AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Manoir de la Peur (Pv avec Rachel A.Silverstone, Samuel Langster et Raphaëlle Martin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Le Manoir de la Peur (Pv avec Rachel A.Silverstone, Samuel Langster et Raphaëlle Martin)   Sam 28 Jan - 17:13

Il fallait que je sois forte. Toutes les peurs que j'avais, je ne voulais pas les voir en une nuit. Parce que perdre Sam était ma plus grande peur. Mais, il y avait aussi ma peur de perdre ma mère, Lucy, Taylor dans le fond tous ceux à qui je tenais le plus. Mais, il y avait ma peur pour les serpents ou toute les autres petite créatures. C'était un peur qui me donnait froid dans le dos.

Donc, après que la rousse que j'avais sauvée eu fini avec Samuel. Je la remerçiait, elle avait fait en sorte de sauver Samuel. Même que je lui proposait de venir avec nous et d'avoir une chance de sortir d'ici. Même le président était d'accord avec moi. Depuis, que je savais son nom complèt je ne voulais que le frapper dès qu'on saura sortit d'ici. Je suis une grande sensible, je n'y pouvait rien et ce qu'il avait fait était impardonnable pour le moment. À cause de ce qu'il avait dit, j'ai du quittée ma vie d'avant et de m'en faire une autre ici. Elle n'était pas si mauvaise, mais ma soeur de coeur me manquait beaucoup et ma mère même si je ne la voyais pas souvent me manque aussi. Je voulais leurs parler de ce que je vivais en ce moment, mais je ne pouvais pas. Je ne voulais pas les mettre en danger.

Pour me ramener sur terre si on veut. Je vis la rousse partir. Je ne portais pas attention à se qu'elle avait dit. Mais, les minutes passait et elle devenait longues. Elle n'était pas revenu et même si je ne la connaissais pas je m'inquiètais pour elle. Cette chose qui contrôlait le manoir pouvait nous faire n'importe quoi. Ces à ce moment, que je vis Nathan partir pour la chercher.

Il ne restais plus que moi et Sam. Je commençais à perdre mon sang froid et il le savait très bien. Je ne portais peut-être pas le président Américan dans mon coeur. Mais, je ne voulais pas qu'il arrive quelque chose à personne dans se manoir. Je sentis la main de mon amoureux dans la mienne pour me rassurer du mieux qu'il pouvait. Il fallait que nous sortions tous les quatre de se manoir et vivants de préférance.

Les minutes passaient et devenait trop longues. Toujours aucuns signes de Nathan ou de la jeune rousse. Je regardais Sam et lui dit :


Ça commence à devenir long tu trouve pas ? On devra aller les chercher ? Je n'aime peut-être pas le président et ne connait peut-être pas la rousse, mais on peut pas les laisser comme ça. Je veux qu'on sort tous vivants d'ici. Je t'est presque perdu se soir je ne veux pas que sa arrive avec eux même si je ne l'ai connais pas.

Oui, je n'aimais pas ce Nathan Petrelli et je ne connaissais pas l'autre fille. Mais, on ne pouvait pas les laisser seuls ici. Donc, je suivais de très proche Samuel. Dès qu'on arrivait je vis Nathan et le corps de la fille qui ne bougeait pas. Les choses que je vis se passait trop vite que je ne pu les voir. Mais, une force invisible venait de frapper Nathan à l'autre bout du mur. Il se frappait la tête et il saignait beaucoup. À ce moment, Samuel lâchait ma main et allait vers lui. Moi, de mon côté je gardais toujours mon sang froid. Mais, il était sur le point de me laisser tomber.

