AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Abduction (avec Rachel A. Silverstone)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Jeu 23 Fév - 23:56

Quand mes yeux s’ouvrirent, ma vision était encore trouble, comme si j’avais subi l’effet d’une drogue, ou quelque chose du genre. À cause de ce défaut de vue, je ne parvenais pas à déceler l’endroit où je me trouvais, mais une chose était certaine : il ne s’agissait définitivement pas de là où j’étais dans mes derniers souvenirs.

La dernière chose dont je me rappelais était le fait que je me trouvais encore chez Rachel, et que j’étais seul, car Rachel était partie travailler. Depuis que j’avais quitté la gestion constante du Serenity, j’avais plus de temps pour me concentrer sur ma vie, le bonheur que je pouvais ressentir, et surtout sur l’amour. Rachel était ma seule priorité désormais et j’allais y consacrer toutes mes forces et l’intégralité de ma volonté. Je l’aimais…et c’était tout ce qui importait. Cette solitude me pesait au point que la voix de Rachel me manquait. Geste plutôt ridicule, mais je le faisais quand même, je voulais sortir, prendre l’air et me changer les idées, mais l’envie était de lui parler. Juste après avoir fermé la porte de chez elle et laissé la clé là où elle la mettait d’habitude, je commençais à marcher, et à saisir le numéro de téléphone de Rachel. Je savais qu’elle n’allait jamais me répondre à cette heure-ci, mais je voulais parler, même si ce n’était qu’à une boite vocale, et ce fut le cas juste après le énième signal traditionnel.


- Bonsoir. disais-je avec un air bien gêné Je sais qu’il ne s’agit que de ta boite vocale, que je n’entendrais pas ta voix par conséquent, mais tu me manquais, assez pour que je te laisse un cinquième message en tout cas, message que tu entendras probablement en sortant du travail quand tu rallumeras ton portable. Tu me manques vraiment au point même que je me retienne de toutes mes forces de venir te rejoindre tout de suite et le plus rapidement possible et il faut l’avouer que je n’en peux plus. J’ai cédé à la tentation, et je suis sorti pour venir te voir, et le temps d’y arriver, je pense que je serai à l’heure pour venir te chercher à la sortie de ton travail, comme ça tu ne seras pas seule…on sera juste entre nous, ensemble toi et moi, et là je peux t’avouer…

Je me trouvais à même pas une rue du lieu de travail de Rachel, quand un coup dérobé atteignit mon dos, une charge électrique si forte que j’en perdis connaissance.

Mon téléphone tomba alors au sol…et il y resterait. Mon message vocal fut alors inachevé, tous les bruits de mon enlèvement remplaçaient la fin de mon message, et le traditionnel « je t’aime » que j’aurais du lui offrir.

Voilà le dernier souvenir qui restait de moi…un premier téléphone sur le sol (premier car le second était dans une planque bien à moi, toujours sur moi, et surtout toujours allumé, cours spécial de Vincent en cas de disparition, qui m‘avait toujours dit qu‘un téléphone de secours pouvait servir pour être repéré, merci système GPS), non brisé ce qui était une chance, et un message inachevé qui allait probablement inquiéter Rachel. Et je n‘arrêtais pas de penser à elle, au mal que j‘allais encore lui faire… Je m‘en sentais coupable.

Le décor était devenu une toute autre chose. Je ne savais pas où je me trouvais, mais je n‘aimais pas cet endroit, maintenant que je le percevais en intégralité. Il s‘agissait d‘un bâtiment abandonné à en croire l‘état des murs. Je percevais désormais où je me trouvais. J‘étais allongé sur une table d‘opération, attaché solidement par des liens que je ne parvenais pas à enlever, scruté de part en part par des personnes dont je ne reconnaissais pas leurs visages. J‘avais peur, peur de ce qu‘ils pouvaient me faire. Quand je vis les vêtements qu‘ils portaient et surtout un brassard particulier au bras droit, tout devint plus clair. Les membres de la secte venaient de me retrouver. D‘ailleurs je revis la même tête de monstre, celui que Tyler m‘avait empêché de tuer.


- Vous savez que c’est lâche d’enlever quelqu’un en pleine rue sombre en frappant dans son dos ?

Le membre de la secte : - Et tu sais à quel point je punis les impolis ?

Ce lâche planta un poignard dans ma main droite, geste qui eut de provoquer un immense cri de douleur en moi, cri qu’il faisait exprès d’accentuer en remuant le couteau dans la plaie.

Le membre de la secte : - Tu vois la douleur que cela provoque de vouloir jouer les supérieurs ? Les impertinents, on les punit comme ils le méritent. Par la souffrance !

Remuant encore une fois le couteau dans le plaie, ce type appréciait le fait de m’entendre crier, surtout que je ne parvenais pas encore à guérir de cette blessure, probablement à cause de la drogue.

- Tu as de la chance que la drogue diminue mes moyens car sinon je t’aurais déjà mis en pièce. Je n’ai pas oublié ce qui s’est passé la dernière fois, quand j’ai été à deux doigts de te tuer.

Le membre de la secte : - Et que ton fils t’en as empêché…

- Ne mêle pas Tyler à ça…

Le membre de la secte : - Sinon quoi ? Tu vas me tuer ? Oh j’oubliais…tu es tellement drogué que ton pouvoir de feu ne marchera jamais correctement ! Tu ne pourras même pas me viser et par conséquent m’atteindre ! Peu importe ce que tu voudras faire, j‘en échapperais.

- Ça suffit !! criais-je.

Mon cri eut pour effet d’actionner mon pouvoir et d’enflammer la blouse de l’un des partenaires de ce monstre. Il comprit que je n’étais pas si faible que cela, et donc qu’il fallait rapidement agir pour me maintenir dans cet endroit.

Quand je tentais ma chance, et essayais de faire la même manipulation mais sur lui, il me prit de vitesse et m‘injecta le contenu intégral d‘une seringue, contenu censé assommer un éléphant, mais qui n‘avait pas l‘air de marcher sur moi. Cela ne faisait qu‘altérer ma vision, rien de plus que cela.


- Même sans te voir, je sais où te trouver !

Le membre de la secte : - Alors finissons-en avec les ailes de l‘immortel. Que tu dormes, car enfin tu nous ficheras la paix !

Le poignard atterrissait cette fois-ci en plein dans mon estomac. Le cri de douleur fut plus fort, probablement perceptible depuis l’extérieur.

Mais je ne dormais toujours pas…


Le membre de la secte : - Mais bon sang, tu ne vas pas cesser de nous causer des ennuis toi ! On a dit, tu dors !

- Non…

Mais il en décida autrement. Le type décida d’employer la manière forte et de me tirer dessus, étant conscient qu’une balle pourrait m’assommer et non me tuer. Ce fut d’ailleurs ce qu’il dit.

Le membre de la secte : - De toute façon, même avec une blessure mortelle ce type ne peut pas crever, alors continuons d’analyser ce sang, et vite avant que quelqu’un ne se rende compte de sa disparition et ne cherche à le retrouver. Une fois la réponse obtenue, on saura si notre théorie est juste. Alors bougez-vous les gars, après on passera aux tests !

Le type me prit dans ses bras, je le sentais même en étant inconscient. À un moment donné, je fus jeté sur le sol, probablement celui d’une cellule, vu le bruit que j’entendis quand la porte se fermait.

Avant de partir et me laisser souffrir dans cet espace confiné, le type en rajoutant une couche, accentuant ma blessure par balle. La douleur supplémentaire fut insupportable.

Ce fut la dernière chose dont je fus conscient. Mon corps demeurait sur le sol d’une pièce que je n’avais même pas pu voir, probablement ensanglanté. Je souffrais, mais désormais de l’intérieur, quand je ne m’en relevais pas encore.

Je venais de perdre connaissance.



_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Ven 24 Fév - 18:12

J'étais sur mon petit nuage en ce moment. Je ne pouvais rêver mieux. Je vivais mon début de relation avec Samuel et je ne voulais pas le quitter. Mais, je devais au moins pour se soir je travaillais et même si je ne voulais pas le quitter. Je me disais que ce n'était que pour la nuit. J'allais le revoir le lendemain avant de me coucher, car je serais très fatiguer. Je mis mes vêtements pour travailler ce qui voulait dire juste des choses sexy. Je n'aimais pas en porter, je ne le ferais que pour une personne et elle habitait avec moi maintenant. Donc, je lui donnais un baiser avant de partir. Je n'habitais qu'à 30 minutes du bar, mais je ne voulais pas arriver en retard non plus. J'entrais et mis mes choses dans mon casier et fermait mon téléphone.

Je commençais en même temps que une de mes amis et elle avait déjà remarquer que j'étais dans les nuages. Elle me demandait si j'allais bien, car déjà un client me criait dessus pour avoir un verre. Je lui donnais son verre et Tina, ma collègue me dit que j'étais chanceuse que le patron ne m'a pas vu. Elle avait raison sinon je me faisais revoyer sur le champ. Elle me demandait si c'était quelqu'un qui me faisait cet effet. Je lui fis un oui de la tête et elle me sautait au cou. Elle me disait qu'elle était heureuse pour moi. Depuis, que je travaillais avec elle, je ne lui disais pas grand chose sur moi. Mais, je lui parlais parfois et c'était bien. Je lui dis que j'avais quelqu'un dans ma vie et qu'il em manquait beaucoup se soir.

Elle me disait que j'allais bientôt le revoir et qu'au pire je pourrais lui envoyer un message même si en ce moment il devait dormir. Mais, connaissance Samuel il ne dormait pas en ce moment. Il devait attendre mon retour pour dormir. Le reste de ma nuit se passait normalement, Personne ne me criait dessus même si j'étais encore dans les nuages. Un peu moins qu'au début, mais quand même. Donc, il était 5 heures du matin et j'avais enfin fini ma journée. J'avais enlever mon maquillage et mit des jeans et souliers qui était dans mon casier. J'étais un peu plus confortable que pendant la nuit.

Donc, je pris mon téléphone et comme j'en doutais je vis des message laisser par Sam au fil de la nuit. Les quatre premiers étaient des messages comme quoi il s'ennyait de moi et qu'ilvoulait venir me rejoindre. Quand je lit le dernier message il commençait comme les autres. Il était en route pour venir me chercher et comme ça je ne serais pas seule pour le retour. Que nous seront que tout les deux. Puis, il fut couper et j'entendis des bruits comme ci quelqu'un tombait et le message ce terminait comme ça.

Je paniquais Sam m'avait bien dit que personne n'allait le voler de moi. Il n'avait plus ces scientifique après lui. Qui l'avait enlever de moi et pourquoi ? Je sortis du bar et ne remarquait même pas Tina qui me disait à demain soir. J'allais vers le chemin que je faisais d'habitude pour revenir vers chez moi. Je pensais que Sam ferait le même chemin pour venir me chercher et regardait pour voir s'il avait laisser tomber quelque chose. Je le vis par terre c'était son téléphone je le pris et une chance qu'il n'était pas briser.

Sam qui ta enlever ? Si t'avais pu me laisser un peu plus que ton téléphone aussi.

Voilà que je parlais toute seule. On n'allait me prendre pour une folle ces certain. Je ne savais pas quoi faire d'habitude ces moi qui se fait mal et ces lui qui vient me sauver. Là les rôles était inverser c'était moi qui était à sa place et je devais le retrouver pour le sortir de ou il est. Mais, comment il fallait faire pour le sortir je ne savais même pas ou il était. J'étais toute seule dans une des rues de New York. Je ne savais même pas s'il était encore ici dans cette ville.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Ven 24 Fév - 19:43

Le membre de la secte : - Bougez-vous les gars, plus vite on aura fini d’analyser son sang, plus vite on passera aux tests ! On n’a que peu de temps devant nous car nous sommes trop proches de l’endroit où nous l’avons trouvé.

Un autre : - Vous êtes drôle vous, on fait ce qu’on peut nous. Vous n’aviez qu’à choisir un autre lieu abandonné pour établir notre base d’analyse.

Le membre de la secte : - Parce que vous croyez que c’est simple d’approcher quelqu’un comme Samuel ? C’était la seule solution. Ce bâtiment abandonné est certes très proche de la rue adjacente du bar, mais c’était la meilleure chose à faire. Ici, nous travaillerons vite et bien. Il en va du bien de notre théorie.

Un autre : - Mais en attendant vous bossez pas vous…

Le membre de la secte : - Je dois tout faire pour maintenir Samuel ici, et c’est déjà un travail à plein temps. Si cette drogue ne faisait pas cet effet, il aurait déjà voulu nous faire la peau et il aurait réussi parce qu’il est d’une puissance surhumaine comparé à ce que l’on est. Il a su ouvrir la boite quand on l’a rencontré, vous vous rappelez ? C’est une preuve qu’il a quelque chose à voir avec ce qui se passe, ce en quoi en croit depuis le départ.

Un bâtiment abandonné ? Proche du bar où Rachel travaillait ? Mais bon sang où étais-je tombé ?

À peine revenu à moi, mais largement affaibli par ces blessures qui ne guérissaient pas, beaucoup de questions venaient dans mon esprit, notamment sur le lieu dans lequel je me trouvais. Sur le coup, je ne me rappelais pas du bâtiment abandonné en question, mais peut-être que cela allait revenir en y repensant attentivement….

J’étais en vie oui, mais en vie simplement parce que ces types avaient besoin de moi, pour des intentions plus qu’étranges, puisqu’ils croyaient en une théorie plus qu’invraisemblable. Dieu…mais qui pouvait croire au retour de Dieu… seulement des grands malades de leur espèce. Ils me gardaient en vie, mais ils prenaient un malin plaisir à me faire souffrir. Ils ne savaient pas que j’étais réveillé, mais ils prenaient soin d’accentuer mes blessures, entre les décharges électriques et les blessures sanguines à distance. Conscients du fait que je n’allais pas en mourir de toute façon, ils se fichaient pas mal de comment j’allais. L’important pour eux était que je sois encore en vie, peu importe dans quel état.

