AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Play With The Fire (avec Alexander Stevens, Max Hawkins et Elona O. Campbell)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Play With The Fire (avec Alexander Stevens, Max Hawkins et Elona O. Campbell)   Lun 19 Nov - 17:47

L’impact de cette seringue contre mon cou m’avait littéralement figé sur place. Sur le coup, je ne parvenais plus à bouger alors que le liquide bizarre envahissait l’intégralité de mon corps. Que m’arrivait-il ? Je savais que le liquide injecté à Max était mortel, mais le mien l’était-il tout autant ? Etait-ce le même liquide pour nous deux ? Malheureusement, j’avais des immenses doutes. J’avais récupéré ce qui aurait pu tuer Max et les sensations n’avaient pas été les mêmes. Ce n’était pas la mort, alors qu’était-ce au juste ? Quelle était cette chose qui me figeait littéralement sur place ? Je n’en avais pas la moindre idée, mais le constat était pourtant clair : j’étais littéralement paralysé. J’avais beau tenter de contacter Meknes afin qu’il puisse m’aider à y voir plus clair, mais rien ne fonctionnait. C’était comme si un mal profond avait coupé notre lien, ou bien que Meknes souffrait également d’une paralysie. Je demeurais immobilisé sans réellement me sentir capable de trouver la cause de tout ceci. J’étais pris au piège. Quand Max vint me voir pour me demander comment je me sentais, je me sentis littéralement muet, incapable de parler. Je ne parvenais même pas à expliquer ce qui était en train de m’arriver. C’était un blocage trop fort et je ne parvenais pas à le supporter. Même ma volonté de prendre la main de Max était irréalisable. Pourtant, je devais à tout prix trouver un moyen de tout lui expliquer et lui dire ce qui n’allait pas. Je devais tout faire pour parler. C’était important…

- Aidez-moi…pitié. Max…je…je ne peux plus…je ne peux plus bouger. Ce liquide…ça me paralyse…tous mes organes.

Je tentais une nouvelle fois de contacter Meknes pour pouvoir comprendre ce qui était e train de m’arriver, mais il ne répondait toujours pas. Malgré tout, j’avais le souvenir d’un étrange discours de sa part. Il m’a parlé d’une bouteille bleue, qu’il avait planquée dans mes poches, en me disant que cette bouteille contenait un remède, une chose suffisamment forte pour me guérir de ce mal. Je devais à tout prix lui dire. Je parvenais à taper ma poche droite, celle qui contenait la bouteille capable de me guérir, histoire de lui montrer qu’il devait la prendre. Ne pouvant pas faire un trop gros mouvement malheureusement pour moi, je me contentais d’un signe démonstratif en direction de ma poche. Pourvu que cela suffise…

- Dans ma poche…le remède…cette bouteille…ça peut me soigner…pitié…

Ma main s’immobilisait d’elle-même à la fin de mon discours. Désormais, je ne parvenais plus à bouger. J’étais entièrement paralysé et l’immobilité dans mes mouvements me faisait sérieusement souffrir. Ma souffrance était entière et étendu sur l’intégralité de mon corps. J’avais mal, beaucoup trop mal mais ma paralysie m’empêchait de parler et donc d’exprimer ce que je ressentais.

Max était désormais mon seul et unique espoir de m’en sortir. S’il ne m’aidait pas à boire le contenu de cette bouteille, personne d’autre ne pourrait le faire. S’il ne m’aidait pas, ma paralysie m’empêcherait de m’exprimer une nouvelle fois. Je n’aurais probablement plus aucune chance d’appeler à l’aide si jamais Max ne m’aidait pas. Je serais perdu, sans aucun espoir de retour…vraiment aucun…


_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Play With The Fire (avec Alexander Stevens, Max Hawkins et Elona O. Campbell)   Ven 23 Nov - 1:18

