AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Abduction (avec Rachel A. Silverstone)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Sam 31 Mar - 18:52

Je ne demandais pas grand chose pourtant. Je ne voulais que quelques moments de paix, douceur et heureux avec l'homme que j'aime. La meilleure solution à mon avis était de partir pour quelque temps juste tout les deux. Mais, je savais que c'était une idée un peu trop folle de ma part. Parce que je devais travailler et Sam avait sûrment des choses à faire.

Je me foutais de la destination de, il fallait juste quittés les États-Unis pour un petit moment. Car, cette histoire faisait mal à Sam depuis un trop long moment. Je voulais qu'elle s'arrête au plus vite. Le problème était que cette histoire commençait à me briser de plus en plus à mon tour. Je ne pensais vivre cela et j'en voyais que le négatif de l'histoire. Pourtant le positif était devant moi, je pouvais le voir et en profiter. Voilà pourquoi je voulais partir quelque temps avec lui. Pour que quand nous allions revenir je serais un peu plus forte mentalement. Mais, aussi pour oublier toute les horreurs que nous avions vu.

Je ne voulais qu'un simple moment normal pour un couple anormal comme le notre. Mais, il n'allait jamais arriver et c'était bien dommage. Mais, Sam me surprit avec les même pensés que les miennes. Il me disait qu'il y avait réfléchit pendant un moment à ceci. Il rajoutait que ce n'était pas une idée folle. Le triste visage que j'avais devenais un peu plus heureux. Il pensait à la même chose que moi. Mais, je voulais pas tout brusquer à lui demander ou nous allions aller et tout.


Tu parles de façon sérieuse quand tu dis ça ? Parce que si ces oui, ou on va aller pour être loin de tout ? Je veux juste être loin des États-Unis moi ça ces certains. Le reste importe peu en autant que je suis avec toi je serais heureuse.

S'il y deux minutes, j'étais triste comme une petite fille. Maintenant, j'étais heureuse, car j'allais peut-être passer un merveilleux moment avec mon amoureux. Pour peut-être faire comme un couple normal pour une fois. Je ne demandais que cela et non la lune ou le ciel. Je suis presque sur en plus que je pourrais demander un long congé à mon patron même si au début il ne voudrait peut-être pas.

Y juste toi qui peut me redonner le sourire comme ça. Ces pas donner à tout le monde. Mais, tu es le seul qui le fait pour moi.

J'étais un peu plus heureuse et je l'avais dans mes bras ça me faisait chaud au coeur. Si nous avions la posibilité de partir d'ici quelque temps. Je serais vraiment heureuse de le faire avec lui. Je m'avançais vers son visage. Je ne pouvais dire aucuns mots, mais le baiser que je lui donnais parlait pour lui même. Je n'en revenais pas que j'aurais peut-être ma chance de vivre un moment de douceur ave Sam et loin de la douleur que mous avions à cause de ce que nous vivons ici.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Lun 2 Avr - 11:24

Les circonstances des vies de chaque organe de l’humanité changeaient au fur et à mesure que le temps passait, et les miennes étaient devenues de plus en plus désastreuses, depuis ce jour où un scientifique avait osé m’enlever mais aussi tenter de me tuer pour au final me donner un pouvoir par accident. Oui, j’étais devenu un hybride par accident et ce jour m’avait valu les pires ennuis pouvant exister sur cette planète, les pires fuites, mais également les pires douleurs, car tout ce qui ressortait de cette histoire n’était que de la souffrance, une souffrance qui me brisait peu à peu et qui n’amenait qu’un sentiment en moi : de la haine, une haine dirigée envers la vie en général, ou plutôt le destin qui osait m’amener autant de malheurs sans penser au fait que j’avais mes propres sentiments et que cette histoire ne m’aidait pas, loin de là.

Toutes les fois où j’avais du souffrir à cause du fait d’être différent ne se comptaient plus sur les doigts des mains désormais, car elles avaient dépassé toute notion de normalité, tout temps où ceci aurait pu être considéré comme logique. J’avais été tant poursuivi et tant torturé que je pourrais ne plus être considéré comme un être humain à présent, car le commun des mortels aurait déjà succombé à toutes les blessures que j’avais pu endurer dans ma vie, ces blessures qui auraient pu me tuer si je n’étais pas protégé par ce pouvoir, cette chose qui était en moi : la lumière. Cette lumière me guérissait, annulait l’influence de toute douleur, et me sauvait la vie. Je n’étais à présent plus considéré comme un humain, mais comme autre chose. Mais, je ne savais pas comment prendre cette nouvelle. J’étais pétrifié par ce qui m’arrivait chaque jour, toutes ces fois où j’étais démuni, pris comme un animal, et où je souffrais en silence…comme toujours ou presque.

Une pincée de bonheur était visible dans mon amour, ce sentiment si fort que je portais pour Rachel. Je me croyais perdu, condamné au malheur constant, et elle avait été une sorte de lumière pour ma conscience, une lumière qui avait su m’aider à renaître et à me rendre compte que rien n’était perdu, que j’avais encore une chance de vivre heureux dans ce monde. Mais quelque chose me dérangeait. Depuis le début de notre histoire, j’avais vécu des moments de bonheur avec elle, mais certaines choses amenaient des regrets. Je l’aimais tellement, mais je lui faisais subir mes ennuis, l’horreur qu’était parfois ma vie alors qu’elle méritait d’être heureuse, de ne pas subir tout ce qui pouvait m’arriver sans que je ne le veuille. Aujourd’hui, elle avait vécu une notion du pire, car elle avait observé toute la dignité que ces monstres pouvaient retirer à un prisonnier, à savoir moi. Elle avait tout vu, et je savais que cette vision lui avait fait du mal. Rachel en avait eu souffert, et je ne pouvais pas dire le contraire malheureusement. Je savais très bien que cette vision que j’avais subie lui avait amené de la peine. Tout était de ma faute.

C’était parce que j’en avais assez de davantage la faire pleurer que sourire, que j’avais commencé à réfléchir à une solution de fuite, une solution qui m’aiderait à oublier cette souffrance, ne plus la subir, mais également que Rachel ne puisse plus la vivre avec moi. Je pensais à partir, partir un petit moment le temps qu’ils puissent m’oublier, qu’ils puissent croire que je ne suis plus là et que ma différence ne valait plus la peine de se déplacer, de tout faire pour m’obtenir. C’était un moyen pour m’aider, pour que je puisse tenter une bonne fois pour toutes de vivre une histoire d’amour, de ne plus vivre le malheur et le partageait avec celle que j’aimais par-dessus tout : Rachel. Elle était plus importante que moi que tout le reste, car elle était celle qui me rendait humain. J’étais quelqu’un en sa présence, quelqu’un de bien meilleur et de bien plus humain. Je ressentais des bonnes émotions, et non pas que du malheur : preuve que j’avais encore un cœur et qu’il était loin de s’arrêter de battre, de tenter de vivre sa vie. Jamais je n’allais abandonner alors que j’attendais cet instant depuis si longtemps. J’avais le droit à un peu de chance moi aussi dans ma vie, et non pas à ce statut de souffre-douleur que beaucoup de personnes me donnaient sans que je ne le veuille.
Je n’en pouvais plus…je voulais que cela puisse changer une bonne fois pour toutes, et que rien ne puisse plus entacher mon bonheur, alors que je souhaitais le vivre sans aucune faille, sans cette horreur qui me poursuivait.

Peu importe quelle pouvait être notre destination, et peu importe combien de temps nous pouvions partir, jamais je n’allais cesser de l’aimer, bien au contraire. Il s’agissait de ce qui pourrait éventuellement nous arriver de mieux, le fait de pouvoir oublier les malheurs et ne penser qu’à nous, car il s’agissait du plus beau des sentiments, qu’il fallait l’entretenir et non l’abandonner de la plus horrible des manières. Jamais je ne pourrais faire une chose pareille alors qu’il s’agissait de la plus belle chose qui pourrait m’arriver. J’étais on ne peut plus sérieux quand il s’agissait de mon histoire d’amour. Je voulais son bonheur, et je pouvais même accepter un départ. Ce n’était pas une idée en l’air, que j’avais dite uniquement pour lui remonter le moral, loin de là. J’y avais réfléchi depuis un long moment, à force de vivre des malheurs qu’elle subissait également par ma faute. Je ne voulais plus que tout ceci puisse continuer dans de telles conditions alors que je tenais à elle. Il s’agissait d’un souhait sérieux, bercé par des sentiments qui l’étaient également. Jamais je ne pourrais mentir surtout s’il s’agit du fait de parler de mon amour. Mentir sur une chose pareille serait un affront, quelque chose que personne ne devrait faire subir à une autre personne, jamais de la vie. Toute personne avait un cœur, et le briser par le mensonge de l’amour était un acte cruel et impardonnable, quelque chose qui ne devrait même pas exister, mais la cruauté était malheureusement présente partout où on pouvait aller…partout sans aucune exception.

Et là je revis le sourire de Rachel. Il renaissait peu à peu et ceci me faisait du bien. Lui monter que j’avais les mêmes pensées qu’elle avait suffi à lui faire retrouver le sourire, une si bonne chose qui m’apportait de la sérénité, sur tous les plans. J’avais beaucoup de chance de la revoir sourire. Elle était si belle quand elle souriait, et je la préférais ainsi plutôt que de la voir pleurer, peinée par ma seule faute.

Je pris sa main pour lui parler et lui dire que ces idées-là étaient bien sérieuses, que j’y avais pensé rien que pour elle.


- Je ne vais pas te mentir en disant ce que je vais te dire, car je suis plus que sérieux en évoquant cette idée-là. Mais, une chose me retenait en réalité. Je n’osais pas encore t’en parler parce que rien n’était fixé dans ma tête mais j’avais aussi une peur, en moi, une peur de tout accélérer, que tout aille trop vite mais, en fin de compte, je vois que j’aurais du le faire, surtout parce que tu partages les mêmes idées que les miennes. disais-je avec le sourire, un sourire qui me reposait. En réalité, pour être honnête avec toi, j’y songe depuis un long moment, à force de voir tous ces malheurs frapper à notre porte et nous faire du mal. Le fait de pouvoir avoir l’occasion de partir, de nous enfuir loin d’ici, pourrait être une chance, pour nous, d’être loin de tout ça, de ne penser qu’à nous et à ce qu’on vit ensemble. Plus de larmes, plus de tortures, juste nous… Peu importe où aller et pendant combien de temps partir, rien n’a plus d’importance que le fait d’être avec toi, de t’aimer et d’être heureux en ta présence. Ce qui te plaira me plaira également, en plus je connais le meilleur moyen de voyager, peu importe où aller et à quel moment y aller, ce qui peut nous faire partir n’importe quand, quand tu le souhaites.

J’étais souriant rien qu’à l’idée de la voir sourire.

Elle retrouvait peu à peu le bonheur, et je parvenais par la même occasion à retrouver le mien. Enfin... Lui donner un baiser, ressentir ce si bel amour était probablement la plus belle vision d’une existence.

Voilà les si beaux effets que l’amour avaient sur moi. Mon âme était bien meilleure avec elle, et jamais je ne pourrais oser dire le contraire.

Je la regardais dans les yeux, le regard pétillant de joie.


- Sincèrement, s’il y a bien une chose qui me fait énormément plaisir, c’est le fait de te voir ainsi, en train de sourire. C’est la plus belle des visions qui peut être donnée.

La douleur avait laissé sa place à une possibilité de bonheur plus qu’inestimable à mes yeux : la notion du bonheur parfait. Vous ne pouvez pas comprendre à quel point tout ceci me fait du bien, sincèrement. Cela me réchauffait le cœur, et m’aidait à prendre conscience du fait que mon enfer avait pris fin, que tout était terminé. Ces personnes, ces monstres de la secte étaient loin de moi. Ils n’étaient plus là pour me torturer. Ce n’était pas une illusion, mais la réalité de l’arrivée possible d’un bonheur, un sentiment si fort qui pourrait aider mon âme à renaître.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Sam 7 Avr - 17:23

Partir loin d'ici était la seule solution que nous avions pour le moment. Si tout pouvait s'arrêter en un instant pour que nous vivions un moment en amoureux. J'aimerais que totu ceci cette chasse après Samuel, le malheur que je vivias à chaque que quelque chose comme ceci arrivait. Quitter New York était la seule chose que je voyais devant moi. Personne ne pouvait se rendre compte à quel point cette histoire me faisait souffrir. Tout le monde le savait que Sam en souffrait, car je le voyais à chaque jours. Mais, personne ne me voyais moi ça me détruissait petit à petit. J'en pouvais plus de ceci de le voir autant souffrir et de me voir souffrir aussi.

