AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 You're the First, the Last, My Everything (avec Rachel A. Silverstone)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: You're the First, the Last, My Everything (avec Rachel A. Silverstone)   Mar 15 Nov - 23:01

Vivre sans elle était un peu comme perdre mon âme, et je m’en étais rendu compte pendant cette lourde semaine.

Durant tout ce temps, plus aucun signe de vie n’était venu de ma part, parce que j’étais retenu par ces scientifiques, contre mon gré. La seule émotion que je pouvais ressentir en leur présence, n’était que la douleur. Je souffrais. Ces tortures étaient terribles, réellement terribles. Mes cris déchiraient tout le temps la cellule, dans laquelle j’étais emprisonnée. Pendant tout ce temps, je n’avais cessé d’appeler au secours, de perdre mes forces, mais je pensais quand même à elle, à cette sublime chose qu’ils m’obligeaient à abandonner.

Rachel était encore à l’extérieur, et son amour me manquait. Quand je la regardais dans les yeux, tout prenait un aspect différent autour de moi. Mon âme devenait meilleure, plus humaine, et j’exprimais mes émotions à voix haute, surtout le bonheur. L’amour était plus fort que tout, et me forcer à l’abandonner me faisait beaucoup de mal. L’addition avec les tortures physiques était quelque chose de terrible à ressentir.

Désormais, tout était terminé.

Ces scientifiques étaient hors d’état de nuire, et moi j’étais libre, grâce à l’aide de Rexia. Cette dernière était intervenue pour me sauver, et c’était quelque chose que je ne pourrais jamais oublier. Dans des temps où je pensais ne plus avoir l’espoir, que quelqu’un puisse venir me sauver, la voir avait été une sorte de miracle. Le fait de sortir était un immense cadeau car enfin je pouvais revenir la voir.

Le fait de me retrouver non loin de chez elle était quelque chose qui me manquait. Je ressentais déjà mon cœur en train de battre la chamade, comme la première fois que je l’avais vu. Mon amour se réanimait alors que je ne l’avais même pas encore revue, ce qui était quelque chose d’exceptionnel. J’avais encore un peu de mal à marcher, et également ces images de torture emprisonnées dans ma tête, mais le fait de penser que j’allais enfin pouvoir la revoir, m’aidait à oublier cette semaine de malheur, ce pouvoir à étendue mondiale que j’avais pu mettre en œuvre, dans le but d’exterminer un virus, mais aussi toute cette douleur, autant sur un plan physique que moral. Je me sentais mieux en pensant à elle.

Je repensais au bonheur…enfin…

Quelques centimètres séparaient désormais ma main de sa porte. Il suffisait que je frappe pour prouver que j’étais là…enfin revenu.

Je le fis, plutôt rapidement. Quatre coups percutaient la porte…


- Pourvu qu’elle soit là… marmonnais-je

Et là j’attendais, espérant à chaque seconde voir Rachel ouvrir la porte.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: You're the First, the Last, My Everything (avec Rachel A. Silverstone)   Mer 16 Nov - 0:46

Depuis, une semaine j'étais de retour à ce qu'on pouvait dire une vie normal. J'avais recommencer à travailler tranquillement dans le bar à quelques rues de chez moi. Depuis, une semaine je ne prenais plus le même chemin. Je revenais par autobus ou avec une amie de travaille. Depuis, que j'avais faille mourir dans les rues de New York. Je ne me promenais plus toute seule le soir au heure du matin. Une de mes amie de travaille, Sarah me demandait si j'allais bien. Nous étions en pause la nuit de mardi soir. Je lui dit que oui, mais elle me disait que mon visage disait autre chose. Elle avait raison dans un sens, car mon amoureux me manquait trop. Il était partie depuis, quelques jours et il me manquait déjà. C'était une vrai torture de ne pas le voir à côté de moi.

Je me demandais ce qu'il pouvait faire ou il était. Il m'avait dit qu'il en sera pas absent trop longtemps. Qu'il passerait quand il serait capable de le faire. Mais, les jours passaient et se ressemblait de plus en plus. Je me levais vers les six heures du soir pour commencer à me préparer. Je pris une boucher et partit pour commencer mon heure de travaille dans un des bars les plus minable de New York. Mais, je n'avais pas le choix, car il fallait que je vive et c'était le seul moyen que j'avais trouver. Dans le bar, il n'y avait que des gros célibataires qui aimait les filles de mon âge. Moi j'étais derrière le bar avec Sarah et deux autres personnes à qui je ne parlais pas trop. Quand mes heures fut terminer, j'attendais Sarah et Tina qui terminait en même temps que moi. Elle parlait de leur petit ami et ça me fit mal que je ne pouvais pas parler du mien. Car, il était le meilleur de tous ceux que j'ai eu.

J'aurais voulu leur parler de Samuel, mais je ne pouvais pas et je rentrais chez moi pour aller me coucher. Depuis, une semaine que c'était comme ça. Je revenais à chaque soir dans l'espoir de le voir à côté de ma porte à m'attendre. Mais, je me couchais toujours seule sans sa présence à côté. Aussi, avec e virus qui s'en n'avait prit à la vie de Taylor. Je n'ai pas eu une fin de semaine reposante. Donc, j'avais demander à Sarah de me couvrir pour ce soir et relaxer toute seule dans mon appartement. J'avais pris un bon bain avec mon shampoing au melon d'eau. Dès que je sortis j'avais mis un simple chandail noir qui était un peu trop grand pour moi avec un pantalon bleu. J'avais regarder un peu la télévision, mais il n'y avait rien de bon pas même un film.

Donc, je pris un des livres qui était à côté et vit que c'était le dernier tome de la saga Twilight. Je n'avais jamais prit le temps de le terminer. Je le pris et commençait à le lire ou je l'avais laisser la dernière fois. Cela ne faisait qu'un heure que je lisais environ. Quand j'entendis quelqu'un frapper à ma porte quatre fois. Je me demandais qui c'était ? J'avançais lentement et j'étais prête à attaquer si c'était un méchant. Mais, quand j'ouvris la porte ce fut son visage que je vis. Ma première réaction fut de lui sauter dans ces bras. Une semaine avait été trop long et là il était devant moi.


Tu m'as tellement manquée si tu savais.

Je n'avais aucun autre mot qui voulait sortir de ma bouche. J'avais des larmes de joie qui coulait le long de mes joues. J'étais contente de l'avoir dans mes bras et de savoir qu'il était vivant et avec moi.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: You're the First, the Last, My Everything (avec Rachel A. Silverstone)   Mer 16 Nov - 22:59

Et là, la porte de chez elle s’ouvrait enfin, et je la vis.

Rachel était là, juste devant moi, et elle forgeait la preuve parfaite que toute cette torture n’était qu’une histoire ancienne.

Je n’étais plus enfermé dans cette cellule de malheur, torturé par des scientifiques inconnus qui ne voulaient que mon cerveau. Je me trouvais bien ici juste devant elle, comme une sorte de miracle que je croyais impossible depuis le début de ma semaine de calvaire.

La voir en train de sauter dans mes bras fut le sursaut de bonheur dont j’avais besoin, même si j‘avais une maigre pincée de douleur, qui me piquait les yeux. À cause de cela, je pouvais remercier ma captivité. Ironie… Tellement heureux de la revoir, j’appréciais sa présence comme jamais, mais je pleurais. Toute cette absence d’espoir, qui avait pu rester dans mon esprit pendant toute ma période de captivité, s’exprimait à voix haute. Rachel m’avait tellement manqué, que je ne pouvais pas m’empêcher de l’exprimer. Je ne pouvais pas cacher ce genre de sentiment…non je ne pouvais pas. À cette absence d’espoir se mélangeait la joie de cet instant, ce qui me fit penser, enfin, à un côté positif, le plus grand des côtés positifs.

Je n’étais pas le seul à pleurer, car elle aussi elle le faisait, et je me rendais compte de ce que j’avais pu lui faire subir.

Je lui avais promis de ne jamais partir trop longtemps, de ne jamais l’abandonner sans revenir auprès d’elle dans l’immédiat, mais j’avais échoué. Je n’avais pas réussi à tenir ma promesse envers elle, et je m’en voulais. Malheureusement, les circonstances étaient exceptionnelles à ce moment-là, bien que terribles.

Avec Rachel, je pouvais tout oublier, mais je ne pouvais pas omettre le fait que j’avais trahi ma promesse.


- Tu m’as réellement manqué toi aussi, ça a été très dur à vivre.

*trop dur de vivre enfermé dans cette cellule alors que je t’aime…*

J’essuyais mes larmes, du moins une maigre parcelle, avant de me remettre à parler.

Le ton de ma voix montrait bien que je préférais largement voir Rachel que de subir ces souffrances. C’était évident.


- Je suis désolé…je n’aurais pas du trahir ma promesse. Je t’aime tellement, je ne pensais qu’à revenir…mais ils m’en empêchaient…

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: You're the First, the Last, My Everything (avec Rachel A. Silverstone)   Jeu 17 Nov - 16:48

J'étais tellement heureuse de pouvoir le revoir. Cette semaine ma sembler durer un an. Le simple fait de ne pas voir son visage, son sourire tout ce que j'adore et qui m'on fait tomber amoureuse de lui. Maintenant, il était devant moi et cela ne pouvait mieux finir ma journée. Toute ma semaine, avait été un enfer maintenant elle allait se terminer sur une bonne note. C'était une chance que j'avais demander à mon amie de me couvrir pour se soir. Je pourrais profiter de mon petit ami pour toute la soir. Je me dépris de lui et lui dit tout de suite :

Ne reste pas ici. Aller entre je vais quand même pas te laisser ici devant ma porte.

Nous étions tous les deux dans mon apprtement, donc je fermais la porte derrière moi. Je remis mon livre ou il était et me dit que ce n.est pas pour se soir que j'allais le terminer. Mais, j'avais le temps de le terminer, car se soir j'allais la passer avec Samuel. Et j'espérais que personne n'allais venir nous déranger. Que ça soit pour lui ou pour moi personne. Je sais que ça peut sembler possesif, mais je ne l'avais pas vu depuis, une semaine. Et même si on vit dans un monde cruel je ne voulais pas le voir mort. Pas tant que je sois vivante. Sinon, j'en perdrais la vie. Je serais prête à le faire, car il est mon âme soeur. La personne que j'attendais depuis que je suis née. Celle qui pourrait me supporter autant avec mes qualités que mes défauts.