Le combat entre la mort et la vie était dérisoire surtout quand le temps était accessible au commun des mortels. J'étais quand même auprès de Sam pour cette grande mission et j'avais l'impression d'être au coeur d'un évènement majeur. Je voulais pouvoir préserver l'avenir enfin mon présent mais d'une certaine façon, je savais que je n'en ferais pas partie, que j'effectuais ma dernière mission. Seulement, je n'avais pas prévu du tout que Sam serait finalement pris dans le piège par une seringue. Est-ce qu'il était en train finalement de subir la même chose ? Je me posais bel et bien la question mais même si nos ennemis étaient débiles, ils n'étaient pas aussi débiles pour réitérer la même attaque que j'avais subi tout à l'heure et qui aurait pu me coûter la vie. Je voyais que Sam ne bougeait plus vraiment, même plus du tout. Soudain, Sam me demandait de l'aider. Il me suppliait. Il n'en pouvait plus. Il ne pouvait plus bouger. Ce liquide donc lui paralyserait tous ses organes. Je devais tenter quelque chose. J'avais les moyens, l'opportunité de faire quelque chose.

Max : Je vais pouvoir vous aider. Il faut me dire si vous avez une idée, quelque chose de particulier.

J'espérais au fond que Sam puisse s'en sortir car sinon, l'avenir risquait d'être sérieusement compromis et je ne pouvais accepter ça. Sam souffrait. Je sentais qu'il souffrait terriblement. Soudain, je voyais que Sam faisait un signe montrant sa poche. Je me demandais bien pourquoi il faisait ça. Il m'expliquait que dans la poche il y avait le remède, enfin une bouteille, cela pouvait le soigner et me suppliait. Bon, il était temps de l'aider. La main de Sam était immobile. Il souffrait terriblement. C'était un calvaire et je sentais ça. Je devais faire abstraction de tout ça. Je prenais la bouteille et je l'ouvrais. Je m'approchais de sa bouche, je l'ouvrais avec ma télékinésie en douceur puis je versais le liquide. Je ne pouvais qu'espérer que ça marche. Un avant-dernier ennemi tentait de venir pour m'empêcher d'agir mais je l'expulsais tellement loin que finalement, il s'était écrasé comme une crêpe et était mort.
Revenir en haut Aller en bas
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Play With The Fire (avec Alexander Stevens, Max Hawkins et Elona O. Campbell)   Ven 23 Nov - 12:42

Jouer avec le feu était un combat bien dangereux, un combat qui pouvait souvent avoir comme prix la suppression de nombreuses vies. Je mettais très souvent ma vie en jeu dans ces missions que je me donnais, mais c'était aussi en quelque sorte une marque de désespoir. Ma vie ne pouvait pas être supprimée. J'avais perdu ce privilège depuis maintenant quelques temps, depuis ce soir où la lune rouge avait survolé le ciel pour changer les spéciaux en chose méchante et sanguinaire. Ce soir-là, j'aurais pu mourir, mais mon pouvoir s'était activé et m'avait ramené à la vie. Sans cela, je serais mort, je m'en doutais bien, mais j'avais pénétré à la place dans une existence bien pénible. Même si j'avais auprès de moi une personne importante, une personne que j'étais capable d'aimer jusqu'à l'éternité même de l'existence, je savais bien qu'un certain privilège donné aux mortels allait me manquer. En effet, ma vie n'avait plus de fin. Elle avait un début et puis une poursuite dont je ne verrais probablement jamais le bout. Je ne pouvais que souffrir et en plus le faire avec une éternité monstrueuse. Etait-ce une vie ? Etait-ce un moyen de traiter un être humain ne demandant qu'à exister ? Non...

