AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The President needs help (Pv avec Nathan Petrelli et Raphaelle Martin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: The President needs help (Pv avec Nathan Petrelli et Raphaelle Martin)   Sam 26 Nov - 23:25

Cela fait quelques temps que je ne suis pas revenu a Washington ca je l'admet mais tellement de choses m'on boulversé et m'on fait du mal que je pouvais rester dans les grandes villes, je devais prendre du recul pas seulement pour moi mais pour les autres. Le pire c'est que je suis parti sans prevenir Taylor et que je m'en veus plus que tout enfin a la même enseigne que ce que j'ai fait endurer a nathan. Je ne sais pas si je pourrais me le pardonner. Il faut que je le vois pour m'espliquer pour lui preseter des escuses.

J'ai eu le temp d'aller a un hotel prendre une chambre et d'aller me changer avant d'aller voir Nathan. Je connais quelqu'un qui va pouvoir me laisser rentrer a la maison blanche sans que Nathan soi au courant biensur. En arrivant a la maison blanche je fesait ma petit fouine et disait bonjour a tous ceux que je connaissait. Quand je suis arrive aussi il y avait Max Hawkins qui partait et je me rejouissait car au moin, je n'aurais pas a le suporter. Je commencai a me diriger vers le bureaux presidentielle quand je vu qu'il y avait pas de garde. Quand je suis rentrer je vu Nathan et ensuite un homme armée qui visait Nathan. Tout de suite cet homme supris me tirait dessus mais rien de grave juste dans la jambe ensuite j'ai utiliser mon pouvoir pour lui dire de partir et de ne plus jamais revenir.

Je me suis approcher de Nathan qui etait comme a son habitude surpris de me voir. Je lui fis un sourire.

-Salut Nathan, j'espere que je ne te deranger pas.

Comme a mon habitude je voulais faire une remarque mais rien de mechant au contraire c'est pour detendre tous ca.

-T'as vu j'ai beau ne plus travailler pour toi mais je me prend encore des claques enfin... une balles (rires) Comment vas tu?

Je dechirait un peu ma chemise pour ne pas perdre tros de sang. C'est vrai que j'avais mal mais bon pendant mon absence j'ai connu bien pire au que oui et j'espere ne plus jamais revoir se genre de choses.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The President needs help (Pv avec Nathan Petrelli et Raphaelle Martin)   Jeu 8 Déc - 4:06


Mardi 10 septembre, 15h06

Rapport n° 13455

Sujet : Raphaëlle Martin

Le suspect est maintenant poursuivi depuis 21 jours. La dernière trace de Mlle Martin remonte à 2 jours. Filmé par une caméra fixe, Mlle Martin a attaqué la pharmacie de la rue des Vignobles. L’enregistrement se trouve au QG du commissariat du centre ville de New-York. Le suspect devient dangereux pour les civils, il est urgent de l’interpeller …

Mardi 10 septembre, 15h30

A Mr le capitaine Taylor,

Vous trouverez en pièce jointe le rapport complet de la traque de Mlle Martin. Il est évident que je reste encore sur place, mon enquête n’étant pas terminée. J’ai l’intime conviction que sans ressources, le suspect s’est dirigé dans des foyers d’ébergement. La responsable des centres de la ville m’a accordé une entrevue demain matin. Vous n’êtes pas sans savoir, qu’elle se rend par la suite à la maison blanche pour une rencontre avec les plus démunis. Le président présentera à cette occasion le nouveau projet d’aide aux sans abris. Je serais présent à ce meeting, la responsable n’ayant pas le temps de me donne rune entrevue en privé. La piste avance, il me reste quelques détails à regler, mais le suspect ne nous échappera plus. Je n’en ai pas encore la preuve irréfutable, mais elle serait responsable de plusieurs agressions dans des pharmacies, et des lieux reculé de la ville.

Cordialement,

Inspecteur Fournier Albert.


Albert referma son pc après avoir envoyé son mail. Le capitaine Taylor, n’était pas très stricte, et l’inspecteur pouvait profiter de cette faiblesse pour traquer inlassablement Raphaëlle. D’origine Suisse, l’homme avait parcouru la moitié du monde, secourant comme il le pouvait les polices des pays alliés. Depuis qu’il considérait Raphy comme le plus dangereux des monstres, Albert avait abandonné toutes les autres affaires dont il s’occupait. Il était loin de savoir qu’il avait écrit le premier chapitre d’un manuel de fabrication de prédateur. L’inspecteur se leva, rangea le peu d’affaires qu’il possédait dans s avalise, et quitta la chambre d’hôtel.

Le mercredi 11 s’annonçait être une belle journée. D’épais nuages recouvraient le ciel, plongeant les habitants dans un calme paradisiaque. Raphaëlle avait été choisie parmi des dizaines de SDF pour représenter, avec la responsable, la pauvreté à New-York. Elle n’avait accepté que parce qu’on lui avait promis quelques cachets. Depuis qu’elle avait intégré un foyer, Raphaëlle ne pouvait plus circuler à sa guise. Tout était constamment surveiller. Elle ne pouvait plus utiliser son pouvoir. Ce qui ne l’empêcha pas de se défendre lorsqu’un SDF un peu trop buveur, l’avait coincée dans les douches. Elle était blasée de sa situation, et ne voyait pas d’avenir à celle-ci. Une limousine était venue la chercher à 10h10, pour l’emmener à la maison blanche. Le plus ridicule était que la responsable des foyers de la ville ne s’intéressait pas du tout à Raphaëlle. Elle avait à peine remarqué que la robe de la jeune femme n’était pas à elle. Quelqu’un avait insisté pour qu’elle prenne une douche, et s’habille relativement classe. L’eau lui avait procuré un grand sentiment de soulagement. Bulle n’était plus avec elle, les bénévoles le lui avait retiré croyant à un déchet quelconque. A tort, bien sûr puisque Bulle était l’essence même de la personnalité de Raphy, est qu’il se personnifiait dans tout liquide.
Pour la première fois de sa vie, Raphaëlle se trouva face à des journalistes. Appâté par la future déclaration du président, il essayait tous comme ils le pouvaient, de dégoter le scoop du siècle. La jeune femme fut très vite intimidée, et dut presque avancer à l’aveugle tant les flashs étaient éblouissants. Quelques minutes plus tard, la responsable ordonna à Raphaëlle d’arranger ses cheveux. Il était prévu qu’elle rencontrera le président en personne, mais il fallait attendre que celui-ci termine son entrevue. Les gens ne se précipitaient pas à la porte du bureau, ils circulaient dans les couloirs sans se soucier de la jeune femme. Etrangement, elle ne vit pas de garde du corps devant la porte du dit bureau. Elle s’attendait à un minimum de sécurité. Un grand Boum, suivit d’un claquement de porte retentit. Raphaëlle se leva et marcha précipitamment vers le lieu du vacarme. En faisant le tour, on pouvait remarquer une porte adjacente de celle où attendait la responsable. Le bureau du président comportait deux entrées. La porte grande ouverte, deux hommes se tenaient sur le bureau en bois massif. Un troisième se retourna dans le couloir. Croyant que Raphaëlle serait un témoin clé, il tira une seconde fois sur la jeune femme. Par chance il la manqua. En colère, elle s’avança vers lui. Il prit immédiatement la fuite. On entendait les gardes du corps qui couraient vers le bureau.

Raphaëlle : Tu ne m’échapperas pas. On ne tire pas sur une dame, impunément.


Elle lâcha ses chaussures à talons et courut armer d’une chaise en bois qu’elle fracassa sur les omoplates de l’homme armés.

Raphaëlle : Ses chaises sont vraiment moches.