J'allais vers la rousse et restait à côté pour voir si elle respirait un peu. Je lui demandais de savoir si elle m'entendait. Je n'avais aucune réponse donc j'essayais de la ramenner en lui donnant un peu de mon air. Je voulais que sa marche même si elle était inconnue pour moi il ne fallait pas la perdre. Ce manoir commençait à me faire de plus en plus peur et il allait nous avoir un part un. Mes espoirs de sortir d'ici devenait de plus en plus nul.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Le Manoir de la Peur (Pv avec Rachel A.Silverstone, Samuel Langster et Raphaëlle Martin)   Lun 30 Jan - 0:55

Dans ce manoir, où nos peurs étaient exploitées les unes après les autres, il fallait garder notre sang froid et ainsi être capable de résister face à une voix qui jouait avec nos nerfs, par un plaisir immense. J’avais peur, peur que tout ceci ne prenne une dimension folle et que nous soyons coincés ici pour toujours. Il s’agissait d’une issue terrible, qui était capable de nous arriver, et il fallait tout faire pour l’éviter. Nous risquions gros face à cette voix, qui avait l’air de savoir beaucoup de choses sur nous, même des secrets que l’on cachait à l’intérieur de nos têtes. Nous pouvions chercher à dissimuler nos peines, nos lourds dossiers du passé, mais pas éternellement face à cette voix. Tout secret pouvait être réutilisé, et j’en avais pas mal…beaucoup trop en fait. Chacun d’entre eux pouvait détruire mon esprit, et c’était bien cela le pire. Mais, au fond, je pouvais m’estimer heureux qu’il n’ait pas sorti le pire de mes dossiers, celui qui me fait le plus souffrir car là, je n’aurais pas pu m’en sortir.

Nous étions désormais tous les quatre, ensemble pour chercher un moyen de s’en sortir. Mais quelque chose nous sépara. La jeune femme que nous venions de rencontrer dans ce manoir partait à un moment donné pour chercher une issue, en disant qu’elle reviendrait dans quelques minutes, mais les minutes devenaient longues, si longues que Nathan prit l’initiative de partir devant pour savoir ce qui se passait, nous laissant seuls Rachel et moi. Cette situation me déplaisait, car la séparation n’était pas un bon signe. La voix nous séparait volontairement pour nous faire du mal, c’était le but primaire, je m’en doutais, et ceci m’effrayait. Je n’avais pas envie qu’il n’arrive quoi que ce soit à l’un d’entre nous. Mais, je sentais que Rachel avait peur… Ce sentiment amena ma main à se trouver dans la sienne. Je voulais tenter de la rassurer, mais également de me rassurer moi-même par la même occasion. Il était important que nous gardions notre calme pour pouvoir parvenir à sortir de cet endroit.

Mais voilà qu’une autre peur surgissait à la longue…

Les minutes d’absence devenaient de plus en plus longues, et ceci commençait à inquiéter Rachel, mais ceci m’inquiétait également. Il était peut-être arrivé quelque chose.


- Tu as raison, cela commence à devenir long et je n’aime pas ça du tout… Il a du arriver quelque chose et il faut vite aller les chercher. Je n’ai pas envie qu’il leur arrive quelque chose et par-dessus tout je n’ai pas envie de te perdre toi. Il faut que l’on s’en sorte ensemble…

Nous commencions alors à partir pour aller les chercher. Rachel me suivait. Dès notre arrivée, on pouvait observer le corps de cette jeune femme sur le sol et Nathan se faisait frapper, au point d’atterrir sur le sol, le visage en sang.

- Oh non…

En voyant Nathan atterrir sur le sol, tout était devenu clair dans ma tête. Je n’allais pas le laisser dans cet état.

Je lâchais la main de Rachel, tout en faisant attention à elle, pour aller voir Nathan, et constater son état. Il devait avoir des soins, d‘urgence.


- Oh, je crois que tu vas m’en vouloir pour ce que je vais faire, mais je ne vais pas te laisser dans cet état…oh non…

Je prenais la main de Nathan, et je me concentrais sur sa blessure. Elle devait guérir. Cela prenait du temps…mais je commençais à y arriver… La blessure s’illuminait, mais la guérison était lente…cela me faisait peur.

- Non…allez…fonctionne…

J’insistais, je n’avais pas envie de rater mon coup, même si cela allait m’épuiser tant pis…

La blessure disparaissait. La sortie du processus de guérison pour mon esprit fut violente. J’avais une migraine atroce, qui était probablement passagère, mais suffisamment forte pour m’obliger à me tenir la tête. Nathan ne se réveillait pas encore, mais il était hors de danger.