Je ne disais rien…restant silencieux, et en écoutant leurs paroles, pour tenter de comprendre où je me trouvais.


Un autre : - Mais monsieur, pourquoi avez-vous choisi cet endroit exactement en jugeant qu’il était le meilleur ? Personne ici ne comprend votre volonté dans ce plan

Le membre de la secte : - Cet entrepôt est abandonné depuis au moins cinq ans, et il n’a jamais retrouvé un propriétaire. Je l’ai acheté à mon compte et installé cette base scientifique ainsi que ces cages car j’ai pensé au bien-être de ce que nous entreprenons en secret. Ailleurs, nous n’aurons pas eu un tel matériel, voilà l’avantage.

Si j’écoutais attentivement sa description, en retenant les critères que ce membre de la secte avait avancés, je commençais à avoir une petite idée de là où je me trouvais, car un entrepôt entrait exactement dans cette description. J’étais même passé à côté. Il se trouvait en réalité à deux rues du bar dans lequel Rachel travaillait. Bon sang…

Mais comment lui dire, comment avouer où je me trouvais sans me faire repérer par ces types ?

Je ne le savais pas sur le moment. L’idée ne vint qu’à la seconde décharge électrique que je me reçus : le second téléphone portable. Les cours de Vincent avaient été utiles car j’avais pris l’habitude de garder un second téléphone sur moi. Je devais m’en servir pour pouvoir contacter le premier qui, je savais, n’était pas brisé sur le sol. Passer un appel était plus que risqué, je devais me contenter du vulgaire SMS.

Je pris le téléphone et commençait un taper des bribes de message, qui mis ensemble, pouvaient se lire comme ceci.


- Je ne sais pas qui a ramassé ce portable, mais honnêtement je garde espoir que ce soit toi Rachel. Je suis désolé d’avoir trahi cette promesse qui disait que plus personne n’allait m’enlever à toi, mais un coup dans le dos m’a été donné alors que j’allais te rejoindre. Ils me retiennent de force dans cet endroit… Dans leurs discours, à ce que j’ai pu entendre, ils ont parlé d’un entrepôt abandonné depuis cinq ans, qu’ils auraient repris pour leurs intentions noires. Il est à deux rues d’ici, enfin je le crois. Pardonne-moi.

J’eus juste le temps de terminer le message et de cliquer sur le bouton envoyer avant de me faire repérer. L’autre, celui qui parlait au membre de la secte, m’avait vu utiliser le téléphone.

Un autre : - Il nous a grillés !

Le membre de la secte : - Fais-lui payer cet affront, comme il le mérite, une blessure mortelle de préférence. De toute façon, il n’en mourra pas.

Je me reçus alors une nouvelle décharge électrique, beaucoup plus forte que les précédentes. Je ne pouvais absolument pas me retenir de crier de douleur, de toutes mes forces. Mais le monstre n’allait pas s’en arrêter là. Tel que le membre de la secte l’avait demandé, il me fit également autre chose. Une nouvelle balle atterrissait en moi et ressortit de mon corps. J’étais blessé non loin du cœur, mais la drogue n’allait pas guérir cette blessure. Je n’étais pas en danger de mort, mais je souffrais si fort que je ne parvenais pas à me maintenir réveillé. Ce monstre voulait s’assurer du fait que je perde une nouvelle fois connaissance…

Et il avait réussi, car je ne me réveillais pas.


_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Sam 25 Fév - 16:37

Pourquoi toujours s'en prendre à lui et nous blesser dans la même occation. Car, non seulement ils blessaient Sam, mais sans le savoir il me blessait moi aussi. Pourquoi toujours vouloir me l'enlever de moi. Oui, il était spécial, mais pourquoi toujours savoir ce qu'il a de plus que les autres ? Je voulais que tout ceci prenne fin pour de bon. Si je l'ai avait devant moi. Je les tuerais tous et on verrait que je peux me défendre.

Mais, en ce moment j'étais en pleine rue de New York sans savoir ou il se trouvait. J'en pouvais plus le soieil commençait à montrer les premiers rayons. D'habitude à cette heure, j'étais déjà chez moi et Sam m'aurait attendu chez moi. Mais, pas aujourd'hui les rayons arrivaient et j'étais toute seule. J'avais finalement prit place sur un banc et je regardais son téléphone. Je ne pouvais pas imaginer l'enfer qu'il devait vivre. C'était pire à chaque fois qu'il se faisait enlever. J'avais une larme qui coulait et je ne pouvais pas l'enlever. J'aurais voulu qu'il soit à côté de moi et me faire changer les idées. Mais, il n'était pas et je ne savais ou il était. Si on pouvait me donner un signe comme quoi il était en vie.

Aussitôt, dit aussitôt fait et je sentis le téléphone de Sam vibrer. Je le pris très vite et espérait de tout coeur que ça soit lui. C'était lui, mais je vis que ce n'était pas voix, mais un message. Au début, je me demandais si c'était vraiment lui qui me l'envoyais ou un ennemi. Mais, après je me suis dit que ces ennemi ne me connaissait pas du tout. Donc, je le lisais et vit qu'il était en vie et qu'il était désoler de ne pas avoir tenu sa promesse, mais qu'il savait fait attaquer dans le dos. Qu'il le retenait de force et qu'il était dans entrepôt abandonné. L'entrepôt était à deux rues, mais à deux rues de ou ? Est-ce que c'était deux rues de ou j'étais, car si c'était cela je crois savoir de quel entrepôt il parlait.

Je me levais et réfléchissait de comment je pourrais y arriver. Je veux dire je n'est pas l'âme d'une fille qui sait ce battre. Ces à peine si je vise normalement avec mon don. Je marchais normalement pour faire les deux rues et vit au loin un endroit abandonné. C'était le seul qui me venait à l'esprit et j'étais presque sûr que c'était celui-ci que Sam me parlait. J'espére qu'il ne lui on rien fait de mal. J'étais peut-être une fille qui n'aimait pas la violence, mais quand on s'attaque à mon petit ami. Je ferais tout pour le sortir de ceci et même si je devais en perdre la vie. Juste le fait de savoir qu'il est en vie me fera du bien.

Dès que j'arrivais proche je vis deux personnes qui gardait la place. Il devait savoir qu'il y aurait quelqu'un pour venir le chercher. Je regardais autour de moi pour voir s'il n'y aurait pas quelque chose que je pourrais lancer pour qu'il aille dans une autre direction. Le temps que je rentre dedant, je n'avais pas d'autre plan et même si je me fais prendre au moins je l'aurais libérer de ou il est. Je vis quelque morceau de pierre et regardait pour ne pas qu'on me voit. Je les pris et les lançait et avec le bruit que ça faisait je vis les deux avancer pour voir d'ou cela venait. Je me cachais dans un coin sombre et le temps qu'il me passe devant moi, je courrais le plus vite pour aller vers la porte.

La porte était ouverte et j'ai entrait le plus vite possible ces une chance que je m'avais changer et mis des souliers. Donc, je refermais la porte comme qu'elle était avant de rentrer et avançait doucement. Il n'y avait pas beaucoup de lumière, mais je pouvais avancer quand même. Il faisait même froid et ces une chance que j'avais un manteau avec moi. L'endroit avait l'air grand et pas de caméra à moins qu'elle soit cachée, mais je regardais quand même. Si je tombe sur une des caméras s'il n'en n'a je l'explose en faisant attention qu'il n'y aille pas beaucoup de bruit.

Dans un simple murmure je me disais à moi même :


Bon sang ! Sam tu est ou ? S'il vous plaît envoyer moi un signe quelque chose.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Sam 25 Fév - 19:12

Un autre : - Mais il nous a grillés ! Même si on continue nos expériences, la personne à qui il a dit où il était va obligatoirement venir le chercher ! On est foutus !

Le membre de la secte : - Raison de plus pour se bouger, car si on perd du temps dans les déplacements, on ne trouvera jamais les réponses à nos questions. Peu importe qui se pointera ici pour aller le chercher, on continue notre plan comme prévu ! C‘est moi qui commande ici je vous le rappelle alors on écoute mes ordres et on ferme sa gueule est-ce clair ?!

Un autre, un peu sous la contrainte : - Très clair…

Le membre de la secte : - Allez voir comment il va plutôt que de contredire mes ordres sans cesse !

L’autre s’exécuta et se dirigea vers l’endroit où j’étais enfermé, et étendu sur le sol sans connaissance. Il s’approcha de moi et me saisit pour me scruter de part en part. Rien ne réagissait en moi pour le moment, à cause de la gravité de mes blessures, qui ne risquaient pas de guérir tant que la drogue agissait en moi. J’avais mal… Mais ils s’en fichaient…

Un autre : - Il ne réagit pas encore pour le moment, on est tranquille. La drogue doit faire toujours effet dans son organisme mais je vais en rajouter juste au cas où.

Je sentais le picotement provoqué par la seringue. Il avait probablement du encore m’injecter une tonne de drogue…juste pour me maintenir tranquille encore une fois, que je subisse leurs tortures, les plus douloureuses tortures… J’aimerais me réveiller, lui hurler dessus que j’existais encore et qu’ils allaient tous payer pour ce qu’ils me faisaient subir, mais je ne pouvais pas le faire… à cause de ces mêmes tortionnaires…

Ils me faisaient du mal pour leur unique plaisir…ces monstres.


Le membre de la secte : - Il est toujours inconscient c’est bon ?

Un autre : - Oui mais bougez-vous pour le test sanguin car ce n’est pas sûr qu’il puisse supporter toute cette drogue éternellement quand même. Est-il imperméable à cela aussi ?

Le membre de la secte : - On ne le sait pas, c’est pour ça qu’on le drogue autant, c’est seulement au cas où.

L’autre ne dit plus rien et il me reposa au sol, je le ressentais, mais il avait volé le portable dont je m’étais servi pour envoyer le message, probablement pour éviter que je ne les trahisse encore une fois.

J’ignorais quel miracle avait conduit mes yeux à s’ouvrir de nouveau, mais je venais de reprendre conscience. Je vis l’autre poser ses yeux sur moi, étonné également de me voir réveillé surtout à la vue des blessures que j’avais.


- S’il vous plait…ne leur dites pas que je suis réveillé…j’en peux plus…

Un autre, en chuchotant : - D’accord…

Cette réponse me surprit, car je ne m’y attendais absolument pas. Je ne pensais pas une seule seconde qu’il m’écouterait. Je ne comprenais pas son comportement.

- Pourquoi…pourquoi acceptez-vous de faire cela pour moi…dites-moi pourquoi…

Un autre, en chuchotant : - Parce que les comportement inhumains m’agacent à la longue, et que je vois à quel vous souffrez…

- Aidez-moi…s‘il vous plait…il faut vraiment que je sorte d‘ici…que je puisse évacuer la drogue et guérir…je dois sortir…

Un autre, en chuchotant : - Je ne sais pas si je peux faire quelque chose à moi seul mais je vais tenter le coup sans garantie. Je n’ai jamais cru en la théorie de cette secte, j’y suis enfermé de force et je ne peux pas m’en sortir. Mais si je peux sauver une vie, je le ferais.

- Sauvez-moi…

Un autre, en chuchotant : - J’aimerais réellement pouvoir vous aider…

Mes yeux étaient humides, prêts à pleurer, cet état était possible à cause de la douleur que je ressentais. L‘autre m‘amena contre lui pour cacher mon visage et éviter que les personnes de cette base ne remarquent mon réveil. Il m‘aidait. Il était probablement le seul à faire attention à moi de toutes les personnes présentes ici.

Un autre, en chuchotant : - Ils m’ont chargés de te surveiller pour éviter que tu ne reprennes connaissance et que tu t’évades d’ici, mais je n’aime pas agir dans la souffrance…ce n’est pas mon genre. Si je peux te permettre d‘avoir un peu de répit, je te l‘offre.

- Je veux m’en aller…

Un autre, en chuchotant : - Si seulement je pouvais te l‘offrir…et tes blessures ?

- Elles ne guérissent pas…je n’ai pas assez de force. Cela ne cesse de saigner…cela me fait trop mal…je ne peux pas en mourir je sais…mais l‘hémorragie me fait souffrir. J‘ai trop mal…

Un autre, en chuchotant : - Recevoir de l’adrénaline pourrait t’arranger, mais malheureusement je n’en ai pas sur moi… seule la patience peut amener ta guérison. Pardon…

Malheureusement, l’un des gardes qui tournaient en rond autour de ma « cellule » remarqua la supercherie de l’autre. Il venait de nous repérer et cria à la trahison. Le membre de la secte accourut aussitôt.

Le membre de la secte : - On ne peut même plus avoir confiance en ses propres amis maintenant à ce que je vois. Tu mérites une punition à la mesure de ton acte.

Le monstre n’hésita pas à sortir son arme et à abattre l’autre, d’une balle dans la tête, juste sous mes yeux. Cet acte remplit mes yeux d’un effroi flagrant. Je n‘arrivais pas à croire qu‘il ait pu oser faire cela sans hésiter. C‘est immonde.