Puis, il me dit que je lui avait beaucoup manquée. Je ne savais pas se qu'il avait vécu pendant la semaine. Mais, je savais qu'elle n'avait pas été de tout repos. Je vis ces yeux pleins d'eau et vit qu'il les enlevait le plus vite. Mais, cela ne faissait rien, car elle coulait toujours. Je pris ma main et les enlevait. Je regardais ma main sur sa joue et lui dit :


Toi aussi tu ma beaucoup manquée. Cette semaine à été très longue même trop longue. Mais, te voir ici me fait le plus grand plaisir.

Puis, il continuait en disant qu'il n'avait pas tenu sa promesse qu'il m'avait fait. À savoir de revenir le plus vite possible. Mais, ces personnes qui lui voulait du mal l'empêchait de le faire. Il disait aussi qu'il aimait tellement qu'il ne souhait revenir ici au prêt de moi. J'aimais le voir comme ça heureux en ma présence. Mais, toutes ces personnes qui lui voulait du mal j'en pouvais plus. Je n'aimais pas ce qu'il lui avait fait. À cause de ceci, il savait refermer sur lui même et maintenant que j'avais ouvrais cette partie de lui. Je ne voulais pas quelle se referme, mais à chaque fois ça allait être la même chose. J'allais avoir une très bonne fin de journée, mais elle allait se terminer au lendemain. Car, sinon il y aurait des gens qui viendront pour moi et enlever.

Peut importe tu es là et essayons d'oublier se qui ces passer pendant cette semaine d'enfer. Tu es là et je suis là et ces tous ce qui compte. Je suis très heureuse d'être ici avec toi. Pour une soirée, restons juste nous deux. Pas d'appel de personne et personne ne viendrait nous déranger.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: You're the First, the Last, My Everything (avec Rachel A. Silverstone)   Ven 18 Nov - 22:11

Enfin seul avec elle, dans son appartement, je pouvais penser à autre chose, et me dire que tout était terminé.

Durant cette si longue semaine, cris et douleurs n’avaient cessé de se succéder pour le plaisir de mes tortionnaires. Ils avaient apprécié me torturer, me tester, et de mettre à l’épreuve mon pouvoir d’auto-guérison. Leur but était terrible : il voulait connaître le fondement de ma différence, et l’utiliser pour leur sombre projet. Je ne pouvais pas encore en oublier sa dénomination, car ils me l’avaient trop répétée. Ils disaient tout le temps que j’étais leur projet Bahamut, sans que je ne comprenne exactement ce que cela voulait signifier. Tout ce que je savais, c’est que c’était malsain, et très dangereux. Ils tenaient à moi, d’une façon obsessionnelle. Il suffisait de voir leurs tortures. Leur niveau de douleur était inestimable, et le supporter était très compliqué, surtout si mon organisme était mis sous dose importante de drogue, rien que pour mettre mon pouvoir de guérison.

Mais Rexia m’avait délivré de ce calvaire, et j’avais délivré le monde du sien. Une overdose de pouvoir avait étendu la guérison à échelle mondiale, pour faire disparaître le virus. Sans le savoir, ma torture avait été le remède du monde, ce que je ne comprenais pas encore. Être un messie mondial était encore une image qui m’échappait.

Désormais, l’amour était présent juste devant moi. Le bonheur pouvait renaître dans mon regard, mais aussi mes lèvres. Il s’agissait d’un sentiment bien plus que positif, et il ne fallait pas l’ignorer. Rachel était la meilleure chose qui avait pu m’arriver, dans toute ma vie, et je l’aimais…plus que tout. Pour elle, j’avais eu le plus beau coup de foudre de toute ma vie, et jamais je ne pourrais supporter de le voir s’enfuir, et se terminer d’une douloureuse manière, comme toutes les chances que j’avais pu avoir de vivre heureux. En parlant de fin douloureuse, je repensais à ce fils, qui m’avait rendu si heureux, le plus heureux des hommes, mais que ces chiens n’avaient pas hésité à tuer, juste sous mes yeux. Ils avaient commis la plus immense des cruautés pour une vie humaine : perdre la chair de sa chair. Mais, ils s’en fichaient pas mal. Tant que je souffrais, leur plaisir était entier.

Quand je pensais à ce moment de mon passé, et que je pensais à l’amour que je ressentais pour Rachel, je voyais ma nouvelle vie comme une seconde chance, que je ne devais surtout pas gâcher. Il fallait vivre sa vie, profiter de chaque instant, et jamais je n’allais aller contre cela. Je l’aimais, j’étais heureux avec elle, et ce bonheur illuminait ma vie. Jamais je ne pourrais oublier ceci et repartir dans cette tristesse si morose. La tristesse comme un état de vie constant était quelque chose de terrible, et je disais cela pour l’avoir souvent vécu. L’horreur était de tenter de ne pas la montrer, mais je ne pouvais pas éternellement la cacher. Cela se voyait quand même sur mon visage, même si je mettais toute la volonté du monde pour prouver le contraire. Ma conscience mentait, mais mon visage disait la vérité.


- Cela a été terrible de ne pas être avec toi, ni pouvoir te contacter. Ils n‘ont pas cessé de m‘en empêcher pendant toute une semaine…et je n’en pouvais plus…

La revoir était comme un miracle.

Ce miracle m‘avait en quelque sorte sauvé.

Rexia m‘avait sauvé sur un plan physique, mais Rachel avait sauvé mon âme. Durant tout ce temps, je n‘avais pensé qu‘à la revoir, et réaliser ce souhait était une délivrance inestimable : le plus beau cadeau qui soit.

Je l’aimais…elle était mon cadeau du ciel…et je ne voulais pas la perdre, car jamais je ne pourrais le supporter. Non, pas deux fois… M’ôter un bonheur sincère une seconde fois serait beaucoup trop dur à vivre. J’en étais conscient, car je me connaissais à la longue. En même temps, j‘étais le mieux placé pour savoir comment je pourrais réagir face à une telle souffrance.

Je voulais rester avec elle, mais non pas pour l‘espace d‘une seule soirée. J‘avais besoin d‘un long moment avec elle, pour oublier toute cette semaine d‘horreur. Être avec elle me permettrait d‘oublier ma douleur, ces tortures et tout ce que ces scientifiques avaient bien pu me faire subir.

Cet amour ressuscitait mon âme, et j‘avais bien besoin de cela en ce moment. J‘oubliais cette semaine d‘enfer rien qu‘en étant avec elle. C‘était comme si rien ne s‘était passé, et c‘était mieux ainsi. Je préférais sourire plutôt que pleurer…aimer plutôt que détester…rester avec Rachel plutôt que demeurer seul, sans amour et avec une unique tristesse.

Elle était ma vie.


- Rien ne saurait égaler le soulagement que je peux ressentir en étant avec toi. J’ai attendu cela depuis si longtemps que cela me fait du bien.

*hors de question que je m’en aille…*

- Je t’aime Rachel, plus que tout. Il est hors de question que je m’en aille…plus jamais. Je vais rester ici avec toi. On ne sera ici que toi et moi, ensemble, et rien ni personne ne nous dérangera. Un simple moment ici avec toi me fait sourire.

*même si ce que ces scientifiques m’ont fait reste encore dans ma tête…une semaine dans cet enfer…mais maintenant je suis avec elle…*

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: You're the First, the Last, My Everything (avec Rachel A. Silverstone)   Sam 19 Nov - 20:03

Nous étions tout seuls dans mon appartement et je pouvais dire que j’avais un gros poids d'enlever en ce moment. Toute la semaine avait été un terrible enfer. J'essayais d'être normal au travail, mais ici dans mon appartement c'était autre chose. Je n'avais pas arrêter de pleurer et de penser au pire image qui pouvait arriver. C'était une chance que mes voisins du haut et d'à côté n'on rien dit. De plus, il y a eu ce qui est arriver à Taylor entre temps et ça avait été trop dur. Pendant cette semaine, j'ai faille perdre deux personnes que j'aime beaucoup. Mais, ils avaient survécu et j'étais très contente maintenant de le voir devant moi en vie.

Je ne voulais qu'une chose l'avoir dans mes bras pour me prouver qu'il bel et bien là. Pour la première fois, depuis le début de la semaine je souriais. J'étais heureuse et j'avais le même sentiment qu'il y a une semaine quand on ces dit que nous nous aimions. C'était du bonheur pur comme je n'en n'avait pas eu depuis longtemps. Nous étions assit sur mon divan et je voyais son bras autour de mon cou et ça me faisait du bien. Ne pas pouvoir lui parler pendant une semaine m'était insupportable. Mais, il était là et j'allais profiter de lui aussi longtemps que le temps va nous le permettre. Je ne voulais pas qu'il reparte aussi vite que la dernière fois. Mais, je savais qu'il allait continuer encore, encore et encore sans relâchement. Je devais vivre avec cela temps que ceci ne sera pas terminer ils vont toujours poursuivre Samuel.

Il me disait que ça avait été terrible pour lui de ne pas me voir. Moi, aussi de mon côté ce fut la même chose je trouvais cela horrible de ne pas le voir à côté de moi. Je ne savais pas quel enfer ces personnes lui on fait vivre, mais ce n'était pas la joie. Je voulais qu'il oublie, mais notre passer fait notre avenir et on doit se souvenir de se que nous avons vécu, car ils font notre personnalité. Je l'écoutais toujours et il me disait que rien ne le fera partir... jamais. Les paroles qui sortait de sa bouche était vraiment très belle. J'avais des larmes de joie qui coulait. Moi aussi je voulais rester avec lui et ça pour plus qu'une journée.

Malgré mes larmes qui coulait je l'embrassais ça faisait une semaine que je voulais le refaire. Simplement en l'embrassant je pouvais voir que je lui avait manquée. Il m'avait manquée aussi et je reculais qu'après avoir manquer d'air.


Toi aussi tu ma tellement manquer. J'ai vraiment eu une grand vide quand tu n'est pas là. Si tu savais depuis combien de jours je voulais t'embrasser.

Mon bonheur était devant moi et j'étais vraiment heureuse à côté de lui. Tout seul dans mon appartement je ne voulais que son bonheur et j'étais se bonheur.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: You're the First, the Last, My Everything (avec Rachel A. Silverstone)   Dim 20 Nov - 22:32

Pour la première fois, en une semaine, je pouvais être heureux en la présence de quelqu’un, et rien que le fait de ressentir ce genre de sentiment me faisait le plus grand bien. Je pouvais oublier ces tortures, ces larmes, et ce sang que j’avais toujours vu couler à longueur de temps. L’amour que je ressentais pour Rachel n’avait pas de prix. Sa valeur était immense, encore plus importante que ce coup de foudre que j’avais pu avoir pour elle. Rachel était essentielle pour moi, et elle était la personne qui m’avait le plus manquée pendant ma période de captivité. La retrouver était la preuve que mon malheur avait pu prendre fin, une bonne fois pour toutes.