L’agresseur s’était écoulait à terre inconscient. Les gorilles de la sécurité arrivèrent peu après. Une voix qui s’envola derrière eux leur ordonna de les laisser passer. L’un d’eux s’excusa, et l’appela Mr le président. Elle était sur le point de rencontrer l’homme à qui appartenait le bureau, et les chaises peu élégantes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The President needs help (Pv avec Nathan Petrelli et Raphaelle Martin)   Mar 13 Déc - 17:59

J'étais de retour au sein de la Maison Blanche. Je devais pour cela reprendre mon travail et trouver un moyen de reprendre l'avantage. Il fallait que je reprenne mes esprits après avoir vu mon père. Cela m'avait fait l'effet d'un électrochoc. J'examinais attentivement l'un des dossiers. Il s'agissait de celui en particulier sur Elena Davenport, la personne qui m'avait quand même pris en otage dans une banque mais aussi m'avait rappelé le mauvais souvenir concernant sa soeur. Rester sur mes gardes était essentiel. Le dossier était bien explicite avec ses exploits. Soudain, j'entendais du bruit, je ne savais pas ce que c'était mais je me reconcentrais sur mes dossiers. Je continuais en regardant celui de Taylor. Elle me manquait terriblement. Je voudrais également retrouver une famille mais c'était compliqué à cause de mon conseiller notamment et également de l'image que l'on persevait de moi. Je restais toujours un être torturé. Soudain, j'entendais également un autre bruit. Là, je relevais la tête et je constatais qu'un homme se tenait devant moi avec un pistolet près de ma tête. Je restais calme. Je ne bougeais pas vraiment. Mon heure serait-elle arrivée ? Je me posais bien la question. Quelque chose venait d'arriver par la suite. En effet, cet homme était distrait et se tourne vers quelqu'un d'autre. Il tirait sur cet homme. Il devait être blessé car je n'entendais pas de répliques. L'individu qui tentait de m'assassiner avait pris la fuite. Celui ou celle qui m'avait sauvé la vie s'approchait de moi. Je me rendais compte que c'était Alex. Je ne l'avais pas vu depuis un certain temps. C'était difficile de le voir. Beaucoup d'émotions se mélangent dans mon esprit. Il me disait tout simplement un salut et il espérait ne pas me déranger. Ensuite, il me disait que même s'il ne travaillait pas pour moi, il se prenait quand même des claques, enfin, une balle. Je le voyais en train de déchirer sa chemise, sûrement pour soigner sa blessure.

Nathan : Tu viens de me sauver la vie Alex. Je t'en remercie sincèrement mais pourquoi es-tu passé dans mon bureau après ce qui est arrivé la dernière fois ? Je pensais ne plus jamais te revoir.

Je restais un peu à distance au début, je ne savais pas vraiment quoi faire. C'est mon ami, mon meilleur ami, comme un frère pour moi. J'allais vers la trousse de secours que je prenais et que je tendais directement à Alex. Je n'étais finalement pas rancunier. Alex se soignait. Je me souvenais encore de la conférence de presse que j'avais donné. Mais je me souvenais de la jeune femme rousse. J'avais ordonné d'ailleurs que je la recevrais en entrevue privée. Je m'étais occupé d'ailleurs de quelques dossiers en attendant. Seulement, ce tireur fou voulait m'éliminer. Ma sécurité primait et j'espère qu'elle ne va pas le rencontrer. J'entendais du bruit non loin du bureau. Visiblement, la sécurité l'avait arrêté. C'était une bonne chose et je vais donc me venger de lui personnellement. Tentative d'assassinat sur le président, c'est quand même la peine de mort assuré. Je reste encore le chef d'état. Je sortais et je faisais signe à Alex de venir avec moi. J'arrivais vers le groupement de la sécurité.

Nathan : Laissez-nous passer maintenant.

L'un de mes agents me laissait passer avec Alex. J'arrivais donc devant la personne qui avait tenté de me tuer. Je ne savais pas qui c'était mais je me dis bel et bien qu'il avait été envoyé pour me tuer. Mon père ? Bien possible. Mon conseiller ? Possible aussi. Mais il y en avait beaucoup d'autres. Je m'approchais de la jeune femme. Elle était magnifique, je devais le reconnaître.

Nathan : Emmenez-le ! Qu'il soit arrêtét immédiatement pour haute trahison ! Bienvenue à la Maison Blanche, mademoiselle. Je vous prie de m'excuser pour ce qui est arrivé. Malheureusement, certaines personnes ne comprennent pas ma vision du monde, ma politique. Je me dois d'aider la population mais ils n'arrivent pas à comprendre que j'apporte de l'espoir. Ce sont des incapables. Merci en tout cas d'avoir bien accepté de venir. Nous pouvons passer dans le bureau tous les trois. Je vous présente Alex, c'est un ami.

Je faisais signe à cette jeune femme de passer devant. Après tout, j'étais toujours aussi galant. J'étais toujours resté aussi incorrigible avec les femmes. Je restais près d'Alex pour rentrer directement dans mon bureau. Je pourrais avoir peur que cela ne se reproduise mais ce n'était pas le cas. Je n'étais pas seul dans cette pièce maintenant.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The President needs help (Pv avec Nathan Petrelli et Raphaelle Martin)   Jeu 15 Déc - 11:02

Je ne me suis jamais senti aussi mal ca je l'admet. Avoir laisser Nathan seul avec tous ses demons me fait du mal mais je ne pouvais faire autrement. Je ne voulais pas lui faire mal en aucun cas même et le probleme c'est qu'il n'as pas tros compris ca justement. Je veus lui espliquer et lui demander pourquoi a t'il reagit comme ca. Je me disait bien que quelque chose allait arriver mais pas aussi vite et surtout pas ici avec Nathan. Je n'ai pas de chance ou quoi? Alalala j'ai pas de chance mais bon j'ai rendu service a mon meilleur ami et c'est l'important pour moi. Il est en vie et j'en suis tres heureux.

-Oh mais derien Nathan c'est normal. Je pense que nous devrions justement parler de nous enfin de tous ca quoi. Tu comprend se que je veus dire par la non?

Je m'approchai du bureau de Nathan et de Nathan. Je pouvais voir sur son bureau plusieurs dossier dont celui de Taylor. Pourquoi il est la son dossier.

-Pourquoi le dossier de Taylor est la? Tu l'as encore emprisonner?

Les agents nous laissaient passer avec Nathan. Qui aurais voulu tué Nathan ca c'est une bonne question. C'était une femme quinous a sauver et je devais la remercier.

-Merci de nous avoir sauver mademoiselle. Arrete de rougir Nathan (lui murmurai je) Enchanter de vous connaitre.

On laissa passer en premiere cette jeune femme et je passa deriere elle. Je supose que beaucoup de questions vont se poser. Moi par exemple plusieurs questions. Qui est cette femmme et ques quelle fait la au moment ou on a besoin . Je doit admettre que c'est bizarre mais peut etre quelle avait un rendez vous avec le President. Nathan c'est assi dans son fauteuil et nous sur les chaises. J'appuyai sur ma plait pour pas que tros de sang ne sorte mais bon ca se calmait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The President needs help (Pv avec Nathan Petrelli et Raphaelle Martin)   Mer 21 Déc - 12:07

Une fois dans ce grand bureau, elle s’aperçut avec étonnement que l’homme au costume n’était pas un inconnu. Elle l’avait déjà rencontré au Texas. Lors d’une de ses nombreuses vadrouilles, suite à sa fuite de l’hôpital. Elle pensa qu’il ne l’avait pas reconnu. C’était un président pour lequel elle n’avait pas voté. Un politicien qui voyait défiler des centaines de personnes sans s’attarder à les connaître. Un homme sans classe, sans envergure, pensa t-elle. Son bref discours sur sa préocupation de la population américaine était peu argumenté. L’inconnu qui l’avait ramené au bureau et fermé toutes les portes, étaient blessé. Néanmoins il la remercia pour son geste héroïque. Un comportement rare pour un monstre comme Raphaëlle. Il s’appelait Alex pour ce qu’elle avait put entendre. Réalisant qu’elle venait d’arrêter un malfrat, de permettre à la sécurité d’un président la fit défaillir. Elle s’assied sur une de ses fameuses chaises horribles. Elle regarda l’inconnu blessé, et lacha simplement un « J’ai fait le bien » avant d’être assaillit par l’affreuse bonne femme qui avait déboulé dans le bureau. La responsable attiré par le vacarme, s’était inquiété de la disparition de Raphaëlle. C’était plus par intérêt que par amour. Sans un mot, elle enfourna quelques cachés dans la bouche de la jeune femme. La responsable savait que Raphaëlle était malade. Elle connaissait en gros, les problèmes psychologiques de celle-ci. Elle la força à avaler une dose importante de psychorégulateurs. Ils avaient pour effet de réduire la bipolarité des malades et leurs sautes d’humeurs. Mais la responsable ignorait qu’il fallait un traitement adapté aux malades, et que d’administrer des cachés en forte dose sans connaître les effets secondaires étaient graves. L’inconnu blessé repoussa la bonne femme. Il avait l’air de savoir qu’on faisait du mal à Raphaëlle. Le président renvoya la mégère de son bureau, en appelant la sécurité pour la prendre en charge.

