaine a assassiné la beauté qui y régnait. Ils ne pensent qu'à construire leurs logements, encore et encore...mais la faune et la flore en souffrent. Je trouve ça injuste. Cet endroit avait une beauté que je n'ai jamais pu retrouver ailleurs...je regrette sa destruction. J'aurais vraiment aimé te montrer ce havre de paix si ces fichus constructeurs n'avaient pas tout détruit...  dis-je, le regard rempli d'une tristesse nostalgique.

Ce morceau de mon histoire, Iseult était la première à l'entendre. Je ne l'avais jamais dévoilé à qui que ce soit. J'observais Iseult, tenant toujours ses mains dans les miennes. Mon bonheur était intense en sa présence. Pour la première fois de mon existence, je ne regrettais pas ce qui m'arrivait. L'endroit où Iseult habitait me séduisait. Il avait l'air magnifique et cela me donnait envie d'y aller.


- L'endroit où tu habites, tel que tu me le décris, semble réellement magnifique. Cela me donne envie d'y aller. Sincèrement, je serais honoré de pouvoir venir te voir là-bas et ainsi voir de mes yeux ce charme que tu m'offres dans tes mots. La nature, les étoiles...tout doit être bien plus beau là-bas. J'adorerais voir ça, sincèrement. dis-je en souriant.  Peut-être que je parviendrai à tomber sous le charme de ce lieu tout comme j'ai pu tomber sous ton charme à toi. Si ce lieu est aussi charmant que toi, je crois que mon cœur n'a pas encore fini de chanter.

Je me rapprochais d'elle, osant même la toucher en laissant mes doigts naviguer sur son corps. La toucher provoqua quelques frissons en moi mais cela n'avait rien de négatif. Au contraire, c'était un plaisir que de pouvoir sentir sa présence aussi proche de la mienne. Je n'étais pas entreprenant au point d'accélérer les choses. J'aimais juste la caresser, lui montrer ma proximité. Je n'étais pas là pour la presser et encore moins pour détruire notre relation en laissant les choses se dérouler beaucoup trop vite. La douceur était en pleine domination et j'appréciais cet état de fait pour ne pas vouloir le détruire. Je tenais à cette magie qui régnait entre nous.

- Quand je me trouve ici, tout contre toi, le Paradis m'ouvre ses portes. Je me sens divinement bien si tu savais. Jamais je n'oublierai ce qui s'est passé ce soir, jamais de la vie. Cette soirée est inoubliable Iseult parce qu'elle m'a permis de te rencontrer et de ne plus concevoir ma vie sans toi. Vraiment, je n'ai pas envie de te quitter Iseult. Je veux rester avec toi. S'il te plait, poursuivons cette soirée de la plus belle des façons, en étant ensemble toi et moi. Peu importe ce qu'on fait et où on va, cette soirée sera splendide rien que parce que nous la vivons ensemble.

Au fond, tout le fond de ma pensée était résumé dans cette toute dernière phrase. J'allais apprécier cette soirée tant que j'étais avec Iseult. Je continuais à la caresser tendrement comme je l'avais commencé un peu plus tôt. J'adorais la toucher de cette façon car cela me donnait l'occasion de me sentir de plus en plus proche d'elle. Cela me prouvait à quel point j'étais lié à elle et surtout à quel point je risquais de ne plus supporter l'existence si je perdais le privilège de la vivre avec Iseult.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 03/04/2013
Messages : 90

Capacité(s) : Télékinésie non maîtrisée

Camp : Neutre

Feuille de personnage
Activité RP: 2 sujets en cours
Mode RP: Je ne prends pas de nouveaux sujets pour le moment.
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Balade nocturne (Feat Kieran N. Blackburn)   Ven 23 Aoû - 12:15