La souffrance du jour était une immense paralysie provoquée par une seringue. Le liquide noyait mes organes, les uns après les autres et les empêchait de bouger. Je me paralysais de moi-même, peu à peu, et cette immobilité me faisait souffrir, le seul capable de me sauver n'était autre que Max. Il était mon seul et unique espoir, la seule personne capable de me faire avaler ce liquide. S'il ne m'aidait pas, personne ne pourrait le faire. Personne ne pourrait me sortir de cette paralysie à part lui. Après avoir offert tous les signes possibles, Max prit la bouteille et ouvra ma bouche par télékinésie afin de me faire avaler le liquide. A peine avalé je sentis quelque chose en train de changer. C'était comme si quelque chose venait de se réparer dans mon cerveau. Le liquide était en train de fonctionner et cela allait probablement me permettre de bouger de nouveau. Cela allait me faire beaucoup de bien de pouvoir bouger de nouveau, faire tout mouvement possible. C'était le plus important de mes souhaits, le plus important.

Je parvenais à bouger, après que Max ait expulsé un nouvel ennemi. Je respirais, j'avais moins mal. C'était un soulagement.


- Merci...sans le liquide de Meknes je serais probablement encore paralysé. C'est grâce à vous si je m'en suis sorti...

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Play With The Fire (avec Alexander Stevens, Max Hawkins et Elona O. Campbell)   Ven 30 Nov - 1:42

La mort, la vie, c'était le jeu de chaque mortel et on ne pouvait y échapper. Je sentais comme un tic-tac, quelque chose qui ne pourrait pas s'arrêter, comme si finalement, la mort frappait, me réclamait auprès d'elle. Elle était finalement l'amie qui n'attendait que ma venue. Je ne savais pas comment expliquer cette sensation et quelque part, depuis ce combat contre Sylar, je savais que les choses allaient se terminer pour moi. Je voulais que les miens puissent continuer à vivre. Je pensais à mes filles, je pensais également à mes neveux mais je pensais également à Michael mon petit-fils. En effet, j'avais senti depuis le tout début, qu'il avait quelque chose de si particulier, quelque chose qu'aucun autre de ma famille ne possédait. Allait-il en terminer finalement avec cette obsession de pouvoir qui était présent en notre famille depuis des générations ? Je n'en savais rien mais c'était fort possible. J'avais pu sentir une douleur, une intense douleur. Elle devait cesser. Je ne devais pas céder à ce pouvoir, celui de ressentir des émotions des autres. Céder, serait finalement me laisser mourir à petit feu. Je n'aurais pas vécu pendant bien longtemps. La paralysie était quelque chose que je ne souhaitais à personne. J'avais tout fait. J'avais réussi à lui faire boire le liquide. Je sentais un mieux, quelque chose de vraiment bien mieux, c'était ce qu'il fallait. L'ennemi enfin neutralisé, je voyais que Sam allait mieux. Là, Sam me remerciait. Il disait que sans le liquide de Mekness, il serait probablement encore paralysé. C'était grâce à moi s'il s'en était sorti. Il n'avait pas besoin de me remercier.

Max : Vous n'avez pas besoin de me remercier, c'est normal. Maintenant, les choses sérieuses vont commencer. Il n'en reste plus qu'un et au vu de ce qui vous est arrivé, il vaut mieux que vous partez. Si vous y allez, ils réussiront leur manoeuvre.

Le plan était là, la fin était proche et je savais qu'il y avait qu'une seule chose pour qu'il n'y ait pas de problèmes pour l'avenir : que j'intervienne et là, en aucune façon, on ne pouvait intervenir à deux.
Revenir en haut Aller en bas
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Play With The Fire (avec Alexander Stevens, Max Hawkins et Elona O. Campbell)   Ven 30 Nov - 12:29