Je ne voulais qu'être heureuse avec l'être que j'aimais plus que tout. Mais, à voir tout ce que nous vivions en tant que couple. Nous n'avions même pas une minute pour respirer le bonheur. Un bonheur que nous méritions depuis le début de notre relation. Je voulais le vivre et rester heureuse avec lui depuis le début. J'avais une très grande patience, mais maintenant c'était de l'impatience que je montrais. Être avec la personne que j'aimais n'était pas trop demander. J'avais un petit sourire sur le visage, car nous pensions tout les deux à la même chose. Être avec la personne que vous aimez le plus au monde et vivre quelque chose de normal avec cette personne. Mais, au lieu de cela vous vivez dans la douleur à chaque minutes et je commençais à me demander si le futur allait changer un jour.

Pas que tout redevienne comme avant, mais qu'on arrête de faire du mal à ceux qui son différent des autres. Mais, c'était la même chose à chaque fois et à force je ne savait plus comment sourire. Je voulais vivre avec Sam et avoir un futur magnifique avec lui. C'était les autres qui nous donnait pas la poissbilité de faire ceci et sa me donnait de la tristesse à chaque fois. Je ne savais pas comment j'avais fait pour garder ma tristesse aussi longtemps, mais elle avait sortit se soir. C'était une chance que Sam était avec moi, car sinon je serais encore en larme et personne pour venir me soulager.

Sam me disait qu'il était très sérieux pour ce qu'il venait de dire. Au début, il ne voulais rien me dire de peur d'aller trop vite. Mais, il se rendit compte que tout les deux nous voulions ceci être seuls tout les deux. Il continuait en disant qu'il se foutais du temps que nous partions ou de ou nous allions partir. Il n'aurait pas de larmes ou de souffrance juste nous deux à nous aimer et en profiter. Il me disait qu'il connaissait le meilleure moyen de partir d'ici. Sauf, que je me demander de quoi il parlait.


Comment ça tu connais le meilleure moyen ? Moi en autant que je suis avec toi, je serais heureuse donc, on pourrait aller n'importe ou.

Il n'y avait que Samuel pour me redonner mon bonheur aussi vite qu'il était partit. J'avais un regard qui pétillait de joie. J'en n'était heureuse tout simplement. Me voir sourire le remplissait de bonheur et mon bonheur aussi. J'étais la seule qui l'avait rammène de la solitude qui l'avait. C'était mon miracle et c'était la plus belle chose qui m'ai arriver. La plus belle était de l'avoir rencontrer et qu'il soit dans ma vie maintenant. Je ne pouvais pas vivre sans qu'il soit heureux.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Lun 9 Avr - 12:38

On méritait tous de vivre heureux…

Combien de fois avais-je caresser l’espoir de m’éloigner de tout ceci, d’oublier les douleurs et d’enfin vivre normalement ma vie, comme toute personne le souhaitant ? Je ne les comptais plus…car il s’agissait d’un souhait qui avait toujours été dans mon esprit, mais qui ne s’était jamais réalisé dans toute mon existence. Jamais je n’avais pu vivre un bonheur constant sans qu’il me soit ôté de la plus horrible des manières : par la douleur, la douleur unique de la torture. Je pouvais vivre heureux, mais je devais toujours souffrir par derrière. Je n’en pouvais plus. Mon seul souhait se résumait au fait de vouloir que tout ceci puisse changer. Je voulais la paix…la fin de toute souffrance, toute chasse, toute envie de maudire notre vie. À la longue, je ne supportais plus rien.

Je voulais vivre heureux avec celle que j’aimais le plus au monde, mais c’était comme si la majeure partie des personnes malhonnêtes de ce monde avait décidé de nous pourrir la vie en amenant des souffrances sur notre passage. Je trouvais ceci tellement injuste… Pourtant, nous le méritions ce bonheur ! Nous méritions de trouver le bonheur, un bonheur amoureux que l’on pouvait vivre sans regret et sans fin. Je le voulais, et elle le voulait ! Que je sache, le fait d’être avec la personne la plus importante pour moi n’était pas un crime, loin de là…alors c’était pour cette raison que je voulais être heureux avec elle, et même partir aux quatre coins du monde rien que pour songer à notre couple. Je pouvais tout faire rien que pour être heureux avec elle, mais aussi la voir heureuse. Le futur pouvait être dans le bonheur. J’y croyais encore, et je gardais espoir. J’en avais assez d’avoir le cœur brisé dans toutes ces histoires.

Peu importe où on allait se rendre et surtout combien de temps y rester, j’allais être avec elle. On pouvait s’écarter des souffrances et ne penser qu’à nous. C’était tout ce qui importait dans cette histoire.


- Par rapidité, j’évoquais juste un moyen pour y aller rapidement, mais ce n’est pas si important que ça en réalité. Peu importe comment y aller, quel endroit choisir et combien de temps y rester, tout ce qui m’importe est le fait d’être avec toi et toi seule. Tant qu’un endroit te fait plaisir, il me fera plaisir, car te voir sourire est la seule chose que je souhaite. Cela me comble de bonheur quand j’observe le tien droit dans ton regard.

Je la regardais.

- Tu es la plus importante personne à mes yeux et s‘il y a un moyen d‘atteindre le bonheur et de changer nos vies d‘une meilleure façon, je le saisis sans hésitation, rien que pour toi, parce que je t‘aime plus que tout au monde.

*purée…cette migraine…retenir une douleur n’est pas simple…je dois continuer…*

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Mer 11 Avr - 17:39

Sam méritait beaucoup plus le bonheur que moi ou que toute autre personne sur cette planète. Il avait tellement plus souffraire que n'importe qui ici. moi qui croyait avoir vécu le pire, c'était rien pour moi. Je devais soutenir mon amoureux aussi longtemps que j'aurais un souffle de vie. Moi je n'étais pas si importante dans cette histoire. Je n'avais pas vécu l'horreur, la cruauté et la solitude forcé. Non, je n'avais rien vécu de cela, makis je pouvais soutenir mon chéri avec la seule chose qui pouvait lui faire changer d'idée. L'amour que je pouvais lui donner pouvait nous faire oublier non seulement cet épisode, mais les autres que nous vivons depuis que nous sommes ensemble.

J'avais jamais vraiment cru au vrai amour comme Eden. Elle y croyait comme tout et moi jamais parce que je me disais qu'à notre époque c'était impossible. C'était très différent de celle de nos parents ou grands-parents. Mais, aujourd'hui j'y croyais au vrai amour, une passion qui ne pourrait jamais se terminer. Je voulais juste partir au loin pour vivre cette fameuse passion et la vivre à fond. Juste lui et moi et personne pour venir nous déranger, mais alors vraiment personne. Sinon, j'étais prête à exploser le premier qui allait nous déranger.

Quand j'écoutais Sam, je pensais comme lui. Peut importe l'endroit ou le temps que nous allions rester là-bas. Il ne voulait que notre bonheur et me voir sourire.


Je suis d'accord, mais si je souris je veux voir la même chose sur ton visage. Car, un visage comme le tien ne mérite pas de souffrir. Tu dois pouvoir goûter au bonheur et sourire aussi pour moi au moins.

À force qu'il me le dise je savais maintenant que j'étais la plus importante dans sa vie. Je voulais le rendre le plus heureux possible sans voir une larme de tristesse chez lui. Toujours collé face à lui, je lui dit :

Toi aussi tu es la plus importante personne dans ma vie et je ferais tout pour voir un sourire et non un visage plein de larme de tristesse. Mais, si je le voudrais je partirais demain matin juste pour sortir de New York, des États-Unis enfaite de voir de nouveau endroit loin dui malheur que nous avons ici.

Puis, je vis son visage il me cachait quelque chose, mais je ne disais rien. En quelques mois avec lui je savais comment décrire chaque expression qu'il prennait. Celle-ci me disait qu'il me cachait quelque chose. Je ne savais pas ce qu'ils avaient fait avant que j'arrive, mais j'espérais que ce n'était pas un autre mal de tête qui le faisait souffrir qu'il me cachait.

hj: Un peut court je trouve, mais j'avais pas mieux en tête.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Jeu 12 Avr - 1:54

Un des serments du mariage définissait une union entre deux êtres, pour le meilleur et pour le pire. Il s'agissait là de la stricte vérité, car la vie n'était guère toujours rose malheureusement. La vie humaine était teintée de bonheur, des sentiments d'amour et de joie capable de nous combler. On vivait heureux, plongés dans un nuage dont on n'avait pas envie de descendre. On ne voulait pas retomber sur Terre surtout si c'était pour vivre autre chose et subir une peine. La peine était le point noir de nos vies, car il n'y avait pas que le bonheur dans la vie. Il y avait aussi des terribles choses, des choses que j'avais souvent subies dans ma vie, au point que mon coeur en termine brisé. Les morts auxquelles j'avais assistées, et que je n'avais pas pu empêcher, étaient nombreuses au point que je ne puisse plus les compter. Chacune d'entre elles, m'avaient profondément marqué, certaines plus que d'autres. La perte de la famille que j'aurais pu avoir autrefois faisait partie de mes traumatismes, simplement parce qu'elle avait remplie de la pire des cruautés, une méchanceté sans faille qui m'avait profondément choqué. Le fait qu'un homme puisse ôter la vie d'un enfant qui n'avait même pas commencé la sienne était une horreur que je n'arrivais pas à accepter. Pour moi, tout ceci était inhumain. Tout ceci n'aurait pas du se produire, mais la monstruosité avait eu lieu, et c'était depuis ce jour que j'avais appris à me méfier des gens, de leurs visages sympathiques au premier abord, afin de ne pas tomber dans un piège aussi terrible que celui qui avait couté la fin à ce bonheur que j'avais au départ. J'attendais désormais le déclic, ce qui m'aidait à avoir confiance et qui me montrait que je n'avais pas à douter d'eux, que je pouvais les croire et éventuellement compter sur eux.

Rachel était une personne parfaite à mes yeux, une personne en qui j'avais confiance et surtout que j'aimais par dessus tout. Le déclic, je l'avais eu en la rencontrant. Le regard que nous avions échangé était quelque chose de magnifique qui m'avait percuté en plein coeur, mais dans un bon sens. Mon coeur battait pour elle et il n'allait jamais cesser de battre parce que je l'aimais. Il s'agissait de l'amour que j'attendais. Je l'avais attendu depuis si longtemps et je le vivais. Mais ces personnes qui me poursuivaient étaient horribles. Elles lui faisaient subir la souffrance que je subissais en leur présence. Elle vivait l'horreur et elle en souffrait. Je le voyais. La voir souffrir alors que je voulais la voir heureuse était une déchirure sévère dans mon âme parce que j'avais l'impression de trahir une promesse que j'avais incrusté dans mon esprit : celle de la voir sourire, toujours, et non verser des larmes alors de personnes aussi horribles que ces types. Ces monstres torturaient mon amour sans aucune raison. Je les détestais. Je voudrais tellement pouvoir leur rendre la monnaie de leurs pièces, afin qu'ils puissent à comprendre à quel point leurs tortures nous faisaient du mal. Ils brisaient des âmes. Ils torturaient des innocentes victimes. Ils faisaient subir le pire à des personnes qui ne le méritaient pas, et Rachel ne méritait pas de subir ceci. Elle ne méritait pas d'avoir de la peine à cause de ces personnes qui ne savaient pas accepter qui j'étais, et qui me voyaient comme un animal, quelqu'un d'inutilement présent dans ce monde au niveau des émotions. Voilà le désavantage d'être pris pour un animal...un invertébré...ma conscience leur paraissait absente.

Rien que pour pouvoir oublier ces malheurs, j'aimerais bien m'éloigner du pays, et changer d'air. Il était temps de nous changer les idées et de ne penser qu'à nous. Nous nous aimions, mais nous n'avions jamais eu suffisamment de temps pour vivre notre vie, et notre bonheur d'être ensemble. Les monstres ne cessaient jamais de mettre en péril notre bonheur. Je n'en pouvais plus de voir ma vie mise en péril alors que je préférais largement être présent pour Rachel que de finir enchaîné sur une table d'opération et torturé comme un moins que rien. Peu importe où nous pouvions nous rendre, et combien de temps nous allions y rester, le bonheur se trouvait dans l'éloignement. Nous avions une chance dans cet espace de penser à notre couple, et oublier ces monstres. Je voulais notre bonheur, mais également voir ma chérie sourire. Aucune larme...je ne voulais pas voir son visage perforé par les larmes. Rachel était d'accord avec mes pensées, mais elle souhaitait voir la même chose sur mon visage. Elle disait qu'un visage comme le mien ne méritait pas de souffrir et que je devais pouvoir goûter au bonheur pour sourire aussi au moins pour elle. Elle avait raison sur toute la ligne.