Le membre de la secte : - Au moins ça s’est réglé. Dégagez son corps plus loin…on doit encore s’en occuper d’un autre…

*oh non bon sang…il parle de moi…*

Mais je ne pus pas voir ce que ces types projetaient de faire sur moi, car ma période de conscience venait de s’achever, probablement à cause de la grave hémorragie de ma dernière blessure par balle, près du cœur. Je n’allais pas en mourir, mais j’en souffrais terriblement à l’intérieur de moi-même. Personne ne voyait ce que je subissais car tout le monde pensait que je ne faisais que dormir, mais je souffrais…

Bloqué dans cette inconscience, ce fut sans difficulté que les types pouvaient me manipuler. Ils me portaient probablement pour me rattacher sur cette table d’opération, c’était ma supposition car je ne pouvais pas le dire avec certitude sans le voir par moi-même… Mais je sentais bien ces liens qui me serraient…


*bon sang aidez-moi…*

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Lun 27 Fév - 21:36

Plus j'avançais et plus j'avais peur. Mais, ma peur devait devenir très vite du courage. Sauf, que j'en n'étais incapable il n'y avait pas de lumière et il faisait froid. J'essayais de me mettre dans l'esprit qu'il avait Sam et que je devais le sauver au plus vite avant qu'il n'arrive quelque chose. Je perdais vite mon sang froid d'habitude, mais je ne devais pas aujourd'hui. J'étais une fille qui n'aime pas la violence, mais pourtant je me disais que j'allais peut-être devoir utiliser mon don pour pouvoir le sortir de ou il était. Le problème ces qu'à voir la grandeur il devait y avoir beaucoup de pièce. Mon dieu ! J'en n'est pour longtemps, mais je ne devais pas laisser tomber mon amour la raison pourquoi mon coeur bat est dans cette endroit et j'allais le trouver.

J'avançais toujours et je remarquais que personne ne croisait mon chemin. J'étais presque certaine que je me faisais regarder par caméra cachée ou autre chose. Je regardais à chaque fois, mais personne ces à ce demander si j'avais la bonne place. Mais, au moment ou je tournais je vis deux gardes devant une porte. Je ne savais pas ce qu'il y avait derrière, mais j'étais presque sûr que c'était Sam et ceux qu'il lui faisait mal. Je ne savais pas comment attirer leur attention vers moi, mais j'essayais quelque chose. Avec mon don, je fis exploser un des tuyaux en haut de nous. L'un d'eux réagit presque tout de suite et ce mit à me poursuivre. Je pensais être plus rapide que lui et finalement je me fis rattrapper par lui. Il me tenait par les bras et me disait que j'étais là pour le sauver, mais que j'étais tout de seule et que je ne pouvais rien faire.

J'en pouvais tellement pu que sous l'émotion je fis exploser le mur et je suis presque sûr que l'explosion pouvait se faire entendre dans tout le bâtiement. Je pensais avoir ma chance, mais l'autre garde qui était rester arrivait devant moi et me disait que je ne pourrais pas sortir. Je m'avais jeter dans la gueule du loup et maintenant j'en n'était prisionnière. Je ne savais même pas ou il allait m'ammèner. J'essayais du mieux que je pouvais de me déprendre de l'un d'eux. Mais, je n'étais rien je ne pouvais même pas sauvé la vie de mon amoureux, ma seule raison de vivre était prit à quelque part dans cet endroit et je pouvais même pas l'aider.

Je ne remarquais pas le nombre de porte qu'on n'avait passer. Mais, on me tenait par les cheveux et j'avais les larmes qui coulait j'en pouvait plus. Finalement, un dernière porte et on me laissait tranquille. Le problème c'était que je me retouvais devant quelqu'un qui devait être leur chef. Je voulais partir et essayer de revenir préparer pour sauver Samuel. Mais, le problème était que je le voyais devant moi attacher comme un animal sur une table d'opération. Je voulais courir vers lui, mais on me retenait de nouveau et je me débattais comme une folle. Je voulais le sortir d'ic et les seules mots qui sortait ou que je criais plutôt de ma bouche fut ceci :


Sam c'est moi Rachel, mais laissez moi ne lui faites pas de mal. Prennez moi à sa place s'il vous plaît ne lui faites pas mal.

J'en n'avais les larmes qui coulait je ne pouvais pas me retenir plus longtemps. Je ne voulais que avoir une vie normal avec celui que j'aime et ces personne ne me la donnait pas en ce moment. Peut importe qu'il était il devait mourir et peut-être de ma propre main peut-être.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Mar 28 Fév - 1:49

*c’est trop dur…*

Le membre de la secte : - Serre davantage les liens toi, je ne veux pas avoir de mauvaise surprise avec lui…

*ils sont déjà trop serrés tes liens bon sang…*

Toute cette histoire me faisait du mal et me faisait également peur, mais personne ne pouvait le voir simplement parce que j’étais toujours inconscient et enfermé dans une ignorance totale, en attente d’une éventuelle torture supplémentaire qu’ils risquaient de me faire subir. J’allais encore vivre le pire, mais j’ignorais quelle allait être sa mesure.

Attaché sur cette table d’opération, comme un vulgaire cobaye, je souffrais…subissant les contrecoups liés à ces blessures qui ne guérissaient pas et cette couche de torture qu’ils ajoutaient en resserrant sans cesse mes liens, alors qu’ils l’étaient déjà auparavant. J’étais contraint à une souffrance en silence, parce que je ne parvenais pas encore à me réveiller. À force de rester, et de me faire perdre énormément de sang, mes blessures me maintenaient dans cet état d’inconscience, quand les personnes mortelles auraient déjà connu autre chose. Le parfait désavantage de quelqu’un comme moi était le fait qu’il était contraint à devenir un souffre douleur, quelqu’un qui pouvait subir toutes les tortures du monde, et toujours s’en relever plus tard, même s’il en souffrait encore. Tout le monde pouvait se défouler sur lui, et y prendre du plaisir…même si le torturé protestait et tentait de leur résister. Il ne pouvait rien faire s’il était retenu contre son gré, et qu’ils faisaient tout pour le réduire à néant. Il était fini tant que personne ne l’aidait. Et j’étais ce condamné à la torture éternelle en quelque sorte. Les gens pouvaient me blesser, me torturer comme ils le voulaient, mais au fond cela n’avait pas d’importance, vu que je n’allais pas mourir. Ils pouvaient prendre tout leur temps et maximiser leur plaisir, voilà le pire en quelque sorte.

Mais, même endormi, je sentais tout. Chaque sensation atterrissait en moi comme si je les sentais en étant conscient, pleinement réveillé. L’un d’entre eux, je le sentais, testait même l’aiguisement de l’une de ses lames sur mon bras, en caressant sa peau durement pour l’entailler. Il s’agissait là d’une douleur forte, volontairement forte, mais qui ne me réveillait pas, parce que la plus grande blessure était toujours là, et que le sang coulait encore. Tant qu’ils ajoutaient de la drogue en moi pour empêcher mon pouvoir de guérison de fonctionner pleinement, je n’allais pas pouvoir me remettre intégralement de ce qui m’arrivait, c’était impossible. Déjà, le fait de pouvoir être encore en vie après une si grave hémorragie, était déjà un miracle…miracle que je devais à l’existence de mon pouvoir, même s’il ne me guérissait plus vraiment. Mais le danger était là. Allais-je tenir éternellement sans guérison ? J’allais rester en vie, mais n’allais-je pas tomber dans le coma à la longue, à force d’essuyer blessures après blessures ? J’avais peur…peur du fait que ces types soient l’ultime obstacle à mon bonheur, qu’ils m’empêchent de vivre l’amour avec Rachel, et le futur bonheur prévu dans mon avenir, la naissance de Tyler, ce fils du futur que j’avais déjà rencontré. Ils pouvaient tout éteindre, et cela me faisait peur. Je ne voulais pas qu’ils m’ôtent tout cela. Je ne voulais pas tout perdre, pas après tout ce temps passé à combattre le pire pour enfin, ne serait-ce qu’un jour, espérer le meilleur.

Le type testait toujours ses lames sur moi, et m’entaillait, mais les douleurs devenaient de plus en plus grandes. Je les ressentais de plus en plus alors que mon état n’avait pas changé. Le type devait faire exprès d’appuyer de plus en plus fort rien que pour me faire souffrir. Il devait connaître l’intensité d’une souffrance par le sommeil. L’envie de crier devenait de plus en plus grande, mais la voix ne sortait toujours pas. Je n’avais pour l’instant pas d’issue pour me permettre de me réveiller. J’étais coincé sans moyen de m’échapper. Plus elle durait, plus cette situation était douloureuse.

Mon sursaut de force fut cette voix que j’entendais. C’était la sienne…elle était là. Rachel était dans cet endroit elle aussi désormais, et non loin de moi


*trouve la force…trouve la force…tu dois la trouver…tu dois te réveiller*

Je tentais d’y penser, extrêmement fort. Je devais croire au fait que je pouvais encore le faire. Rachel était là…je devais montrer que je l’étais aussi peu importe ce qui allait arriver.

À force de persévérer, j’y parvenais.


- Rachel…

Mes yeux commençaient à s’ouvrir, faiblement, chose qui était bien difficile à continuer, mais je tentais de tout faire pour tenir le coup. Je la cherchais du regard, et je la vis, retenue par l’un des types. L’envie primaire qui jaillissait en moi était celle de me révolter contre cet agissement, mais les forces me manquaient, et les liens étaient trop serrés, au point de me retenir immobile. Je ne pouvais que retourner légèrement ma tête sur la droite, et observer Rachel pendant seulement quelques secondes, seulement quelques secondes avant que le monstre vienne vers moi.

Le membre de la secte : - Parce que tu croyais peut-être avoir gagné, mais tu fais erreur !

L’un des associés de ce type vint vers moi et soulevait ma tête, probablement pour que je puisse assister à un spectacle désastreux, du moins je le supposais, et c’était ce que j’allais vivre. Je vis le monstre préparer probablement la plus grosse lame qu’ils aient pas osée tester sur moi.

*oh non pas ça…*

Il l’approchait près de moi et je n’avais qu’une peur…qu’il ose faire vraiment la pire chose… ma tête…

Mais il n’allait pas le faire, heureusement pour moi, car là j’aurais vécu le plus grand des calvaires. Mais bon, celui-là était déjà par mal. Il s’approchait de moi, peu à peu demandant au type de me retenir de toutes ses forces.

La lame au plus près de moi, j’avais peur…j’avais peur que ce ne soit l’heure…


Le membre de la secte : - Maintenant tu n’as qu’à souffrir !

Après l’injection d’une nouvelle seringue de drogue, le monstre agissait enfin. La lame fut plantée en moi, dans un embranchement de douleur déjà surexploité, là où je saignais déjà, près de mon estomac. Et là je compris pourquoi il voulait maintenir ma tête de la sorte. Il voulait une souffrance aussi visuelle qu‘intérieure. Il voulait m‘achever sans le pouvoir réellement en quelque sorte.

Subissant probablement la plus forte des douleurs, je n‘eus le temps que de jeter un dernier regard faible vers Rachel avant de m‘écrouler sur la table d‘opération. Ce que je venais de subir était un poids de souffrance horrible, qui m‘avait plongé dans une nouvelle période d‘inconscience.

J‘étais en danger…

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Mar 28 Fév - 17:06

Si y une chose que je ne voulais pas voir c'était bien ce que je voyais en ce moment. De la manière qu'il le faisait souffrir j'en pouvait plus de voir cela. Il le traitait comme un animal et le voir attacher comme ça sur cette table me brisait le coeur en mille morceau. Pourquoi me montrer ceci je n'étais pas assez forte pour me déprendre et le sauver. J'avais trop de larmes et je ne pouvais pas me retenir. Tout les cris de douleur que j'entendais me faisait au mal au plus profond de moi. Sans le savoir ils nous torturait tout les deux.

Je me débattais du mieux que je pouvais, mais rien à faire on me retenais toujours par les cheveux et les deux bras. Je vis le visage de Sam tourner vers moi et une larme qui coulait de son oeil. Il souffrait et je ne pouvait rien faire pour le sortir de là. Puis, il sortit une grosse lame et il la lui plantait dans le corps. Pourquoi lui faire ceci ? Pourquoi toujours lui ? Je voulais le sauver du mieux que je pouvais, mais je n'avais pas réussit. Je devais rester dans la position et regarder ce qu'il lui faisait. J'étais impuissante face à ce que je voyais.


Arrêtez ! Prenez moi à sa place. Je n'ai plus rien sans lui arrêter de le faire souffrir.

L'un des hommes avançaient vers moi et me disait de me la fermer. Il prit une de ces mains et me frappait du plus fort qu'il pouvait. J'avais la lèvre qui saignait. J'en tombait par terre et j'étis à la fois triste, en colère et surtout en état de les tuer un par un. J'avais la rage en moi. Je pensais quelques minutes, à ce que cette voix m'avait dit pendant cette lune et après. Que j'allais tuer et que j'étais une tueuse. Peut-être qu'elle parlait de cela et de ce moment. Mais, j'y pouvais rien il s'en prennait au bonheur que j'avais. Il avait chercher le feu il allait avoir plein d'explosion autour d'eux s'il continuait comme ça.

J'étais toujours par terre, ma joue me faisait terriblement mal. J'avais la flamme de la colère et de la rage dans mes yeux. Le regard froid prêt à n'en tuer un. Pour une fois, j'eu même pas besoin de me concentrerpour que mon don fonctionne. Ces les émotions qui contrôlait mon don. Je voulais le sortir de là et c,était peut-être la seule solution. Tout ce qu'il avait autour d'eux se brisait dans des explosions aussi forte à chaque explosion. Certaines personnes étaient blesser d'autres tuer à cause qu'il était proche des explosions.

Puis, j'arrêtais j'avais utiliser une grande partie de mon énergie, j'en saignait du nez et même de mes oreilles, car je le sentais. L'endroit était en feu et j'essayais de marcher pour voir ou était leur chef. Mais, je ne le voyais pas la seule chose que je voyais c'était Sam toujours sur la table. Je restais forte même si je n'allais pas bien. Car, je savais que je devais l'aider à sortir d'ici. Je détachais ses mains et ces pieds. J'enlevais la lame qui était encore dans lui. J'essayais du mieux que je pouvais pour qu'il arrête de saigner. Je le pris avec moi et commençait à sortir de cet endroit. Le chemin était long, car je ne m'en souvenait pas. Mais, je vis de la lumière au bout de je ne sais plus combien de minute. Je poussais la porte et je ne savais pas si j'aurais la force de marcher les deux rues pour nous rammener chez moi.