Depuis ma guérison, ma tête était frappée par un bruit insupportable. J’entendais des coups, des coups qui ne cessaient de se répéter et de plus en plus fort, comme si quelqu’un se servait de ma tête comme d’un support pour exercer la force de son marteau. Ce crescendo de torture demeurait insupportable à la longue. Cela me torturait de l’intérieur, prenant directement Meknes en première ligne. Je percevais ses cris. Je percevais ses larmes. Ce bruit n’était qu’un bruit à mes yeux, mais Meknes en souffrait énormément. Percevoir sa souffrance était extrêmement difficile à supporter. C’était comme si nous avions mal tous les deux, alors que seul l’un d’entre nous souffrait de martyr. Nous étions unis, ça je ne pouvais pas le nier. Cette union nous rendait inséparable, même sur le plan de la torture. C’était bien la preuve que Meknes faisait intégralement partie de moi. Nous étions une seule et même personne, même si nous étions deux consciences extrêmement différentes. Cette union demeurait plutôt unique dans le cosmos, je ne pouvais que l’admettre, mais elle m’était tout de même bien bénéfique. Toutes les fois où j’avais vécu les plus horribles tortures, mon ancêtre égyptien avait toujours été là, plus fort que moi, afin de pouvoir me sauver.

Il avait toujours été là pour me porter secours même quand je croyais qu’il n’y avait plus aucun espoir de m’en sortir. Il avait toujours été la porte de sortie pour mes pires souffrances, et jamais je ne pourrais le remercier à sa juste valeur. Jamais je ne pourrais le remercier comme il le méritait. Jamais je ne pourrais lui rendre la pareille, car il faisait tant pour moi. Il était si présent que jamais je ne pourrais faire la même chose pour lui. Au départ, je pensais réellement que mon union avec Meknes n’était qu’une plaie immense, mais je ne voyais pas ce que tout ceci pouvait m’apporter. A présent, je voyais tout le sens positif de notre union. Je voyais toutes les bonnes choses que j’avais pu obtenir grâce à lui, toutes ces fois où je m’en étais sorti miraculeusement en vie, et toutes les fois où j’avais pu sauver la vie des personnes que j’aimais par-dessus tout. Meknes était probablement l’un des plus belles choses qui avait pu m’arriver, peut-être pas la plus belle car il n’avait pas une plus grande place que celle que Rachel occupait dans mon cœur, mais il était très important pour moi. Je ne serais probablement jamais sorti des pires pétrins si jamais il n’avait pas été là pour me soutenir et tout faire pour éloigner le danger de mon pauvre visage vulnérable. Oui, voilà ce que j’étais : un visage vulnérable.

Maintenant, j’étais sain et sauf. Le liquide miracle de Meknes avait noyé l’intégralité de mon organisme pour pouvoir lui permettre d’échapper à la paralysie intégrale. Le remède miracle avait eu l’effet escompté sur moi. C’était grâce à ce remède que je n’avais jamais pu comprendre que j’étais maintenant en vie et surtout capable de bouger comme avant. Si Max ne m’avait pas aidé pour boire le remède, je serais probablement encore paralysé et surtout incapable d’appeler quelqu’un d’autre à l’aide. J’aurais été pris au piège si jamais je n’avais pas pu appeler Max au secours. Donc, contrairement à ce que Max disait, j’avais réellement besoin de le remercier, car son absence aurait scellé un sort plutôt funeste pour mon pauvre corps. Ce n’était pas rien ce qui venait de se produire. Au contraire, c’était plus qu’important à mes yeux. Max venait certes du futur et n’était pas comme celui que j’avais pu rencontrer dans le présent, mais il avait fait quand même preuve d’une certaine gentillesse dans ce côté têtu comme une mule qu’il possédait en commun avec moi. Sincèrement, je ne croyais pas en cette mort scellée que Max semble prévoir. A mes yeux, quelqu’un comme lui mériterait de continuer d’exister et non pas de voir son destin brisé par une injustice. J’aimerais énormément pouvoir le sauver, mais les bruits de coup que j’entendais dans ma tête et qui fragilisaient Meknes étaient un mauvais signe. La dernière fois que j’avais entendu cela, c’était pour me montrer qu’il y avait une vie que je ne pouvais pas sauver.