Raphaëlle : Vous êtes blessé ? Attendez je vais vous faire un pansement.

Prenant le manteau qui était accroché à la porte, la jeune femme n’eut pas de mal à le déchirer. Elle confectionna un pansement qui eut pour effet de compresser la plaie. Un garrot servait uniquement pour les graves hémorragies. C’était un choix plus judicieux. La jeune femme crut entendre le président râlait pour son manteau à 3 000 $. Son ouvrage terminé, elle se releva, rougissant de par sa bêtise. Elle présenta ses excuses.

Raphaëlle : J’ai juste jugé bon pour le soigner. Je m’appelle Raphaëlle monsieur le président …

La jeune femme tomba sur le sol. Elle était encore consciente, mais ne ressentait plus son corps. Les médicaments agissaient rapidement. Son esprit s’embrouilla, des relents d’acidité gastrique remontèrent. Avant de fermer les yeux, Raphaëlle sourit.

Raphaëlle : Vous avez rougit président. Elle vous plaît ma robe ?

Sa conscience plongea alors dans l’obscurité de sa raison. L’image de la main du président et la voix d’Alex qui la remerciait virevoltait dans sa tête. La sensation de chaleur humaine qui s’était dégagé de la poigné de main de Mr Petrelli l’envahit. C’était certainement les effets secondaires des médicaments. Elle entendit quand même lles bruits alentours, consciente à moitié de son état. La bonne femme n’avait pas eut raison de forcer Raphy à prendre des médicaments. Elle avait arrêté l’homme du couloir en étant pleinement consciente. Elle n’avait pas pris de traitement depuis une semaine. Pouvait-elle être sous contrôle sans drogue ? Probablement. Elle avait juste prouvé que sa démence ne dépendait pas de ses médicaments, mais du comportement des gens.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The President needs help (Pv avec Nathan Petrelli et Raphaelle Martin)   Dim 1 Jan - 2:10

Alex était au plus mal, blessé, car il avait voulu me sauver la vie. Sans lui, je ne serais plus de ce monde, mort au sein même de ce bureau qui était devenu un lieu de travail privilégié rempli à la fois de bonheur mais dont l'enfer quotidien me pèse. Je ne pouvais pas révéler tout ce que je ressentais au risque que l'on me prenne pour quelqu'un de faible. De plus, avec ce qui s'était passé avec Alex, cela me pesait au point que je ne savais plus où est-ce que j'en étais. Je tenais énormément à Alex mais comme à beaucoup d'autres, je n'étais capable que de le faire souffrir. Je voulais éviter de ressembler à mon père mais pourtant, je choisissais la même voie que lui. Finalement, Alex me disait que c'était normal. Selon lui, nous devrions justement parler de nous, enfin de tout ce qui arrivait. Il me demandait si je comprenais ce qu'il voulait dire. J'avais bien compris.

Nathan : Je crois également que nous devrions parler de tout ça. Il est temps que nous fassions le point. J'en ai marre de cette situation.

J'aurais voulu une chose, c'est de ne plus perdre ce qui m'était précieux dans la vie. Alex restera toujours quelqu'un d'extraordinaire mais moi, en restant le plus éloigné des autres, je risquais de me perdre à jamais. Seulement, Alex s'approchait de mon bureau et de moi par la même occasion. Il avait repéré les dossiers et dont celui de Taylor. Elle allait finalement être de nouveau un sujet de conflits entre nous. Il me demandait pourquoi le dossier de Taylor était encore là et surtout, il voulait savoir si elle était emprisonnée. Je devais le rassurer mais par la même occasion, lui dire mes inquiétudes.

Nathan : La dernière fois que j'ai vu Taylor, c'était ici à la Maison Blanche. Elle est partie et depuis, je ne l'ai pas revu. Elle a pour ainsi dire quittée le pays avec Michael. Je n'ai pas pu m'occuper des recherches, savoir si elle allait bien mais malheureusement, je n'ai rien pu faire contre l'envie de son père de mener les recherches à sa place.

Je ne pouvais pas avouer à Alex que j'étais faible et que j'avais cédé. J'avais finalement ordonné à mon conseiller de faire équipe avec Dilan pour la recherche. Avec Dilan, je pensais avoir le contrôle mais comme mon conseiller restait toujours aussi imprévisible, j'avais peur. Finalement, nous étions sortis pour voir les dégâts et surtout, être en face de celui qui voulait me tuer. Cette jeune femme que j'avais invitée était bel et bien présente et heureusement, elle n'avait rien. J'étais plus que ravi. Alex remerciait cette jeune femme de nous avoir sauvés la vie. Et là, il me disait plus doucement que je devais arrêter de rougir. Oh, il m'avait vu, mince. J'étais tout gêné. Il était enchanté de la connaître. Cette jeune femme avait donc vu Alex qui était blessé. Elle lui proposait de le soigner en lui faisant un pansement. Je l'aimais déjà beaucoup rien que pour ça. On était de retour dans mon bureau. J'avais pris place dans mon fauteuil. Seulement, en voulant soigner Alex, cette jeune femme prenait ce qu'il y avait sous la main et bien sûr, il y avait mon manteau à 3000 dollars que quelqu'un que j'aimais énormément m'avait offert. Elle l'avait pris pour soigner Alex. Je criais au départ.

Nathan : Mon manteau à 3000 dollars !!!!

Jamais, je ne retrouverais un manteau comme ça sauf si je retournais à ce magasin. Après avoir fini avec Alex, elle se leva et s'approchait de moi. Elle était en train de rougir, je pouvais le remarquer. Finalement, je n'étais pas le seul dans cet état. Elle me disait qu'elle avait jugé bon de le soigner. Elle s'appelait Raphaëlle. C'était un doux prénom. Je serrais finalement la main de Raphaëlle.

Nathan : Je suis enchanté de vous connaître Raphaëlle. Cela n'est rien. Vous avez sauvé mon ami et c'est le plus important.

Seulement, cette jeune femme était tombée sur le sol. Mon dieu, je priais pour qu'elle n'ait aucune blessure. Elle était à demi-consciente. Elle me disait cependant que j'avais rougi et me demandait si sa robe me plaisait. J'étais déstabilisé mais je devais reprendre mes esprits.

Nathan : Vous avez vu juste. J'ai rougi en effet. Je vous trouve tout simplement magnifique.

Seulement, elle fermait les yeux. On devait la déplacer.

Nathan : Alex, il faudrait que tu m'emmènes un gant gorgée d'eau froide ou bien un grand verre d'eau. Il y a une salle juste à côté du bureau à droite. Je vais tâcher de mon côté de la porter jusqu'au canapé. Je ne pouvais pas te demander de faire ça vu ce que tu as fait pour moi et c'était la moindre des choses que de te remercier.

J'étais près d'elle et j'approchais mes bras de ce corps si magnifique pour finalement la prendre. Je me relevais avec elle dans les bras avant de la poser délicatement sur le canapé et me positionnant près d'elle guettant son réveil. Je n'avais besoin d'aucune assistance pour faire ce genre de chose. Avec Alex, on pouvait la ramener vers nous.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The President needs help (Pv avec Nathan Petrelli et Raphaelle Martin)   Dim 1 Jan - 17:23

J'ai connu pire je le reconnais mais cela fait toujours mal même si je m'efforce de le caché. De plus avec les medicaments que je prend sa ne facilite pas les choses au contraire même. Je devrais peut etre aller voir un medecin au non ca serais tros dangereux je me soignerais moi même apres tous j'ai quelques notions d'infirmier. Nathan aussi savais que un jour ou l'autres nous devrions parler et ce jour est arrivée même si je voulais pas qu'il arrive aussi vite.

-Je sais que je tombe mal Nathan et vu la situation on devrais peut etre mettre ca a plus tard tu ne pense pas? Moui moi aussi.

Ces mots sont sortis tous seul et on dirait que je veus fuir se sujet que je ne veus pas l'aborder même si d'un côter j'en ai peur. Je ne pense pas qe Nathan va vouloir le reporter car cela fait tous de même pas mal de temp que je dit ca. Quand j'ai vu le dossier de Taylor j'ai eu une peur monter dans mon corp. Je me posais beaucoup de questions et j'avais peur que Nathan l'est encore enfermé.