- C'est pour ça que j'aime te voir sourire, parce que cela amène le mien. Le fait de penser à mon amour pour toi amène ma joie parce que tu es ma raison de vivre. Mon coeur bat pour toi et il battra toujours pour toi.

Toujours proches l'un de l'autre, j'étais content d'être avec elle, et c'était cette joie qui rythmait mon envie de contenir ma migraine. Je ne voulais pas lui faire subir ma douleur actuelle, donc c'était pour ça que je tentais de tout faire pour paraître bien pour elle, mais j'avais du mal à y arriver. J'avais du mal à me retenir, et elle avait du percevoir les signes de quelque chose, du fait que je dissimulais une chose, peu importe laquelle. Cela me désolait... Je souriais pour tenter de changer la nature des pensées présentes dans mon esprit.

Pendant un instant d'environ quelques secondes, je frottais mes yeux avant de lui répondre.


- J'ai le même souhait. Si je pouvais m'éloigner de tout cela, pour être rien qu'avec toi, même maintenant, je réaliserais ce souhait avec plaisir, parce que je t'aime. Tout est possible. On peut partir n'importe quand, n'importe où. Tant que je suis avec toi, c'est tout ce qui m'importe, et je suis sincère. Quand tu le souhaites, n'importe où et n'importe quand, on pourra y aller. Je te l'assure. Tout ce qui m'importe c'est toi et seulement toi. Je t'aime et c'est la seule chose à laquelle je songe en te regardant, à l'importance si forte que tu as pour moi. disais-je en la regardant.

Sauf que le fait de la regarder était à double tranchant. Elle pouvait percevoir éventuellement la douleur dans mon regard et se rendre compte que je n'allais pas bien. Bon sang...je suis maudit...


[han j'ai bien aimé moi ^^]

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Dim 15 Avr - 19:00

Oui, j'étais déscider à partir le plus vite possible avec Sam. Mais, je ne voulais pas le faire trop vite. Mais, j'ai toujours ma peur que je n'avais jamais parler. Celle de finir comme ma mère. Elle avait été joyeuse et pleine de vie comme moi pendant 30 ans de mariage. Mais, le soir que nous l'avons apprit je me souvient d'une chose. La tasse de thé de ma mère avait tomber par terre. J'étais dans le salon cette soirée là et quand je l'avais vu en larme j'ai enlever mes yeux de la télévision et ces la que j'avais comprit que nous serions plus que deux maintenant. Du jour au lendemain, elle n'était plus celle qui me souriait tout les jours et qui me disait de ne pas laisser tomber mes rêves.

Elle ne me parlait plus et on m'avait dit peu de temps avant mon 16 anniversaire que ma mère ne pouvait plus rester avec moi. J'ai du rester loin d'Eden et de tout ce que je connaissais pour finalement finir ici à New York. moi qui pensait qu'on allait me laisser tranquille au début. J'avais tord, car là je craquais sur tout ce qui nous arrivait en ce moment. Je ne voulais qu'être seule avec l'être que j'aimais plus que tout au monde. Ce n'était comme si je demandais la lune ou le fait de ne plus mourir. Non ! Je ne demandais que du bonheur et rien que cela. Ce n'était quelque chose de compliquer pourtant la réalité nous le montrait comme quelque chose de très compliquer pour nous deux.

Quand Sam expliquait que j'étais tout pour lui. Je devenais rouge aussi vite et j'eu un large sourire. J'aimais qu'on me dise des belles choses, mais quand elle venait de Sam je savais qu'il le disait pour vrai et que ce n'était pas une parole en l'air. Toujours proche l'un de l'autre je l'écoutais me dire ce qu'il me disait et il me dit que peu importe l'endroit et le quand. On pouvait partir, moi j'aurais voulu tout de suite. Il était tout pour moi je n'étais rien sans son amour qui a réveiller mon âme de romantique. Je l'avais perdue depuis mon ex et je trouvais cela très dommage, mais la flamme est revenu quand je l'ai rencontrer. Mon coeur n,était que pour lui et maintenant j'étais entourée de bonne personne qui aimait pour ce que j'étais.


Si je te disais que je voulais partir maintenant et le faire le pus vite possible est-ce que tu le ferais ? Je veux pas passer une minute de plus ici et attendre qu'un autre malheur vienne nous tomber sur la tête. Pour l'endroit tu n'a qu'à choisir. car je n'ai pas beaucoup voyager et je connais que très peux de chose sur les autres pays. Mais, je te fais confiance si tu veux choisir à ma place.

À peine que j'ai eu le temps de finir ma réponse que je le vis se frotter les yeux une deuxième fois. Je m'inquiètais mais ne le dis pas tout de suite. Je savais voir les expressions de mon chéri et tout ceci me disait qu'il avait mal et qu'il le cachait. Mais, pourquoi me le cacher quand je pourrais peut-être l'aider à aller mieux. Je ne voulais pas le voir dans un coma ou tomber par terre, car il est a bout de force. Je pris mes deux mains et les mis sur ces joues pour lui dire ceci :

Ou ta mal Sam dit le moi je peux peut-être t'aider. Ne te referme pas parce que tu as mal. Sinon tu me fais mal parce que je deviens inquiète et je sais que tu ne le veux pas. Mais, tout ceci ne m'aide pas si tu me le cache.

Aucunes larmes, mais de la peur voilà ce qu'il y avait dans ma voix maintenant.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Mar 17 Avr - 20:06

M'enfuir, tout plaquer et décider de vivre ma vie uniquement sur l'axe de l'amour était un souhait profond auquel j'avais pensé pendant toute ma vie sans jamais pouvoir le réaliser, parce que je n'avais jamais pu trouver le bonheur que j'attendais depuis toujours. J'avais toujours attendu cet instant où je pourrais sourire, renaître et surtout vivre une vie remplie de bons sentiments. Je voulais effacer cette âme de souffrance qui noircissait ma vie peu à peu, m'enfermant dans un climat de tristesse, de douleur, et de torture. J'avais subi tant de douleurs dans ma vie que je me demandais s'il était encore possible de m'enfuir et de ne plus subir tout ça. Rachel était une chance, une chance pour moi de changer radicalement de vie et de vivre plus heureux qu'auparavant. Si je pouvais m'enfuir, tout faire pour vivre avec elle, je le ferais. Je le ferais sans aucune hésitation.

Pour cette raison, je serais capable de répondre facilement à sa question. J'étais doté des mêmes pensées qu'elle. Passer une minute supplémentaire dans un malheur constant est une injustice qui nous fait du mal. Je savais que Rachel souffrait autant que moi dans nos tortures et j'en avais assez de voir ça. Je l'aimais, bien plus que tout au monde, et je ne voulais plus que mes ennuis lui fassent du tord, du mal. C'était injuste. Elle était tout pour moi et ces pensées étaient largement sincères. La flamme de ma vie s'était animée grâce à elle et mon coeur allait toujours battre pour exprimer mon amour pour elle. Mon âme était bien meilleure en sa présence. Je n'allais pas le nier.


- Pour te répondre sincèrement, je serais capable de le faire parce que c'est toujours ce que j'ai voulu : éviter le malheur et simplement vivre de notre amour. C'est mon souhait profond, je te l'assure. Mais, pour être honnête, je ne suis pas un super voyageur non plus. Le seul pays que j'ai pu visiter était le Canada, et encore je n'y suis resté que cinq minutes et quelques. N'importe quel choix venant de toi me rendra heureux.

Mais elle avait perçu ma douleur, dans mon regard. Elle savait que je souffrais et voulait savoir où j'avais mal pour tenter de m'aider. Je l'inquiétais et je le regrettais. Je la regardais tandis qu'elle avait ses deux mains sur mes joues. Mes yeux brillaient d'une humidité dont je ne parvenais pas à comprendre le sens. L'émotion décrite m'échappait. J'étais perdu.

J'avais mal à la tête, une douleur que je pensais seulement passagère, présente juste pendant un instant, mais cette douleur ne passait pas. Elle était constante et au même niveau, chose qui me faisait peur. Si ce n'était pas qu'une simple migraine, que m'arrivait-il ?

Bon sang, mais pourquoi l'inquiétais-je autant ?


- J'ai mal à la tête...je ne sais pas ce qui m'arrive. Je pensais qu'il s'agirait d'une simple migraine, quelque chose qui allait rapidement passer, mais ça ne passe pas...je ne comprend rien.

Je baissais un instant les yeux parce que je me sentais coupable.

- Je suis désolé...désolé de t'inquiéter autant.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Sam 21 Avr - 14:47

Oui partir le plus loin était la solution pour nous deux. Vivre comme un vrai couple d'humains normaux. J'en n'avais tellement envit d'y goûter au moins pour une fois. Je le dis et le redit ce que j'avais eu avec mon seul ex ne pouvait pas se comparer à ce que je vivais avec Samuel. Aller n'importe ou était pour le mieux pour nous deux comme ça personne ne saura ou nous sommes. Sauf, que comme moi Sam n'avait pas été dans beaucoup de pays. Il n'avait été qu'au Canada et n'avait rester que cinq minutes pas plus. De plus, j'avais entendu qu'il faisait froid a cette période de l'année là-bas. Je ne voulais pas rester enfermer parce qu'il faisait trop froid. Et c'était trop proche des États-Unis à mon goût et je ne voulais pas y aller. Non, je voulais être vraiment loin de l'Amérique du Nord au complet.

Puis, deux idées me sont venu en un seul coup. La première je me sentais prête a y remettre les pieds, mais seulement à quelques endroits. L'autre il fallait s'attendre à une ville comme celle que j'avais en tête. Surtout que je n'y avait jamais mis les pieds même si j'en n'avais beaucoup entendu parler. Donc, je le regardais et lui dit :


Je te donne deux choix parce que moi je peux pas prendre la déscion toute seule. Le premier serait l'Angleterre et avant que tu me le demande. Je suis prête a y retourner, mais à certains endroit. L'autre y fallait s'attendre ces comme on peut dire le cliché pour les amoureux. J'aurais aimer Paris, parce que je n'y ai jamais été et on pourrait y aller tout les deux en amoureux juste nous deux. Je me suis dit qu'on pourrait y aller et ces assez loin d'ici et qu'on pourrait penser qu'à nous deux pour une fois. Parce que avant je n'aurais jamais été là bas, mais tu as réveiller mon côté de fille romantique et joyeuse.

Mais, mon sourire devenait de l'inquiètude après quelques minutes. Car, il me dit qu'il avait très mal à la tête. C'était soit ces anciens mal de tête qui revenait, soit ce qu'il lui on fait ou autres choses d'encore plus bizarre. Pourquoi à chaque fois, ces comme si on devait nous faire mal comme ça parce que c'était écrit comme ça. C'était justement à cause de se genre de chose que je voulais quitter le pays quelque temps et le plus vite possible.

Une seule de mes mains était sur son visage maintenant, et je pouvais voir que cela lui faisait un peu de bien. Mais, pas assez à mon goût et cela m'inquiètait un peu plus. Même s'il ne voulait pas me voir souffir, moi je ne voulais pas le voir sur le sien. Je ne voulais pas voir ce visage en pleine souffrance. Malheureusement, c'était toujours à lui qu'on s'en prennait et j'en pouvais plus maintenant. Je voulais juste un bel avenir pour nous deux.

Voilà pourquoi je voulais partir. J'en pouvais plus de le voir souffrir et de le voir en grande douleur. Moi, je ne pouvais rien faire j'étais impuissante face à ce que je voyais.


J'en peux plus de te voir comme ça je peux rien faire. Si je pourrais faire quelque chose pour t'enlever cette douleur, je le ferais tout de suite. Juste avoir vu ce que j'ai vu aujourd'hui. J'ai peur qu'il t'ai mis quelque chose en toi et que ces pour cela que tu as mal à la tête.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Sam 21 Avr - 23:49

Une large douleur présente dans tous les coins était une horreur inestimable incompatible avec l'amour qui était l'un des plus beaux sentiments à vivre dans une vie.