J’étais enfin libre… C’était enfin terminé. Maintenant, je devais oublier, à tout prix oublier.

L’enfer que j’avais vécu avec ces scientifiques, avait été terrible, mais il était temps de l’oublier. Désormais, je pouvais être pleinement heureux, rien qu’avec elle. Rachel était celle que j’aimais, et rien d’autre ne devait éclipser ce moment…jamais. Des larmes coulaient de ses yeux, mais elle m’embrassait. La chaleur de cet instant réchauffait mon âme, et cela me faisait beaucoup. Une extension en longueur était un immense cadeau, ce que j’attendais depuis le début de ma période de captivité.


- Je n’ai fait que penser à toi pendant toute une semaine, penser à tous ces moments de bonheur que j’allais vivre avec toi quand j’allais te revoir. Je ne voulais que revenir, rester avec toi, montrer à quel point je t’aime. C’est vraiment tout ce que je voulais. Être retenu toute une semaine, sans te voir, m‘a montré la mesure de l‘amour que je porte, et à quel point ces moments de bonheur sont importants

*mais ces types n’ont jamais cessé de me retenir…je n’en pouvais plus…*

Je lui retournais ce baiser, dont elle avait eu l‘initiative primaire. J‘exprimais enfin ce bonheur que je ressentais, et il s‘agissait d‘une immense délivrance.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: You're the First, the Last, My Everything (avec Rachel A. Silverstone)   Lun 21 Nov - 3:39

Je ne pensais jamais ravoir le sentiment que j'avais en ce moment. Mais, il était bel et bien là en ce moment présent. La semaine que j'avais vécu avait été la plus terrible que j'ai vécu. Le seul autre moment que j'avais vécu comme ça était la fois ou j'avais quittée l'Angleterre. J'allais y retourner un jour, car maintenant j'avais des questions à poser à ma mère. Car, je voulais savoir si j'étais la seule avec un don ou bien si elle en n'avait un aussi. Mais, pour le moment je ne pouvais toujours pas y aller. Donc, même si je n'avais eu que deux moments terribles. Je savais qu'il avait été douloureux. Je ne voulais pas en revivre un toute de suite. Car, j'allais en revivre ces certains. Mais, se soir c'était simplement un fin de soirée entre moi et mon amoureux.

Par ma fenêtre, je pouvais voir qu'il était environ 6 heures du soir. Il y avait un léger vent dehors et ces une chance que j'avais du chauffage dans mon appartement. Sinon, je crois que j'aurais geler et que je serais devenu un glaçon. Après avoir embrasser Samuel, j'écoutais ce qu'il me disait. Sur le fait que toute la semaine il n'avait penser qu'à moi. À tout les moments, qu'il allait avoir avec moi quand il allait revenir vers moi. Le reste de se qu'il me disait me laissait sans mot. Moi aussi, je n'avais penser qu'à de beau moment que je pourrais avoir avec lui. À chaque soirs, je n'avais penser qu'à le revoir devant ma porte d'entrer. Mais, maintenant qu'il était là je pouvais avoir d'autres beaux moments dans ma tête... jusqu'à temps qu'il parte une autre fois.


Dit toi d'oublier ces moments de souffrance que tu as eu pendant la semaine. Je suis là et maintenant nous pouvons avoir de beaux moments nous deux. Avant que tu parte une autre fois. Je vais profiter de se soir comme l'autre et enregistrer tout ce qui se passe pour ne pas oublier.

Je savais qu'il allait devoir me quitter de nouveau, mais j'allais profiter de se soir. Si je pourrais partir avec lui je voudrais bien le faire. Mais, il ne voudrais pas et je serais en trop grand danger moi-même. Donc, c'était mieux comme nous étions en ce moment. De toute, façon je devais rester ici. Je ne voulais pas avoir un visage triste, car je voulais pas qu'il me vois comme ça. Je savais qu'il n'aimait pas me voir comme ça, mais je redevenais normal et je gardais mon sourire pour lui. Il avait besoin de me voir heureuse et non triste et à me poser tout plein de question.

Hj : Vraiment court, mais j'étais pas mal fatiguer quand je l'ai écrit et ces ce qui m'est venu lol. J’espère que sa va aller comme réponse.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: You're the First, the Last, My Everything (avec Rachel A. Silverstone)   Lun 21 Nov - 21:37

La pire des semaines, que j’avais pu vivre depuis quelques temps, était bien celle qui venait de s’écouler. Être retenu de force quelque part, enlevé et torturé par ces scientifiques, était une expérience terrible, parce que mon organisme avait été mis à l’épreuve, mais ce ne fut pas la seule chose à avoir été victime de souffrance. Mon cœur, mes profonds sentiments, avaient subi un manque terrible : un manque d’amour. Ce sentiment profond que je ressentais envers Rachel, était forcé de rester en sommeil, emportant mon bonheur par la même occasion. Une extinction du bonheur, et une souffrance terrible, était la pire des combinaisons. Je n’en pouvais plus. Ce fut cette chose, qui m’avait amené à perdre espoir à la longue, et à ne plus espérer quoi que ce soit…jusqu’au miracle que Rexia avait pu être, en me sortant de cet enfer.

Cette libération, je pouvais l’exprimer pleinement en présence de celle que j’aimais, et qui m’avait terriblement manqué. J’avais toujours pensé à ce moment où j’allais la revoir, et c’était magique, réellement magique. C’était le début de ma renaissance, ces instants où j’allais pouvoir oublier ces tortures, que ces monstres avaient voulu me faire subir, en m’enfermant dans cette cellule ridicule.

L’opposé exact de ces monstres n’était autre que Rachel. Son amour me faisait sourire, rendait mon âme plus humaine et mes émotions plus que sincères. Je pouvais exprimer mon bonheur sans aucun regret, et je pouvais ressentir cela uniquement avec elle. Cela pouvait paraître insensé, mais c’était pourtant le cas. Le plus sincère des sentiments était la seule chose capable de me libérer, et je le ressentais grâce à elle…seulement elle. La lumière de mon humanité, celle qui forgeait ce que j’étais au plus profond de moi, avait pu se rallumer et même éblouir ma conscience comme jamais. Rachel m’avait rendu meilleur, et je ne voulais absolument pas perdre cette facette bénéfique de moi-même. Elle était intense, exactement comme je le souhaitais dès le départ…et je me préférais largement comme ça, plutôt que ce machin inexpressif qui prenait parfois ma place.

À présent, je pouvais exprimer pleinement mon bonheur, et je ne devais pas éclipser cela…pas du tout. Après d’immenses tortures, le bonheur n’était que le seul remède parfait pour ce qui m’arrivait. Je devais me réfugier dans ce qui m’aidait le plus, et c’était elle. Rachel était la femme parfaite selon moi, et jamais je ne devais l’oublier.

Depuis le début de cette semaine d’horreur, j’avais tant souhaité revenir derrière la porte de chez Rachel et c’était chose faite. Tout était enfin terminé… Jamais je ne les reverrais…jamais. Tout ce qui m’importait à présent n’était autre qu’elle et notre bonheur. Rachel était mon essentielle, comme j’avais pu le dire à plusieurs reprises, et je le pensais réellement.


- Oublier tout malheur avec toi est le meilleur remède, tu as raison. disais-je en lui prenant la main

J’observais sa main pendant un instant avant de reprendre.

- Ils ne me sépareront plus de toi, comme cette semaine qui a pu s’écouler. C’est fini. Je ne serai plus éloigné sous la contrainte, je resterai ici avec toi.

*jamais je ne te quitterai…*

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: You're the First, the Last, My Everything (avec Rachel A. Silverstone)   Mar 22 Nov - 23:22

Enfin le plus gros de mon stresse était enfin passer. J'étais sur le divan avec Samuel et j'étais tellement bien. Pas comme cette semaine toute seule sur mon divan à rien faire. Pendant toute la semaine, y m'avait manquer quelque chose et maintenant je l'avais juste à côté de moi. J'étais si bien avec lui et personne ne pourrait comprendre ce que je ressens. C'était un sentiment unique et je n'avais jamais vécu cela. Je ne pouvais pas imaginer la douleur, la souffrance et la torture qu'il a vécu. Mais, je serais là quand il aura besoin de mon aide et je savais qu'il en aura de besoin dans les prochains jours et même semaines.

Je savais que je devais l'aider même si je ne pourrais pas comprendre ces problèmes. Je ne voulais que son bonheur et je pourrais lui apporter en bonne petite amie que je suis. En n'y repensant Samuel était la bonne personne pour moi. Ça expliquerait le pourquoi j'étais si bien avec lui. C'était le seul à me voir pour ce que j'étais maintenant. Je pouvais retrouver un peu ma personnalités d'avant celle que j'avais laisser en Angleterre. Je lui disais qu'il devait essayer d'oublier la semaine qu'il avait vécu. Il pourrait relaxer avec moi ici au moins pour le peu de temps qu'il pouvait.

Je ne lui dit rien, car je savais que juste le fais d'être avec lui. Je savais que je lui faisais plaisir et que je lui faisais oublier tout ce qu'il vivait. J'aimais le contact que nous avions à chaque fois. C'était comme une bouffer de chaleur et ça me faisait beaucoup de bien. Il déposait ma main avant de la reprendre quelques secondes plus tard. Il me dit que je ne serait plus jamais séparer de lui. Il me disait qu'il resterait ici avec moi. Dès qu'il eu fini, je ne pouvais pas m'empêcher de lui répondre ceci :


Mais, si un jour il vienne jusque ici et vienne t'attaquer. Je ne pourrais supporter une autre fois d'être séparer de toi.

Je ne saurais pas quoi faire si un jour il me sépare de lui un jour. Déjà une semaine c'était trop, alors si ça serait pour plus je ne saurais pas quoi faire. Il était devenu une partie de moi-même et je ne pourrais pas vivre sans lui. Il était mon âme soeur et s'il me l’enlevé je ne pourrais plus vivre une partie de moi ne sera plus là pour me rassurer. J'étais juste bien dans ces bras et je voulais rester comme ça pour longtemps.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: You're the First, the Last, My Everything (avec Rachel A. Silverstone)   Mer 23 Nov - 22:28

Sur le divan, avec celle que j’aimais, mon esprit avait enfin l’occasion d’être apaisé et d’être vidé. Le fait de penser à mes problèmes pouvait être ramené au passé, car ce n’était plus la peine. Je devais retrouvais ma vie, et me recentrer sur ce que j’étais, dans le but de me reconstruire après cette semaine de captivité. Le fait de retrouver Rachel était la chance, pour moi, de revivre mon amour en plein jour, exprimer mon bonheur et mon humanité face à la personne qui était la plus importante pour moi. Je pouvais sourire, rire, ressentir quelque chose de fort. C’était apaisant, beaucoup plus beau que leurs immenses tortures, que je ne supportais plus.