-C'est vrai? Comment puis je te croire Nathan? Je ne l'ai pas vu depuis un bail. Je ne lui ai rien laisser pas de mot pas de message quand je suis partis. J'espere quelle va bien. Il veut Michael Nathan et j'espere que Taylor le sais.

J'était inquiet mais aussi malheureux car peut etre que Taylor croit que je l'ai trahit et elle m'en veus peut etre. J'en sais rien mais j'aimerais savoir si elle va bien ou pas juste pour etre rassurer. La jeune femme voulant me soigner pris un manteau celui de Nathan et le dechirra pour ralentir une emoragie. C'est gentil de sa part. Nathan poussa un crie pour son manteau a 3000 dollars. A la la Nathan.

-Merci beaucoup. Je presume qu'il etait a toi Nathan.(rires)

Nathan etait géné de voir que je l'avai vu rougir mai aparament il n'etait pas le seul car cette jeune femme nommée Raphaelle rougissait elle aussi. Pour rigoler un peu je fesai un petit a Nathan qui disait que c'etait mignon tous ca. Il me fit de gros yeux et je me mis a rires a nouveau.
Cette jeune femme tomba au sol et Nathan repondit a se quelle lui avait dit deux seconde plus tard. Quelques secondes plus tard cette jeune femme tombe dans le pommes. Nathan me demanda d'aller chercher de l'eau pour celle ci dans la piece a côter et lui allait la mettre sur le canapé car vu mon etat je ne pouvais pas le faire.

-J'y vais. Ne t'inquiete pas Nathan j'avais compris. Tien voila un peut d'eau. On dirais quelle nous a fait une baisse de tension.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The President needs help (Pv avec Nathan Petrelli et Raphaelle Martin)   Lun 2 Jan - 2:00

HRP: Galoche promise, galloche dut hug . En esperant que cela vous plaise. geek



Nathan : Alex, il faudrait que tu m'emmènes un gant gorgée d'eau froide ou bien un grand verre d'eau. Il y a une salle juste à côté du bureau à droite. Je vais tâcher de mon côté de la porter jusqu'au canapé. Je ne pouvais pas te demander de faire ça vu ce que tu as fait pour moi et c'était la moindre des choses que de te remercier.


Alexander: J'y vais. Ne t'inquiete pas Nathan j'avais compris. Tien voila un peut d'eau. On dirais quelle nous a fait une baisse de tension.

On avait l’air de s’occuper correctement d’elle. C’était bien la première fois que deux inconnus la bichonnait. C’était un comportement que la jeune femme n’avait pas l’habitude de subir. Il ne fallait pas qu’elle se réveille en leur présence, leurs actes la plongerait dans une rougeur et une gêne sans fin. Elle sentit son front s’humidifié. Naturellement ses yeux s’ouvrirent. Elle avait mal à la tête. La pièce tournait. La jeune femme se sentait à l’aise. Elle se rendit compte qu’elle se trouvait sur les genoux du président. Se relevant d’un coup, Raphaëlle rougit de plus bel, avant de blanchir. Son corps supportait mal l’overdose de calmants. Elle sentit son poids vaciller vers l’avant, mais Nathan la rattrapa une nouvelle fois. Se plongeant pour la première fois dans ses yeux, elle sentit ses membres retrouver leurs mobilités.

Raphaëlle : Pardon, président. Je ne sais pas ce qu’il m’arrive.

Nathan : Ce n'est pas grave, vous savez. Après tout, il y a eu un homme qui a voulut me nuire et vous vous trouviez au mauvais endroit. Je suis désolé pour ce qui est arrivé et il est possible que vous ayez eu peur tout simplement, ou que c'est le contrecoup de tout ça, surtout pour une belle femme comme vous. Ne vous inquiétez pas car vous êtes en sécurité et que vous pouvez compter sur moi. Je suis là avant tout pour vous aider comme pour tout concitoyen.

Un compliment … on venait de la complimenté sur son physique. Le charme de Nathan était en plein effervescence. La jeune femme comprit enfin ce que le désir était pour les humains normaux. Elle se laissa séduire sans y répondre car cela lui procurait une stabilité et une joie sans précédent. Elle avait l’impression de flotter. Son esprit s’était libéré de la rage qu’elle avait durement enfouie. Sans s’en apercevoir, un déclic psychologique s’opéra en elle.

Raphaëlle : Croyez vous messieurs qu’un monstre puisse devenir inoffensif ?

Elle n’attendait pas de réponse de leur part. La magie de la séduction avait engloutie la plupart de ses tards psychologiques. Goutant aux plaisirs sucrés du charme, elle sourit au président. Elle ne le considérait à présent plus comme un représentant du pays, mais comme un homme. A tort, elle pensait pouvoir pousser les affres de l’amour et de la parade nuptial avec qui bon la voudra.

« Parce que tu crois qu’il voudra d’une immondice comme toi ? »

La jeune femme s’étonna d’entendre parler. Puis d’un coup, elle dut se lever pour rejeter la substance avalée précédemment. Elle se courba et laissa son corps vomir les drogues. En dehors de la bile, Raphaëlle s’inquiéta d’y voir du sang. Elle pensait que son estomac avait du souffrir.

« Tu ne te contrôlera pas. C’est moi et moi seule, qui te contrôle ! »

Raphy regarda autour d’elle, elle ne vit personne d’autre. Elle avait soudain un mal de tête, horrible. Elle perdait usage de son corps et se voyait plonger loin en dehors de sa conscience.
Croyant à un nouveau malaise, Nathan et Alexander s’approchèrent de la jeune femme.
Elle se retourna, calmement. D’un air nonchalant, elle prit la main du président, et la serra de plus en plus fort. Lorsque celui-ci objecta à sa douleur, elle sourit, et avec une voix plus grave, elle vociféra :

Raphaëlle : Tu vois bien que c’est moi qui LA contrôle. Toi et les autres ne comprenait rien. Je suis le seul qui peut la protéger. Vous ne vous rapprocherez pas de Raphaëlle !

Les traits de son visage se détendirent. La jeune femme revint à elle. Rien qu’un instant, elle obtint avec toute sa volonté quelques secondes de plus. Elle avait senti sa détresse. La même chose était arrivée lorsqu’elle avait retrouvé son père biologique. Ce qui l’avait contrôlait à ce moment là, l’avait dument puni. Avec beaucoup de courage elle reprit le pas sur ce côté obscur. Cette personnalité qu’elle croyait avoir calqué sur ce quel appelait Bulle.

Le psychiatre chargé de son internement, l’avait démasqué. Pensant alors bien faire, et se défendant contre elle-même, la jeune femme crut placer sa personnalité la plus sombre dans un sac en plastique. Il est évident qu’il faut bien plus que ce la, pour une personnalité indépendante de la sienne pour s’effacer. Nathan et Alexander venait d’être témoin du déclencheur d’un dédoublement de personnalité.

Au moment qu’elle crut opportun, et sans doute l’un des seuls avant de se savoir condamné, la jeune femme se jeta sur Nathan. Elle lui vola un baiser. C’était son tout premier. Elle avait au moins connu sa une fois dans sa vie. C’est qu’il savait embrasser le bougre de président! Son cœur batifola, et elle sentit la passion l’envahir. Malgré le désir d'en avoir plus, elle retira ses lèvres de ce qui la retenait à la raison. Elle savait qu’elle ne serait plus elle-même très longtemps. Elle s’adressa alors à Alexander, espérant qu’il comprenne la gravité du danger.