Mais le voir ternir par la souffrance était la plus terrible des choses. Vivre ce bonheur intense était une sorte de récompense, le but suprême d'une vie que n'importe qui souhaiterait atteindre, et le voir gâché était comme une sorte de sacrifice, un sacrifice très dur à supporter parce qu'on avait l'impression de perdre une grande partie de notre âme, une partie que l'on regrettait de voir s'envoler parce qu'on avait l'impression de voir disparaître une partie de notre espoir, une partie bien précieuse pour nous, pour n'importe qui en réalité. On avait un regret, on pouvait en pleurer. Quand on se battait toute sa vie pour vivre le bonheur, le voir partir était un désastre.

Mon bonheur était avec Rachel, car je savais que Rachel était la femme que j'attendais, la personne qui faisait chavirer mon coeur et renaître mon âme. Si partir loin d'ici pour oublier la douleur était la meilleure solution pour vivre parfaitement l'amour que je ressentais pour elle, j'allais le faire, sans hésitation, parce que l'important pour moi était justement le fait d'être avec elle, sans que le reste ne puisse faire obstacle à notre amour. Peu importe où nous allions nous rendre, nous allions rester tous les deux, ensemble, simplement elle et moi. Après avoir entendu ses idées de voyage, je lui répondis :


- Si tu le souhaites je vais te proposer un troisième choix, selon ta volonté. Si tu veux on peut...oh que c'est dur de trouver les mots... Tu as proposé deux choix de pays que je n'ai jamais vu, et deux choix que j'aime énormément d'ailleurs, mais rien ne nous empêche de les faire tous les deux, pourquoi pas ?

Moi ou comment perdre mes mots en deux minutes à peine....c'était super facile quand on était moi. C'était probablement la nervosité, ou simplement l'amour, je n'en savais rien...

Mais ma douleur à la tête était une horreur à supporter...et en plus j'inquiétais Rachel, alors que je l'aimais plus que tout. Je voulais un plus bel avenir pour nous deux et je devais à chaque fois subir les poursuites, et lui faire subir par la même occasion. C'était une terrible chose. J'en avais assez. Je voulais simplement être tranquille, que l'on puisse vivre des belles choses entre nous et non subir des larmes. J'en avais assez de toujours voir cette douleur.


- Moi aussi j'en ai assez. Cette souffrance je te la fais subir alors que je t'aime plus que tout au monde, c'est injuste et j'ai envie que tout puisse changer afin que l'on vive simplement notre amour et non autre chose... Juste une vie normale pour une fois, c'est vraiment ce qui serait le plus beau en cet instant.

Je la regardais.

- Je ne sais pas ce qu'ils ont pu me faire, mais je sais que ce n'était que des tests. Peut-être que c'est juste le contrecoup des injections que j'ai reçues, que mon corps est fatigué. Je ne fais que le supposer je sais, mais je garde espoir que ce n'est que ça, et donc que ça va passer. J'ai besoin de bonnes choses dans ma vie, une bonne chose en plus de celle que j'ai devant moi, à savoir toi.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Jeu 26 Avr - 18:26

Ma seule lumière, ma lueur de chaque matin et le dernier visage que je vois le soir en me couchant. Il n'y avait que lui pour faire battre mon coeur. Mon petit coeur qui pensait rester seul pour toujours. Mais, le peu de romantisme qui me restait dans mon coeur était revenu grâce à lui. Je n'aurais pas cru que malgré les malheurs que j'ai eu, j'aurais rencontrer mon âme soeur un jour et pourtant il était devant moi. J'étais prête à affornter n'importe qu'elle malheur pour rester avec lui. Je ne voulais qu'une chose et c'était de rester avec lui. Même si il y avait de la souffrance à cause de ce que nous vivions. Je me sentais en sécurité et rassurer avec la personne que j'aimais le plus au monde.

Je l'avais souvent penser et dit aussi. Mon lien amoureux avec Samuel était quelque chose de tellement fort que je ne pouvais pas l'expliquer par les mots. Comme si j'avais été mis sur son chemin pour être la lumière qui avait sauvé son âme de la solitude qu'il avait. Moi une simple humaine qui faisait exploser des choses. J'avais réveiller une âme qui dormait depuis un trop long moment. Une âme qui avait besoin qu'on l'écoute et une âme qui avait besoin de passer un bon moment avec sa chérie. Nous pourrions être loin du malheur que nous avions ici et partir le plus loin possible.

Mon bonheur était avec lui et c'était pour cela que nous voulions partir un moment. Juste moi, lui et notre destination à nous deux. J'avais proposer l'Angleterre et Paris pour des raisons toutes simples. Mais, Sam me dit qu'on pourrait faire les deux. Même si nous étions dans le lit, je le prit dans mes bras et le serrait le plus fort que je pouvais. Après quelques minutes, je lui dit :


Oh ! Tu sais pas à quel point je suis heureuse en ce moment.

C'était des larmes de joie qui coulait en ce moment. Il était le seul homme à me donner ces émotions. Le seul à faire battre mon coeur comme il battait en ce moment. Avec un grand sourire au visage, je lui dit :

Je suis d'accord pour faire les deux, mais il y a un petit problème. J'ai pas assez d'argent pour faire les deux voyages. Je veux vraiment faire les deux. D'un côté je veux te montrer ou j'ai vécu mon pays natal et aller dans une des villes les plus romantique. Je veux te montrer des coin de Londres qu'aucuns guide touristique pourrait te montrer. Ma vie est plus courte que la tienne et je veux en profiter et voir ces choses avec toi et seulement toi. Car, tu es la plus belle chose qui me soit arriver depuis mes 21 années de vie.

Puis, ces douleur à la tête arrivait. J'avais sérieusement très peur qu'il tombe dans les pommes comme les autres fois. Dommage que ceux qu'il lui avait fait cela avait brûler dans ce feu qu'il avait produit à cause de mon explosion. Sinon, je l'ai aurait tuer un par un parce qu'il avait peut-être fait quelque chose et j'étais impuissante face a ce que je voyais. Il me disait qu'il avait besoin de bonne chose et cette bonne chose c'était moi. Je ne savais pas quoi répondre à chaque fois qu'il me disait des mots comme ça je n'avais aucune réponse verbale à lui donner seulement des gestes et celui ci en était un. J'avançais mon visage et déposait un baiser sur son front et je gardais le contact pendant de longues minutes. C'était ma façon de lui dire que tout allait bien ce passer et que de mal allait arriver. Je voulais juste que sa douleur s'enleve. Il avait assez souffraire quelques semaines dans un bonehur que je pouvais lui donner ne ferais pas mal. Ces tout ce que je souhais à la personne que j'aimais le plus.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Jeu 26 Avr - 23:58

Avant de rencontrer Rachel, ma vie n'était qu'une succession de malheur, une existence que quelqu'un ne devrait même pas vivre simplement parce qu'elle était inhumaine, indigne de la conscience de n'importe quelle personne, parce que les douleurs étaient insupportables. Elles étaient bien trop immenses, bien trop préoccupantes et surtout puissantes pour être supportées par qui que ce soit. Pour être quelqu'un qui les vivait sans cesse, je savais ce qu'une existence de torture signifiait, et je savais que c'était l'horreur. Mes larmes, mes cris, tout avait déchiré le ciel à un point que cela puisse briser également mon coeur d'une façon indélébile. J'étais endolori par la peine que le destin pouvait apporter parce que j'avais l'impression qu'il n'y avait que cette seule chose qui existait sur cette Terre.

Mais une notion de bonheur existait et c'était elle. Rachel était la lumière qui me maintenait en vie, qui me rendait heureux et sincèrement présent dans ce monde. Je l'aimais, je l'aimais plus que tout au monde. L'amour parfait, c'était ce que j'avais attendu toute ma vie. J'avais toujours attendu cet instant où j'allais pouvoir vivre heureux, ne plus penser à la tristesse ne serait-ce qu'une seule seconde. Toute ma vie serait dédiée au bonheur, à la vie que je pourrais avoir avec elle. Je pourrais fuir le malheur rien que pour être avec elle, et c'était ce que je lui proposais. On pourrait partir en voyage, partir dans un autre pays rien que pour oublier ces fichues tortures, et c'était ce qu'on allait probablement faire. J'avais approuvé son idée pour la rendre heureuse et aussi parce que cela me rendait heureux moi aussi. Mon amour pour elle était plus fort que tout le reste. Quand je l'avais dans mes bras, je savais qu'elle était celle qui comptait le plus à mes yeux. Elle était la seule et l'unique.


- Et moi tu ne peux pas savoir à quel point je t'aime Rachel.

Rachel versait des larmes de joie, et moi j'étais le plus heureux en cet instant. Je l'aimais. Mon dieu que je l'aimais...

- Je vais te dire une chose, et je suis absolument sincère en disant cela, l'argent n'est pas l'important. Tu n'as pas de souci à te faire sur ce plan-là. Je peux m'occuper de tout je t'assure. disais-je avec un grand sourire Tu es la plus belle chose qui a pu m'arriver dans ma vie et te rendre heureuse est mon souhait. Je serais heureux de découvrir tous ces beaux coins de paradis avec toi, le plus heureux du monde. Je t'aime c'est tout ce qui compte.

J'avais toujours mal à la tête, mais il me restait suffisamment de force pour lui dire ces belles paroles, parce qu'elle comptait pour moi et que je ne voulais pas voir une simple migraine gâcher mon existence. Elle était la perle rare de mon existence. Elle avançait son visage près du mien pour déposer un baiser sur mon front, un contact long de plusieurs minutes. Des larmes si puissantes tombaient de mes yeux, un mélange entre la douleur de ma peine mais également la joie de ressentir sa présence.

En rouvrant les yeux, ces simples mots sortaient :


- Je t'aime plus que tout au monde.

Je t'aime...des mots que je disais parce que j'y pensais réellement, mais aussi des mots qui sortaient souvent quand je me sentais mal....

Je ne savais pas pourquoi j'avais dit cela, si cela était une marque d'amour ou un appel au secours, mais je savais que l'amour demeurait toujours là même si mes paroles me faisaient douter. S'il y avait bien une chose dont j'étais certain : j'aimais Rachel, et les " Je t'aime" ne seront jamais une force de doute, parce qu'il s'agit de mes pensées.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Mar 1 Mai - 23:12

Je voulais faire un voyage en amoureux et rien que cela. Je ne demandais pas beaucoup de choses, je ne demandais pas la lune ou autre grande chose. Je ne voulais que du bon temps avec Samuel et ces tout rien d'autre. Peu importe le pays, la ville et l'endroit en autant que j'étais avec Sam tout allait bien aller. J'aurais aimer en parler avec Eden au moins un fois, mais elle était toujours en Angleterre et moi j'étais ici. J'espèrais quie personne ne lui est fait du mal à cause de moi et mon don et tout. En parlant de mon pays natal, je voulais visiter ceci en premier, car j'étais née là-bas et je voulais y retrouner pour non seulement retrouver la partie qui me manquait, mais aussi pour montrer à mon amoureux plein de chose que je pouvais lui montrer.

Toute les belles choses de là-bas je voulais lui montrer à lui aussi. Je voulais qu'il oublie un peu se qu'il venait de vivre. Je voulais qu'il arrête de voir de la douleur, de la torture et de la tristesse, mais pas juste celle qui était résente, mais les anciennes aussi. Je ne voulais pas qu'il oublie tout de son passé, car ces cela qui a fait sa personnlité et on ne peux pas oublier tout son passé. Je ne voulais pas être triste parce qu'il pourrais être triste. J'ai eu la plus grande chance du monde de l'avoir rencontrer. Il était la personne avec qui je voulais finir mes jours. C'était mon âme soeur, mon amoureux, mon héro et la seule personne à qui je faisais totalement confiance en ce moment.

Après l'Angleterre, je voulais aller à Paris pour plusieurs raison. Parce que de mon point de vue c'était LA ville de l'amour. Plusieurs mon déjà dit que c'était Venise la ville de l'amour, mais je n'y croyais pas parce que cette ville ne m'intrésse pas du tout. Mais, presque toute l'Europe en entier que j'aimais et que je voulais voir à tout prix.