Donc, je tombais un peu plus loin. J'étais contente pour moi j'avais réussit à sortir Samuel. Mais, à quel prix pour moi ? Je n'avais jamais utiliser mon pouvoir comme ça en pleine rage. J'en souffrais maintenant, mais ces gens l'avait mérité. Maintenant, c'était à Sam de se réveiller pour m'aider, mais avec ce qu'il lui on fait. Je ne sais pas dans combien de temps il allait se réveiller. Moi j'étais à bout de force et je ne pouvais plus rien faire.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Mer 29 Fév - 15:06

Quand la lame avait pu pénétrer dans mon corps, et que j’avais jeté un dernier regard à Rachel, le message de la larme qui avait pu couler n’était autre que la souffrance, mais de la peur se cachait également derrière cette tristesse, la peur de tout perdre à cause de ce seul instant.

Ces monstres me traitaient comme un vulgaire animal, en m’ôtant toute notion de dignité et en me torturant pensant que je ne ressentirais rien du tout, mais pourtant je sentais chaque instant de cette horrible torture. Chaque blessure, chaque entaille que ces types provoquaient de manière volontaire me brisait les unes après les autres, surtout parce que mon pouvoir ne fonctionnait plus réellement à cause des surdoses de drogue que ces types m’injectaient, une dose assez grande pour provoquer une overdose chez n’importe qui, et qui supprimait tous mes moyens…mes deux pouvoirs. Mais ceci était très dangereux. Les hémorragies provoquées par ces tortures me mettaient en danger, je risquais le pire, et c’était bien ce qui me faisait peur dans tout ceci. Cela accentuait ma peur de la perdre, car j’avais pu simplement la voir et montrer que j’avais mal. Si mon destin était de ne plus me réveiller après cela, j’avais subir la pire des tortures, car je n’avais absolument pas pu lui dire autre chose que son prénom, même pas un semblant de parole, rien du tout.

Je devais alors prier, prier le plus grand des dieux afin de pouvoir m‘en sortir, me remettre de cette terrible torture.

J‘avais besoin du plus grand des miracles, la plus belle des choses afin de pouvoir me réveiller, la revoir, et enfin retomber dans le bonheur qu‘ils m‘avaient forcé à abandonner. Je voulais enfin reprendre une vie normale et ne plus penser à ce que ces types m’avaient fait. Je voulais oublier…ne penser qu’au bonheur pour une fois. Je n’avais envie que d’une chose, rester avec Rachel, oublier les tortures et les obstacles, car j’avais besoin de cela, j’avais besoin de cela plus que tout au monde. Si j’avais abandonné ma vie de combat constant pour justement rester avec elle, vivre réellement mon amour, et non pas replonger dans cette douleur aussitôt. Ce n’était pas ce que je voulais. La quitter pour replonger dans ces tortures serait la plus horrible des déchirures. Je ne supporterais jamais le fait de l’abandonner ou bien de la perdre, ce serait beaucoup trop dur, et jamais je ne pourrais m’en remettre…jamais… La dernière fois que j’avais perdu un grand bonheur, m’en remettre avait été beaucoup trop dur, et je m’en sentais même incapable. Rachel avait été ma lumière. Si je la perdais, j’allais en être anéanti…définitivement.

Le brouillard à l’intérieur de mon corps commençait à s’épaissir avec le temps, à mesure que la drogue commençait à être évacué de mon corps. Cela signifierait que mon pouvoir de guérison allait peut-être bientôt revenir, que j’allais avoir la chance de revenir à moi, de la revoir… Je devais y croire. Et, à force d’y croire, je commençais enfin à revoir le monde extérieur, d’une vue qui me dérangeait un peu, car j’étais au sol, à l’extérieur. Oh non…Rachel.

Je la vis sur le sol, elle avait besoin de mon aide. Et là, je mettais toute la volonté du monde pour tenter de faire fonctionner mon pouvoir…il le fallait pour elle. J’y croyais…plus que tout.


- Je t’en supplie bon sang…fonctionne…elle a besoin d’aide…je ne peux pas l’abandonner…je l’aime…je l’aime plus que tout… disais-je encore faible

Avec les forces que j’avais, je savais pertinemment que je ne pourrais pas nous guérir tous les deux. J’avais suffisamment de force pour une seule et unique personne. Si je tentais de me guérir moi, je n’allais jamais pouvoir le faire intégralement. Mais pour elle, je pouvais entièrement la guérir, et elle allait être ma seule priorité pour cette raison.

Je tins sa main, et me concentrait pour mettre mes forces dans sa guérison. Elle le méritait. J’avais beaucoup de mal à utiliser mon pouvoir, mais cela fonctionnait. La guérison était amorcée.


- Il n’est pas question que je t’abandonne…je t’aime…

Au bout d’un moment, la guérison était achevée, j’avais pu l’aider, mais moi je n’en pouvais plus. Les seules forces qui me restaient pour ce pouvoir servirent à arrêter les hémorragies d’une manière définitive, mais je ne parvenais pas à faire disparaître toutes les blessures.

Je m’écroulais, toujours face à Rachel en attendant son réveil. Je n’étais pas inconscient, mais je respirais plutôt fort pour tenter de me remettre de l’effort que je venais de fournir, alors que j’entendais des cris…des cris venant de l’endroit que nous avions quittés, probablement les types qui se sentaient en danger enfermés là-dedans, et qui tentaient de fuir.

Cinglé, c’était probablement ce que quelqu’un penserait en entendant ce que j’allais faire. Je fermais un instant les yeux. J’allais les enfermer définitivement en agrandissant les flammes, mais c’était la dernière chose que j’allais faire, sinon je risquais de retomber dans le sommeil. Je ne voulais pas la perdre encore une fois.


_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Ven 2 Mar - 18:28

Épuisée était le mot pour me décrire. J'avais marcher je ne savais pas combien de temps. Mais, quand j'avais vu la lumière dehors. J'eu un sourire au visage. J'avais réussis à sortir Sam de cet enfer. À chaque fois, qu'on avait une minutes de bonheur juste une minutes il fallait que le malheur se montre le bout du nez. Mais, ce qui était bien était que cela ne nous séparait pas. Nous étions plus proche à chaque fois. Je le savais que la seule chose qui allait nous séparer était la mort... ma mort. J'étais une fille mortelle, je pouvais mourir demain ou dans 5 ans. Tandit que Sam, je ne sais même pas s'il peut mourir ou si à cause de son don il est ce qu'on peut dire un immortel.

Je venais de déposer mon amoureux sur le sol à cause que j'étais tomber par terre. Depuis que j'avais mon don je n'avais jamais fait cela de ma vie. Je me faisais froid dans le dos juste à y penser. J'étais épuisser à un tel point que je ne pouvais rien sentir. Juste le fait de voir le visage de leur chef, je ne voulais que le tuer. Il nous avaiat fait mal à tout les deux sans le savoir. Si je le revoit ce que j'ai fais aujourd'hui j'allais le faire sur lui.

Lentement, je sentis mon énergie revenir doucement. Je sentais quelqu'un qui avait ma main dans la sienne. J'entendais des murmures il n'y avait qu'une personne à côté qui pouvait me dire ce genre de chose. Je savais que c'était Sam. À peine les yeux ouvert, j'entendis les cris des gens à l'intérieur et le feu qu'il y avait autour. Il faisait vraiment chaud et ceux qui était toujours pris dans les flammes pouvait bien rester dans l'endroit. Il avait chercher le feu et il l'avait trouver.

Puis, j'entendis quelqu'un respirer très fort à côté de moi. Je regardais Sam et je compris que le peu de force qu'il lui restait il l'avait utiliser pour me réveiller moi. Moi, j'allais un peu mieux même si j'avais encore mal à la tête, mais lui n'allais pas mieux et je voyais qu'il faisait tout pour ne pas tomber inconscient. Je savais que nous étions proche de l'appartement donc, je lui dis :


Je sais pas si tu peux m'entendre, mais je vais essayer de nous faire bouger jusqu'à l'appartement. Essaye de rester conscient pour moi... je t'aime.

Même si j'avais mon mal de tête encore et que je venais de me réveiller. Je mis un des bras de Sam autour de mon cou et commençait à marcher. Les quelques rues qui nous séparait de chez nous me semblait comme si je marchais de la fin de New York au début de la ville. J'avais passer par les ruelles pour ne pas que les gens se pose des questions.

La marche pour me rendre fût longue, mais quand je vis la porte de l'appartement. J'eu un sourire, car nous étions chez nous. Même si je sentais que quelqu'un nous observait. C'était juste un présentiment, mais quelque chose me disait que c'était leur chef qui nous observait si c'était bien lui.

Je fermais la porte et allait jsuqu'à la chambre et déposait Sam dans le lit. Pendant, que moi j'allais me chercher des médicaments pour mon mal de tête et une chaise en entendant que Samuel se réveille. J'étais inquiète, car je ne savais pas ce qu'il lui avait fait avant que j'arrive. Aussi, si je ne serais pas arriver ils auraient continuer à le faire souffrir. Donc, je patientais avec une de mes mains dans la sienne.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Ven 2 Mar - 22:11

J’arrivais à peine à y croire, mais c’était pourtant bien fini…

Tout cet enfer avait pris fin, mais ce n’était pas pour me laisser en sortir indemne, bien au contraire. Les marques de torture physique étaient encore bien présentes à l’extérieur, à cause du dysfonctionnement de mon pouvoir de guérison, mais les tortures morales ne pouvaient pas guérir grâce à ce pouvoir. Sans cesse, à force de me poursuivre, ces types oubliaient ce que j’étais au fond de moi-même. J’étais une personne, un être humain doté d’une âme et de sentiments. La douleur n’était que de la souffrance, et je la ressentais comme n’importe qui. Malheureusement, ils ne gardaient pas en tête que j’étais une personne. Ils me traitaient comme un animal, le plus grand souffle douleur qu’ils pourraient trouver sur le marché. Ils prenaient du plaisir à me torturer à me faire du mal. C’était cruel…

Mais j’en étais sorti. Le temps était maintenant propice à mon rétablissement, je devais me remettre de ce qui s’était passé, mais aussi pour aider Rachel, car elle avait risqué sa vie pour me sauver. Jamais je ne pourrais oublier ce geste, et surtout l’abandonner après ce qu’elle avait fait pour moi. Je l’aimais beaucoup trop pour oser faire cela, ne serait-ce qu’un jour. Elle était la plus importante personne pour moi. La perdre serait une sérieuse déchirure pour ma conscience, une déchirure dont je ne pourrais jamais me remettre. Même si j’étais encore faible, que mes forces commençaient à peine à revenir, j’avais pensé à elle en priorité pour l’aider à se rétablir, car je savais que je ne pourrais jamais utiliser ce peu de force pour guérir ces lourdes blessures que j’avais encore. Je n’étais pas encore suffisamment rétabli pour cela. Tant que je pouvais le faire pour elle, afin qu’elle puisse aller bien, c’était ce qui m’importait le plus.

Il était très dur pour moi de me maintenir réveillé, surtout parce que j’avais utilisé mes premières forces retrouvées pour pouvoir guérir Rachel et l’aider à retrouver des forces. Mais quelque chose était également très dur à supporter : ma respiration. Elle s’était détraquée peu après ce geste pour devenir bien compliquée à retrouver. Ma respiration était bien trop rapide et faible à la fois, ceci me faisait du mal, mais je me battais, pour tenter de tenir le coup et de rester conscient, pour elle, rien que celle que j’aimais. Rachel me vit alors dans cet état. J’avais du mal à l’entendre et donc à lui répondre, mais j’avais conscience de ce qu’elle disait, enfin je le pensais. Je ne pouvais que la regarder et faire un geste de la tête pour dire que j’avais compris ce qu’elle disait, sans pour autant lui répondre à vive voix.

Un de mes bras autour du cou de Rachel, j’étais soutenu afin de pouvoir marcher le reste du chemin, allongé probablement pour éviter d’éventuels passants et questions, chose que je comprenais largement. Quand nous arrivions enfin chez nous, je pouvais enfin garder à l’esprit que tout était terminé…enfin. Je n’étais plus aux mains de ces types, je n’allais plus subir leurs tortures horribles, je n’allais plus être éloigné de celle que j’aimais. Je n’allais plus subir ces obstacles horribles. Tout était terminé une bonne fois pour toutes. Nous entrions enfin et Rachel m’aida à m’allonger sur le lit pendant qu’elle s’absentait un instant. Pendant ce temps-là, je tentais de retrouver mon calme, de respirer normalement afin de retrouver mes forces et dégager les derniers effets de la drogue censés signifier également ma guérison. Je priais tant pour ceci ne prenne pas trop de temps, que cette galère puisse enfin se terminer et me laisser en paix. J’en avais besoin.

Pendant cette période où je tentais de retrouver mes forces, je sentais au bout d’un faible instant, la main de Rachel dans la mienne, attendant que je me réveille. Je bougeais ma main lentement afin de serrer la sienne et lui montrer que j’étais là. J’ouvrais les yeux lentement, et je la regardais, un sourire enfin présent sur mes lèvres, même si j’étais encore faible.


- Rachel…

L’émotion que je ressentais était indescriptible. C’était un mélange entre le plaisir de revoir celle que j’aimais, le soulagement de voir que l’enfer était terminé, et la souffrance que je ressentais encore à cause de cela. Ce mélange faisait briller mon regard. Ces émotions multiples me brisaient les mots, au point que je ne sache pas quoi dire sur le coup.