Raphaëlle : Il va s’en prendre à vous. Alex, Emmène le président loin, avant qu’il ne vous retrouve …

Les canalisations aux alentours explosèrent. Raphaëlle ferma les yeux pour faire éveiller el pouvoir même de la génération d’eau. Ne connaissant aucune limite à sa rage, cette obscure personne rit avant de s’avancer pour s’en prendre à l’objet de son réveil …

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The President needs help (Pv avec Nathan Petrelli et Raphaelle Martin)   Mar 3 Jan - 0:18

Le destin était quand même parfois imprévisible. Finalement, moi qui me pensais intouchable, je me trompais. J'étais de nouveau face à la mort. Cela était devenu une habitude mais je m'en étais encore sortir comme par miracle sauf si le destin ne voulait pas absolument que je meurs. Alex s'était sacrifié pour moi en prenant cette balle. J'étais quand même inquiet pour lui, même si notre relation s'était détériorée depuis quelques temps. Je ne savais pas du tout où est-ce que nous en étions aujourd'hui. Alex savait qu'il tombait mal et vu la situation, on devrait selon lui peut-être remettre ça à plus tard. Cela était peut-être judicieux. Au moins, il était d'accord sur le fait que cette situation était insupportable. Au moins, je reconnaissais qu'Alex avait raison et c'était déjà pas mal.

Nathan : Je suis d'accord, nous devons parler de ça tranquillement. Au vu de ce qui vient d'arriver, ce n'est pas possible de tout évoquer. Je tiens cependant à préciser que nous avons besoin d'en parler. Ce n'est pas mon habitude de reporter les choses mais j'ai encore en tête ce qui vient d'arriver dans ce bureau.

Je restais calme mais encore surpris par ce qui est arrivé il y a peu de temps. Seulement, on avait évoqué le dossier de Taylor et ce qu'elle était devenue. Je me souvenais de ma dernière rencontre et ce qui est arrivé. Elle me manquait ou plutôt ce que je n'avais pas pu faire en son absence. Il était surpris que je puisse ne pas avoir vu Taylor depuis la Maison Blanche. Il osait me demander comment il pouvait me croire. Pourtant, je disais la vérité mais je me rendais compte qu'il ne me faisait plus confiance comme avant et cela était dur à le supporter. Il ne l'aurait pas vu depuis un bail. Il ne lui aurait rien laissé, pas de mot, pas de messages quand il est parti. Je m'inquiétais. Je ne savais pas vraiment où elle se trouvait. Son père avait eu l'idée de la chercher dans un autre pays. Il se demandait si elle allait bien. Il ajoutait que mon conseiller voulait Michael et il espèrait que Taylor le savait. Je n'en savais rien. Elle m'avait prévenu que son père était dangereux. J'aurais dû la croire.

Nathan : Tu devrais me croire tu sais. Pourquoi je te mentirais sur elle ? Tu sais qu'elle a toujours compté pour moi. Je suis avant tout ton ami. Je te crois quand tu me dis que tu ne l'as pas vu. Elle a disparu avec Michael. Je n'avais pas d'autres choix. Je sais que mon conseiller veut Michael. J'ai confiance en elle pour protéger mon fils.

Mais entre-temps, j'avais pu voir cette jeune femme rousse que j'avais invité directement à la Maison Blanche était présente. Cet individu avait voulu me tuer et mon entrevue avec elle ne se déroulait pas comme prévue. Je devais cependant la rassurer, lui montrer qu'il n'y avait aucun danger. Elle avait réussi à soigner Alex mais avec mon manteau. J'étais en colère mais Alex en riant présumait qu'il devait être à moi. Elle avait perdu connaissance et je me devais de m'occuper d'elle. Je me trouvais auprès de Raphaëlle. Je priais pour qu'elle puisse reprendre connaissance.

Nathan : En effet, il était à moi mais ce n'est pas grave. L'important c'est que tu ailles bien maintenant.

Alex me disait qu'il allait chercher de l'eau. Il revenait rapidement avec. Je prenais bien sûr le gant humidifié. Il pensait qu'elle avait fait une baisse de tension. Je le mettais sur son front. Je voyais les yeux de Raphaëlle en train de s'ouvrir. Sa tête devait tourner un peu et elle se retrouvait sur mes genoux. Je n'avais prévu ce genre de chose. J'étais un peu gêné de la situation mais j'en avais vu d'autres. Elle se relevait d'un seul coup et je la voyais en train de rougir. Cela la rendait encore plus magnifique. Seulement, ce que je voyais quelques instants plus tard ne me plaisait pas du tout. Son visage changeait de couleur. Elle devait toute blanche. Elle partait vers l'avant mais j'avais eu le réflexe de la rattraper. Elle se trouvait tout juste devant moi. Je la regardais droit dans les yeux. Elle semblait être de nouveau en pleine forme. Je souriais face à la situation. Elle s'excusait. Elle ne savait pas ce qui lui arrivait. Je devais lui montrer qu'elle pouvait compter sur moi.

Nathan : Ce n'est pas grave, vous savez. Après tout, il y a eu un homme qui a voulu me nuire et vous vous trouviez au mauvais endroit. Je suis désolé pour ce qui est arrivé et il est possible que vous ayez eu peur tout simplement, ou que c'est le contrecoup de tout ça, surtout pour une belle femme comme vous. Ne vous inquiétez pas car vous êtes en sécurité et que vous pouvez compter sur moi. Je suis là avant tout pour vous aider comme pour tout concitoyen.

Je venais de la complimenter. Elle était en effet magnifique et je l'avais remarqué. Le fait de l'inviter était la meilleure des décisions que j'avais pu prendre depuis longtemps. Ensuite, elle nous demandait si on pouvait croire qu'un monstre puisse devenir inoffensif. Ce genre de question était difficile pour moi. C'était une question à laquelle je n'avais aucune réponse et pourtant, je la cherchais continuellement. Je ne savais pas quoi répondre. Elle me souriait et j'avais l'impression d'oublier tous mes soucis. Cela ne m'était pas arrivé depuis longtemps. Il n'était plus question du pays, de la sécurité mais de la vie en général, ma vie personnelle. J'avais finalement besoin de penser à autre chose. Soudain, je l'entendais en train de dire cette phrase qui a priori me concernait directement. Elle était étonnée. La folie ? Une souffrance ? Je connaissais ce genre de situation mieux que personne. Les doutes continuent de me peser tous les jours et il se trouve que c'était le cas pour elle. Je la voyais soudainement en train de se relever. Elle s'éloignait. Je me demandais si elle allait bien. Je ne savais pas ce qu'elle faisait. Je m'approchais un peu et je me rendais compte de nouveau qu'elle n'était pas bien. Je m'approchais avec Alex de cette jeune femme. Elle se retournait vers nous. Elle me prenait la main et la serra vraiment très fort. Cela commençait à me faire mal. Je poussais un cri de douleur. Elle souriait et elle changeait de ton. Elle commençait à dire que je voyais bien que c'était lui qui la contrôlait. Les autres et moi ne comprenaient rien. ll était le seul qui pouvait la protéger. On ne se rapprocherait pas de Raphaëlle. Qu'est-ce que cela voulait dire ? Oh, non, je reconnaissais les signes. J'avais connu quelqu'un qui avait ce problème : Niki Sanders. A croire que les évènements se répétaient mais j'étais prêt à me mettre dans les situations les plus compliquées.

Nathan : Vous êtes là, à la Maison Blanche, Raphaëlle ! Vous êtes en sécurité et peu importe qui est en train de parler en ce moment, je vous assure que vous serez protégé.

Je remarquais que les traits de son visage étaient en train de changer. Je m'inquiétais. C'était assez étrange car je la connaissais à peine mais je voulais apporter mon soutien. Décidément, j'étais réellement attiré, sous le charme, de cette jeune femme rousse incendiaire. Ma mère avait peut-être raison : les femmes étaient mes points faibles. Alors que j'étais près d'elle, celle-ci se jetait sur moi et m'embrassait. Ce baiser était magique. Mon coeur battait tellement fort. Je pensais qu'il était éteint depuis longtemps, depuis que j'avais perdu Taylor, la dernière à avoir réussi à me faire perdre la tête. C'était les joies de l'amour. Je ne la repoussais pas bien au contraire. Quelques instants plus tard, elle s'éloignait me laissant un agréable souvenir et moment. Elle s'adressait à Alex. Elle disait qu'il allait s'en prendre à nous. Elle demandait à Alex de m'emmener loin avant qu'il ne nous retrouve. Mais que se passait-il ? Les canalisations explosèrent. Je la voyais en train de fermer les yeux. J'entendais rire. Je n'aimais pas du tout ça. J'entendais des bruits de pas. Le cauchemar n'était-il pas terminé ?

Nathan : Qu'est-ce qui se passe ? Qui va s'en prendre à nous ou plutôt à moi ? Cet homme n'était donc pas venu seul Alex si je comprends bien. En tout cas, vous devez venir avec nous. On doit sortir d'ici et passer par la porte de mon bureau est du suicide. Je connais un raccourci.