Il n'y avait qu'un seul problème maintenant et c'était l'argent. Je n'avais pas assez d'argent pour faire les deux voyage. Je ne roulais pas sur l'or et Sam non plus. Mais, Sam me dit de ne pas me faire du souci pour l'argent. Je ne pouvais pas résiter a son sourire qu'il venait de me donner. N'importe qui pourrait tomber sous le charme avec ce sourire. Mais, ça ne m'expliquait pas comment il allait faire pour payer tout ceci. Il me disait qu'il serait heureux de visiter toute ces endroit avec moi et qu'il aimait et que ces tout ce qui comptait. J'étais d'accord avec lui, car c'était lui que j'aimais et personne d'autre. Toujours allongé l'un devant l'autre, je lui dit ceci :


Attends commentr tu vas faire pour tout payer ? Ça va nous prendre un endroit ou dormir et je veux pas dormir dehors même si a ce temps ci la température se réchauffe. Tu vas comment et avec quel argent ? Je comprend pas comment tu va faire ?

À moins que Sam ne connaisse quelqu'un de très riche. Je ne savais pas comment nous allions partir d'ici. Ces dans des moments comme ça que j'aurais aimer voler ou me téléporter et comme ça on serait déjà là-bas. Mais, il y avait avant les douleurs à la tête de Sam qui me rendait très inquiète. J'avançais mon visage vers son front et lui donnait un baiser assez long pour essayer de lui changer les idées. Je sentis des larmes qui coulait le long de son visage. Je reculais mon visage et le vis ouvrir les yeux puis, il me dit qu'il aimait plus que tout au monde. Je n'eu pas de larmes, mais l'émotions de joie et de bonheur était présente dans ma voix.

C'était si facile de dire un je t'aime à quelqu'un, mais avec Sam j'étais honnête à chaque fois que je le disais à lui. Ces mots n'était vrai que pour lui et personne d'autre. Avec les deux ex petits amis que j'ai eu rien ne pouvait se comparer à ce que je vivais en ce moment avec Sam. Le couple qui vivais n'importe quel malheur, mais qui devenait plus fort à chaque fois. C'était nous deux à chaque fois qu'on souffrait l'un était là pour l'autre. Comme en ce moment, Sam avait mal et je l'aidais du mieux que je pouvais.


Je t'aime plus que tout. Ces mots ne sont vrai que pour toi. Personne d'autres ne va me faire changer d'idée tu l'homme de ma vie et rien ne va changer cela.

Même s'il avait mal à la tête je déposait mes lèvres douces sur sa bouche pour prouver que ce que je disais était plus que vrai.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Jeu 3 Mai - 1:42

S'il y avait quelqu'un qui pourrait m'aider à retrouver cette pincée de bonheur qui me manquait dans ma vie, c'était bien elle.

Rachel avait animé une partie de mon âme qui était restée en profond sommeil durant de nombreuses années, des années où j'avais vécu le pire des calvaires, un calvaire dont personne ne devrait se remettre en théorie. Mais j'étais resté debout par la force de l'espérance, le fait de croire à la chance de vivre un jour le sentiment le plus positif d'une existence, à savoir l'amour, le fait de s'attacher d'une manière si puissante à quelqu'un ou quelqu'un chose. L'amour que je vivais n'avait rien de matériel, comme l'amour d'un objet, mais il s'agissait d'un amour physique. J'aimais Rachel, cette femme si importante pour moi. Je tenais à elle plus que tout au monde et jamais je ne pourrais supporter le fait de la perdre et de savoir que je devais apprendre à vivre sans elle, à garder à l'esprit que je pourrais ne plus la voir et ne plus me lever chaque matin en voyant son visage droit en face. Ne plus la voir tout d'un coup serait une sérieuse déchirure.

Pour vivre pleinement mon amour avec elle, il était temps de fuir le malheur et de quitter les Etats-Unis afin de nous évader ailleurs, fuir ces obstacles terribles. On pourrait vivre notre amour dans un autre pays le temps d'un voyage. Cette escapade nous laisserait le temps de rester en couple, tous les deux, et de ne penser qu'à nous, simplement. Il s'agissait du simple bonheur, du bonheur que je recherchais au fond de moi-même. Je voulais simplement une vie de couple avec Rachel. C'était tout ce que je voulais. Il s'agissait du plus beau souhait du monde, mais il était très dur à réaliser parce que les obstacles vers son ascension étaient très grands, et très durs à surmonter. Les temps sont durs quand on cherche à avoir une vie normale.

Pour faire en sorte de quitter le pays, de partir loin d'ici et ainsi changer d'atmosphère, je n'avais pas besoin de notion d'argent, mais j'allais lui en parler avant de décider de quoi que ce soit. Si jamais elle était contre l'usage de ce genre de stratagème, je n'allais pas l'utiliser et me diriger vers une toute autre chose pour lui faire plaisir, car il s'agissait là de mon but : la rendre heureuse pour que nous puissions être heureux ensemble. Je l'aimais et je n'allais jamais la laisser tomber. Je n'allais jamais la quitter parce que je l'aimais plus que tout.

Il était temps que je lui parle.


- Quand je te dis que tu n'as pas de souci à te faire par rapport à l'argent c'est parce que c'est vrai. Je connais un moyen de voyager sans payer les frais du voyage, mais on ne l'utilisera que si tu le souhaites réellement. En fait, je connais quelqu'un capable de nous téléporter jusqu'à l'endroit de notre choix. Il pourrait nous y emmener. Sinon j'ai d'autres solutions si jamais celle-là ne convient pas. L'important est que tu sois heureuse.

Je la regardais et mon coeur battait si fort pour l'amour que je ressentais pour elle. Je l'aimais, bien plus qu'un simple amour. C'était plus important que tout le reste de ma vie. J'aimais Rachel au point de ne jamais être capable de la laisser tomber. Je ne pourrais pas accepter le fait de la perdre depuis le temps que j'avais passé à m'attacher à elle. Je lui souriais même si ma migraine était encore présente.

- Et toi tu es la femme de ma vie. Quand je t'ai rencontrée, il est clair que j'ai changé, que j'ai pu accéder à un sentiment qui a toujours été absent dans ma vie. Je t'aime plus que tout et je tiens à toi plus qu'à tout le reste de mon existence. Ces paroles sont réelles, véridiques uniquement pour toi et toi seule. Jamais je ne pourrais penser le contraire.

Ce doux baiser me détendait pour que je puisse penser qu'à un doux sentiment, un sentiment qui me faisait oublier les peines et les douleurs. Seule Rachel m'aidait à penser comme elle faisait. Elle était la seule à avoir un si bel effet sur mon âme.

J'avais beau avoir mal à la tête, ceci n'avait pas d'importance tant que Rachel était là, même si ce mal de tête n'avait pas envie de s'enfuir. Mon amour pour elle éclipsait mon mal pour me permettre de penser à quelque chose de plus simple, de plus doux. Elle me faisait penser à tout ça, tous ces mots qui ne correspondent qu'à elle.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Dim 6 Mai - 15:01

Mon bonheur était avec cet homme. Il n'y avait que lui pour me dire à quel point j'étais spécial pour lui. Parce que moi je ne me trouvait pas si spécial que ça. Je n'étais presque rien, je n'avais plus de famille dans un sens. J'avais tout quittée pour venir ici et ma famille je ne pouvait plus les voir. Ma seule famille maintenant était l'homme devant moi. Je suis presque sur que si nous nous serions rencontrer dans des circontance normals et que j'aurais toujours eu ma vie normal. Les filles auraient tous été jalouse, car j'avais la perle rare comme petit ami. Personne ne pourrait prendre la place qu'avait Samuel dans mon coeur. Il était celui que j'allais aimer jusqu'à temps que je meurs. Quand ce jour allait venir, je savais que j'aurais eu une vie remplit de belle chose.

Si cette lutte pour notre survit pourrait se terminer très vite. J'aimerais vraiment vivre une vrai relation avec lui. Aussi, faire venir Eden de l'Angleterre et qu'elle reste au États-Unis. Cela faisait trop longtemps, qu'elle était séparer de moi et elle manquait beaucoup trop. Je pourrais aussi aller voir ma mère et la tombe de mon père. J'avais besoin de leur parler même s'il ne pourrait pas vraiment m'écouter. Je voulais parler à quelqu'un de cette magnifique relation que j'avais et que je voulais avoir avec l'homme que j'aimais.

Quand Sam me parlait de sa façon de nous déplacer d'ici jusqu'à l'endroit ou nous voulions aller. Je devais curieuse comme a mon habitude. Il connaissait quelqu'un qui pouvait nous faire téléporter à cette endroit sans que nous dépensions de l'argent. J'eu un large sourire, car je pourrais aller visiter ce que je voulais, mais il ne restait qu'une seule chose que je voulais savoir.


Avant que je dise oui. J'aimerais savoir tes autres solutions avant que je dise oui à la première. Désoler de ma curiosité, mais tu me connais à force je le suis un peu trop.

À chaque fois que j'étais avec lui que se soit proche comme nous l'étions ou loin dans l'appartement. J'avais toujours le coeur qui battait très fort pour lui. Comme si dans mon coeur j'avais des feux d'artifice à chaque fois. Même si je ne pouvait rien faire pour son mal de tête. Je voyais qu'il se battait pour oublier la douleur. Je voulais qu'il l'oublie, mais pas qu'il souffre en même temps. En peu de temps, j'avais vu le changement que j'avais fait sans m'en rendre compte au début. Les premières fois que je l'avais vu, il était tellement triste, isoler de tout le monde et parlait très peu de lui. Mais, il avait laisser un peu de place pour moi, une simple blonde comme moi. J'avais réussis un très grand miracle et j'en n'était très fière. Car, je voyais un homme meilleur, un homme que je suis tomber amoureuse. Il était ma vie et je n'allais pas le laisser tomber.

Je ne répondit pas, par des paroles, mais par un simple, doux et long baiser. Pour montrer se que je ressentais et que je serais là n'importe quand et dans n'importe quel situation je serais là. Après plusieurs minutes que je n'avais pas compter, je me levais du lit et lui dit avec le même large sourire.


Et je veux passer un magnifique voyage avec l'homme de ma vie. Mais, je dois penser à ce que je vais porter et mettre dans mes valises.

Pas une minutes de plus, je courrais déjà un peu partout dans l'appartement telle une fille de 6 ans qui avait très hâte de partir. On pouvait déjà voir mon côté féminin que je ne montrais pas très souvent, car je courrais d'un côté à l'autre de l'appartement. Je voyais du coin de l'oeil Sam qui me regardait, alors qu'il était toujours dans le lit. J'espèrais que son mal de tête soit moins fort, car j'aimerais le voir bouger un peu juste pour que nous allions un bon moment en amoureux avant de partir.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Dim 6 Mai - 22:53

Si je faisais l'objet d'une interview par un journaliste quelconque, il y avait bien une chose que j'aurais du mal à aborder, même si on me posait la question des milliers de fois. Si on me demandait de parler de mon passé, me dévoiler sur qui j'étais et sur toutes les épreuves que j'avais du subir pour être encore en vie aujourd'hui, jamais je ne pourrais parler, simplement parce que je ne le pouvais pas. La seule chose que je pouvais dire concernant mon passé était le but que je recherchais depuis le départ : le bonheur. Tout ce temps où j'avais vécu ma vie, je l'avais vécu dans la complexité de la souffrance, et je chérissais par conséquent tout chemin où je pourrais être heureux, et surtout sur un long terme.

Avec Rachel, je connaissais ce bonheur plus que jamais, parce que mon cœur battait au rythme de l'amour que je ressentais pour elle. Cette femme si spéciale et si importante à mes yeux était celle qui avait fait renaître mon âme. J'étais redevenu humain dans un sens car je parvenais à être heureux, et à le penser surtout sincèrement. Mon bonheur était avec elle, et j'en avais largement conscience. Une place dans mon coeur était largement dédié à sa présence, parce que je l'aimais plus que tout. J'allais aimer Rachel, l'aimer plus que tout au monde, pour toujours et à jamais car elle était celle que j'attendais depuis le départ...cette âme soeur que je devais avoir dans mon existence.

J'aimerais tellement pouvoir vivre ma vie avec elle, construire la plus magnifique des relations. Pour cela, je souhaitais sincèrement non pas une vie comme aujourd'hui bercée par la lutte pour notre survie, mais tout autre chose. Cette lutte était bien compliquée qu'un gouvernement stupide avait amorcé rien que pour nous faire du mal. J'étais amoureux au point d'espérer l'utopie pour elle, pour nous, pour ce que nous pouvions construire ensemble. Penser à l'avenir revenait par exemple à songer à Tyler, ce fils que j'avais rencontrer, même si c'était dans des circonstances plutôt compliquées.

Par rapport au voyage qu'on projetait, Rachel souhaitait savoir les autres solutions que j'avais en tête avant de dire oui...chose que je comprenais.