Maintenant, j’étais tiré d’affaire, et je devais m’y faire. Pour pouvoir revenir entier, comme j’étais auparavant, je devais tout retrouver : les bons comme les mauvais moments. Le meilleur des bons moments était l’amour que je pouvais ressentir pour Rachel, ce sentiment si bon qui pouvait réchauffer mon âme.

Rachel avait peur. Elle était effrayée par le fait qu‘ils pourraient revenir, et m‘attaquer, car elle ne pourrait pas supporter le fait d‘être séparé une nouvelle fois de moi. À vrai dire, moi non plus. Cette semaine de séparation m‘avait brisé le cœur. Rester encore plus longtemps, séparés l‘un de l‘autre, pourrait suffire à m‘anéantir, et je ne voulais pas que tout ceci puisse arriver. Me séparer d‘elle serait une torture supplémentaire…

Mais, j‘avais confiance en l‘avenir. Je savais qu‘ils ne reviendraient pas. Ils n‘en étaient plus capables, après ce que Vincent avait fait pour m‘aider. Il avait pris beaucoup de risques, mais je savais que j‘étais à l‘abri, et que Rachel n‘était pas en danger par ma faute. Le fait de savoir cela, me rassurait dans un sens, et c‘était mieux ainsi.


- Ils ne viendront plus. Je sais que cela peut paraître surprenant, mais je sais qu’ils ne reviendront plus. Tu ne seras pas mise en danger, et je ne le serais pas non. Quelqu’un m’a aidé pour cela.

*même si c’est encore dur à oublier*

- Le calvaire de ces scientifiques est fini. Je peux te l’assurer. On peut rester ensemble sans avoir peur de les voir venir ici, et tenter de me reprendre. On peut éclipser cela désormais.

La main de Rachel enfermée dans la mienne, je la regardais avec sincérité, pour essayer de la convaincre que ce que je disais n’était autre que la vérité, et rien d’autre que cela.

- Rachel, je suis désolé de constamment m’excuser, et me sentir responsable, mais je m’en veux quand même. Je m’en veux à cause du fait que ça ait pris une ampleur qui m‘a dépassé, au point qu‘ils aient pu m‘éloigner de toi pendant une semaine. Mais maintenant que tout est terminé, on peut rattraper le temps perdu et juste penser à notre bonheur.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: You're the First, the Last, My Everything (avec Rachel A. Silverstone)   Ven 25 Nov - 2:55

Tout ceci était fini d'après Samuel. Je ne savais pas trop pourquoi, mais j'en doutais un peu. Je sais que je devais lui faire confiance sur pleins de chose, car sinon une relation ou on ne fait pas confiance à l'autre et déjà fini. Mais, le fait d'avoir autant de doute était du au fait que j'ai toujours peur qu'il vienne me l'arracher du jour au lendemain. Il me disait qu'ils ne viendront plus pour lui et qu'il avait quelqu'un qui l'avait aider. Aussi que personne ne viendrait me faire du mal ou à lui maintenant. D'un côté je voulais me dire que c'était vrai. D'un autre côté, j'avais peur qu'il arrive quelque chose de très grave par rapport à ceci. C'était normal je ne voulais que rien n'arrive à Samuel, il avait assez souffrait dans sa vie. Je ne voulais plus qu'il vive ceci. S'il me l’enlevé un jour mon coeur ne pourra pas le supporter. Je me connais et mon coeur se briser en millions de morceau. Quand on n'aime quelqu'un de la façon que moi et Samuel nous aimons c'était quelque chose qu'on ne pouvais pas détruire. Le simple fait d'avoir été séparer de lui pendant une semaine m'avait fait mal. J'en n'avais souffrait et je ne voulait pas que ça recommence une fois de plus.

Donc, d'une voix très calme et sans tonalité triste je lui posais ceci :

Est-tu certain que personne va venir t'enlever de moi ? Aussi, si je peux poser cette question. Qui ta aider à t'en sortit je dois le remercier il ma quand même ramener l'homme que j'aime.

Si c'était vrai qu'il le laisseront tranquille. Je ne pouvais être heureuse de l'apprendre. Cette personne qui avait aider Samuel, je ne savais pas qui c'était, mais je le remerciais mentalement, car il avait ramener la personne que j'aime chez moi et sans que ces scientifiques le kidnappe en chemin. Je voulais le savoir, car ça allait calmer ma panique que j'avais en ce moment. Je voulais que cette peur me quitte pour que je profite de cette relation encore toute jeune avec Samuel. J'avais ma main refermer dans celle de Samuel. À chaque fois, j'étais si bien avec lui j'oubliais tout se qui savait produit dans les derniers jours. Ces comme s'il n'y avait que lui et moi. Puis, il s'excusait et me disait qu'il se sentais responsable et qu'il s'en voulait quand même. Car, les derniers évènements avait été plus grand qu'il ne l'avait penser et ces évènement l'avait éloigner de moi. Mais, que vu que tout était terminer nous pouvions rattraper le temps que nous avions perdue. Il avait totalement raison là-dessus, car je ne voulais plus entendre parler des mauvaises choses.

Je voulais en vivre des belles et en avoir de très beau souvenirs. Se soir, je pouvais avoir une soirée normale presque comme un couple normal. J'eu un sourire et lui dit :


Ta raison on devrait profiter de ce moment et en avoir des bons. Rattraper cette semaine qui fut perdue à cause d'une bande de malade mental qui ne veulent que ce qu'il y a dans ta tête. Arrêtons d'y penser moi je ne veux que l'homme que j'aime se soir.

Dès que je fini je l'embrassais de nouveau. C'était comme une façon pour lui montrer que j'allais rester ici et que je serais toujours avec lui.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: You're the First, the Last, My Everything (avec Rachel A. Silverstone)   Sam 26 Nov - 0:47

Tout moment que je pouvais vivre avec elle, celle que j’aimais par-dessus tout, était une perle rare, d’une valeur inestimable à mes yeux.

Maintenant, que tous ces tracas, devenus quotidiens à cause de cette chasse à l’homme, étaient définitivement achevés, nous pouvions penser à nous, à notre bonheur, et non pas au fait d’être encore séparés, de vivre éloignés, et en larmes, comme la dernière fois. Une séparation aussi longue que celle-ci pourrait me briser le cœur, m’anéantir, et je ne ressemblerais probablement plus à grand-chose. Ma première perte, celle de ma famille, avait déjà failli par mettre fin à ma vie. Cette seconde, si jamais elle arrivait, serait une certitude. Rien ne pourrait me sauver, du moins probablement.

Mais là, je devais me focaliser sur elle, ainsi que notre bonheur de vivre enfin en couple. Nous étions ensemble, juste elle et moi, et aucun autre moment ou obstacle ne pourrait surpasser cela. Je ne voulais pas la quitter, et je ne le ferais pas, simplement parce que je l’aimais.

Elle était la femme parfaite, celle qui avait pu transpercer mes sentiments, et me rendre plus humain. J’étais meilleur, rien qu’avec elle.

Avant de lui parler, je la regardais dans les yeux. J’étais sincère


- Personne ne viendra m’enlever et m’éloigner de toi encore une fois. Le danger est terminé. Ils m’ont eu une seule fois, et ce sera la dernière, je peux te l’assurer.

*avec promesse et sincérité, sans mensonge parce que je t’aimais.*

- Celui qui m’a aidé, est un ami à moi. Il a toujours voulu me protéger, et il continue de le faire, même si je ne comprend pas réellement pourquoi il fait cela. Mais, je lui fais confiance quand même. Il est l’une des rares personnes, avec toi, à ne pas avoir détruit cette confiance que je peux donner.

C’était vrai. Ils allaient me laisser tranquille, et cela me rendait heureux. J’avais enfin une chance d’être heureux, en amour. Il s’agissait d’un genre de vie normale, même si j’avais encore ces capacités, et je ne voulais pas laisser cette occasion si belle s’enfuir encore une fois. Ces malchances de ma vie m’avaient trop usé. J’en avais assez. Je voulais que tout puisse changer, avoir une chance de sourire et d’être heureux. Et, Rachel était cette chance.

Profiter de tout moment, que je pouvais vivre avec elle, était désormais mon but. Je voulais vivre de belles histoires, forger des souvenirs magnifiques avec la personne que j’aimais par-dessus tout. Je ne pouvais que sourire, et je préférais cela.


- Moi aussi, la seule chose que je souhaite, c’est être avec toi, rien qu’avec toi. Tu es celle que j’aime, et je veux juste penser à toi.

Elle m’embrassait, et je la suivais. La longueur semblait éternelle, et cela me faisait un énorme bien. C’était comme si je volais, une simple impression si belle qui apportait une sérénité si chère à mon âme, que rien ne pourrait me perturber. Ce calme me faisait beaucoup de bien.

En quelques secondes de pause, je glissais ces paroles, que je ne pouvais que dire à voix haute.


- Je t’aime tellement si tu savais.

*encore plus que tout au monde*

Des larmes de joie tombaient de mes yeux, pendant que mes lèvres touchaient de nouveau les siennes, dans un échange de baiser.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: You're the First, the Last, My Everything (avec Rachel A. Silverstone)   Lun 28 Nov - 1:35

Les simples paroles, qu'il venait de me dire me rassurait beaucoup. J'étais tellement heureuse en sa compagnie que je ne voulais plus qu'il me quitte comme il l'avait fait. J'étais dans ces bras et je ne voulais plus les quittés. La semaine que j'ai vécu toute seule sans lui m'avait presque tuer d'une façon. J'en n'avais souffrait et pendant la semaine je me remémorait les moments que j'avais eu avec lui. Cette soirée, ou on s'était dit ce que nous restions l'un pour l'autre. J'en n'avait tellement rêver avant cette nuit là. Finalement, c'était arriver et depuis ce moment j'étais la plus heureuse. Même si j'avais été triste pendant la semaine. Je savais qu'il allait revenir un soir pour être avec moi. Ce soir, était arriver et depuis ma joie était revenu.