Je ne faisais que bouger mes doigts à l‘intérieur de sa main. Cela m‘aidait. Je pouvais tourner la page et me recentrer sur ma vie, dont un élément siégeait à côté de moi. C‘était elle.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Lun 5 Mar - 17:44

Pourquoi toujours lui faire mal comme ça ? Pourtant Sam n'avait rien fait pour mérité ceci. Juste parce qu'il était différent des autres spéciaux il le faisait souffrir comme ça. Si j'aurais pu, j'aurais prit sa place et j'aurais subit toute ces douleurs à sa place. J'en serais peut-être morte, mais il n'aurait pas pu souffrir. Je ne voulais plus le voir souffrir comme aujourd'hui et c'était arriver quand même.

Quand je le voyais les yeux fermer je ne pouvais pas m'empêcher d'être inquiète pour lui. Mais, être inquiète était devenu un sentiment que j'avais à chaque fois maintenant. Ce que j'ai fait aujourd'hui montrait à qu'elle point je l'aimais et à quel point j'allais me battre pour lui. Je ne pouvais pas imaginer ma vie sans lui. Le lien d'amoureux entre nous deux devenait de plus en plus fort à chaque étape de la vie. Si on me l'enleve j'en serais détruite et le coeur serait en millie morceau.

Donc, j'avais une chaise à côté du lit et attendait qu'il bouge un oeil, une main ou quelque chose. Puis, je sentis bouger quelqu'uns de ces doigts. J'entendis mon nom sortir dans un murmure. Sam commençait à se réveiller doucement et mon inquiètude commençait à disparaître. Mais, je voulais plus penser à ceci. Je voulais touner la page avec Sam, mais à chaque fois on nous rammenait dans la souffrance.

Avant je ne pouvais pas imaginer la douleur qu'il vivait à chaque fois. Aujourd'hui, j'avais vu et je voulais m'enlever les images que j'ai vu de la tête. J'étais trop sensible pour garder ces images en tête. J'aurais aimer ne pas vivre ce que j'ai eu, mais elle allait rester dans ma tête. Pourquoi on ne pouvait pas avoir une journée tranquille rien que nous deux. Je lui fis signe que j'allais revenir dans quelques minutes.

Il fallait que j'appele pour me faire remplacer encore une fois pour cette nuit. Je pris mon téléphone et téléphonait Tina pour lui dire. Je ne lui disais qu'une chose que mon petit ami n'allait pas bien et que j'allais rester avec pour cette nuit. Elle me dit que si ça continuait le patron allait me renvoyer. Je lui dit qu'il ne pouvait pas vu que j'étais une de ces meilleures employées. Elle me dit que j'avais raison et qu'elle allait lui dire cette nuit que je ne pourrais pas venir. Je fermais mon téléphone et revenait vers Sam qui avait les deux yeux ouverts, mais je voyais quand même sa fatigue.


Hey, je suis si contente de te voir bouger. Un peu plus et je croyais que je t'avais perdu. Tu m'a fais tellement peur je ne savais plus quoi faire. J'ai même perdue le contrôle de mon don pendant quelques minutes à cause de mes émotions.

Je lui dis ceci avec un sourire. J'avais quand même mon mal de tête, mais pour le moment la seule chose que j'allais me préoccuper c'était lui. Donc, je laissais ma chaise pour aller vers le lit à côté de lui. Le lit n'était peut-être qu'un lit simple, mais il y avait de la place pour que je me colle à côté de lui pour le rassurer comme seule moi savait faire.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Lun 5 Mar - 22:16

Cette image terrible de ma vie, je ne pensais pas que Rachel la verrait d’une manière aussi macabre, et qu’elle percevrait toutes mes douleurs de ses propres yeux. Il s’agissait d’une vision que j’aurais tellement aimé lui épargner mais le destin était contre moi. Les circonstances avaient emmené cet enlèvement de lâche, de torture, et qu’elle observe tout. J’aurais tant voulu que tout se passe autrement, mais c’était trop tard.

Heureusement tout était terminé à présent et le danger bien éloigné. La douleur pouvait s’estomper une bonne fois pour toutes, car plus rien n’allait me faire du mal…plus rien. J’étais enfin revenu vers ma raison de vivre primaire : mon amour. Rachel était là, auprès de moi. Elle était la seule chose présente et la seule chose qui importait en cet instant. Je me sentais mieux, beaucoup mieux. Je commençais enfin à évacuer toute la drogue que ces types m’avaient injecté. Je n’avais plus mal et j’y voyais plus clair. Enfin…

Une peur immense demeurait en moi, et elle allait toujours être présente, je m’en doutais, mais c’était une preuve que je tenais à Rachel plus que tout. J’avais une peur immense de la perdre, que quelque chose puisse nous séparer contre notre gré. Je ne voulais pas la perdre… Mais,, quelque chose avait changé. En sortant de ce calme, je me sentais mieux. Ma peur pouvait enfin s’enfuir et quitter par conséquent mon corps pour être remplacée par quelque chose de plus doux, quelque chose de plus simple : la tranquillité, le sentiment de se sentir enfin en sécurité dans un lieu que l’on connaissait déjà. Cela me faisait du bien, un énorme bien.

Revoir Rachel en dehors de ce danger était une sorte de libération à mes yeux, l’occasion de penser à une toute autre chose que cette souffrance. Je voulais oublier l’horreur, tourner la page, et je savais que je pouvais le faire avec elle. En pensant à ce que je ressentais pour elle, j’avais l’occasion de vivre une toute autre vie, quelque chose de bien meilleur qu’auparavant. Je pouvais oublier ces tortures rien qu’en observant le regard de Rachel, elle était parfaite. Elle s’en alla un instant, quand j’avais ouvert les yeux, mais j’eus le temps de me remettre un peu et d’être clairement là pour elle.

Quand je la vis revenir, j’avais même la force de sourire et de la regarder dans les yeux. Elle était là, je ne rêvais pas.


- Moi je suis extrêmement heureux de te revoir… disais-je la voix encore affaiblie, mais c’était moins flagrant que tout à l’heure.

Quand elle vint près de moi, dans le lit, je ne pensais qu’à une chose, m’excuser pour l’horreur…

- Je suis désolé…pour tout à l’heure…je ne voulais pas que tu vives cela…

Tout contre elle, je pouvais enfin m‘ancrer dans la réalité d‘une tranquillité, cela me faisait du bien. En étant contre moi, elle me rassurait, et cela se voyait sur mon visage je le pensais…

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Jeu 8 Mar - 18:32

Finalement tout était terminer et je ne voulais plus y penser. Mais, j'avais toujours ces images horrible dans ma tête. Il le prennait pour un animal et l'avait torturer comme un animal. Moi, j'ai du regarder ceci et je ne pouvais rien n'y faire. J'allais garder cet événement dans ma tête pour toujours, mais il y a une chose de positif qui ces produit. Je lui avait sauver la vie en fin de route.

À chaque malheur qu'il y avait dans notre vie de couple, le bonheur venait tout de suite après, mais pour combien de temps ? Je ne voulais pas y penser. La seule chose que je voulais penser était que j'avais sauver la vie de l'homme que j'aime et qui allait rester dans ma vie pour longtemps encore. J'avais téléphoner à Tina pour lui dire que je ne venais pas ce soir au travaille. Je savais que mon patron n'allait pas aimer, car je manquait beaucoup depuis quelques temps. Mais, la santé de Sam était beaucoup plus importante que mon travaille.

J'allais vers le lit ou il était couché et me plaçait à côté même presque coller à cause du petit lit. Mais, je m'en foutais car j'aimais Sam plus que tout et le savoir vivant était reposant pour moi. Car, quand mes émotions on prit contrôle de mon don tentôt j'avasi perdu mon sang froid. Je ne voulais plus le faire, car je m'avais fait peur à moi même. La colère que j'avais eu ce n'était pas moi et cela me faisait terriblement peur.

Je ne voulais pas paraître inquiète face à Sam. Donc, j'espérais qu'il ne vois rien du tout. Puis, il me parlait de sa voix faible qu'il était très content de me revoir. Moi aussi j'étais heureuse de le revoir au moins bouger. Je n'avais vraiment pas aimer le début de journée que j'avais eu et je suis sûr que c'était la même chose pour Sam. Ce n'était pas le début de journée qu'on avait espérer.


Moi aussi je suis heureuse de te revoir, si tu savais comment j'ai eu peur aujourd'hui.

Je ne pleurais pas, mais on pouvait entendre la joie que j'avais en disant ceci. Il disait aussi qu'il était désoler pour ce que j'ai vu. Qu'il ne voulait pas que je vive cela. Il avait raison dans un sens, mais de l'autre j'étais sa petite amie. Et même s'il aurait tout fait pour me protèger j'aurais vécu quelque chose comme aujourd'hui à un moment ou un autre. C'était juste arriver plutôt que je le pensais. Et c'était dommage, car j'aurais voulu ne jamais le vivre.

Ne soit pas désoler il fallait que ça arrive un jour ou l'autre. C'était soit toi ou moi qui aurait eu du mal. Je suis ta petite amie et je savais qu'en commençant une histoire de couple avec toi. J'avais des chances de me faire enlever, de me blesser ou de voir quelqu'un te blesser sans que je puisse faire quoi que se soit. Mais, n'y pensons plus là seule chose qui importe pour le moment et que tu ailles bien maintenant.

J'étais vraiment collé à Sam maintenant avec mes deux bras autour de lui. Je ne voulais pas qu'il me quitte plus jamais, mais à chaque fois ces la même chose. On me l'enlevait à chaque fois juste parce qu'il était différent des autres. Je ne voulais que son bonheur et mon bonheur en même temps est-ce que c'était trop demander ? Pour le moment je crois que oui c'était trop demander au destin de nous donner du bonheur plus qu'une minute.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Sam 10 Mar - 0:31

L’enfer poursuivait mon image comme son ombre, même quand je ne souhaitais plus l’avoir dans les pattes. Je venais de trouver l’amour, le parfait amour que j’attendais depuis si longtemps, celui qui avait la force de faire renaître l’âme humaine qui était en moi, mais la souffrance me guettait, comme pour m’interdire de vivre pleinement ma joie.

Pour des croyances mythologiques complètement absurdes, ces types m’avaient enlevés dans le but de comprendre quel serait mon lien, en admettant qu’il puisse en exister un, avec Dieu ou bien une représentation du messie. Ceci n’avait aucun sens à mes yeux, mais ils y croyaient dur comme fer, au point de me faire subir toutes ces tortures. Ces affronts étaient des choses inhumaines, que personne ne subissait en réalité, et je ne faisais pas de supposition en disant cela. J’avais conscience de ma nouvelle nature : celle de souffre-douleur. Ces types savaient que je n’allais pas mourir des suites de ce qu’ils me faisaient, alors ils s’y donnaient à cœur joie, faisant tout pour me faire souffrir et me maintenir coute que coute dans cet endroit. Ils me prenaient comme un animal, ou plutôt une sorte d’invertébré incapable de ressentir la douleur car aucun organisme en lui n’était lié. Pourtant, même en échappant constamment à la mort à cause de mon pouvoir, la souffrance était encore là, bien présente, et j’avais même l’impression de la subir davantage maintenant que je ressemblais à un immortel, quelqu’un qui n’avait plus l’air de mourir. Mais au fond je n’en savais encore rien. Je ne savais pas si la mort pouvait encore m’attraper. Je ne le saurais qu’en ayant subi la pire des choses, à l’image de ma tête, ce que je n’avais heureusement pour moi pas subi jusqu’alors.

Si Rachel n’était pas venue pour me sortir de cet endroit, j’y sommeillerai probablement encore, subissant tous les tests cruels de ces types, qui rechercheraient toute chose en moi capable de défier les fruits de la science, et s’en servir pour leur cause, une cause à laquelle je ne croyais pas, car elle était insensée. L’humanité pouvait croire en un Dieu, mais il s’agissait d’une religion, une croyance que les personnes acceptaient comme pour se rassurer, pour croire en une vie après la mort, un monde meilleur, enfin quelque chose du genre, mais de là à prouver son existence ? Ces croyants de la secte qui m’avaient enlevé pensaient à une chose impossible, quelque chose de tellement absurde que cela ne pourrait jamais arriver, pas un jour prochain encore. Je préférais mieux ne pas m’avancer là-dessus, car tout était possible encore. Les légendes nombreuses m’entourant ne cessaient de grandir, et j’avais toujours peur d’en découvrir une nouvelle le lendemain, me caractérisant justement comme ce que les membres de la secte voyaient en moi. Je savais que j’étais puissant, mais je ne me prenais pas pour le messie du monde, même si je faisais tout pour lui.

Le fait de me retrouver chez Rachel, en sa présence, et non en la présence d’une quelconque goutte de sang accentuant ma douleur, était quelque chose de reposant, quelque chose qui changeait mon état d’esprit, qui pouvait croire que tout était fini désormais. Le danger était écarté, et j’y croyais sérieusement, parce qu’elle était là. Même si je percevais encore de l’inquiétude chez elle, le regard de Rachel me calmait, et la sentir près de moi accentuait le fait de me sentir en sécurité. J’étais meilleur avec elle et je pouvais tenter de tourner la page sur cet événement horrible, et penser à une bien meilleure chose : l’amour que je ressentais pour elle. Il s’agissait du sentiment qui berçait mon humanité et je savais que le bonheur reviendrait rien qu’en y pensant. Chaque malheur était poursuivit par le bonheur par la suite. Je devais garder ceci en tête et non penser au pire. Je devais la regarder et oublier mes peurs. Il était temps.