En observant les étoiles, je songeais à mes premiers instants passés avec Kieran, au parc.  Je songeais à la frayeur qu'il m'avait faite en me retenant contre mon gré.  Je revivais la peur qui m'avait habitée, puis l'étrange sentiment qui m'avait poussée à rester avec lui.  Je ne pouvais m'empêcher de songer que si j'étais partie j'aurais raté le plus magique des moments de toute ma vie.  Être étendue auprès de lui et l'écouter me murmurer les plus belles paroles du monde me confirmait que j'avais pris la meilleure des décisions en ne le quittant pas.  Ces révélations troublantes qu'il me soufflait de sa voix si douce contribuaient à faire battre mon cœur comme jamais auparavant.  Nos doigts étaient entrelacés avec une certaine fermeté, comme si nous craignions qu'on nous sépare.  Je savais très bien que ni lui ni moi n'avions envie de rompre ce contact.  Il était en train de se passer quelque chose de spécial entre nous.  Plus je fixais les étoiles, plus je pensais au coup de foudre.  N'ayant jamais connu l'amour, je restais confuse.  Était-ce réellement ce qui était en train de se produire ou est-ce que ces sentiments et émotions  étaient le passage obligé d'un début de relation?  La réponse m'échappait et à bien y penser je m'en contrefichais totalement.  Je savais juste que ce que je ressentais est très fort, très puissant et je savais aussi que je n'avais aucunement envie que ça s'arrête.  Plus Kieran se confiait, plus mon cœur battait et plus je réalisais l'ampleur de ses sentiments envers moi.  En tournant la tête pour le regarder, je découvris qu'il était à me fixer en souriant doucement.  Puis il se mit à me raconter une partie de son enfance.  Dépendamment de ses dires, je souriais ou j'affichais un air triste.  Je trouvais que Kieran et moi on se rejoignait sur beaucoup de points.  C'était sans doute pour cette raison qu'on s'entendait si bien tous les deux.  J'imaginais les paysages qu'il me décrivait, rêverait qu'il m'amène dans ces lieux qui avaient bercé son enfance.  Cependant je n'aimais pas savoir qu'il s'en servait pour fuir sa famille.  Ce fait m'attristait et ma poigne sur sa main ne fit que se raffermir.  Je tenais à lui montrer que je compatissais, que j'étais là pour lui.  Je ne voulais pas l'abandonner.  L'idée de m'éloigner de lui me trouait le ventre et en songeant à mon départ imminent de la ville, ma gorge se serrait atrocement.


Soudainement, la perspective de retourner dans mes si chères montagne, seule, ne m'enchantait plus du tout mais je ne le montrais pas.  De toute manière cette crainte fut vite balayée par l'enthousiasme de Kieran.  Il semblait intéressé par l'endroit où j'habitais, démontrait beaucoup d'intérêt à y venir.  J'étais soulagée.  Bizarrement, j'avais l'impression qu'un poids énorme vient de s'ôter de sur mes épaules car je tenais là un genre de garantie que je reverrais mon ami.  Quand?  Je l'ignorais.  Mais je savais que je le reverrais.  J'espérais juste qu'il ne s'écoulerait pas trop de temps entre le moment de notre séparation et celui de nos retrouvailles.

- Ton cœur chantera Kieran.  L'endroit d'où je viens est magnifique.  J'aimerais réellement te le présenter... et avoir la chance d'observer les étoiles en ta compagnie.

Je le regardais toujours alors que, tout doucement, il s'approcha de moi.  Sa chaleur corporelle me percuta de plein fouet, s'accentua davantage lorsque ses doigts se déposèrent calmement sur mon corps pour l'effleurer délicatement.  Ma peau se couvrit de frissons tandis que mon cœur rata quelques battements.  Il avait beau ne pas se servir de son don, son emprise sur moi était totale.  Kieran était devenu ma drogue et je ne voulais plus jamais m'en passer.  Je voulais ses mains sur mon corps en tout temps, je voulais que ses caresses se poursuivent éternellement.  J'avais envie de toucher son visage, de l'approcher du mien et de déposer un baiser sur ses lèvres.  J'en tremblais tellement j'étais bouleversée mais fort heureusement, les caresses tendre et lentes de mon ami parvinrent à me calmer et à me garder dans un état de tranquillité qui me surprit.  Je ne pu qu'acquiescer à sa suggestion lorsqu'il reprit parole.

- Je le veux.  Je veux passer la nuit avec toi, je veux savourer chaque seconde qui s'écoule... je veux...  tes caresses.  Je te veux toi, Kieran...


FIN DU RP

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Balade nocturne (Feat Kieran N. Blackburn)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Balade nocturne (Feat Kieran N. Blackburn)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Balade nocturne - PV (terminé)
» Balade nocturne [ pv : Matt ]
» Balade Nocturne [PV Itsumy et Deino, si tu veux]
» [FB -3 mois] Balade nocturne sur west blue [ solo]
» Balade nocturne (ouvert)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: U.S.A :: Manhattan :: Manhattan Uptown :: Central Park-