C'était l'homme parfait pour moi et je ne pouvait demander mieux que lui. Il était celui qui pouvait me comprend et qui m'écoutait quand j'avais un problème. Je me sentais comme n'importe quelle femme de mon âge qui tombait en amour. J'avais 21 ans et j'étais follement amoureuse dans le bon sens. J'écoutais tout ce qu'il me disait et pendant tout ce temps je ne parlais pas, mais j'écoutais. Ça venait tout droit de son coeur et je savais qu'il ne l’ouvrait pas souvent. Les seules fois qu'il le faisait était avec moi.

Il m'expliquait que c'était un ami qu'il l'avait aider. Donc, je lui demandais ceci :


Je me demande ces quoi son prénom, car il ta aider à t'en sortir et de ne plus être dans leur mise et je dois dire que as ce que je vois ta pas de blessure. Ça me fait du bien de te voir comme ça tout souriant et tout.

Dès que je l’embrassais j'avais cette sorte de feu d'artifice qui était toujours là. C'était tellement une sensation forte que je ne voulait pas qu'elle se termine. Les mots qu'il me disait quand j'eu fini le baiser était tellement beaux que je vis des larmes de joie sur ces yeux. J'aimais voir le Samuel heureux comme en se moment. Car, c'était des larmes de joie et non de tristesse. Puis, ce fut lui qui embrassais et je le prolongeais le plus longtemps que je pouvais. Quand je reculais, je manquait presque d'air, mais c'était pour une bonne cause. Je l'aimais plus que jamais c'était la première fois que je ressentais ceci et jusqu'à maintenant je n'étais pas déçu.

Moi aussi, je t'aime et personne ne pourra briser ceci.

J'espérais que personne ne pourra briser notre fort lien. Je le savais qu'on n'en n'avait un même si notre relation était encore jeune. Je l'aimais plus que tout et lui aussi m'aimait très fort et ces ce qui était si magique.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: You're the First, the Last, My Everything (avec Rachel A. Silverstone)   Mar 29 Nov - 0:05

Ce moment magique, que je pouvais vivre avec celle que j’aimais, je le devais à Vincent, pour l’aide inestimable qu’il m’avait apporté. À peine lui avais-je parlé de ces scientifiques, obstacle que Rexia avait du surmonter pour me sauver la vie, qu’il s’était mis en tête de les rejoindre, et de me venger. Il l’avait fait, par l’intermédiaire de son pouvoir. Ils n’étaient pas morts, mais plutôt piégés dans un monde qui n’existait pas, sauf dans l’esprit de Vincent, à ce que j’avais pu comprendre, ce qui n‘était pas simple pour l’avouer. En même temps, le don de Vincent était l’un des plus étendus que je pouvais connaître dans ma vie. La technologie était sa vie et il m’avait sauvé grâce à elle. Ce calvaire était désormais terminé.

Mais, malgré cette interrogation au sujet du don de Vincent, je préférais penser au cadeau inestimable qu’il m’avait fait. J’étais avec Rachel, et je vivais le plus doux des instants avec elle. Nous étions un réel couple, et cela me faisait beaucoup de bien. Sentir sa présence dans mes bras, exprimer mon amour dans de si longs baisers et ces larmes de joie, dire de si belles paroles, étaient ces choses si fortes, comme le plaisir le plus suprême, que je pouvais rechercher dans ma vie. Elle était tout ce qui importait à mes yeux, et jamais je ne pourrais supporter le fait de la quitter encore une fois. Rachel, avec le temps, était devenue quelque chose de bien plus important que le bien le plus inestimable, et tout superlatif était valable pour parler d’elle, tellement que je l’aimais. Savoir qu’elle était dans ma vie me transformait. J’étais le plus heureux des hommes en sa présence, et personne d’autre ne me procurait une aussi forte émotion, comme cet amour que je ressentais pour elle : un immense coup de foudre, qui m’avait percuté en plein cœur, et qui jamais ne pourrait s’enfuir. Rachel était cette notion de femme parfaite que j’attendais depuis le départ. Je savais que personne ne pouvait être mieux qu’elle…personne. Les paroles les plus belles de ma conscience pouvait sortir, rien que pour elle, et jamais je ne les regretterais. Pour rien au monde je ne pourrais revenir sur une telle beauté, et les mots qu’elle m’inspirait. Rachel était en quelque sorte une muse, la muse suprême de ma vie

Toutes ces larmes de joie, que je versais, était une étape qui ne me déplaisait pas. J’étais heureux, en la présence de celle qui avait tout sa place dans ma vie.

Rachel souhaitait connaître le nom de celui qui m‘avait aidé à être présent auprès d‘elle. Je comprenais sa question, tout en la voyant heureuse de me voir sans blessure, mais elle avait de la chance, car cela aurait pu être une toute chose. Si je n‘avais aucune blessure, c‘était grâce à mon pouvoir. Il m‘avait complètement guéri avec le temps, pour me permettre d‘être ici, en chair et en os, intact pour ses yeux.

Si j‘étais sauvé, devant elle pour redevenir si humain, c‘était par chance, une immense chance


- Pour tout te dire, celui qui m’a aidé s’appelle Vincent. C’est un ami à moi, qui est devenu même plus que cela avec le temps.

J’allais lui raconter.

- Une simple lettre nous a permis de nous rencontrer. Il a eu connaissance de mes problèmes, et j’ai jamais vraiment compris comment il avait pu le savoir. S’il est venu me voir, c’est pour me faire une promesse. Il s’est engagé, sans que je ne lui demande, à me protéger, quoi qu’il puisse m’arriver, même s’il vit une existence très compliquée lui aussi. Quand je lui ai dit, après avoir été libéré de mes problèmes, que ces scientifiques avaient réussi à m’avoir, il est immédiatement parti. Il a voulu me sortir de cet enfer, et peu de personnes prennent autant de risques pour me sauver. Il aurait très bien pu mourir…mais…cela ne l’a pas arrêté. Tout est terminé grâce à son aide, et tu sais tout à présent.

Je lui avais tout révélé, car lui cacher quoi que ce soit était quelque chose, surtout avec ce qui nous liait depuis notre déclaration, cette soirée qui nous avait réunis, elle et moi.

Lors de ma dernière phrase, un trou surgissait, un geste que je ne comprenais pas réellement. Il s’agissait probablement d’un excès de faiblesse de nouveau inexpliqué.

Mais je n’allais pas m’attarder dessus. Cette faiblesse n’allait pas tout gâcher, non, hors de question. Rien n‘allait briser ce lien…rien.

Il fallait éclipser cette faiblesse surtout si elle restait unique. Je n‘avais pas envie de gâcher ce moment, que je vivais avec elle. Je l‘avais attendu depuis tant de temps, que le perdre aussi rapidement deviendrait rapidement insupportable.


- Et jamais je ne pourrais le remercier comme je le devrais, car j’ai repris goût à une vie sans fuite, une vie que je peux passer avec toi, sans avoir peur de quoi que ce soit. Je n’ai plus peur. Je ne peux qu’être heureux en étant avec toi. Personne ne pourra briser ce sentiment que j‘ai pour toi.

*une évidence que je n’oublie jamais.*

Spoiler:
 

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: You're the First, the Last, My Everything (avec Rachel A. Silverstone)   Mer 30 Nov - 11:54

Aussi vite j'avais fini ma question. Aussi vite que j'eu une réponse de la part de Samuel. Il m'expliquait que c'était un ami qui se nommait Vincent qu'il l'avait aider. Il m'expliquait comment ça c'était produit et au fond de moi j'étais contente de ce qu'il m'avait fait. Car, si ce Vincent ne l'aurais pas aider peut-être que Samuel ne serait pas revenu tout de suite. J'aurais attendu encore et beaucoup plus longtemps qu'une semaine. Peut-être que j'aurais attendue un mois et plus encore. Même s'il n'était pas dans la pièce et que je ne pouvais pas donner une penser à quelqu'un. Je remerciais ce Vincent qui m'avait permit de revoir Samuel se soir.

Tout ce bonheur que je vivais se soir était tout ce que je voulais pendant cette semaine d'absence. Le simple fait d'être dans ces bras me faisait terriblement du bien. Je pouvais me détendre et respirer normalement sans qu'on défonce ma porte d'un moment à l'autre. Je pouvais enfin vivre cette relation avec lui. Chaque baiser que moi ou lui donnions était vraiment quelque chose de doux et remplit de vrai passion. À chaque fois, les mots me manquait pour décrire le sentiment que j'ai quand je l'embrasse. Mais, c'était quelque chose vrai et de fort. Je ne pouvais pas arrêter d'y penser. J'enlevais les larmes qui coulait le long des joues de Samuel. Je savais que ce n'étais pas des larmes de tristesse, mais je les essuyais quand même.

Je me dis que en ce moment nous étions entrait de battre notre record sans avoir un évènement bizarre pour venir cacher notre soirée. Ces vrai, la première fois il m'avait sauvée et j’avais vécu une des réactions des ses mal de tête. Après, il y a eu celle de la lune rouge, mon presque viole qui ses fini par la déclaration de nos sentiment l'un pour l'autre. Maintenant, il y avait ceci et rien n'était encore arriver et je souhaitais que pour une fois on nous laisse tranquille. Sur mon horloge, il y avait déjà une heure de passer, depuis que Samuel était rentrer chez moi. Ça passait très vite et j'avais une chance de l'avoir pour aussi longtemps qu'il me veut. Et je sais que ces pour très très long, en d'autres mots... pour toujours.

Après, qu'il a fin de parler. Je lui donnais un simple baisser sur ces lèvres avant de lui dire ceci :


Je sais que personne ne pourrais ne pourra briser ce que nous avons. Mais, laissons ce côté de malheur derrière nous... pour le moment. Je ne veux pas en attendre parler. Tu mes revenu pour de bon et je veux profiter de ces instant de magie avec toi.


Hj: Ta réponse était parfaite Hop

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: You're the First, the Last, My Everything (avec Rachel A. Silverstone)   Jeu 1 Déc - 22:29

Elle était parfaite, tout simplement parfaite. En la regardant, je me rendais compte de l’intensité de la chance que j’avais, en vivant cette relation si magique avec Rachel. En la rencontrant, j’avais pu trouver l’amour, qui devait illuminer mon existence. Cette si belle chose que j’attendais, faisait de moi un homme meilleur. J’étais changé par la présence de Rachel, mais ce changement me faisait beaucoup de bien. Contrairement à auparavant, j’étais serein, heureux même. Je pouvais sourire sans me retenir, donner tout mon amour à une femme qui avait changé ma vie, d’une manière si étincelante. En la regardant dans les yeux, je percevais l’espoir, une dose si forte qu’elle me faisait penser à la normalité des sentiments humains, ces choses qui me traversaient désormais, de part en part, sans me quitter. Elle était si belle. En m’aidant à me débarrasser de ces monstres, qui voulaient tant me séparer d’elle, Vincent m’avait rendu ma liberté, et cette chaleur si magnifique à ressentir, qui m’avait tant manqué en Rachel. J’étais libre, et elle m’aidait à le ressentir pleinement. C’était l’amour, le parfait amour, ce que j’attendais depuis le départ.