- Je suis quand même désolé. Les événements d’aujourd’hui, je ne pensais pas que tu les vivrais, que tu subirais une horreur pareille simplement parce que ces types voulaient m’enlever et me faire subir le pire. Quand je t’ai vue, et que tu étais là, j’ai vraiment eu peur. J’ai cru qu’ils allaient oser faire pareil avec toi et que je n’allais rien pouvoir faire… J‘ai vraiment cru qu‘ils m‘avaient eu cette fois et que j‘allais te perdre…

J’étais limite à pleurer mais je ne craquais pas. Je parvenais à me retenir.

- Mais tu as raison, je ne devrais plus y penser…

Elle était collée à moi, et je parvenais à sourire, pour une rare fois depuis ce temps de torture. Ce miracle je lui devais.

La lumière revenait pendant un instant, preuve que les dernières tortures venaient enfin de disparaître. Mes dernières blessures se refermaient enfin pendant que je parvenais à rester serein. Mon corps venait de retrouver la paix qu‘il avait perdu à cause de cet enlèvement si cruel. Les images me hantaient encore parce qu‘elles étaient trop récentes, mais je savais que j‘allais pouvoir les remplacer par des nouvelles, des images bien plus belles que l‘on caractériserait par le bonheur, le bonheur à lui seul.

Mais la vision de l’horreur que j’avais subie à cause de ces types, aux croyances mythologiques absurdes me concernant, me hantait encore. J’avais du mal à les quitter. Pour cette raison, probablement, un mouvement habituel renaissait comme une évidence, une habitude que j’avais prise sans réellement comprendre pourquoi je l’avais fait. Ma main reprenait de nouveau le sens d‘un mouvement doux, quelque chose que je répétais souvent quand j‘avais besoin d‘oublier une horreur et de m‘ancrer dans la réalité, ce mouvement que je faisais sur la paume de main de Rachel, avec mon doigt. Je la caressais en formant des cercles fins et lents dans leur construction.


- Je t‘aime…

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Mar 13 Mar - 0:13

J'étais enfin soulager de le voir bouger de nouveau. J'avais eu très peur aujourd'hui la plus grande peur que j'ai eu de ma vie. Samuel était devenu petit à petit ma source de bonheur. Personne ne devait la briser, sinon j'allais être comme tout ta l'heure en colère. D'habitude j'aurais eu de la peine ou j'aurais montrer aucune violence. J'étais Rachel celle qui ne faisait pas mal au une mouche. Mais, quand il était question de Sam, je pouvais me montrer violente. Il avait oser faire mal de la façon la plus horrible que j'ai vu. Donc, je m'avais venger de la seule façon que je le pouvais. J'avais détruis une bonne partie des lieux à moi toute seule. Je m'avais fait peur à moi même pour plusieurs raisons que je ne disais pas à Sam car je ne voulais pas l'inquièter.

Mais, tout ceci était terminer pour Sam et moi... pour le moment au moins. On pouvait profiter du repos qu'on nous donnait à tous les deux. J'étais si calme avec lui que je ne pensais à rien du tout. Mon bonheur c'était lui et personne d'autre je le savais maintenant. Personne ne pouvait me rendre plus heureuse que Sam. J'étais redevenu qui j'étais avec lui. Une personne qui souriait et qui voulait profiter de la vie même s'il y avait des moments de malheur et de souffrance. Le bonheur était toujours proche après comme en ce moment. Nous étions tous les deux dans notre lit et je ne pouvais plus détacher mes yeux des siens.

Quand il me parlait qu'il avait eu peur que je vive la même chose que lui. Je ne pouvais pas le comprendre, car je ne pourrais jamais vivre ce qu'il a vécu. Si je la vivais j'en mourrais tout de suite et je sais que ça ne ferais que détruire l'âme de Sam. Donc, je lui dis :


Mais, tu ne ma pas perdue. Je suis ici et tu es avec moi dans notre appartement. Nous sommes loin du danger et nous pouvons essayer d'oublier ce que nous venons de voir. Je sais que cela sera très difficile, mais nous allons y arriver et tu sais pourquoi... parce que nous seront ensemble toi et moi.

Dès que j'eu le temps de finir ma phrase. Je vis la lumière de Sam le guérir de ce qui lui restait à guérir. À chaque fois, que je voyais ce don je me posais beaucoup trop de question. Comme à savoir s'il eswt toujours humain à quelque part dans lui. Pendant le temps que sa lumière fonctionnait, je fermais les yeux pour ne pas devenir aveugle. Je ne savais ps ce que ces fou lui avait fait ou mit dans lui. Mais, ça l'avait rendu faible et je n'aimais pas le voir faible. Puis, la lumière disparue et je pu ouvrir les yeux. J'arrêtais mon regard sur lui et les premiers mots qu'il sortit fût un je t'aime comme je l'ai aimait.

Je ne voulais pas pleurer, mais c'était des petites larmes de joie qui coulait de mes yeux. C'était seulement quelques larmes, mais ça faisait du bien de les verser. Ma réponse à moi fut sans mot, mais elle exprimait ce que je voulais dire à haute voix.

Une de mes mains allait ce placer derrière sa tête et mes lèvres allait ce collé sur les siennes doucement. J'avais eu si peur de ne plus le pouvoir l'embrasser. De ne plus voir son visage, son sourire, ses magnifique yeux ou simplement une méche de ces cheveux. Je voulais vraiment rester dans cette position dans laquelle j'étais. Ma main gauche remontais jusqu'à ces cheveux ou elle restait jusqu'à temps que je me détache doucement de ces lèvres.

Toujours collé l'un devant l'autre je lui dis ceci :


Je t'aime et t'aimerais pour toujours. Malgré tout ce qu'on va vire tout les deux que ce soit maitnenant ou dans l'avenir. Je serais toujours avec toi ou que tu sois. Tu as sauvé mon âme d'une façon. J'allais faire la plus grosse bétise de ma vie avant de te rencontrer. Quand je t'ai connu tout à changer, on n'a changer tout les deux en quelque chose de beaucoup mieux. Même s'ils font tout pour nous séparer, ils ne pourront jamais le faire.

J'étais sur le goût des émotions avec ce que je venais de dire. Mais, je parlais avec la plus grande des sincérités. Elle venait du plus profond du coeur mes paroles. Je l'aimais que ce soit maintenant, dans le futur ou même dans la mort. Je l'aimerais pour toujours.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Mer 14 Mar - 0:36

Le soulagement le plus immense que je parvenais à ressentir dans mon esprit, en plongeant mon regard dans celui de Rachel, était le fait de savoir que ce danger était désormais achever, que rien n’allait venir me briser désormais.

Je ne pouvais que penser à elle, songer au bonheur d’être de nouveau ensemble et non brisés par cet obstacle stupide, ces tortures qu’ils ne cessaient de nous infliger en voulant s’intéresser à ce que j’étais. En me torturant, ils la torturaient également, et je n’aimais pas la voir souffrir. Je l’aimais, plus que tout, et jamais je ne pourrais supporter une larme ou une blessure par la faute de ces monstres. Je savais qu’elle ne le méritait pas, et jamais je ne pourrais l’accepter. L’observer me ferait du mal, sincèrement, car Rachel avait été une aide précieuse, une aide bien utile pour la renaissance de mon âme. J’étais revenu à la vie grâce à Rachel.

En la voyant, je pouvais même sourire et cela m’incitait à profiter de chaque instant que le temps m’offrait pour être avec elle et surtout vivre pleinement cet amour qui était un sentiment profond et sincère, que je vivais sans hésitation et surtout sans aucun remord. Je pouvais passer ma vie avec elle, simplement parce qu’elle avait touché mon cœur. Rachel à elle seule avait su illuminer mon âme comme personne n’avait pu le faire auparavant. Elle avait attrapé cette lueur, dans mon cœur, qui était restée en sommeil sous l’effet de malheurs diverses, des malheurs souvent sanglants et synonymes de tortures pour un corps qu’on ce cessait d’essayer de tuer, de ralentir au point de souffrir de martyr, en gros vivre des souffrances pires que la mort. Partager cette vie terrible était probablement la seule chose qui me dérangeait quand je pensais à Rachel, simplement parce que je l’aimais au point de vouloir le meilleur pour elle. Je ne voulais pas la voir souffrir et vivre un calvaire immense à son tour, un calvaire qu’elle pourrait vivre uniquement parce qu’elle me connaissait. Pour être honnête, un sentiment superbe et important à mes yeux, des yeux que je ne pourrais probablement jamais détacher des siens.

Les mots qu’elle adoptait reflétaient mes pensées car tout était vrai. Nous pouvions tenter d’oublier ce dur instant même si le travail allait être compliqué, mais que nous allions y arriver parce que nous étions ensemble elle et moi. J’y croyais. Ces paroles reflétaient mes espérances, des réelles espérances. C’était elle qui m’aidait à ressentir tout ceci, pour de vrai. Un sourire mêlé à des larmes de joie apparut quand elle me dit cela. Je savais que tout était vrai. Ma lumière m‘avait guéri de mes dernières blessures pour ne laisser derrière elle que de l‘amour, un véritable sentiment de bonheur qui existait pour de vrai. Je la regardais après lui avoir dévoilé mes sentiments, que je l‘aimais. Je la vis, avec des larmes, qui n‘avaient pas l‘air de caractériser une tristesse, quelque chose d‘horrible. À la vue du geste qu‘elle adopta par la suite, c‘était de la joie, un sentiment partagé avec le mien.

Une des mains de Rachel alla se placer derrière ma tête et ses doigts plongeaient dans mes cheveux. Ses lèvres se collèrent sur les miennes, un instant que j‘avais peur de ne plus revivre. Ce baiser si tendre fut probablement la chose la plus douce à laquelle j‘avais toujours remis mes espoirs. Le vivre était un immense cadeau, probablement le beau de toute une vie. Les larmes qui coulaient de mes yeux pendant qu’elle m’embrassait n’était guère des larmes de tristesse mais bien un symbole d’une magnifique joie. Comment pleurer et souffrir en sa présence ? Il s’agissait bien d’une chose impossible quand on évoquait ce que je ressentais pour Rachel. Jamais je ne pourrais souffrir et éprouver de la tristesse à cause de cet amour, simplement parce que je l’avais toujours attendu. Rachel se détacha au bout d’un long instant de mes lèvres, mais nous étions toujours collés l’un à l’autre quand elle me parlait.

Je pris sa main et l‘enfermais dans la mienne quand elle me parlait de sentiments, qui se trouvaient également dans mon âme.


- Jamais ils ne pourront faire quoi que ce soit capable de changer ce que je ressens pour toi, cet amour qui est né et qui ne s’éteindra pas, quoi qu’ils fassent. Je t’aime également Rachel et ce sentiment demeurera en moi pour toujours. Jamais il ne s’enfuira…jamais. Malgré tous les événements d’une vie, qu’il s’agisse de bonnes choses comme des mauvaises, jamais je ne te quitterais, jamais je ne pourrais t’abandonner. On s’est sauvés mutuellement en quelque chose, car avant toi je n’étais plus grand-chose, enfin plutôt ma vie ne rimait pas à grand-chose. Ma vie a trouvé un sens quand j’ai pu plonger dans ton regard la première fois, et savoir plus tard que ma place était avec moi, et qu’elle le serait toujours.

Mes paroles étaient extrêmement sincères et mes émotions aussi. Je l’aimais, réellement, et ce sentiment berçait mon humanité. Cela me faisait tant de bien, que le bonheur ne me quittait plus.

- Merci…merci de m‘avoir sauvé rien qu‘en étant présente auprès de moi, mais également pour tout à l‘heure... disais-je en étant en même temps touché par mes pensées.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Dim 18 Mar - 16:48

Loin de tout malheur nouspouvions tourner la page. Elle ne se fera pas toute seule, mais avec du temps nous allions pouvoir y arriver. Les images que j'avais vu aujourd'hui, je ne pouvais pas me les enlever de la tête. J'allais sûrment en faire des cauchemars pendant quelque temps. Mais, je sais que j'aurais Sam à mes côtés pour me réveiller et dire que ces fini. Je le sais que je suis une fille un peu trop sensible, fragile et qui montrait ces émotions trop vite. Mais, j'y pouvais rien le monde était trop cruelle pour une fille comme moi.

J'aurais voulu avoir une meilleure personnalité, mais j'étais comme ça et je ne pouvais pas changer. Il y a le fait que je n'est que 21 ans et à cet âge je ne devais pas voir ce genre de chose. Mais, je n'étais comme les autres filles de mon âge. J'étais différente à tout les point comparer à celle de mon âge. J'espérais pouvoir chnager et devenir quelqu'un qui ne pleure plus pour rien. Mais, sur ces larmes il y avait de la souffrance et c'était la raison de mes larmes. Dans le fond, je ne veux pas être une humaine sans émotions, mais juste les contrôler un peu mieux.

Mais, oublier ce qui venait de se produire était notre priorité un à tout les deux. J'avais souhaiter du bonheur pour nous deux et je ne voulais pas la laisser passer pour le reste de la journée. Je le montrais déjà que je voulais du bonheur avec lui plutôt que du malheur par dessus malheur. Je voulais que notre baiser dure longtemps, mais j'ai du reprendre mon souffle. Je brûlais d'amour pour lui. Mes lèvres voulait rester collé au sienne pour montrer tout l'amour que j'avais pour lui.

Toujours collé à lui, je ne pouvais détacher mes yeux des siens. À chaque fois, que je le voyais il y avait son regard plein d'espoir pour nous deux. La période ou il était triste, en souffrance et fermer de tout le monde était fini, car je l'avais sortit de cet enfer. Mon amour pour lui ne pourrais jamais partir. Jamais je ne pourrais avoir cet idée en tête. Ce que Sam me disait était ce que je pensais. Jamais il n'allait abadonner et moi non plus je n'allais jamais le faire. C'était une idée stupide de penser à ceci.


Moi non plus je ne vais jamais t'abadonner. Mon amour pour toi ne pourrais jamais partir. Que ça soit dans les bon ou mauvais moment. Jamais je ne pourrais te quitter... jamais de la vie.