- Oh, c'est surtout des solutions en rapport avec la téléportation, sinon je peux voir avec quelqu'un pour faire autrement, mais c'est comme tu le souhaites sincèrement. Je ne ferais rien sans ton avis préalable.

Par la suite, un baiser magique berça qui j'étais. J'aimais tellement Rachel rien que pour les instants qu'elle me procurait. Elle se levait du lit au bout de plusieurs minutes et me dit avec un sourire qu’elle voulait passer un magnifique voyage avec moi, mais qu'elle devait songer à ses valises. Elle se mit à courir un peu partout dans l'appartement et moi je la regardais depuis le lit, lui jetant quelques sourires quand elle revenait devant moi, des sourires qui reflétaient les pensées dans mon cœur.

J'eus parfois quelques crispations par rapport à mon mal de tête, mais c'était moins flagrant qu'auparavant. La douleur était toujours là mais la magie de l'amour me faisait oublier mes problèmes. Je me sentais un peu mieux. Pendant une courte absence de Rachel, je vis la présence de mon carnet, celui où je dessinais parfois. Je le pris dans mes mains, avec son crayon, en me fixant dans une page vide. Un moment, je pris le temps de réfléchir à ce que je pouvais faire. Je commençais à dessiner un visage, imprécis au départ mais qui devenait celui de Rachel. J'étais en train de la dessiner, non pas à cause d'une crise, mais parce que je voulais la dessiner.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Lun 7 Mai - 16:46

Comment on pouvait me décrire en ce moment ? C'était assez simple et on pouvait le dire en un mot : exciter. J'étais assez heureuse de pouvoir sortir de ce malheur. Oublier le malheur qui nous entour pour quelque temps. Juste notre bonheur à nous deux et rien d'autre. Je ne sais pas ce que je serais devenue si j'aurais pas rencontrer Samuel dans cette ruelle il y a plusieurs mois de cela. Je ne voulais pas le savoir non plus. Ma vie était avec lui et personne d'autre. J'allais tout faire pour que nous restions aussi longtemps l'un avec l'autre.

Sa solution de nous rien faire payer pour les voyages me plaisait finalement. Elle était rapide et j'aurais pas a attendre l'avion ou d'avoir peur qu'il s'écrasse. J'avais prit l'avion souvent et j'avais très peur dans ces appareil. Mon dernier souvenir de prendre l'avion n'était pas le plus heureux. Donc, le faire de façon simple et très rapide serait le mieux dans un sens. Mon sourire ne voulait pas partir de mon visage. Mais, avant toute chose je voulais savoir qui allait le faire. Qui allait nous porter jusqu'à là-bas ?


J'aime mieux la première solution et pour plusieurs raisons. J'ai déjà prit l'avion et j'en n'est une grosse peur à chaque fois que je le prend. J'ai aussi des mauvais souvents de quand j'ai quitter l'Angleterre pour venir ici. Je veux pas les revoir déjà que je me sens prête à aller dans mon pays natal. Je veux pas avoir le sentiment que j'ai eu quand j'ai quitter le peu de famille qui me restait. En plus, y se vol dans le temps avec toi, moi et Taylor et je ne veux pas une autre situation comme celle là. Mais, j'aimerais connaître cette personne qui pourrait nous téléporter là-bas sans que nous payons. Comme au moins son prénom comme ça, je n,aurais pas l'air d'une inconnue devant lui ou elle.

Puis, je me levais et mis l'appartement dans un bordel incroyable. Je passais de notre chmabre, à la salle de bain pour finalement revenir dans la chambre. Mes deux valises, étaient dans le salon et je ne savais pas quels vêtements mettre dans ces deux valises. J'étais comme une petite fille de 6 ans. Mais, je ne savais pas quoi mettre dans les valsies. Car, je connaissais la température de ou j'avais vécu pendant 20 ans de ma vie. Mais pour Paris, j'allais juste prendre des vêtements au hasard. Mais, je savais que les chandails pour l'hiver et autres je n'allais pas les prendre. J'avais déjà une valsies de faite quand je vis Sam avec un petit carnet et un crayon.

J'avais jamais remarquer qu'il en n'avait un. Au début, je croyais qu'il écrivait quelque chose. Mais, je vis qu'il dessinait quelque chose. Je ne voulais pas le déranger, donc j'allais derrière lui et marchait lentement pour ne pas me faire voir. Je déposais un baiser sur sa tête et lui demandait ceci :


Tu dessine qui comme ça ?

Je restais coller à lui en entendant qu'il me répond. Même si du coin de l'oeil je pouvais voir qu'il me dessinait. Ce n'était pas quelque chose de professionnel comme dessin, mais c'était super et une marque d'amour dans un sens pour moi en tout cas. C'était un talent que je ne lui connaissais pas du tout, mais je me rendit compte que mon petit chéri dessinait très bien.

Je savais pas que tu avais l'âme artistique. Tu vois un talent qui n'est pas surnaturel. Est-ce qu'il y a d'autres choses dans ce carnet ?

J'étais curieuse de savoir ce qu'il y avait dans ce petit carnet. Il avait l'air d'y avoir plusieurs pages avec des choses dessus et s'il le voulait je pourrais peut-être regarder ou qu'il m'explique ce qu'il y avait dedant.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Mar 8 Mai - 1:09

Au fur et à mesure que mes traits évoluaient sur mon dessin, je pensais à elle. Je pensais à celle que j'aimais du fond du cœur. Rachel était la femme que j'attendais depuis si longtemps, cette personne si parfaite que j'avais attendu pendant toute ma vie. Elle était mon âme sœur, une personne importante dans mon existence et sans qui je ne pourrais plus exister dans ce monde parce que je n'aurais plus aucune raison de vivre, plus aucune motivation pour tenir debout et continuer à tout prix de tenir le coup, même en perdant la prunelle de mes yeux, celle qui avait changé ma vie. Du jour où je l'avais rencontrée la première fois jusqu'à maintenant, Rachel avait gagné en importance à mes yeux et mes sentiments ne cessaient également de gagner en sincérité et en force. Je l'aimais véritablement et rien ne pourrait jamais me forcer à éteindre un tel sentiment. Si j'étais mortel, je serais capable d'en mourir. Mais là, j'étais immortel. Je risquais la souffrance éternelle... oh ça aurait pu être pire (déjà que ça l'était dans un sens).

La voir courir partout à travers l'appartement et mettre un bazar qui relevait de son secret me faisait sourire. Avec son accord, j'allais me téléporter où elle le souhaitait. Mais parler de qui allait nous téléporter était une autre histoire. Je lui avais donc, avant de la voir courir partout, dit cette simple chose :


- Si tu veux, je pourrais te présenter la personne en question.

Elle revint dans ses valises et voir des préparatifs pareils me surprenaient, car je n'avais jamais été enfermé dans une chose si banale et joyeuse. C'était la première fois que je le vivais en réalité, parce que je n'avais pas eu la réelle occasion de vivre les bonheurs simples, les moments où la conscience humaine était excitée à l'idée de faire quelque chose de génial, de partir à l'aventure ou simplement de rester avec la personne que l'on aimait. Dans un sens, avec le voyage de prévu nous allions vivre un certain mélange des deux, puisque nous allions visiter des endroits inédits et puis également rester ensemble. Ces deux aspects mélangés rendaient ce projet parfait à mes yeux.

Après un baiser déposé sur ma tête, Rachel vit un peu plus tard que je dessinais. Au loin, elle s'interrogeait pour savoir qui je pouvais bien dessiner. Elle vit en s'approchant un peu plus encore, avant même que je ne puisse répondre à sa question, que c'était elle que je dessinais. Je faisais ce dessin en étant moi-même. Je le faisais avec sincérité et sans une trace de Meknes dans ma tête. Je la dessinais simplement elle parce que je le voulais. C'était ma volonté propre de la voir figurer dans ce carnet, un carnet qui lui était dédié. Des carnets, j'en avais déjà une bonne dizaine depuis que Meknes me procure ses visions personnelles. Celui que je tenais dans les mains était le seul à être sincère, puisqu'il parlait de celle que j'aimais. Des dessins où je pouvais m'imaginer comment elle était.

Je lui parlais de cette " âme artistique" , en terminant mon dessin en même temps :


- Je n'ai découvert cette envie de dessiner que recemment, un peu par hasard en fait. J'étais devant un carnet et j'ai dessiné la première chose qui me venait à l'esprit. C'était sommaire quand j'ai commencé, mais je commence depuis à dessiner plus de choses. En effet, je peux avouer que ça fait du bien d'avoir un talent qui n'est pas surnaturel, même si je ne suis pas réellement parfait dans ce domaine.

Je regardais le carnet tout en rangeant le crayon.

- Ce carnet, c'est le cinquième que j'ai entamé. Les autres, je les ai rangés. Mais je pense que tu as largement le droit de découvrir celui-ci, car je pense que c'est le plus sincère de ceux que j'ai entamés. Ce carnet, il est consacré à ce qui berce ma vie et c'est toi. Je te dessine comme je te perçois dans mon esprit. Si tu veux le regarder, tu peux.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Mer 9 Mai - 21:22

Heureuse comme une petite fille de 6 ans, qui allait à son premier voyage. Voilà comment on pouvait me décrire en ce moment. Je voulais avoir un voyage en amoureux et avec l'homme qui avait la clé de mon bonheur. Je voulais avoir des moments avec lui et des moments que j'allais garder jusqu'à temps que je fermer les yeux pour de bon. Quel soit tôt ou très tard ma mort je ne pourrais pas la vivre. Car, j'allais mourir soit jeune ou vieille et je voudrais garder tout mes souvenirs dans ma tête.

J'avais poser une question à Sam et je lui avait demander qui allait nous téléporter là-bas. Je ne voulais pas être une totale inconnu devant la personne. Sam me répondit en disait qu'il pourrait peut-être me présenter la personne en question. C'était une bonne idée, comme ça je pourrais l'appeler par son propre prénom et non inconnu ou autre chose dans ce style. Je lui fis un signe de tête comme quoi il pourrait me le présenter quand le moment serait là.

Puis, je me levais pour aller faire au moins les deux valises que j'allais apporter avec moi. L'appartement était déjà en bordel à cause de moi. Mais, maintenant j'avais mis les choses pire qu'elle était. À peine, une valise de fini. Je vis mon chéri dessiner, il c'était un peu relever et cela me fit sourire de le voir comme ça. Je le vis avec un crayon et un petit carnet. C'était la première fois que je le voyais comme ça. J'étais maintenant à côté de lui et il m'expliquait qu'il en n'avait d'autre, mais que celui-ci était le premier qui était sincère et c'était sur moi. Il me passait pour que je regarde les dessins. Je pouvais voir le dévéloppement qu'il y avait entre les premiers dessins et celui qu'il venait de faire. Parfois, ce n'était que mon visage et d'autre moi au complet. J'eu un large sourire et un sourire de fille heureuse.

Je pris d'une main son visage et de l'autre je mis le carnet et crayon de côté. Puis, je l'embrassais avec une telle passion. Je n'avais jamais embrasser comme ça avant. Je l'aimais tellement pour le peu qu'il savait relever. Je le recouchais doucement et je tombais doucement sur le lit en continuant de l'embrasser.

Je voulais le faire comme maintenant, reste juste a savoir si Sam le voulait aussi. Parce qu'avec son mal de tête je voulais pas faire quelque chose et après qu'il aille mal deux fois plus. Je me détachais de lui deux minutes le temps d'enlever mon chandail pour continuer ma petite série de baiser dans son cou. J'en n'avais tellement envit que je pouvais pas m'arrêter. C'était un petit moment parfait que je voulais depuis très très longtemps.


hj: réponse courte, mais une fin chaude comme j'avais dit =)

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Jeu 10 Mai - 18:29

L'âme artistique que je m'étais découverte n'avait pas un aspect si naturel que cela, puisque je l'avais découverte à cause de l'ancêtre égyptien, prophète de son état, qui sommeillait en moi. Meknes me procurait une sorte de troisième don même si, à proprement parler ce n'était pas un don, vu que je ne l'utilisais pas. Je n'étais qu'un intermédiaire dans toute cette histoire, un corps qui servait simplement de plateforme d'accueil, un corps d'entrée pour ce pouvoir de vision. Par mon corps, j'accueillais ses visions, et je les représentais parfois en dessin. Ce talent caché pour le dessin était né de ces temps où je n'avais pas d'autre choix que de suivre la volonté guidée par les visions de Meknes.