En observant son regard, j’oubliais ces démons extérieurs, pour ne penser qu’à elle. Ces scientifiques n’avaient plus aucune place dans ma vie, qui n’était réservée qu’à ce que je ressentais en cet instant. Je pouvais oublier, tout oublier, au profit de quelque chose de bien meilleur. J’allais bien…sans aucune objection. Tout prétexte était le bon pour me permettre de sourire, dans cette soirée si magnifique que je vivais. Sourire, sans jamais faiblir, il s’agissait d’un si grand souhait, qui avait bercé toute ma vie, jusqu’à cette réalisation nocturne. Une joie si immense, que je souhaitais ressentir depuis le premier jour où j’avais été enfermé. J’avais tant pleuré, et ces larmes de tristesse m’avaient fait souffrir. Je ne voulais qu’une chose : la revoir. Malheureusement, on m’en avait empêché, me retenant de force dans cette cellule ridicule, et en imposant le sang comme seule torture. Une des pires périodes de ma vie

Passer tout ce temps avec elle, était pour moi un miracle d’une valeur inestimable, quelque chose que j’appréciais vivre avec une réalité déconcertante. C’était magique, un rêve qui n’était pas un rêve, mais la réalité complète. Tout était physique et non un mirage et je pouvais en profiter pleinement à présent, tout le temps qu’il faudrait, et surtout tout le temps que l’on me donnait pour cela. Je voulais une éternité, toute l’éternité possible, si je pouvais en disposer. Jamais je ne pourrais m’en aller…oh non jamais.

Ce moment était si parfait, que jamais je ne pourrais le voir s’achever. Je ne voulais que l’éternité, une étendue temporelle si longue pour des moments éternels, c’était tout ce que je voulais.


- Oublier les mauvais instants est la meilleure chose à faire à présent, tu as raison. Le laisser derrière nous, peut nous permettre de penser à autre chose, comme au bonheur.

Je gardais l’une de ses mains enfermée dans la mienne, avec un sourire et un bonheur que je ne voulais pas quitter.

- Tu n’entendras plus parler de ce malheur, cette semaine non plus. Tout restera sous silence. Plus rien ne nous dérangera, et on restera ensemble, ici et sans se quitter. On ne pensera qu’à nous…juste à nous, qu’en penses-tu ? Tu es d’accord ?

*encore un trou dans une de mes phrases…heureusement, ils ne sont pas nombreux…signe d’une légère fatigue, ce qui n’était probablement pas grand-chose…espoir*

Cette magie que je vivais avec elle, hors de question que je la laisse s’enfuir…

Rachel était l’amour de ma vie.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: You're the First, the Last, My Everything (avec Rachel A. Silverstone)   Sam 3 Déc - 16:51


Maintenant, que ceci est fini je ne veux que penser à nous deux. Je veux vivre le bonheur de notre relation.J'étais ci bien avec lui. Je pouvais oublier toute la semaine que j'avais eu. Cette semaine de solitude, je voulais l'oublier au plus vite. Je ne voulais jamais revivre cela. Ça m'avait beaucoup blesser de ne pas l'avoir à mes côtés. Mais, maintenant il était là et j'étais dans ces bras. J'étais en sécurité dans la position que j'étais et je ne voulais pas la quitter. Je ne pouvais et ne voulais pas imaginer ce qu'avait vécu Samuel pendant cette semaine de torture. Mais, pendant le temps que nous seront ensemble je veux lui faire oublier ce qu'il a vécu. En bonne pettie amie que je suis je devais essayer de lui faire oublier.

Car, je n'aimais pas le voir tout triste comme quand nous nous sommes quitter. Je voulais voir celui qui était heureux et qui me souriait à chaque fois. Donc, quand je lui dit d'oublier ce qui ces produit et que ça serait pour le mieux. Il m'avait dit que j'avais raison. Je savais que j'avais raison, car j'aimais les deux. Mais, entre celui que j'ai rencontrer la première fois et celui avec qui ej suis tomber amoureuse. Je dois dire que j'aime mieux voir celui avec qui je suis tomber en amour. Je ne voulais pu revoir celui qui se cache derrière un masque de souffrance et de torture. Je voulais voir celui qui m'apporte beaucoup de bien et de bonheur.


Oui juste notre bonheur à tout les deux. Nous devrion ne penser qu'à ceci.

L'une de mes mains était toujours dans la sienne quand il me dit que je n'entendrais plus parler de ces malheur. Je savais que c'était un peu vrai. Car, même si je n'entendrais plus parler de ceci. J'aurais toujours peur qu'il arrive quelque chose à lui ou que quelqu'un d'autre vienne me l'enlever. Mais, je savais que cette peur resterais longtemps en moi comme elle doit rester en ce moment en Samuel par rapport à moi.

Mais, jusqu'au prochain évènement nous allions penser qu'à nous. J'étais d'accord avec son idée, car nous en avions de besoin tout les deux. Je m'approchais de lui et lui dit ceci :


Si tu savais à quel point je t'aime. Je ne veux pas que ça se termine. Je veux que ça reste comme ça pour très, très longtemps.

Jusqu'à temps que je sois morte, car avec son don de lumière. Samuel pouvait guérir de tout. Moi j'avais rien et si je mourrais trop vite personne ne pourra me ramenner à la vie. Comme Samuel la fait il y a une semaine. Donc, j'allais profiter de chaque moment avec lui.

Hj : C'était mon texte original, mais hier quand j'ai voulu le poster je me suis rendue compte que j'étais avec le mauvais personnage lol. Donc, j'ai du fermer et attendre à aujourd'hui =)

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: You're the First, the Last, My Everything (avec Rachel A. Silverstone)   Dim 4 Déc - 1:52

Tous ces cris, que j’avais pu pousser, enfermé dans cette cellule ridicule, provoquaient un immense écho dans ma tête, car je me rappelais de cette souffrance, que j’avais pu subir en étant seul. J’avais été pétrifié par une douleur horrible, et je ne demandais qu’une seule chose : à l’oublier. Je voulais éclipser ces analyses horribles, toutes ces fois où j’avais été drogué, et où j’avais eu souffert de son absence. J’étais éloignée de Rachel pendant trop longtemps, et mes émotions avaient eu du mal à tenir le coup. C’était comme si une partie de moi-même s’était enfuie pendant ma captivité, car l’amour n’était plus dans ma vie. Je réentendais tout, absolument tout, comme si c’était encore présent autour de moi…alors que j’étais libre. Je n’étais plus du tout enfermé, ni sous leur emprise, mais je m’en rappelais encore.

Mais j’étais là… J’étais si bien avec elle.

Ces terribles souvenirs, ces tortures, avaient besoin de s’enfuir. Pour disparaître de mes souvenirs, de mon âme, ils devaient être contrés par quelque chose de beaucoup plus puissant : cette amour que je ressentais pour Rachel. Elle était importante pour moi, beaucoup plus que cela même, et le fait de la retrouver m’aidait à revivre. J’étais de nouveau pleinement présent, autant dans ma conscience, mon âme et mon cœur. Tout était redevenu comme avant. Mon humanité avait retrouvé le goût à la vie, et n’avait guère envie de le revoir s’en aller.

Pour cela, je devais profiter de chaque instant que j’avais avec elle, la femme que j’aimais, et vivre pleinement ce bonheur si inestimable. Je pouvais être humain, exprimer mes émotions sans le regretter, et ceci me faisait un grand bien. Cela m’aidait à aller mieux, et à croire que j’avais toujours une chance de pouvoir me remettre de ce qui m’était arrivé, pour éventuellement l’oublier si jamais c’était encore possible de le faire.

Mais j’y croyais. Il fallait que je puisse continuer à y croire. Bien que j’avais encore peur, l’espoir demeurait encore présent. Cette peur était dirigée sur deux axes, elle et moi. Je ne voulais pas la voir souffrir…je ne le voulais pas…ni d’être forcé à repartir, en étant retenu contre mon gré

Sentir sa main, enfermée dans la mienne, était un immense réconfort, car je savais qu’elle était non loin de moi, et que tous ces problèmes étaient enfin achevés, pour me laisser penser à autre chose. J’étais libre. Une bonne fois pour toutes, j’étais libre.


- S’il y a bien une notion d’éternité, si elle existe, j’aimerais tant la passer avec toi. Je ne veux pas qu’il y ait une quelconque fin à ce que l’on peut vivre entre nous. C’est un si bon sentiment, que je n’ai pas envie de le voir s’enfuir…jamais...

Mais que m’arrivait-il ?

Encore un trou dans cette phrase…mais il était mince, cela ne devait pas une importance majeure…

J‘observais Rachel, ce sourire qui m‘avait tant manqué. Il ranimait tant de choses en moi…j‘étais si fort de nouveau.


- S’il y a une chose, qui m’a manqué pendant cette semaine, c’est bien ton sourire. lui disais-je en montrant le mien également. Cela m’aide énormément à oublier ce qui as pu se passer.

*la terreur de l’enlèvement, que je ne t’ai même pas raconté, mais pas la peur de revivre le pire…qui ne partira pas.*

- Quand tu es là, je revis. C’est magique.


_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: You're the First, the Last, My Everything (avec Rachel A. Silverstone)   Mer 7 Déc - 3:42

Je ne savais pas ce qu'avait vécu Samuel pendant sa semaine de torture. Mais, je savais au moins deux choses. La première, était que j'allais l'aider à lui faire oublier ce terrible souvenir qu'il a en tête. La deuxième chose, était que j'allais utiliser tout ce que j'avais pour l'aider. Que se soit part nos moment de bonheur ou par autre chose. Je ne voulais pas voir mon amoureux triste comme les autres fois. J'aimais mieux le voir heureux et souriant enfaite plein de vie. Un peu comme en ce moment, car je savais qu'il était heureux de me voir. Comme moi de mon côté, tout m'avait manquer de lui. Son visage, sa voix, sa personnalité dnas le fond tout et vraiment tout m'avait manquer. Quand j'étais avec lui, j'étais une jeune femme de 21 ans qui était amoureuse et qui ne pensait plus au terrible évènements qui se produisait en ce moment.