Comme je l'avais dit et comme il me l'avait dit. Nous nous sommes sauver la vie à tous les deux. Nous étions la lumière de l'un et de l'autre. J'étais plus heureuse que n'importe qu'elle fille sur la terre. J'étais contente d'avoir rencontrer Sam quand il m'avait sauvée la première fois. S'il ne m'avait pas sauver cette nuit là, je serais morte en pleine ruelle de New York. Je n'aurais jamais connu le bonheur que j'ai en ce moment. Ces moments magique que je n'ai qu'avec lui et personne d'autre. Je l'aime et l'aimerais toujours même dans la mort.

Pour me sortir de mes penser, j'entendis Sam qui me disait merci de l'avoir non seulement de l'avoir sauver il quelques minutes, mais aussi de tout le reste. J'eu un sourire et une simple larme qui me coulait.


Je voulais le faire, car si j'aurais été à ta place ces ce que tu aurait fait aussi. Tu es ma lumière et si on me la brise je serais perdue. Tu es devenu une partie de ma vie au fil des mois. Si quelque chose t'arrive je serais toujours proche pour venir te sauver. Comme tu le ferais pour moi on se protège l'un et l'autre.

Je venais de penser à une chose à la fin de ma phrase. Les rôles étaient inversé pour une fois. D'habitude c'était Sam qui me sauvait la vie. Mais, aujourd'hui je l'avais sauver de la plus grande souffrance et je lui dit :

Je viens de remarquer quelque chose pour une fois. Je t'ai sauver et non toi, les rôles on été inversé tu trouve pas.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Lun 19 Mar - 1:26

Il était temps de tourner la page, d’oublier les malheurs subis en seulement quelques instants. Ces personnes avaient détruit quelque chose en souhaitant m’enlever aujourd’hui, une chose dont je voulais préserver Rachel en réalité. Je ne voulais pas qu’elle puisse assister à une telle vision de malheur à mon encontre, une telle vision de torture et d’horreur où l’humanité n’existait plus. J’avais été pris pour un animal, et Rachel avait assisté à cela. Je n’avais pas pu empêcher une chose pareille et j’en étais navré. Le monde était parfois cruel malheureusement, trop cruel au point de nous faire subir ses douleurs quand nous ne le souhaitions pas. Mais maintenant il était temps d’oublier ce qui s’était produit. Il était temps de passer à autre chose et d’adopter de meilleures pensées. Le bonheur d’être ensemble était un exemple de pensée positive, une chose que je devais garder en tête à tout prix, pour tout oublier…

Je souhaitais du bonheur pour nous deux, rien que pour cela. L’amour était une émotion forte, quelque chose de parfait au point que deux personnes s’unissent ensemble pour vivre la plus belle des relations. Ils vivaient pour être ensemble, surmonter tout obstacle ensemble, et surtout pour s’aimer l’un et l’autre. Ce sentiment était né dans mon esprit comme une sorte d’évidence. Cet amour était plus puissant que les flammes que je pouvais dégager par mon pouvoir, plus puissant que toute autre émotion capable de rythmer mon cœur. Elle était la plus importante d’entre elle, ce qui faisait battre mon cœur et qui me donnait une parfaite raison de vivre et de continuer à exister dans ce monde si compliqué. Ce sentiment n’avait rien d’un enfer, loin de là, c’était probablement la plus belle chose qu’il aurait pu m’arriver. J’étais au paradis.


- Ils pourront tout faire, tout essayer et même me faire subir les pires tortures du monde, jamais ils ne pourront me faire oublier ce que je ressens pour toi, car c’est le plus beau sentiment du monde et la plus belle chose qu’il aurait pu arriver dans ma vie. Tu es la plus belle qui a pu arriver dans ma vie, sincèrement…

Le plus beau sentiment du monde, la plus belle chose…ma vie avait pu découvrir tout ce qui lui manquait, absolument tout. Rencontrer Rachel avait été le déclic le plus intense de toute ma vie. Peu importe quel allait être la suite de ma vie, elle allait être rythmée par cet amour, toujours…

- Je n’aurais pas hésité à te sauver, simplement parce que je n’ai envie de te voir brisée par ce genre de souffrance. Tu ne le mérites pas. Tu es si importante pour moi que je n’ai pas envie de te voir souffrir. J’aime te voir sourire, être heureuse.

Ce qu’elle me fit remarquer par la suite n‘était pas un tort, même si c‘était dur à admettre…

- C’est vrai que les rôles se sont inversés cette fois-ci…

Toujours collée à elle et toujours en l’observant, j’appuyais ma tête contre le coussin.

- Mais tout est terminé maintenant. On peut tenter de tourner la page et simplement de rester ensemble toi et moi.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Mer 21 Mar - 18:30

Aller de l'avant était la meilleure solution pour moi et pour Samuel. Toutes les images que j'avais vu aujourd'hui. Je voulais les oublier pour toujours et jamais ne l'ai avoir vu. Juste m'imaginer des gens et même des humains faire du mal à un autre être humain me rendais malade. Je voulais en vomir, j'avais vu qu'une petite image, mais elle avait été plus horrible. Les larmes que j'ai eu et que Sam avait eu me prouvait que c'était la plus grosse horreur que nous avions vécu jusqu'à maintenant.

Nous étions ensemble et nous allions rester ensemble tous les deux. Car, notre amour allait toujours l'emporter sur le reste des choses. Nous étions fait pour nous rencontrer et je crois que s'il ne m'avait pas sauvé la première fois que je l'avais vu. Je crois que je l'aurais rencontrer d'une façon ou d'une autre. Mais, cette rencontre avait été la plus belle que j'ai eu de ma vie. Cette simple rencontre avait changer nos vies à tout les deux.

Que sa soit dans les joies ou dans les peines. Nous allions rester ensemble pour affronter ceci. Ma mère m'avait dit que quand on trouve la perle rare plus rien autour nous dérange. On ne vie que pour cette personne et personne d'autre. Au fil que ma relation avec Sam grandissait et plus je me rendais compte des paroles que ma mère me disait sur sa relation avec mon père. Là-dessus je savais que je ressemblais de plus en plus à ma très chère mère.

Ma mère avait aimer mon père jusqu'à son dernier souffle de vie. Je n'avais jamais vraiment su la cause de l'accident de mon père. On m'avait juste dit que c'était un accident de voiture et ces ce que j'avais dit dans le temps à Lucy avant de partir. Tout ça pour dire que s'il m'arrive quelque chose. Je savais que Sam allait se retrouver dans le rôle de ma mère. Tout seul après avoir perdue sa raison de vivre.

D'une façon je ne savais même plus si Sam était un humain normal pour quelqu'un comme nous. Le fait qu'il soit déjà un hybride m'avait rendu inquiète en premier. Mais, je m'y avait habituer à la longue. Cette lumière qui le ramènait à la vie. Je me demandais si à la longue elle l'avait rendu immortel ? Si ces le cas je vais pouvoir passer le reste de ma vie avec lui, mais lui ne pourra jamais finir ces jour avec moi. C'était une douleur que j'étais prête à affronter pour que je reste positif.

Je m'étais complètement perdue dans mes pensées et je n'avais rien entendue de ce que disait Sam. Ces seuls chose que j'entendis était le fait que nos rôles fut inversé cette fois-ci. Je ne disais toujours rien parce que j'étais trop dans mes pensées. Même si je savais que j'allais avoir du bonheur avec l'homme que j'aime. Les malheurs me faisait toujours plus mal et plus il était gros comme souffrance plus j'avais mal et je m'inquiètais de plus en plus. Je n'étais qu'une petite mortelle et si ma théorie ce tennait debout, Sam était une sorte d'immortel. Je savais que Sam me voulait heureuse et avec un sourire, mais je n'était pas capable de l'avoir. Pas pour le moment, j'avais toujours ces iamges en tête et elle ne voulait plus partir.

Pourquoi il fallait toujours que j'en vois le côté négatif ? Pourquoi le positif ne pouvait pas frapper à ma porte pour plus de deux minutes. J'étais fragile et je l'avais toujours été, mais là on dirait que je le suis beaucoup plus. Je ne savais pas si cette fragilité pourrait partir un jour mais je voulais qu'elle ne soit plus là.

Sam avait la tête contre le coussin et me regardais toujours. Sauf, que je laissais tout tomber j'en pouvais plus de tout. Je ne voulais que rester ici avec lui. Les larmes coulait et je laissait des petits bruit pour retenir mes larmes. Je ne voulais pas me montrer comme ça, mais là s'en n'était trop.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Jeu 22 Mar - 0:23

Quand tout enfant rêvait d’être pompier ou bien pilote d’avion, mon rêve à moi se résumait à une chose entièrement différente, vu que je voulais simplement devenir un grand homme, quelqu’un capable de donner un sens à sa vie et non s’enfermer dans les clichés communs de la vie qui se résumaient à trouver un emploi pour pouvoir vivre sa vie bercée par un revenu mensuel parfois plus que médiocre selon les emplois. C’était comme si j’étais né pour ne rien faire comme les autres, de ne pas respecter les règles de vie commune qui berçaient chaque être de l’humanité. Je n’étais pas ainsi, je m’en doutais.

La définition d’un grand homme ne faisait guère référence à la richesse qu’il pouvait posséder. Au contraire, cela faisait référence à un caractère, quelque chose d’important mais également remplie d’honneur. La plus grande générosité du monde demeurait dans son esprit, et il s’en servait pour une bonne cause, aider le monde à survivre par tous les moyens. C’était en quelque sorte la définition du héros, la quintessence d’un sauvetage honorable, si bon qu’il était utile à tout le monde.

Le plus grand des héros demeurait quand même un humain, simplement parce qu’un héros avait également une vie, et une vie que je voulais bercer par l’amour. Toute ma vie j’avais rêvé du jour où j’allais rencontrer le parfait amour, cet amour qui allait bercer mon cœur pour toujours et à jamais. Ce parfait amour, je l’avais enfin trouvé en la personne de Rachel. Rachel était la femme la plus importante de ma vie, celle qui avait déclenché une sorte d’étincelle dans mon cœur, l’évidence même que j’avais enfin trouvé une magnifique raison de vivre. Je voulais vivre ma vie avec elle, et la rendre heureuse à tout prix.

Ma vie était devenue un berceau d’humanité grâce à elle. En la rencontrant, j’avais changé pour pouvoir adopter l’âme de ce grand homme dont je rêvais depuis mon enfance. J’étais devenu plus humain, par ces sentiments qui réchauffaient l’âme. Cela me faisait du bien, mais j’avais l’impression que ces choses ne marchaient que dans un sens. Quelque chose avait l’air de se produire en ce moment.

Alors que j’étais allongé sur ce coussin, je pouvais observer quelque chose d’important sur le visage de Rachel, quelque chose qui m’attristait. Je pouvais découvrir le fait que Rachel se sentait mal, qu’elle était triste et cela m’affectait car je me sentais en quelque sorte responsable de ce qui se passait. Je me sentais mal pour elle.

J‘avais vraiment l‘impression que tout était de ma faute.


- Excuse-moi…cela doit être de ma faute si tu es triste…

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Sam 24 Mar - 18:50

Pourquoi je réagissais comme en pleurant toute les larmes que j'avais ? Pourquoi je devais être si fragile ? Je savais que ce n'était pas la joie ce que je venais de vivre. Mais, je ne voulais plus pleurer comme ça. Parce que je rendrais triste non seulement moi, mais aussi Sam. Et ça je ne le voulais pas, je pouvais rester triste, mais pas lui surtout pas lui. J'avais peut-être besoin de laisser ces larmes couler.

Peut-être qu'après je serais un peu plus en paix avec ce qui arrive. Mais, je n'aimais pas ça parce que je ne voyais pas la moi qui avait 21 ans. Non, je voyais la petite fille de 8 ans qui pleurait et pleurait, car elle n'e pouvait plus de tout ceci. J'avais toujours dit que j'étais prête quand j'avais commencer cette vie avec Samuel. Mais, je ne pensais jamais craquer comme je venais de faire en ce moment. Ce n'était même pas moi qui avait vécu le pire du pire. Je savais que Sam en souffrait de ce qu'il venait vivre. Pour c'était quelque chose de physique et même mental qui le faisait souffrir. Moi c'était juste le fait de toujours voir du négatif à chaque que je tournais le visage.

Sam me disait que c'était sa faute, mais moi je disais non. Ce n'était pas de sa faute, c'était la faute à ceux qui nous faisait du mal. Oui, ceux qui nous faisait du mal à tout les deux à chaque fois. À chaque minutes, on nous faisait mal, alors que la seule chose que nous voulions c'était du positif, quelque chose de joyeux, quelque chose qui nous ferait oublier tout ceci et ce qu'on nous donnait à la place du malheur et rien que cela.


Non, non ,ne dit pas ça ces pa ta faute. Ces la faute de ceux qui n'arrête pas jours, après jours, après semaine et même mois de te faire soufffrir. Mais, ils me font souffrir aussi je sais qu'il ne son pas au courant de moi, mais je souffre tellement depuis que nous sommes ensemble que j'en peux plus. Je veux juste être avec toi et juste toi.

J'avais besoin de support et peut-être même du plus grand support. Parce que j'étais bas au plus bas que j'ai toucher. Ce n'était senser être moi la plus souffrante, mais j'aime moi que Sam dans un sens. Ces mieux comme ça, j'avais vu beaucoup de chose et je devais tout laisser sortir pour de bon avant de recommencer de nouveau.