Depuis, je tentais de m'en servir pour autre chose que ces visions, pour des temps où je pourrais être plus serein et plus en proie à un bonheur qui me plairait. Dessiner celle que j'aimais était un acte de bonheur, et surtout un acte sincère venant de ma part. Je ne dessinais pas des horreurs quand je pensais à elle, bien au contraire. Je représentais mon amour sur ces feuilles, un amour enflammé qui n'allait jamais s'éteindre en moi. Je la dessinais comme je la voyais, avec toute la splendeur que je percevais en plongeant mon regard dans le sien. Quand je la fixais et prenais le temps de me rendre du niveau de mon amour, je savais à quel point j'avais de la chance de l'avoir rencontrée et de l'avoir auprès de moi. Rachel était la plus belle âme que j'aurais pu rencontrer, une chose que je ne pensais même pas pouvoir avoir dans ma vie, et pourtant elle était là. Elle était là auprès de moi et tout ceci n'avait rien d'un rêve, loin de là. Je vivais la plus incroyable des choses. Mon but était alors simple : en profiter un maximum pour que tout ceci puisse durer le plus longtemps possible, et même éternellement si cela était possible. Un sentiment aussi beau que celui-là méritait d'avoir la majorité du temps rien que pour lui, pour s'épanouir à jamais.

J'étais heureux en sa présence, et cette joie était bien présente quand je lui fis partager l'objet de ma complexité actuelle, à savoir mes dessins. C'était une chose que je faisais de plus en plus en ce moment, et les dessins que je faisais d'elle étaient les plus sincères de ma vie. Pourquoi disais-je cela ? La sincérité selon moi était la marque d'une expression de soi, une expression réelle et remplie de vérité. Quand je dessinais Rachel, ce n'était pas Meknes qui agissait pour me faire passer le message d'une vision, mais bon mon propre esprit qui déclarait ses sentiments. J'agissais pleinement quand je dessinais celle que j'aimais, pour pouvoir entretenir ces si bons sentiments que je ressentais pour elle. Rachel observait ces dessins aujourd'hui, et ce sourire qu'elle avait animait le mien. Voir ce que je faisais la rendait heureuse, et la voir ainsi me comblait également de bonheur. Ce genre de sentiment était pour moi la vision que je me faisais de l'amour : un partage de bonheur, quelque chose de bien réel et surtout humain. C'était ce que je voulais vivre depuis si longtemps. J'avais certes toujours mal à la tête, mais plus rien n'avait d'importance à présent, en dehors de celle que j'aimais. L'amour jouait en quelque sorte le rôle de remède sur mon organisme, un remède si bon que je ne voulais pas m'en écarter. Je voulais vivre pleinement ce sentiment avec elle, tous les bons qu'ils promettaient, comme la joie d'être simplement ensemble ou même son expression, ce que les enfants appelaient plus communément " la chose" quand ils n'étaient au courant de rien du tout.

Quand elle prit mon visage avec l'une de ses mains, un sentiment si fort me traversait, une chose que je ne ressentais avec personne d'autre qu'elle. C'était une chaleur, une chaleur si belle qu'elle me traversait de part en part. Elle n'avait absolument rien de dérangeant, bien au contraire, car elle était reposante, si parfaite. Quand elle se détachait de moi pour enlever son chandail, les questions les plus stupides me traversaient comme : "Maintenant ou plus tard ?" "Que dois-je faire pour éviter de la brusquer ou de faire une erreur ?" "Le mieux c'est d'être au dessus ou en dessous, ou de valser sans cesse ?". C'était quand même fou les questions qui pouvaient traverser un esprit quand un corps allait, pour ainsi dire, passer à l'action. Elle revint vers moi, quand la dernière question put enfin s'évanouir de ma tête et m'empêcher d'avoir des pensées douteuses en lien avec ce fichu livre qu'on m'avait offert une fois, le cadeau le plus expressif de ma vie, mais aussi celui d'un ami qui ne comprenait pas ce que je ressentais pleinement et qui ne pensait qu'au physique avant de penser à l'émotion en elle-même.

Ces caresses et ses baisers dans le cou me faisaient le plus immense des biens et me faisaient planer vers une sorte de septième ciel personnel, un moment parfait que je vivais. Il ne me fallut pas très longtemps pour comprendre le sens d'une certaine parole que m'avait dite un ami : "Un amour émotionnel est beau parce qu'on est avec quelqu'un que l'on aime, mais le feu d'artifice survient quand on vit le sens physique de la chose" . En disant la chose, il parlait bien de LA chose. Quand je compris le sens de cette phrase, ma conscience eut pour pensée une phrase extrêmement intelligente : " Là, j'allais vivre le physique" . A l'arrivée de cette pensée, une étincelle me traversait. Mes mains caressaient le visage de Rachel lentement, des mouvements calmes en accord avec ce que je vivais. Et là, je commençais à me lancer. Il venait mon tour de l'embrasser passionnément et de vivre le feu d'artifice que mon ami prédisait dans sa phrase, cette explosion d'amour. Je l'embrassais sans me sentir capable de m'arrêter alors que son corps était tout contre le mien, une proximité si folle que mes sentiments atteignaient une image nouvelle. J'avais vécu ce genre d'expérience, mais pas comme je le vivais avec elle. En étant avec Rachel, je volais, j'atteignais des sentiments si fort que je pourrais très bien planer si j'en étais capable.

L'ami avait raison au fond. Le feu d'artifice existait et quand on le vivait avec une âme sœur, il était infiniment plus fort.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Sam 12 Mai - 16:48

Je vivais le plus beau moment depuis que nous étions ensemble. Ce moment que je voulais depuis plusieurs jours, mais que je n'avais pas osé avancer. Je ne voulais pas aller trop vite dans cette relation, car j'y tenait plus que tout. Mais, se soir j'avais prit les devant et avait fait les premiers pas pour le faire. À chaque mouvement, chaque toucher et à chaque baiser je sentais cette chaleur confortable. Comme si nous deux corps. ne faisait qu'un avec l'autre. Je l'avais déjà fait et plus qu'une fois avec mes ex petits amis. Mais, rien n'avais été comme en ce moment. C'était magique et je ne pouvais pas en décrire les mots.

Avec les autres, je devais fatiguer très vite et voulais en finir très vite. Mais, avec Sam j'en perdais le sens du temps. La parfait chimie entre nous deux. C'était quelque chose remplit de passion et d'amour. Pas comme avec les autres que j'avais eu. Avec mon premier, ce n'était que pour mon corps et rien d'autre. L'autre, je l'avais aimer et il m'avait aimer, mais sa n'avait pas été assez et il m'avait quitter. J'avais tellement été déçu quand il m'avait quitter, mais tout ce que je vivais en ce moment avec Sam était la plus belle chose.

Tout ce que je faisais en ce moment avec lui, me remplissait de bonheur. Je pouvais dire que nous avions plus beaucoup de vêtements sur nous. Je me sentais vraiment aimer par celui que j'aimais. Pas qu'avant je ne me sentais pas aimer, mais je savais que quelqu'un aimait pour ce que j'étais avec mes défauts et mes qualités. J'étais la vrai moi avec Sam et rien qu'avec lui. Je ne m'avais ouvert qu'à lui et je continuait de le faire qu'à lui. Comme en ce moment, ces baisser remplit de passion, ces caresses sensuelle et cette passion entre nous deux ne pourrait jamais se terminer. Cette passion ne pourra que grandir avec le temps et les années.

Je pouvais pas dire ce que nous avions fait, mais c'était le plus beau et magnifique moment que j'avais vécu. J'avais ma tête sur son torse et il jouait avec mes cheveux. Quand qu'on dit le faire avec une personne qu'on aime cela en vaux la peine. Je savais ce que cela faisait, c'était vraiment magique y pas d'autres mots pour le dire. Quand on regarde des scènes de films d'amour, on ne pourrait pas s'imaginer comment un moment comme celui-ci pourrait être. Ce n'est rien comme dans les fillms. Quand on le vit on pouvait en goûter tous les bienfait de ceci.

Je levais ma tête et allait vers lui doucement. Ma bouche se possait doucement sur la sienne et toujours avec la même passion. Le réflexe de toujours mes mains sur ces cheveux. J'aimais jouer dans les siens comme il aimait jouer dans les miens. La fin du baiser fut à cause du manque d'air, mais je réussis à lui dire ceci :


Mon amour, mon chéri ce qu'on vient de vivre c'était plus que magique. Je t'aime et jamais je ne vais te quitter pas après ceci. Toi et moi ces pour toujours, jamais on pourrait nous séparer et un jour cela arrive. Je serais toujours là avec toi.

Je regardais mon horloge et il était maintenant quatre heures de l'après-midi. Mon dieu ! Nous l'avions fait pendant tout l'après-midi. Voilà pourquoi j'étais aussi fatiguer. Pour une première fois tout les deux, cela avait été magnifique. Le beau plsu des moments et plusieurs vont venir plus tard.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Dim 13 Mai - 13:04

Aucun mot du dictionnaire n'était parfait pour décrire la nature de ce superbe moment que je vivais quand je me trouvais en présence de celle que j'aimais le plus au monde. Plus nos corps se sentaient si proches, plus je comprenais à quel point elle était celle que j'attendais depuis le début de mon existence, celle qui allait apporter les plus beaux instants de mon existence. Rachel était la personne pour qui battait mon coeur et celui-ci n'allait jamais cesser de battre pour elle. Je l'aimerais pendant l'éternité de mon existence.

Dans ma vie, j'avais déjà eu l'expérience de ce côté si physique de l'amour, mais pas comme je le vivais avec elle. Sans elle, j'avais l'impression de perdre une sorte de magie, ce feu d'artifice que l'on m'avait promis quand je vivrais cette expérience. Comparé à aujourd'hui, les autres fois manquaient de saveur, de magie, de joie, c'était juste une expérience comme une autre, l'expression de la reproduction humaine, mais cela ne signifiait pas grand-chose pour moi. Les autres fois, je préférais le côté bref de la situation, jamais suffisamment heureux pour perdre la notion du temps, le faire sans me rendre compte de combien de temps j'y passais.

Avec Rachel, je perdais cette notion du temps à mesure que l'alchimie entre nous grandissait pour devenir parfaite, la plus belle chose de ma vie. Ces sentiments d'amour, de joie, rythmés par toute la passion que je ressentais pour elle, remplissaient ma vie de quelque chose de nouveau, quelque chose de bon. Je ne pouvais pas dire que j'avais vécu les plus belles choses dans ma vie, surtout après les immenses tortures et périodes de captivité dont ma vie étaient remplies. Croire le contraire serait un tort.

Si le temps n'avait pas de limite, je pourrais le passer à rester avec elle et étendre cette magnifique expérience. Le fait de la savoir contre moi me procurait une chaleur que je ne connaissais pas. Les flammes étaient certes chaudes, mais pas comme ce que je ressentais. Le côté " hot" de la situation ne remplissait pas mon âme de gêne. Je n'y voyais pas que le physique là-dedans, mais aussi le côté poétique que je pouvais observer. La poésie remplissait d'élégance les moments les plus intimes, et c'était ce que j'appréciais. Je me fichais de la vitesse, de l'image choquante que pouvait avoir cette expérience. Tant que la chose plaisait à ceux qui la vivaient, on se fichait du reste des avis, vu que l'opinion propre restait la seule chose valable. En tout cas moi je pensais ainsi.

Mes doigts faisaient désormais des mouvements simples, des mouvements doux et sensuels pour caresser le corps ainsi que les cheveux de Rachel. La savoir tout contre moi était une chose si belle, si superbe, si...indescriptible surtout. Jamais je ne pourrais la lâcher ni arrêter de la toucher. C'était comme si ma vie s'était arrêtée pour vivre cet unique instant avec elle. Jamais je n'avais été aussi heureux auparavant avec une personne dont j'étais amoureux. Jamais je n'avais pu ressentir quelque chose d'aussi beau. Jamais je n'avais pu me sentir aussi bien. La joie réparait mon coeur et jamais je ne pourrais briser une chose pareille. Avec le temps, mes sentiments ne pourraient que grandir et devenir encore plus solides, parce que je savais que je n'allais jamais pouvoir aimer une autre personne, surtout avec des sentiment équivalents à ceux qui rythmaient mon coeur, qui le faisaient battre pour Rachel.