Problèmes exceptionnels, mesures exceptionnelles. Je devais malheureusement révéler certains secrets de la Maison Blanche et je n'avais pas le choix. Je devais sortir Alex et Raphaëlle d'ici.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The President needs help (Pv avec Nathan Petrelli et Raphaelle Martin)   Mer 4 Jan - 21:03

Je pense que j'ai bien fait de venir finalement. Moi qui croyais que c'était une mauvaise idée je me trompe c'étit une exelente idée même de venir le voir. Quand j'ai vu le dossier de Taylor j'ai tout de suite commencer a paniqué car je connais Nathan et je sais qu'il pourrait la retenir prisoniere ici ou bien ailleur. Je veus savoir la verité toute la verité. J'avais un peu de mal a le croire mais je me disait que ca ne lui servirai strictement a rien de mentir a propos d'elle. Nathan etait daccord de parler mais pas de tout vu ce qu'il vien de se produire dans son bureau.

-Oui nous devons. Oui mais en grande majorité si on peut. Oui je comprend

Je te crois. C'est vrai que ca ne te servirais a rien de mentir a son sujet. Oui et j'espere au plus profon de mon coeur que vous serez un jour ensemble du moin de nouveau. Elle t'as dit quoi la derniere fois? Tu es mon ami aussi Nathan. Elle le protegera contre son pere même si elle doit fuire jusqu'au bout du monde.

Raphaelle avait dechirrer la veste de Nathan pour me faire un bandage et je doit lui dire merci mais lui Nathan semblait pas si content.

-Oui merci.

Quand Nathan m'a demander d'aller chercher de l'eau je n'ai pas trainer une seule seconde. En même temp j'ai pris un gant. Je suis revenue et j'ai tout donner a Nathan.

-Vous inquietez pas vous etes entre de bonne mains.

Nathan Nathan a la la arrete de tomber amoureux de la premiere jeune fille venu. Sacrer joueur va. Je voyais bien qu'ils discutaient ente eux donc je ne melait pas tros de tout. Raphaelle devenait bizarre et parlait toute seule comme si il y avait deux personnes en elle enfin je veus dire deux personalités qui m'on l'air totalement differente l'une de l'autre. Nathan l'as rassurait en lui disant quelle etait a la maison blanche et que tout allait bien se passer. J'ai vu Raphaelle se lever d'un coup et la embrasser Nathan. J'était surpris et géné d'être la. Nathan était rouge comme une tomate je doit dire et appreciai beaucoup ce geste. Raphaelle commenca a me regarder et a me parler.

-Nathan on devrait partir mais venez avec nous vous aussi. Qui veus s'en prendre a nous?

Cette question tournait dans ma tête.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The President needs help (Pv avec Nathan Petrelli et Raphaelle Martin)   Mer 11 Jan - 1:37


Alexander : Qui veut s’en prendre à nous ?

Il pensait mal. Il n’arrivait même pas à voir que le danger le plus imminent était le changement de personnalité de Raphaëlle. Quel Fanfreluche ! Cet Alexander n’avait pas l’air d’une utilité grandissante. Quoique comme cadavre il serait plus attirant.
La jeune femme s’avança, convaincue de sa supériorité. Les personnalités doubles, sont généralement des parties de la personne qui surprotège une autre. Concevons que ce qui a pris la place de Raphaëlle n’est qu’une coquille psychique fabriquée pour oublier l’atrocité humaine à son égard.

Au moment où elle concentra sa force pour contrôler le sang d’Alexander, des hommes armés lourdement firent irruption dans la pièce. C’était à croire que ce bureau était plus fréquenté que la gare routière ! Ils étaient 10 ou 15. Ils avaient maitrisé les gorilles de la sécurité. Calmement un des hommes leurs ordonnèrent de se mettre à terre.

Raphaëlle : On ne peut pas prendre la vie de quelqu’un en paix, ici !


Elle projeta sa maitrise du sang à deux de ces hommes à sa gauche. Elle les obligea à tirer. Les balles virevoltèrent au dessus de leurs cibles. La maitrise du sang d’un individu demandait une concentration et une force mentale très importante à la jeune femme. Elle relâcha ses cibles une seconde. Sans s’en apercevoir, elle était maitrisée à terre. Un des hommes avait dégainé un taser. Manifestement, ce « commando » connaissait les personnes à capacités. La charge électrique l’avait assommée.

C’était une bonne chose. Et surtout une aubaine pour Alexander et Nathan. La personnalité protectrice s’était éteinte pour un bon moment. Le corps de Raphaëlle était fatigué. Elle ne risquait plus de perdre le contrôle d’elle-même. Elle reprit conscience. Vingt minutes avaient passées. Elle se retrouvait avec ses deux compagnons de fortune dans le salon de la maison blanche. Les hommes armés encerclaient les otages. Contrairement aux autres, Nathan était attaché et bayonné sur une chaise à part du groupe. Il avait l’air d’avoir pris quelques coups. La jeune femme ressentit une profonde impuissance quand à sa détresse. Cela la stressa. Raphaëlle se releva, en position assise, elle chuchota à Alexander :

Raphaëlle : Pardon pour tout à l’heure. J’ai perdue le contrôle de moi-même. Je voulais pas vraiment te tuer. Enfin pas moi …

Un membre du commando lui cria de se taire.

Raphaëlle : Je n’ai pas pour habitude de me taire.

Il lui décocha un coup de crosse. Son arme était lourde. Un M4A1. Une arme des forces spéciale américaine. Poussée par la force du coup, la jeune femme haleta. Son cœur battait fort. L’électrocution l’avait sérieusement affaiblie. Le coup lui laissa une marque rouge sur la pommette droite. Le chef des terroristes rentra dans la pièce. Il n’était plus cagoulé. Une preuve que son identification lui était indifférente. Le reste de ses hommes restait anonyme sous leurs masques de laine.

Chef des terroristes : Laisse-la. C’est une contaminée. Elle nous sera utile en temps voulu. Tiens-la à l’œil, elle peut te tuer sans problème. Je la connais bien.

Il se pencha vers Nathan. Tout en tournant le regard vers Alexander et Raphaëlle, il lança :

Chef des terroristes : Je vous connais tous !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The President needs help (Pv avec Nathan Petrelli et Raphaelle Martin)   Ven 13 Jan - 1:07

Alex avait peur pour Taylor et je pouvais le comprendre. Entre elle et moi, c'était plutôt tendu, compliqué. Je n'arrivais pas à savoir pourquoi c'était si difficile. Ma mère avait pour ainsi dire encore tout gâché. Je savais qu'Alex voulait me voir heureux. Il m'avait vu tellement souffrir, tellement en vouloir à ma famille ou aux autres, qu'il voulait que je sois meilleur. J'étais sûr qu'il pensait que Taylor était celle qui me fallait. Elle avait disparu. Je ne pouvais rien faire si ce n'était de souffrir. Au moins, Alex était d'accord pour que l'on se parle dans d'autres circonstances que celle-ci. Alex me croyait. Il savait que cela ne me servirait à rien de mentir à son sujet. Il savait qu'elle était importante à mes yeux. Il espérait au plus profond de son coeur que nous serons un jour ensemble, du moins de nouveau. Il me demandait ce qu'elle m'avait dit la dernière fois. Je me souvenais que l'on s'était disputé. Elle essayait de me convaincre de mes erreurs mais j'avais répondu à sa provocation. Je me souvenais encore de ce baiser. J'étais encore tout retourné. Alex me disait que j'étais aussi son ami et surtout, que Taylor saura protéger Michael de son père même si elle devait fuire jusqu'au bout du monde. Je m'en voulais de l'avoir mise dans cette situation mais j'étais pris au piège.

Nathan : Merci de me croire sur elle, tu sais. Je ne sais pas du tout si on allait se retrouver elle et moi. Je vois que tu veux nous voir de nouveau heureux. C'est gentil de ta part, sincèrement. Je ne sais pas si le destin, le reste du monde sera avec nous. La dernière fois, on s'est disputés. Elle voulait me convaincre que je faisais fausse route. Elle m'avait provoqué. Je suis entré dans la prison et j'étais près d'elle. Je l'ai embrassé passionément. J'étais incapable de résister. Au lieu de me mettre en colère, j'étais attentif, comme si on ne s'était jamais perdus. Seulement, j'ai été un lâche et je suis parti. Je me souviens encore de ce qui est arrivé. Je prie en effet pour que Taylor puisse protéger Michael.