Je suis désoler si je te montre ceci, mais j'en peux plus je veux juste être avec toi. Je savais que j'allais souffrir, mais je ne pensais pas comme ça. Je... je t'aime mais je sais pas pourquoi on veux toujours essayer de nous faire souffrir de n'importe qu'elle façon et ça marche parce que je souffre en ce moment.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Lun 26 Mar - 12:56

Cette torture avait beau être terminée et le danger écarté, j’en souffrais encore, mais il s’agissait surtout d’une souffrance mentale, car mon pouvoir de guérison avait fait disparaître toute souffrance physique sans que je ne le demande. Mentalement, je pensais encore à ce que j’avais subi. La vision de cette table d’opération à laquelle j’avais été attaché et torturé de la plus affreuse des manières, me hantait encore, et elle allait probablement rester très longtemps dans ma tête. Ces gens s’intéressaient à moi de la plus cruelle des façons, uniquement parce que j’étais différent. J’avais deux dons, deux dons radicalement opposés, ce qui faisait de moi un hybride, mais ils s’intéressaient davantage à moi qu’aux autres, comme si j’étais plus important que n’importe qui sans comprendre pour quelle raison. Mais cette différence, ou bien spécialité selon les cas, m’attribuait l’état de proie dans une sorte de chasse à l’innovation scientifique. Ils ne me voyaient pas comme un être humain, quelqu’un qui ressentait des émotions, des sentiments, des douleurs même. Je n’étais pas un être invertébré, comme ils me voyaient. J’avais été pris comme une chose, comme une expérience scientifique qui n’était pas humaine, alors que c’était ce que j’étais au fond de moi.

Mais je n’étais pas le seul à souffrir dans cette histoire. Rachel avait assisté à l’horreur que j’avais subie, et elle en souffrait, je le voyais dans son regard. Cette souffrance la rendait si triste que je m’en sentais responsable. Même si elle disait que ce n’était pas de ma faute, je croirais toujours en ma responsabilité. Je la voyais pleurer, alors que je m’étais promis de ne jamais la faire pleurer. Je ne voulais pas la voir ainsi… Je ne le voulais pas…mais cela arrivait pourtant. C’était contre ma volonté, comme si je ne pouvais rien faire pour empêcher cela. J’étais impuissant face à la tristesse que je provoquais chez la femme que j’aimais le plus au monde. Elle était la plus importante des personnes pour moi, et je la faisais pourtant souffrir. C’était une fatalité que je ne parvenais pas à empêcher et cela me faisait du mal. Cela me touchait. L’impuissance était si grande qu’elle me faisait du mal, surtout parce que je ne pouvais rien faire pour elle. Je voulais la voir sourire, avec la plus belle des joies de vivre, mais elle pleurait. Elle pleurait par ma faute… Toute conscience était fragile, mais je l’affectais encore plus avec ma vie, ou plutôt cette horreur qui me servait de vie. Ce n’était pas une vie, surtout si elle souffrait à cause de moi. Rachel ne méritait pas de subir tout ceci. Elle méritait de vivre heureuse, parce qu’elle avait un grand cœur, un cœur d’or qui m’avait aidé à renaître à travers les âges. Mon âme de souffrance constante était partie à cause d’elle, mais je ne voulais que cette souffrance se transfert en elle, qu’elle la subisse à ma place. Ce n’était pas ce que je voulais…c’était la dernière chose que je voulais.

Je tentais d‘essuyer peu à peu les larmes de Rachel, mais les paroles que je prononçais étaient bien difficiles.


- Je me sens quand même responsable de la tristesse que j’observe parce qu’elle est née à cause de l’horreur que j’ai subie en leurs présences. Ils s’intéressent tous à moi parce que je suis différent, parce qu’un fou a décidé de faire des expériences sur moi, de me changer, et par conséquent de me donner ce pouvoir supplémentaire. Cette association de pouvoirs me rend intéressant à leurs yeux au point qu’ils veuillent tout faire pour comprendre qui je suis, me torturer et oublier qu’une conscience humaine sommeille sous la carcasse, que je peux en souffrir à l’intérieur de moi-même.

Je craquais à mon tour au point que des larmes se voyaient, parce que je venais de dévoiler ma souffrance, ce qui me faisait tant de mal.

- Ce n’était pas ce que je voulais que tu subisses. Je t’aime, tu es la personne la plus importante à mes yeux, mais ma vie ne t’apporte que de la souffrance j’ai l’impression. Je ne supporte plus cette histoire. J’ai simplement envie d’être normal, de vivre la plus normale des vies sans croire que le danger est présent dans chaque rue, et surtout être avec toi, seulement toi. Tu es tout ce qui m’importe à présent, et c’est la seule chose à laquelle je veux penser.

Je voulais essuyer mes larmes, mais je n’y arrivais pas. D’autres les remplaçaient au fur et à mesure.

Je n’en pouvais plus.


- Je croyais pouvoir être fort, être capable de te rendre simplement heureuse, rien d‘autre que ça…mais je n‘y arrive pas. J‘aimerais simplement être avec toi, simplement ça. Le reste, je ne le supporte plus… Je veux simplement être avec toi parce que je t’aime.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Mer 28 Mar - 23:39

Je ne savais pas se que l'avenir me réservait. Je me demandais si j'allais avoir ce bonheur avec Sam ou finir mes jours en larmes. Je ne voulais pas les finir en larmes ça jamais. Mais, à chaque fois que j'en voulais quelque chose ou quelqu'un venait toujours détruire ceci et après ces Sam qui s'en sentait responsable. Mais, il avait tord ce n'était pas sa faute s'il y avait des gens sans coeur qui le poursuivait comme s'il était un animal. Alors, qu'il n'était qu'un simple humain qui voulait vivre sa vie.

Moi j'en pouvais plus, j'aimais Sam plus que totu au monde. Je ferais tout pour le sauver. Au point, d'en peut-être perdre la vie si le danger se présente devant lui. Mais, je n'y pensais pas ou du moins je ne le voulais pas. Même si cette relation était différente, je savais qu'au final elle sera la plus merveilleuse. Mais, en ce moment le merveilleux n'était pas là pour moi. Il était loin même très loin pour que je le vois devant moi. J'avais finalement craquer c'était beaucoup trop pour moi. J'avais toujours retenu le plus posible mes émotions depuis ce fameux soir ou nous étions devenu un couple. Mais, ce qui venait de se produire était quelque chose de trop.

Par-dessus mes larmes et mes petits bruit pour retenir mes larmes. Je vis des larmes sur le visage de l'homme que j'aimais. Il craquait à son tour. Malgré mes larmes, je l'écoutais et ces paroles au début me faisait peur. Quand il me dit que j'étais al personne la plus importante dans sa vie, mais que cette vie ne m'apportait que de la souffrance. J'avais peur qu'il ne met fin à notre relation. Il voulait juste voir la joie que j'avais avant tout ceci. Je continuais de l'écouter et je voulais avoir se sourire qu'il aimait tant de nouveau. Mais, rien à faire je ne l'avais plus.

Je n'aimais pas me voir comme une petite fille qui pleurait. Qui voulait d'une fille qui pleure comme une fille de 8 ans comme petite amie ? Personne ! Pourtant, ma tristesse était toujours présente. Ce que je vivais en ce moment c'était toute les larmes retenue et que je laissais tomber. Je voulais lui montrer un de mes sourires pour qu'il arrête ces larmes lui aussi, mais rien ne se produissait. J'étais son petit ange, sa lumière et celle qu'il aimait plus que tout. Pourtant, en ce moment on n'avait l'air briser tout les deux.

Mon visage n'était pas très beau à voir. Le maquillage que j'avais mis pour travailler avait couler et sécher. Mais, je le regardais et une de mes mains sur sa joue. Je lui dis avec le peu de confiance qui me restais je lui dis :


Pourquoi on ne peut pas nous laisser tranquille un long moment. Juste nous deux et simplement nous deux. Les seuls fois ou nous sommes tranquille ces quand je reviens du travail parce que je suis trop fatiguer pour faire quelque chose. Sinon, le reste du temps je dors le matin et toi tu as des choses à faire. On ne se voit que les soirs ou nuit et quand j'ai congé on peut même pas en profiter au maximum comme un couple le ferait. Je voudrais juste partir loin de cette ville pendant un moment juste toi et moi. Mais, ces juste une idée folle comme ça.

Je donnerais n'importe quoi pour pouvoir partir loin de New York avec Sam pendant un moment. Juste tout les deux et personne pour venir nous déranger. Aucune poursuite, aucun enlèvement ou aucune larme de tristesse. Je ne voulais que nous deux loin du malheur et du monde cruel dans lequel nous étions. Ma main qui était sur sa joue bougeait pour aller vers ces larmes pour qu'elle arrête. J'aimerais pas le voir comme ça et finalement je le prit dans mes bras pour qu'il arrête ces larmes et pour lui dire que j'étais là avec lui.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   Jeu 29 Mar - 1:28

Les raisons pour lesquelles je craquais étaient en réalité plus que multiples. Mes larmes tombaient pour symbolisaient deux souffrances que je ressentais au fond de moi-même.

La première était une souffrance morale à cause des tortures que j’avais subies. L’horreur me hantait encore et allait probablement le faire pendant un moment. Je pensais avoir subi le pire en étant enfermé dans cette base de scientifiques, torturé pendant une semaine entière et avoir été à la frontière de la mort, mais cette histoire dépassait tout dans mon esprit, car je n’étais pas seul à avoir souffert dans cette histoire, et cela définissait ma seconde souffrance. Je souffrance parce que Rachel souffrait également. Je l’aimais, je voulais à tout prix vivre ma vie avec elle, mais cette vie ne lui apportait que des larmes. Elle souffrait en ma présence alors que je préférais largement la voir sourire, remplie d’une joie de vivre qui me rendait mon bonheur.

Ce bonheur, je n’avais pu le connaître que grâce à elle. Si elle perdait son bonheur, je m’en voudrais terriblement, parce que j’aurais provoqué en celle que j’aimais la pire des douleurs. Ce n’était pas le gage d’un amour cette histoire, et c’était bien ce qui m’attristait. J’en avais mal pour elle. J’en avais assez de la faire souffrir. Je voulais qu’elle soit heureuse, que je le sois aussi, que tout ce mal autour de nous puisse enfin cesser, parce que je n’en pouvais plus… Je voulais quitter cette souffrance constante qui était ma vie d’avant. Je voulais changer de vie pour une vie plus humaine et non pas retomber dans la douleur et en plus la partager avec celle que j’aimais. Elle ne méritait pas de subir tout ceci. J’étais responsable, et je n’allais jamais l’oublier. N’était-il pas possible de voir tout ceci changer, que nous puissions enfin vivre heureux sans penser au malheur capable de sommeiller à chaque coin de rue ? Le besoin d’oublier ces malheurs devenait de plus en plus fort avec le temps qui passait, et avec la recrudescence des monstres qui ne cessaient de me pourrir la vie, et de pourrir par la même occasion la sienne.

J’avais beau tout tenter, je ne pouvais pas retenir mes larmes parce que j’en étais incapable. Elle ne faisait que tomber, de plus en plus, sans être capables de trouver une fin convenable. Pourquoi le fait d’avoir enfin la chance de trouver l’amour parfait m’apportait autant de larmes ? Pourquoi tout ceci était aussi dur ? Pourquoi moi… Je voulais simplement être heureux, mais aussi la rendre heureuse, à point c’est tout. Les larmes étaient la preuve de ma responsabilité, et elles n’allaient probablement pas cesser de tomber tant que j’étais encore convaincu que tout ceci était de ma faute. Je restais brisé en mille morceaux, le cœur souffrant de ma grande douleur, comme si je ne pouvais pas vivre autrement. Tout était très bizarre. Je n’était pas beau à voir à cause du fait que je ne cessais de pleurer…et cela ne s’arrangeait pas du tout, pas encore en tout cas.

Et là, j‘entendis son souhait, un souhait que je partageais et que je n‘avais jamais osé lui avouer, de peur de brusquer les choses, que tout aille beaucoup trop vite et que je puisse la gêner par conséquent. Et pourtant, elle y pensait elle aussi. Il était peut-être temps que je lui parle de ce que je pensais, des pensées qui étaient finalement les mêmes que les siennes, exactement les siennes. Mais comment lui avouer, comment lui dire que j‘y pensais également, depuis un long moment, et que je n‘avais pas osé lui avouer uniquement par peur ? Peut-être simplement en lui disant, comme cela venait car, au fond, il s‘agissait de la stricte vérité, de ce que je pensais réellement au fond de moi-même. Je devais mesurer mes paroles et penser à ce que j‘allais exactement, mais cela allait aller. Je devais simplement avoir confiance en moi.


- Il s’agit également de mon souhait, de la tranquillité et du bonheur pour une vie censée être dédiée à l’amour, à nous deux. J’ai envie de cela moi aussi, et il s’agit de la plus sincère pensée du monde je t’assure.

Je respirais à fond avant de dire quelque chose. Je faisais cela afin d’avoir les idées claires, mais aussi la voix un peu moins brisée.

- Depuis quelques temps, pour être honnête avec toi, je m’étais à réfléchir à certaines choses, qui sont en plus en accord avec ce que tu penses, parce qu’il faut l’avouer qu’à force de penser à toutes les choses qui perturbent notre vie, je voudrais simplement vivre quelque chose de positif, quelque chose de…bon en fait.

Il était temps de lui en parler.

- La dernière chose que tu as dites, sur le fait de partir loin juste toi et moi, ce n’est pas une idée. À vrai dire, j’y ai pensé moi aussi, depuis quelques temps, sauf que je n’ai jamais osé te le proposer…

Et voilà, je l’avais dit.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Abduction (avec Rachel A. Silverstone)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Abduction (avec Rachel A. Silverstone)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Rachel Berry - Obviously, i'm a star
» Nous ne sommes pas des amies. Nous sommes des étrangers avec des souvenirs.
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Toute Bonne Chose A Une Fin :: Les Archives Du RPG-