Max entrait-il dans cette tristesse de la vie ? Entrait-il dans le cas des meilleurs qui ne cesseraient de s’en aller les premiers ? J’avais pas mal de difficulté à croire en ce qui se produisait, mais les bruits de Meknes me rapprochaient de cette certitude funeste. Plus les bruits grandissaient et plus je prenais conscience que Max allait bientôt mourir et que je ne pourrais rien faire d’autre que de laisser la mort l’emporter là où il devait aller par la suite. Je n’avais pas d’autre choix que de rester impassible et par conséquent pleurer mon inutilité. Parfois le futur était bien dur à assumer, mais cette fois je risquais bien de ne pas avoir le choix. Je risquais bien de ne pas avoir d’autres possibilités que de le laisser mourir. Cela m’attristait de devoir m’abaisser à cela, mais les bruits dans ma tête étaient probablement le même signe que la dernière fois. Ces bruits affectant Meknes étaient la preuve d’une mort imminente. Dans ce cas précis, il s’agissait de Max, ce Max du futur qui m’avait sauvé devait mourir et pousser son dernier soupir. Cela devait être une nouvelle perversion du destin. Le fait de ne pas pouvoir agir parce qu’on m’en empêcher était probablement la chose que je supportais le moins dans cette histoire. Malheureusement, je n’avais pas le choix cette fois-ci. Je devais admettre dans mes principes le fait de m’enfuir et le laisser affronter sa mort seul


- Au contraire Max, j’ai besoin de vous remercier, car si vous ne m’aviez pas libéré je n’aurais pas pu appeler quelqu’un d’autre au secours. Donc, réellement, je vous remercie pour m’avoir aidé à boire le liquide de Meknes, merci énormément.

Malheureusement, je devais admettre mon départ. Je devais partir. Je devais courir le plus vite possible pour éviter d’assister à la mort de Max. Je voulais éviter d’assister à une mort que j’aurais pu éviter…je voulais éviter tout ceci car cette vision serait bien trop pesante pour mon pauvre crâne. Je dis alors à Max, en prenant l’une de ses mains dans la mienne :

- Malheureusement je dois me résoudre à m’en aller….même si je déteste cette issue. Je n’ai pas le choix. Le destin me prend de vitesse et m’empêche de continuer d’agir. Sincèrement Max, je vous souhaite bonne chance pour affronter ce qui va vous arriver. J’aurais bien aimé pouvoir vous aider et vous permettre d’éviter cela, mais je ne le peux malheureusement pas. Meknes m’a fait comprendre que je ne peux rien faire et que le mieux pour moi est de m’en aller.

Avant de m’en aller, je lui dis :

- Du fond de mon cœur Max, je vous souhaite bonne chance. Bonne chance pour vivre ce que vous allez vivre. J’espère que vous n’allez pas trop en souffrir, là ce serait réellement injuste. Bonne chance Max…

Et là, je partais. Je partais en courant le plus vite possible, versant quelques larmes au passage. L’injustice que je voyais était injuste et cela me faisait mal. Malheureusement je devais penser à ma vie. Plus je m’éloignais et moins j’entendais ce bruit dans ma tête. C’était parce que je m’éloignais de la mort qui n’allait pas tarder à arriver. Cela me confirmait le destin scellé de Max Hawkins.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Play With The Fire (avec Alexander Stevens, Max Hawkins et Elona O. Campbell)   Mar 4 Déc - 23:19