En ce moment, je ne pouvais pas imaginer ne pas vivre avec lui. Si je ne l'avait pas rencontrer, je serais peut-être encore la fille qui ne parle à personne. Je me revoyais encore il y a un mois ou deux. J'étais presque muette les seuls personnes à qui je parlais était ceux avec je travaille, mais celle à qui je parlais plus était Taylor. Maintenant, j'étais beaucoup plus vivante qu'il y a deux mois et j'adorais ce sentiment de bonheur à chaque minutes de ma vie. Car, je pouvais mourir du jour au lendemain. Nos mains étaient toujours l'un dans l'autre et cette chaleur qu'il y avait me faisait du bien à chaque fois.

Puis, Samuel me disait que si l'éternité existait il aimerait la passer avec moi. Moi non, plus je ne voulais pas que ça se termine pas tout de suite. On venait juste de le commencer et je ne voulais que rien vienne me l'arracher comme ça. Ces parole laissait un sourire sur mon visage. Ça m'avait manquer d'avoir un sourire sur mon visage. Mais, là c'était revenu et je voulait pas qu'il parte. Je vis le sien aussi, le premier de la soirée et j’espère que ça ne sera pas le dernier. J'aimais le voir sourire, car je voyais que je le rendais heureux. Si de mon côté, je revivais dans un sens et bien de son côté je crois que j'avais faire un miracle en faisait revivre une partie de Samuel qu'il croyais mort.


Moi aussi, ces comme ci le temps c'était arrêter juste pour nos deux. Je ne veux pas que cette magie disparaisse... jamais. Je t'aime trop pour que tout ceci s'arrête. Si je meurs demain ou dans 20 ans je sais que je chaque moment avec toi sera des beaux moments que ça soit dans les moments difficile ou les moments tendre comme ceux de se soir.

Maintenant, que les scientifique qui poursuivait Samuel ne sont plus là. Une autre peur venait me hanter. Celle de mourir jeune et de ne pas avoir profiter du temps avec Samuel ou d'avoir assez de temps pour revoir ma mère ou Lucy. J'essayais de ne pas trop le montrer, mais Samuel commençait à me connaître un peu trop bien et je crois qu'il voyait que quelque chose n'allait pas.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: You're the First, the Last, My Everything (avec Rachel A. Silverstone)   Jeu 8 Déc - 0:06

Quand je fermais les yeux, j’observais de nouveau mon immense calvaire. Je me voyais encore enfermé là-bas, torturé et sans cesse en souffrance. Quand je criais, je revoyais la quintessence même de tout ce qui me manquait à ce moment-là, et qui accentuait ma douleur. Rachel était l’une d’entre elles, parce que je l’aimais et qu’ils m’interdisaient de la revoir, en me retenant de force dans cette cellule d’horreur. Ils voyaient mes larmes, tout ce mal que je ressentais, et jamais je n’oublierai ce regard, un regard du plaisir qui prenait du bon temps en m’observant en train de souffrir de martyr. Me revoir en train de crier aussi fort, était une épreuve très compliquée à supporter, mais que je voulais pourtant oublier au profit de l’amour, ce puissant amour que je ressentais pour elle, cette personne si parfaite à mes yeux. Tout, mais vraiment tout me plaisait en elle. Faire une liste pour dire tout ce que j’aimais en elle, prendrait probablement une éternité ou bien pire que cela, mais je voulais la réserver pour être avec elle, et lui révéler à quel point je l’aimais, sincèrement, et que ce sentiment n’allait jamais être capable de s’éteindre.

Tant que je serais debout, je continuerai à l’aimer, pour toujours. Ce coup de foudre avait percuté mon âme, comme une flèche venant de Cupidon, si puissante, mais également si belle. Telle une flamme de bougie, j’allais faire tout mon possible pour la maintenir en vie, pour toute l’éternité si je le pouvais, et la détermination n’allait jamais me quitter, tant que je gardais les yeux ouverts, non fermés à cause du sommeil, ou bien d’une toute autre chose. Je n’en savais rien, mais je voulais être là. Je voulais rester là et l’observer sans la quitter. Sentir sa présence, auprès de moi, était le plus immense des cadeaux pour mon esprit. La chaleur de sa main, enfermée dans la mienne, était la meilleure des sensations. Cette chaleur surpassait la mienne, parce qu’elle était différente. C’était une chaleur humaine que je ressentais, et non un pouvoir. Cette humanité était la plus belle chose, que je pouvais connaître sur cette planète, et elle était non loin de moi, cette personne si magnifique que j’aimais plus que tout.

La seule personne capable de me faire penser à autre chose que ce calvaire que j’avais subi pendant toute une semaine, c’était elle et seulement elle. Rachel était la flamme nécessaire au fonctionnement de mon âme, et je me sentais beaucoup mieux dès que je la voyais. C’était un peu comme une sorte d’évidence, quelque chose qui n’aurait jamais pu se produire si je ne l’avais pas rencontrée. Le total de tout ce que je devais oublier était démesuré, mais la quantité me paraissait moins immense quand je me trouvais avec elle. Elle était cet amnésie dont j’avais besoin, pour exprimer mes sentiments uniquement en regard du bonheur plutôt que de le tristesse. C’était ce qui pouvait me sauver, et j’allais respecter cela comme jamais, car je savais ce que j’allais pouvoir endurer si jamais toute cette histoire se fixait dans mon esprit, sans jamais s’enfuir. Mon cerveau ne deviendrait qu’une carcasse hanté par des souvenirs affreux, et je ne ressemblerais qu’à une chose : un homme attristé par toutes les horreurs de son passé, qui ne font que ressurgir, jour après jour, rien que pour me faire du mal.

Cette spirale infernale, j’en avais assez, car je pouvais penser au bonheur. Je pouvais croire en cela en observant Rachel. Plonger dans ses yeux était le meilleur des remèdes. Je pouvais être guéri avec elle, guéri de tous mes maux, qu’importe leur nature. Aucun médicament chimique ne pouvait rivaliser avec elle, simplement parce que Rachel était unique et qu’elle allait le rester jusqu’à la fin de mes jours, tant que je tenais encore le coup, les yeux ouverts pour empêcher cette image horrible de revenir dans ma tête. Elle ne devait pas revenir et me faire du mal encore une fois…non…elle ne le devait pas.

Pour cela, je devais garder les yeux ouverts, et garder mon regard plongé uniquement vers elle, et vers personne d‘autre.


- Le temps me paraît sans limite, là, en cet instant. C’est magique, et il est hors de question que cela s’arrête…jamais. Les moments que l’on peut vivre ensemble, ils restent tous gravés dans ma mémoire, et ils ne la quitteront jamais.

La chaleur qui passait entre nous était très forte. Elle me faisait beaucoup de bien, me réconfortait, et m’empêchait de m’attarder sur l’écho de ces cris, que j’avais poussés en étant enfermé dans cette cellule, ces cris de terreur et de tristesse, quand elle n’était pas là, et que le sans ne cessait de couler de chaque partie de mon corps. Ces moments avaient été terribles à vivre, et ils allaient probablement rester dans mon esprit, et ne pas être capables de partir aussi rapidement qu’ils avaient pu me parvenir. Cela m’effrayait, mais je ne devais pas y penser. Je devais m’attarder sur les meilleures choses de ma vie, ce qui me permettait de sourire. Et, dans mon cas, le sourire venait d’elle. Rachel était la lumière de ma vie, celle qui ranimait mon âme quand elle n’avait plus le cœur à grand-chose.

Mais je pouvais remarquer, que quelque chose n‘allait pas. Dans son discours, Rachel était les morts précoces, pour les personnes jeunes. Avait-elle peur ? Mais pourquoi ?

Je devais comprendre, mais également la rassurer, de toute manière possible. Mais, je n‘allais pas forcer sa parole. J’allais simplement être présent, pour elle, car le meilleur remède à toute peur était le soutien.

Je m’approchais un peu plus d’elle, pour que cette chaleur, que je trouvais magnifique, puisse la traverser elle aussi, et qu’elle puisse ressentir toute cette magie qu’elle apportait dans mon âme.


- Cette chaleur, cette humanité, c’est que ce que tu m’apportes rien qu’en étant là, avec moi. Pour moi, il s’agit du meilleur soutien pour quiconque : l’accompagnement de l’autre. Savoir que l’on n’est pas seul, et que quelqu’un est là pour entendre nos confidences et nous accompagner, peut suffire parfois à aider. Il s’agit de ce que j’ai appris, avec le temps, et encore plus avec toi. Si jamais tu as besoin de parler, de quoi que ce soit, tu peux tout me dire, vraiment tout, car je suis là…pour toi. S‘il y a bien une chose, que je ne pourrais jamais faire, c‘est te laisser tomber.

Encore un trou dans l‘une de mes phrases, mais il n’était pas réellement flagrant.

Ce n’était que des signes, mais rien ne m’arrivait. Pour une fois, j’allais peut-être échapper à ces problèmes inconnus liés à mon cerveau. Je n‘aurais pas trouvé cela très juste d‘imposer une nouvelle fois mes problèmes de santé à Rachel.

Je l‘aimais et elle ne méritait pas de souffrir par ma faute.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: You're the First, the Last, My Everything (avec Rachel A. Silverstone)   Sam 10 Déc - 15:23

Si une partie de ma peur était partie. Une autre était toujours bien présente en moi. C'était que ces beaux moments finisse un jour trop vite. Que ce petit nuage soit détruit et que je sois perdue, car il n'y aura plus personne à côté de moi. Que quelqu'un vienne détruire ce bonheur que j'ai avec Samuel. Je sais que je ne devais pas m'inquièter autant, mais c'était plus fort que moi. À chaque fois, que quelque chose se terminait et que je pouvais respirer. J'avais toujours un peur de le perdre ou que moi je ne quitte se monde avant et qu'il se perd, car je ne serais plus là. J'étais la personne qui avait réveiller sa partie endormit par la douleur et si je partais à cause d'une mort. Je savais que cette partie de lui allait se cacher et pour de bon cet fois. J'avais été capable de la réveiller un fois. Une deuxième fois sera impossible pour tous le monde.

Lui et moi étions différent dans un sens, mais comme on dit les contraire s'attir. Ces ce qui est arriver avec nous deux. J'étais comme la lumière qui venait dans son obsucrité. J'avais réveiller se bonheur qui se cachait au plus profond de lui. Si je me faisais tuer s'en n'était fini pour de bon. Plus personne ne pourra voir se magnifique sourire même si pour le moment je crois être la seule à le voir. Je voyais mon amoureux se coller un peu plus à moi et ça me faisait du bien. Je pouvais sentir cette chaleur qui me relaxait beaucoup. Je voulais lui dire ce que j'avais, donc je lui dit :


Même si je n'ai plus peur que tu me quittes. J'ai toujours peur de mourir plus tôt et de ne pas pouvoir passer beaucoup de temps avec toi. Car, oui tu as ta lumière bleu qui peut te rammener à la vie. Mais, moi si je me blesse gravement et que ces trop rapide. Tu ne pourras pas me rammener comme l'autre soir. Je suis qu'une simple humaine avec un don qui explose...