J'étais inquiet pour elle mais les évènements se sont suivis. Raphaëlle avait soigné Alex. Seulement, je n'avais pas prévu tout ce qui avait découlé, de son malaise jusqu'au dédoublement de personnalité. Je me souvenais encore du baiser, que je dirais mémorable. Alex essayait de me convaincre de partir mais proposait quand même à Raphaëlle de venir avec nous. Alex se demandait qui voulait s'en prendre à nous. Je voyais Raphaëlle en train d'avancer vers Alex. Et là, elle contrôlait Alex qui se trouvait à sa merci.

Nathan : Alex !!!!

J'étais inquiet et prêt même à utiliser mon pouvoir pour le sauver. Des hommes arrivaient dans le bureau. Ils maîtrisaient Raphaëlle. Elle sortait même qu'elle ne pouvait pas prendre la vie de quelqu'un en paux. Je n'arrivais pas à croire ce qu'elle disait. Le dédoublement de personnalité était de nouveau effectuée pour laisser place à quelqu'un de plus froid et voulant tous nous anéantir. Elle résistait à ce commando. Des balles étaient tirées de partout. Ils étaient envoyés comme des chiffons au sol. Cependant, les hommes du commando tiraient sur Raphaëlle avec un taser. Elle était neutralisée et perdait connaissance.

Nathan : Vous savez qui je suis ? Je suis le Président des Etats-Unis et vous n'avez réussi qu'à aller en direction de la mort. Laissez-les partir et vous ne garderez que moi.

Seulement, ils avaient une autre idée en tête et s'approchaient de moi. J'étais pris au piège. Je voyais qu'Alex et Raphaëlle étaient en train de s'éloigner de moi. Je me débattais du mieux possible. Je devais le faire sans mes pouvoirs sinon, ma carrière était terminée. Ils me rouaient de coup. Je n'étais plus vraiment en état. Ils m'attachaient à une chaise et me baronnaient. J'étais à leur merci. Alors qu'Alex et Raphaëlle étaient seuls, je devais subir les nombreux coups pour leur vengeance. Ils me détacheront lors du moment fatidique. Je n'arrivais pas à entendre de quoi ils parlaient. Alors que j'étais éloigné du problème et que je voulais les aider, ce commando ne méritait pas d'exercer leurs professions. Je saurais vous trouver la prochaine fois. Il disait qu'il me connaissait bien. Il me suffisait d'avoir la parole pour être comme chez lui. Je me bougeais rapidement afin d'éviter les problèmes mais rien n'y faisait. Je devais prendre donc quelque chose de pointu que je pourrais faire léviter mais au vu de ce que je connaissais. Pour l'une des rares fois, je n'avais pas accès facilement aux données.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The President needs help (Pv avec Nathan Petrelli et Raphaelle Martin)   Ven 13 Jan - 15:50

J'avai vraiment peur pour Taylor car j'avais peur de ce qui pouvait lui arriver ainsi que Michael. Je la connas depuis longtemps et franchement la voir souffire ou la voir loin de son fils me rend malade et je ne pourais rester comme ca sans bouger. Nathan me disait tous sans crainte donc je suis sur qu'il dit la verité. Quand il m'a dit qu'il l'a embrasser et qu'il est parti comme ca j'ai penser que Taylor aurais pu etre triste apres ca justement.

-Vu comment tu parle je ne peus que te croire. Oui je le souhaite de tout coeur Nathan. Tu n'as pas besoin des autres pour l'avoir il suffit que tu lui montre que tu tien a elle. Ca c'est Taylor. Donc elle etait en prison tout de même?! Je pense que tu n'aurais pas du l'embrasser et partir comme un voleur. Peut etre que justement ta fuite lui a fait du mal. Elle feras tout pour lui.

Je me posai c'est vrai des questions sur elle est Michael l'endroit ou ils sont, ce qu(il font et pourquoi. apres quelque instant Raphaelle c'est avancer vers moi et me controlai totalement. Au moment ou je utiliser mon pouvoir des hommes sont entrer dans le bureau. Ils commencaient a métriser Raphaelle. Elle me murmura quelle ne voulait pas me tué car elle n'était pas elle. Raphaelle perdi connaissance car l'un des homme lui donna un coup de taser. Nathan commenca a se presentr pour qu'ils fassent attention et qu'ils aient peur. Nathan se debattai et les hommes l'on mis sur une chaise et lui on donner tellement de coup. Je devais agir. J'utilisai mon pouvoir sur deux hommes en leur disant d'arreter les autres. Ensuite je fis la même chose avec un autre qui lui etait deriere nous. Apres ca j'ai pris le pistolet de l'homme deriere nous et l'ai tué ensuite j'ai tiré plusieur coup de feu au niveau des jambes de ceux qui tapaient Nathan.

-Nathan ca va? On va te soigner t'inquiete pas.

Je pouvais tous de même voir qu'il restai encore des personnes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The President needs help (Pv avec Nathan Petrelli et Raphaelle Martin)   Ven 13 Jan - 20:45

Étonnant, surprenant et même envoutant. Alex avait maitrisés 5 hommes à lui tout seul. Avait-il utilisé un pouvoir ? Elle le pensait bien. Elle lui sourit, et se leva pour agir. Elle visait l’homme au visage décagoulé. Une équipe sans son meneur est bien déstabilisée. Il fallait courir. Ramassant le taser d’un des hommes à terre, elle frappa de toutes ses forces. Son adversaire avait prévu son geste et bloqua son bras.

Chef des terroristes : inutile de me résister. Je t’ai dit que je vous connaissais … Raphaëlle.

Elle se débattit. Alexander était trop occupé pour la secourir, quand à Nathan, il essayait de se libérer comme il le pouvait. Sa deuxième personnalité s’était éteinte, et son corps était trop faible pour contrôler le sang d’une personne. Le chef maitrisa peu à peu les gestes de la jeune femme. Petit à petit, elle redevint un otage. Dégainant son arme et lui plaçant sur la tempe, l’homme cria ses conditions au Président.

Chef des terroristes : Que se soit bien clair entre nous. Plusieurs de mes hommes sont répartis au sein de la maison blanche. Tu vas sagement me donner les accès aux dossiers que je te demanderais. Et pas d’entourloupes, ou ta copine crève !

S’en était trop. Elle n’avait pas eut une seule liberté depuis le début de la journée. On l’avait utilisé, frappé, et protéger. Elle n’avait rien demandé. Il fallait bien tenter le tout pour le tout. Elle lui mordit le bras. Il lâcha sa prise. Elle en profita pour se dégager, puis frappa avec le taser sur sa cuisse. L’homme soufra, et tomba, laissant l’électricité se répartir dans son corps. Elle ramena ses mèches de cheveux derrières les oreilles. La rousseur de sa crinière flamboya au soleil, quand elle détachait Nathan. Elle lui sourit.

Raphaëlle : Sa va Président ?

Ne se préoccupant plus de sa santé, elle insista auprès de Nathan pour panser ses petites blessures. Conforme aux normes de sécurité, il y avait une petite mallette de premiers secours dans une armoire. Elle s’empressa de le soigner. Elle questionna Alex sur sa blessure. Pour l’instant, ils étaient libres de leurs mouvements. Cela n’allait pas tarder, un des hommes allait surement arriver. Il y avait eut beaucoup de bruit dans la bagarre.

Considérant le peu d’issue qu’ils avaient, Raphy proposa :

Raphaëlle : Il faut trouver un téléphone. J’appellerai les secours. Je vous laisse ici. Il faut te mettre en sécurité, Nathan.

Elle lui sera la main, et avec un regard tendre, elle les abandonna. Elle se savait sans défense. Elle voulait tout de même montrer son affection envers celui qu’elle surnommait Président. Peu importe s’il fallait leur mentir, et se sacrifier. Elle comptait bien régler le compte de deux ou trois hommes. Seule elle ne tiendrait pas longtemps. Elle aurait eut cependant la joie de sauver quelqu’un qu’elle aimait plus que la normal. Elle descendait les marches prudemment.