Tic Tac, Tic Tac l'heure finalement de la mort était en train de se rapprocher, en train finalement de vouloir ma mort. Le futur, le présent, le passé se mélangeaient dans mon esprit comme si je faisais finalement une dernière mise à jour, une mise au point sur ce que j'avais vécu. Dans le monde des spéciaux, j'étais finalement quelqu'un d'atypique, de particulier et finalement, celui qui avait le plus de pouvoirs allait périr. C'était quand même ironique mais la vie était faite de surprises. Je sentais quand même la souffrance de Sam, sa détresse. Cependant mon destin m'appelait et même si Sam voulait me sauver, je savais au fond qu'il n'y avait rien à faire, que les choses devaient suivre son cours. Il commençait à aller mieux mais je sentais un sorte de bruit, quelque chose d'étrange. Il y avait une nouvelle forme de torture. C'était étrange d'entendre finalement deux personnes en train de souffrir. Le liquide n'était plus là maintenant, et cela était une bonne chose. Sam devait partir, s'en aller le plus vite possible afin de pouvoir continuer sa vie. Là, Sam me disait qu'au contraire, il avait besoin de me remercier, car si je ne l'avais pas libéré, il n'aurait pas pu appeler quelqu'un d'autre au secours. Donc, il me remerciait réellement pour l'avoir aidé à boire le liquide de Meknes, même énormément.

Max : Mais de rien, c'est normal. Je n'ai fait que mon devoir.

On allait devoir se séparer, c'était préférable. Ce qui me surprenait, c'était qu'il me prenait la main. Je n'avais pas été si proche de lui jusqu'à cet instant. Le destin a voulu que les choses aillent bien juste au moment où mon destin allait s'achever. Il disait que malheureusement, il devait se résoudre à s'en aller même s'il détestait cette issue. Il n'avait pas le choix. Le destin le prenait de vitesse et l'empêchait de continuer d'agir. Il me souhaitait sincèrement bonne chance pour affronter ce qui allait m'arriver. Il aurait bien aimer pouvoir m'aider et me permettre d'éviter cela, mais il ne le pouvait pas malheureusement. Je ne savais pas qui était réellement Meknes mais il lui aurait fait comprendre qu'il ne pouvait rien faire et que le mieux pour lui était de s'en aller. Ensuite, il me disait que du fond de son coeur, il me souhaitait bonne chance, bonne chance pour vivre ce que j'allais vivre. Il espérait que je n'allais pas trop souffrir car là, ce serait réellement injuste. Il me souhaitait encore bonne chance. J'étais ému, bien ému. Je ne savais pas que tout cela se passerait ainsi. C'était intense, vraiment intense. Je voyais Sam en train de partir, sans pour autant avoir pu dire ce que je pensais. Je savais au fond que les miens seraient protégés mais je n'avais aucune garantie que mon présent prendrait le chemin de la rédemption, ce que j'avais pu faire moi, au cours du combat contre Sylar. Sam était au loin, et j'avançais vers une mort certaine. On me portait un coup par derrière, un coup qui allait me coûter cher. Lorsque je me réveillais, je reconnaissais quelqu'un que je n'avais pas vu depuis bien longtemps, quelqu'un qui était finalement l'un de mes ennemis. Bien sûr, il me piquait de partout, afin que j'explose, afin que je puisse finir le travail mais au lieu de les écouter, j'utilisais mon pouvoir dans le but de faire imploser l'endroit. Une lourde explosion avait eu lieu causant ma mort, ma perte aux yeux d'un monde en changement vers les ténèbres. Je partais avec l'esprit tranquille, l'esprit que les choses évoluaient sauf si finalement ce que je craignais pouvait se produire car on disait que c'était moi, le plus dangereux mais j'avais toujours pensé que c'était un membre de ma famille, en particulier, ma..... C'était la fin d'un spécial aux pouvoirs des plus inimaginables. Le patriarche n'était plus.

Fin.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Play With The Fire (avec Alexander Stevens, Max Hawkins et Elona O. Campbell)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Play With The Fire (avec Alexander Stevens, Max Hawkins et Elona O. Campbell)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Play Doh: T'es plus malin avec tes mains!
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens
» Enfin.... : Passage en Free to Play « imminent » en Europe
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Toute Bonne Chose A Une Fin :: Les Archives Du RPG-