Je ne pouvais pas finir ma phrase. Je ne pleurais pas, mais les émotions était là. Je ne cherchais que les bars de Samuel pour qu'il me rassure. Je voulais m'enlever cette idée de la tête, mais je n'étais pas capable et je voulais entendre les paroles rassurante de Samuel.

Je sais que ces stupide, mais je ne peux pas me l'enlever de la tête. Je ne fais qu'exploser des choses. Je ne suis pas si spécial que ça.

Je sais pas ce que j'avais, mais il fallait que je le dise. C'était toute mes peurs et il fallait que je le dise. J'avais confiance en Samuel et je savais qu'il pouvait m'aider à oublier ceci. C'était juste un petit down émotionelle et je savais que bientôt je serais comme avant. Mais, il fallait que j'oublie cette peur stupide en moi. Pourquoi à chaque fois que je veux être heureuse il fallait que quelque chose arrive pour me les enlever de la tête.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: You're the First, the Last, My Everything (avec Rachel A. Silverstone)   Dim 11 Déc - 22:38

Jamais je ne la quitterais…jamais je n’en serais capable…

Rachel avait beau dire qu’elle n’était qu’une simple humain, avec un don qui faisait exploser les choses autour d’elle, je n’allais jamais pouvoir penser la même chose d’elle, car elle était bien plus que cela pour moi. Sa beauté m’avait percuté, mais ce n’était pas la seule chose que j’aimais en elle. Son sourire, sa gentillesse, toutes ces choses qu’elle pouvait apporter simplement en restant présente non loin de moi…tous ces critères et bien d’autres encore, relevaient de sa personnalité, une lumière dans mon obscurité. Si belle et si touchante, elle m’avait touché en un coup de foudre et, selon moi, omettre ce sentiment aurait été impossible. La preuve, je ne l’avais pas fait, car je l’aimais tellement.

Maintenant que tous mes problèmes étaient achevés, j’allais rester le plus longtemps possible avec elle, afin que nous puissions forger le plus de souvenirs possibles. Garder le plus de bons moments dans nos têtes était le meilleur remède pour oublier nos peines, nos douleurs et nos peurs. En tout cas, cela fonctionnait pour moi. Malheureusement, cela ne le faisait qu’en partie pour Rachel. Au fond, quelque chose la tracassait.

Quelque chose la tracassait, et je ne pouvais que le voir. Il pouvait s‘agir d‘une peur interne, ou bien quelque chose d‘autre, mais je voulais la soutenir, être là pour elle, comme elle avait pu être présente auprès de moi, et réveiller cette humanité que j‘avais gardé enfoui si longtemps dans mon cœur. Ce dernier avait pu s‘ouvrir et battre de nouveau, rien que pour elle, et jamais…jamais cela ne pourrait cesser. La seule chose, qui pourrait arrêter ces pulsations d‘amour, ne serait que ma mort, ma propre mort, même si au fond je ne savais même pas si je pouvais encore quitter ce monde. Je ne savais pas tout au sujet de mon pouvoir. J‘ignore encore beaucoup trop de choses, ces choses qui pourraient pourtant m’aider.

Quand j‘appris la peur de Rachel, je restais près d‘elle, pour la soutenir et lui parler.


- Ne dis jamais cela Rachel. Rien de ce que tu pourras m’avouer ne pourra paraître stupide à mes yeux. Jamais…

Je restais auprès d’elle, car j’avais le sentiment qu’elle avait besoin de moi.

- De mon vivant, tant que je respirerais, que je bougerais, et que je serais présent auprès de toi, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour te protéger, et que rien ne puisse t’arriver. Ma lumière est là, pour me ramener, mais elle sera là pour te ramener toi aussi. Je pense que tu me connais suffisamment pour comprendre que je suis suffisamment déterminé pour tout faire afin que rien ne puisse t’arriver. Je tiens trop à toi. Tu n’as pas besoin d’avoir peur.

*car je suis avec toi…*

- Pour moi, jamais tu ne pourras être qu’une simple humaine. Tu n’es pas qu’une personne ordinaire, loin de là… À mes yeux, tu es bien plus importante que ça. Tu es spéciale, unique même, et c’est pour cela que je t’aime.

C’était un sentiment sincère.

- Tu es la personne la plus importante à mes yeux et rien au monde ne me fera dire le contraire.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: You're the First, the Last, My Everything (avec Rachel A. Silverstone)   Jeu 15 Déc - 19:37

Avant de venir en Amérique, mes peur étaient des peurs normales. En faite, la seule peur que j'avais avant était celle des serpents. Je ne l'ai aimait vraiment pas et surtout ceux qui vous tue presque tout de suite. Mais, aujourd'hui c'était différent tout avait changer. J'avais trouver la perle rare qui me faisait sourire dans se monde remplit d'obscurité. Je ne voulais pas le perdre ça jamais de la vie. Mais, je ne suis pas immortelle. J'étais juste une fille qui avait un don dangereux. J'étais spécial dans le sens que j’étais différente des autres. Mais, pour le reste je ne l'était pas. Comment j'avais réussit à avoir un homme comme Samuel ? Il était si gentil avec moi. J'avais vraiment peur de mourir et de ne plus voir son visage.

Dès que je lui expliquais ma peur. Il me coupait presque tout de suite pour me dire que jamais je ne pourrais dire quelque chose de stupide. Ces dans ces moment que je me dis que j'avais de la chance d'avoir un homme comme Samuel à mes côtés. Quand il n'allait pas bien, je lui remontais le moral du mieux que je pouvais et quand c'était moi qui n'allait pas bien c'était à son tour de jouer ce rôle.

Il me dit aussi que si un jour ça arrive il fera n'importe quoi pour me ramener dans le monde des vivants. Je commençais à le connaître et je savais que pour moi il ne lâchera pas tant que je ne bouge pas de nouveau.


Qu'est que j'ai fait au monde pour mériter le plus merveilleux des petits amis. Tu me redonne le sourire là ou je crois l'avoir perdue. Le fait de t'avoir parler de cette peur ma fait beaucoup de bien tu peux pas savoir.

Je voulais vraiment changer de sujet. Je l'avais voulu, mais voilà qu'on parlait de chose qui fait peur. Donc, je le regardais et lui dit :

Bon là on chance de sujet pour de bon. Je ne veux plus entendre de chose surnaturel pour se soir. Non ! Ce soir, je veux avoir une soirée normale avec mon amoureux comme n'importe quel couple normal, même si on ne l'ai pas tout à fait.

Sur ces mots, je lui souriais à pleine dents et l'embrassait de nouveau. Jamais, je ne pourrais oublier le sentiment que j'ai à chaque fois que je l'embrasse ou que je suis dans ces bras comme maintenant. Je ne voulais qu'une soirée normale et j'allais l'avoir. Une fois de temps en temps, ce n'était pas trop demander.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: You're the First, the Last, My Everything (avec Rachel A. Silverstone)   Ven 16 Déc - 13:09

En m’observant, de part en part, quelqu’un avait fait une description de moi, qui me correspondait pas mal. Il m’avait dit, à l’époque, que j’avais l’air d’un combattant, qui aimait montrer sa force, mais qui avait vécu des choses terribles dans son existence. Au fond, dans ces paroles, je me retrouvais, mais ce n’était plus vraiment moi désormais. En effet, le bonheur avait pu réapparaître dans ma vie, grâce à une seule et unique personne : Rachel. Mon âme avait prié tant de fois pour rencontrer quelqu’un comme elle, et jamais je n’avais pensé que ce vœu pourrait se réaliser un jour. Mon cœur battait la chamade, parce que j’étais amoureux d’elle, sincèrement. Cet amour était si fort, si sincère, que jamais il n’allait cesser. Elle était la plus importante des personnes pour moi, une si parfaite âme, que je ne pensais jamais pouvoir rencontrer un jour. Rachel avait ranimé quelque chose, qui était en sommeil depuis si longtemps : mon humanité. Si forte et si belle, je pouvais ressentir tout le bonheur du monde, sincèrement, et l’exprimer sur mon visage, sans aucun regret. C’était magnifique, génial même. Je ne pouvais qu’apprécier ces instants, les apprécier sincèrement.

Voir qu’elle avait peur de quelque chose, ne me faisait pas réellement plaisir. Je ne voulais pas qu’elle souffre, d’une quelconque manière que ce soit. Alors, je préférais être là, rien que pour elle, afin de la soutenir et de la rassurer, car elle en avait besoin, je le voyais, et je ne pouvais pas ignorer ce détail comme s’il n’existait pas du tout, alors que c’était là. Tout était vrai et il fallait que je la soutienne. Elle avait besoin de moi.


- Je devrais également dire la même chose. Tu as changé ma vie, et de la plus merveilleuse des façons. Il n’y a pas que le sourire que tu as su me redonner. Tu m’as redonné l’espoir, et également fait renaître l’humanité que je possède. Ceci est le plus beau des cadeaux du monde selon moi.

*le meilleur des cadeaux…*

- Je suis heureux d’avoir pu te redonner le sourire, comme tu as pu le faire pour moi. disais-je, le sourire aux lèvres.

Et jamais ce sourire n’allait s’éteindre, jamais, simplement parce que je l’aimais.

J’allais tout faire pour que le bonheur puisse rester entier et bercer nos vies. L’amour devait rester plus fort que tout, pour toujours.


- Le sourire ne s’éteindra plus. On restera là, ensemble, l’un pour l’autre, et on ne pensera plus au malheur. Je t‘aime, et je peux te dire qu‘on ne pleurera plus ce soir.

Elle m’embrassait de nouveau, et j’appréciais tellement cet instant.

La sentir proche de moi était la plus immense des renaissances pour moi.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: You're the First, the Last, My Everything (avec Rachel A. Silverstone)   

Revenir en haut Aller en bas
 

You're the First, the Last, My Everything (avec Rachel A. Silverstone)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» [Les Royaumes Elfiques] Modélisme
» Préval finira par partir avec ces scènes de pillage des magasins par des affamés
» La Caverne aux Milles et un Plaisirs
» Mur en crayon IKEA
» Ange gardien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Toute Bonne Chose A Une Fin :: Les Archives Du RPG-