"Ne m'oublie pas, Nathan"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The President needs help (Pv avec Nathan Petrelli et Raphaelle Martin)   Lun 16 Jan - 19:22

Attaché et bâillonné, j'avais à coeur de penser à ce qu'Alex m'avait dit sur Taylor et ce que j'avais fait. Je l'avais emprisonné pour le crime d'avoir tué des agents et pourtant, elle m'avait provoqué. Je l'avais embrassé. Je ne savais pas si c'était en souvenir du passé ou bien, si au contraire, les sentiments étaient toujours restés. Nous étions plus occupés à nous battre au nom de Michael qu'à nous poser les bonnes questions. J'avais été chamboulé et ce n'était pas du tout mon genre de faire ça. Alex voulait me voir heureux et je savais qu'il voyait en Taylor une candidate idéale. Pour Alex, je devais montrer à Taylor que je tenais à elle encore mais j'étais fier, trop fier ou incapable de lui dire. Je me souvenais qu'il avait pensé que Taylor avait souffert du fait que je sois parti comme un voleur après notre baiser. Je n'en savais rien si ce n'était qu'elle disait plus ses sentiments que moi. Je savais qu'elle protègerait Michael du mieux possible. Mais en pensant à tout ça, j'essayais quand même de me détacher. La lévitation semblait être difficile pour se libérer mais je l'avais pour essayer de prendre une arme tranchante. La seule problématique était de bien viser les choses. On ne s'occupait pas réellement de moi. Quelqu'un voyait que j'essayais de me libérer. Il venait vers moi pour me donner un grand coup. J'avais mal mais je ne pouvais crier. Un autre venait et ainsi de suite. J'étais roué de coups. J'étais vraiment au plus mal. L'un d'eux m'enlevait le scotch. Je pouvais respirer. Je n'avais pas pu entendre ce qui avait pu se dire au départ mais là, les hommes étaient près de moi. A ce moment-là l'un d'eux pointait une arme sur moi et me parlait. Il me disait que plusieurs de ses hommes sont répartis au sein de la Maison Blanche. Je devais sagement lui donner les accès aux dossiers qu'il me demanderait. Il ne devait pas y avoir d'entourloupes ou Raphaëlle allait crever. Je n'avais pas d'autres choix.

Nathan : Je crois que vous n'avez pas conscience de ce dont je suis capable. Vous avez eu tort de vous en prendre à moi. Relâchez-les et je vous donnerais ce que vous voulez. C'est ça ma condition et rien d'autre.

On ne négociait jamais avec les terroristes. C'était en tout cas la politique de la Maison Blanche et ce depuis un bon moment. En agissant ainsi, je priais pour qu'Alex et Raphaëlle soient protégés. Seulement, la réponse ne plaisait pas et c'était à ce moment-là que l'on me remettait du scotch de nouveau pour m'empêcher de parler, peut-être même de crier. On me redonnait de nouveau des coups. Je voyais Alex qui essayait de convaincre les hommes d'arrêter. C'était en tout cas ce qu'ils faisaient. Il prenait ensuite l'arme d'un autre et tirait sur ceux qui me donnaient des coups. Raphaëlle se battait un peu plus loin. Je voulais l'aider mais là encore, j'étais impuissant. Alex me demandait si ça allait. Il me disait que l'on allait me soigner. Raphaëlle s'occupait des derniers hommes avant de me rejoindre. Elle arrivait près de moi et me détachait. J'étais vraiment bien amoché. C'était dur de tenir. Je voyais le sourire de Raphaëlle et cela me donnait le courage de continuer. Elle me demandait si ça allait. Au début, je ne savais pas quoi répondre mais j'avais un léger sourire.

Nathan : Je pense que cela ira. Un grand merci, vraiment. Vous deux, vous m'avez sauvé la vie.

Seulement, elle insistait pour me soigner. Je me laissais finalement faire. Elle prenait la malette de secours dans l'armoire. Elle me soignait avec délicatesse. Je pensais que j'allais crier de douleur mais non, ce n'était pas le cas. Elle prenait soin de moi et j'appréciais ça. Je n'avais pour ainsi dire pas la force de cacher mes émotions, de rester aussi froid et distant que d'habitude. J'entendais des mouvements. Raphaëlle nous proposait de trouver un téléphone. Elle allait appeler les secours. Elle nous laissait ici. Je priais pour qu'elle puisse y arriver. La force me manquait terriblement et je n'aimais pas ça. Elle me précisait que je devais me mettre en sécurité.

Nathan : C'est promis.

Elle me serra la main et me regardait. Je sentais quelque chose. Je la regardais également et je commençais déjà à avoir beaucoup d'affection. Je n'aurais pas des sentiments immédiatement ? Me connaissant, c'était bien possible. Elle partait pour appeler les secours. Alex m'installait tranquillement dans un canapé afin de pouvoir me reposer. J'étais au plus mal mais comme il voulait des dossiers, j'avais peur. Celui de Taylor était parmi ceux présents.

Nathan : Alex, j'ai peur. Tu sais que celui de Taylor était dans la pile et ses hommes étaient là pour des dossiers. Ils sont peut-être au courant pour elle et moi. Michael risque d'être en danger. L'étau se resserre. J'ai comme l'impression que cela va être la fin pour moi. Il faut les protéger que ce soit elle ou Michael. Promets-moi de les protéger tous les deux. Ah, j'entends des bruits de pas. Je pense que les secours sont là pour moi. Sincèrement, je te remercie d'avoir été là pour moi mais ils vont prendre la suite. J'aurais préféré que nous ayons cette discussion, celle que je t'ai promise mais quand j'irais mieux, je te la donnerais, tu en as ma parole. Au revoir Alex.

Je commençais réellement à aller mal mais les médecins étaient là, prenant le tout en charge. Je ne pourrais tenir longtemps perdant connaissance. On se chargeait de me soigner. Je ne savais pas si Alex m'avait écouté au point de me laisser me faire soigner ou bien était-il resté.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: The President needs help (Pv avec Nathan Petrelli et Raphaelle Martin)   Lun 16 Jan - 21:11

Je ne pensais pas qu'une telle chose pourrait se passer dans un endroit pourtant tellement securisé. C'est tous de même la maison blanche l'endoirt ou nous nous trouvons pourquoi tant de personnes viennent ici et se permettent d'agreccer le President? Je ne trouve pas cela juste. Nathan leurs parlait il disait que c'était une erreur de faire tous cela car il etait le President. Nathan se protegeais avec son poste c'est normal apres tous. J'ai bu abbatre plusieurs gardes et Raphaelle aussi. Quand je me suis aprocher de Nathan j'ai ranger l'arme dans mon dos pour voir si je pouvais en avoir encore besoin. On ne sais jamais apres tous se qu'il ce passe.

-Et bien t'as recu de sacrés coups. C'est normal.

Raphaelle voulait aller chercher des secours pour pouvoir le soigner le plus vite possible. C'est une tres bonne attention de sa part je doit dire apres tous ca. Elle est partie aller chercher de l'aide pendant que moi j'attendai avec Nathan dans son bureau les secours. Je l'ai mis sur le canape pour plus de confort et aussi pour qu'il puisse s'alonger.

-Je comprend. Je m'occupe de tous. Je vais chercher Taylor daccord. Je l'ais protegerais c'est une promesse que je te fais et celle la je la tiendrais promis. Non ce n'est pas la fin pour toi. Tu as encores tu chemin a faire t'inquiete pas. Oui moi aussi. C'est les medecins. Tu vas pouvoir te repose et te retablir grace a eux. On verras une prochaine fois pour cette discussion. Au revoir.

zen partant sans que Nathan le voie je pris plusieurs chose sur le bureau. Des informations qui pourons surement m'aider pour l'avenir du moin je l'espere du plus profond de mon coeur. Je suis parti et est laisser Nathan la avec les medecins. J'espere qu'il ira mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The President needs help (Pv avec Nathan Petrelli et Raphaelle Martin)   

Revenir en haut Aller en bas
 

The President needs help (Pv avec Nathan Petrelli et Raphaelle Martin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Lettre ouverte au President en rapport avec l'UCREF
» Nathan et Sybille (Pv : Syb' <3)
» Camembert président, parce que l'on ne rigole pas avec le plaisir...
» Ryan Murray & Nathan MacKinnon
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Toute Bonne Chose A Une Fin :: Les Archives Du RPG-