Peu importe le temps que nous avions pris pour le faire, nous l'avions fait, fait cette chose si belle qu'un couple peut faire lors de leur relation. Ces étincelles de bonheur nous avaient relevés vers le septième ciel, un lieu spirituel que personne n'atteignait sans la présence d'une autre personne. Jamais je ne pourrais oter mon regard du sien alors que ma main caressait ses cheveux. Cette scène si belle, que l'on voyait dans tous les films romantiques, je la vivais enfin et je pouvais comprendre ce que ces couples si beaux ressentaient. Je ne savais pas au départ ce que cela faisait, mais maintenant je le savais. Maintenant je comprenais ce que tout ceci faisait...enfin je savais ce que l'étincelle promise par l'amour impliquait. Enfin je comprenais la nature de ces sentiments, parce que je le vivais par moi-même.

Le visage de Rachel se relevait vers moi pour déposer le plus passionné des baisers sur mes lèvres tout en gardant mes mains dans mes cheveux, comme si elle jouait avec. Je ne pouvais qu'en être heureux, me sentir bien. Ce baiser avait duré si longtemps que la passion m'envahissait sans jamais m'enfuir. C'était si bon, si exceptionnel. Jamais je ne pourrais me dévier du chemin de choses aussi belles que celles-la alors que je savais que c'était justement ce dont ma vie avait réellement besoin.


- Jamais je n'aurais cru vivre une chose aussi magique que ce que tu m'as procuré. C'est même plus que magique au point que je ne trouve aucun mot pour le décrire. Rien ne peut caractériser ces magnifiques sentiments que je ressens avec toi. Tu es celle que j'aime et rien au monde ne pourra changer ça comme le fait que rien ne pourra nous séparer.

Je l'observais, ce si doux regard. Je l'aimais tellement. En un sourire et des yeux émerveillés par le bonheur, mes paroles étaient claires. Je ne pouvais pas le cacher.

- Je t'aime Rachel, je t'aime tellement. Tu es la personne la plus importante à mes yeux, vraiment la plus importante.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Jeu 17 Mai - 10:42

Jamais je pourrais oublier se moment que je vivais en ce moment. C'était le plus beau que j'avais jamais eu. Cela me faisait oublier les mauvaises expériance que j'avais eu avec Liam et Jason. La chaleur, le confort et l'alchimie entre nous deux qui n'allait jamais partir et qui devenait de plus en plus grande. Je ne pouvais pas m'enlever ceci de ma tête. Le temps qui passait n'avait pas d'importance, car je faisais cette belle chose avec l'homme que j'aimais. Celui avec qui je voulais un futur durable. Je ne l'avais dit à personne, mais quand j'avais commencer à être sa petite amie. J'avais eu l'idée folle de m'imaginer mariée à lui. Mais, avec les événements d'un peu plus tôt d'aujourd'hui. Je n'étais plus sur si cette image pourrait rester dans ma tête.

Parce que même si je vivais le moment parfait avec Sam en ce moment. Je ne savais pas si mon rêve de mariée l'homme de ma vie se fera un jour. J'avais aussi promit à Eden que quand j'allais me mariée, elle sera là avec moi et se sera elle ma demoiselle d'honneur. Mais, en ce moment rien n'allait de se côté là. Je ne voulais pas inquièter Sam , donc je posais ma tête sur son ventre. L'entendre respirer normalement me détendait beaucoup. Il jouait dans mes cheveux et cela me reposait aussi dans un sens. Même si on n'avait plus vraiment de vêtement sur nous pour dire que j'avais chaud, il faisait vraiment chaud dans la pièce. Cette ambiance "hot" qu'il y avait un remplissait de joie. Le temps n'avait pas d'importance mais je venais de le faire avec l'homme que j'aime.

Je me levais pour aller l'embrasser, nos baiser avait toujours été remplit de passion. Mais, cette fois-ci elle l'était à la puissance 10. C'était une nouvelle sensation, en restant tendre et doux dans le baiser je pouvais ressentir toute la passion et l'amour dans ce baiser. Mes mains était toujours dans ces cheveux, car j'aimais garder mes mains dessus. C'était une sorte de moins pour me relaxer. À la fin de ce baiser, mon regard plongeait daqns le sien pour y rester. Il me dit que j'étais la personne la plus importante de sa vie et qu'aucun mot ne pouvait décrire cela. Que rien ne pourra nous séparer et je pensais la même chose. Mais, au plus profond de moi-même j'avais un mini doute que je n'avais pas encore dit parce que je crois que ces juste mon imagination. Mais, j'avais peur que ce soit à moi qu'on s'en prenne la prochaine fois et que je ne pourrais pas en revenir.

Donc, je répondit ceci :


Et rien ne pourrait nous séparer, car même si je ne suis plus là. Il va toujours y avoir moi dans ton coeur quand je ne serais plus de se monde ces là que je serais.

Je lui souriais quand il disait que j'était la personne la plus importante à ces yeux. Je ne pouvais pas rivaliser avec les mots qu'il me disait, mais je lui dit quand même ceci :

Et toi tu est la seul personne qui j'aime autant que je peux le montrer. Avec les autres il n'y avait pas cette magie que je ressent avec toi. Cette chaleur à chaque contact que j'ai avec toi. Cette passion que j'ai pour toi elle n'allait jamais partir j'en suis sûr.

Même les paroles que je disais je cachais au plus profond de moi mes vrais sentiments. Je savais que j'allais partir et mon présentiment me disait que c'était pour bientôt comme si c'était un écho dnas ma tête qui me parlait. Mais, je ne voulais pas l'inquièter avec ceci pas après le moment de pur bonheur qu'on venait de vivre.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Jeu 17 Mai - 18:46

Il y avait bien des pensées intéressantes qui traversaient les esprits quand un corps n'était plus recouvert pour la majeure partie de son enveloppe. Le corps mis à nu nous permettait de ressentir un contact à l'état pur, sans protection, sans rien. Les caresses et tout mouvement nous touchant prenaient un sens sensuel qui n'aurait pas pu être possible avec la présence d'un tee-shirt ou d'une chemise faisant voile à ce sentiment. On ressentait la pureté du corps humain, le sens tactile qu'il adoptait quand les doigts nous frôlaient, en zigzag, en trait, en cercle ou dans n'importe quelle forme. Les massages étaient plus efficaces quand le corps était à l'air libre alors imaginez la dimension que prenait "la chose" avec un corps à l'air libre. Il était facile de monter au septième ciel avec autant de contact corporels et ces moments étaient encore plus précieux quand on ne les faisait pas chaque jour, à chaque heure et à chaque minute. Ce physique et cette exception étaient si magnifiques. Je ne pouvais pas dire le contraire. Je n'étais pas de la catégorie des "gros dégueulasses" mais de ceux qui chérissaient les exceptions et les étincelles que pouvaient procurer l'amour. Avec Rachel, je me sentais si bien, si humain, que je ne voulais pas voir ces choses-là s'arrêter. Je ne voulais pas voir cet amour prendre fin et j'allais tout faire pour le conserver, garder Rachel auprès de moi et cette chaleur qu'elle me procurait à elle seule.

La température de la pièce avait augmenté au point qu'une chaleur envahisse la pièce, mais cette augmentation n'avait rien de dérangeant. Au contraire, tout ceci avait été fait pour une bonne cause, l'explosion des sentiments les plus précieux du monde, ce feu d'artifice que l'ami pervers m'avait promis au moment où j'allais trouvé la sincérité véritable de l'amour. Je l'avais enfin trouvé. Rachel était celle que j'attendais, et je ne pouvais absolument pas dire le contraire, parce que ce serait un mensonge à moi-même. Rachel était mon âme-sœur, celle que j'aimais le plus au monde, et jamais je ne pourrais imaginer ma vie sans elle. Seul, je ne savais pas ce que je deviendrais, probablement pas grand-chose...

Les baisers que nous nous donnions étaient remplis d'une passion multipliée, une passion plus puissante et plus intense que n'importe quel autre baiser possible. Cette passion était intensifiée par les mains qui caressaient mes cheveux, et moi, alors que je prenais également le temps de jouer avec les siens. Quand ce baiser s'achevait, elle plongeait dans mon regard et moi dans le sien, et l'évidence de son importance grandissait de plus en plus en moi. Rien ne pourrait me séparer d'elle. Les obstacles de la vie avaient certes de la force, mais pas assez pour abaisser ma tête de mule à plus bas que terre. Jamais je n'allais abandonner, jamais je n'allais la laisser tomber, simplement parce que je savais désormais que ma vie avait un sens simplement quand j'étais avec elle.

Je lui dis :


- Tu es déjà présente dans mon cœur, dans ma tête, dans ma vie toute entière, et tu y resteras pour toujours, peu importe ce qui peut nous arriver dans notre existence. Je peux te l'assurer. disais-je avec le sourire, un sourire que je n'avais absolument pas perdu depuis ce que nous avions fait.

J'aimais sourire en étant aussi bien avec elle. Cette magie inestimable me plaisait tellement.

- Oh oui cette magie, cette superbe magie... Moi non plus je ne l'avais eue d'une force aussi puissante que celle-là. J'en ai connu, mais pas comme je le connais avec toi. Il y a quelque chose d'unique, un sentiment qui fait que je me sens bien, détendu. Cette chaleur m'aide. Normalement, une chaleur aussi forte dérangerait, ferait que le corps ne se sente pas très bien, mais elle me détend au contraire. Elle me remplit d'une passion et d'une sérénité aussi forte que je ne souhaite qu'une seule chose, une seule et unique. J'aimerais tellement que tout ceci puisse durer pour toujours, que je me réveille chaque jour à tes côtés, devant un visage aussi beau que le tien, ce regard qui me réchauffe le cœur, ce corps avec lequel j'aime tant être en contact, mais aussi ces cheveux que j'aime tant caresser. Tu es exceptionnelle et précieuse à mes yeux Rachel, et ces mots ont une immense valeur pour moi.

J'étais extrêmement sincère en disant ce que j'ai dit. Je pensais chaque mot, chaque syllabe et chaque description de sentiment et j'aimais les déclarer.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Mar 22 Mai - 16:38

Comment ne pas être au paradie en ce moment. Ce pur moment ou deux corps ne faisait qu'un. Ces moment me disait dans mon esprit que Sam était la bonne personne. La personne que j'attendais depuis très longtemps et que je ne croyais jamais trouver. Elle avait frapper à ma porte de la plus belle des façon et je l'avais laisser entrer. Sans lui ma vie n'aurait plus aucun sens. Aujourd'hui, elle avait prit un sens que je n'aurais jamais penser. Un sens remplit de bonheur et même si nous devions affronter des horreurs comme celle d'aujourd'hui. Cela ne pouvait pas briser ce que nous vivions et surtout ce que nous avons vécu ce soir.

Car, oui plus je regardais l'heure et plus le temps passait vite. Il était rendu 6 heures du soir et j'avais légèrement faim. Après ces belles paroles, les paroles que seul un homme amoureux pouvait dire. Je l'embrassais une dernière fois et ramassait une chemise à lui qui était par terre et la mit sur moi. J'avançais tranquillement vers la cuisine et regardait ce qu'il y avait. Il y avait plusieurs fruits et de la créme fouetté, je revenais vers Sam avec le tout. Je dépossais le bol de fruit et la créme à côté. J'avançais de plus en plus et lui dit :


Si tu veux on peut continuer avec cette magie. J'ai pas envit que cela soit fini pour le moment. Donc, si tu veux j'ai ce bol de fruit et j'ai pas envit de le manger toute seule.

Avec ces mots, je mis une fraise sur le bord de mes lèvres et avançait pour non seulement lui en faire manger une moitier, mais aussi pour l'embrasser de nouveau. Ce n'était pas pour rien que j'avais apporter ce bol de fruit. Je voulais non seulement en manger, mais aussi avoir du plaisir avec mon amoureux. Il n'y avait plus vraiment de fraise, juste nous deux qui s'embrassait avec autant de passion que toujours.

J'étais tellement chanceuse et heureuse de l'avoir rencontrer. Cet homme avait changer ma vie à la minute que je l'avais rencontrer. Je remercis le ciel d'avoir mis sur mon chemin Samuel. J'étais plus moi même avec lui, j'étais une femme amoureuse de l'homme de sa vie. Jamais je n'allais laisser tomber cet amour qui était plus fort que ce qui pourrait arriver.


Hj: Petit réponse courte, mais quand je l'avais écrit sur papier elle avait l'air plus longue lol

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Abduction (avec Rachel A. Silverstone)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Rachel Berry - Obviously, i'm a star
» Nous ne sommes pas des amies. Nous sommes des étrangers avec des souvenirs.
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Toute Bonne Chose A Une Fin :: Les Archives Du RPG-