- Ouf…ça a marché…

J’observais Rachel, qui tentait de réveiller la jeune femme.

- Rachel…comment elle va ?

*oh…pourvu qu’elle aille bien…*

Mais cette voix se manifestait encore, mais pas dans ma tête. Rachel pouvait également l’entendre.

 « Tu ne les sauveras pas tous… J’ai décidé que vous allez rester ici, un point c’est tout. »

- On sortira d’ici, espèce de malade ! criais-je

 « Je t’en empêcherai. Combien on parie ?»

La jeune femme ne se réveillait pas encore, alors j’avais envie de tenter quelque chose. Je recommençais la même manœuvre sauf que la voix voulut m’écarter.

 « Ce n’est pas fini ! »

Après ce cri, il osa m’expulser violemment, au point que ma collision finisse par briser le mur. Ce n’était pas beau à voir, car ce choc m‘avait fait subir des dommages. J’allais probablement…si ce n’était même sûrement…m’en sortir, grâce à mon pouvoir, mais la violence du choc suffit à m’assommer pour que je perde connaissance.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Manoir de la Peur (Pv avec Rachel A.Silverstone, Samuel Langster et Raphaëlle Martin)   Mer 8 Fév - 19:52

J'étais complètement inconscient. Je ne savais pas du tout ce qui pouvait bien arriver. Cette voix avait finalement réussi à me surprendre. J'avais pour ainsi dire été pris par surprise. Quelqu'un allait me sauver ? Quelqu'un allait remarquer ce qui était en train d'arriver ? Je n'en savais rien mais j'étais vraiment mal parti. Seulement, je sentais quelque chose d'étrange comme si j'allais mieux. Je me sentais serein, en paix même. Etais-je mort ? C'était la seule question que j'avais en tête. J'appréhendais ce qui se passait autour de moi car je ne pouvais intervenir comme il se devait. J'étais impuissant et je détestais être dans cette position. Je réussissais à me réveiller petit à petit. J'avais encore subi un de ses miracles qui m'empêchait de passer l'arme à gauche. J'ouvrais les yeux et je constatais que cet endroit était en mauvais état. Cette voix avait voulu se venger. Je me levais difficilement. Finalement, j'étais debout et je constatais encore plus les dégâts. Je voyais Rachel qui ne bougeait pas, tellement elle était sous le choc. Je me précipitais vers cette jeune femme rousse qui finalement avait voulu nous sauver et qui avait payé de cette décision. Elle ne se réveillait pas encore et il allait falloir la sortir. Je pensais également à Sam. Je m'approchais de lui. Je voyais l'étendue des dégâts. On devait faire quelque chose et rapidement.

Nathan : Rachel, j'ai repéré la sortie un peu plus loin. Vous pouvez aller ouvrir, je m'occuperais des deux, à les transporter jusqu'à l'extérieur. Lorsqu'on y sera, on pourra les réveiller tous les deux.

Quelque part, en lui demandant de passer devant, je pouvais utiliser tranquillement mon pouvoir, celui de lévitation. Je pouvais tout porter à moi tout seul. J'aurais pu au moins les aider. On se serait sortis tous de cette galère. Il y avait des morceaux partout. Alors que Rachel s'était éloignée, je m'en étais aperçu, je me concentrais sur Sam. Je faisais léviter tous ses morceaux de mur. Ensuite, je m'occupais de Sam, je le faisais léviter vers moi et je le prenais dans mes bras. Je volais ensuite vers cette jeune femme. Je me posais. Je gardais Sam du côté droit alors que je faisais léviter cette jeune femme. J'arrivais vers la porte et je me posais. Il fallait ensuite que je ne montre en aucun cas mon don. Je les avais tous les deux.

Nathan : Rachel, je les ai tous les deux.

Je posais tous les deux contre la porte qui était ouverte. Enfin, nous en avons terminé mais on ne pourra dire que ce sera réellement fini que lorsque les deux se réveilleront. J'étais plutôt épuisé par la prouesse que j'avais pu faire. Je me posais également contre le mur de l'extérieur mais je pouvais voir que Rachel avait un drôle de regard. Qu'est-ce qu'il allait m'arriver ?

Nathan : Rachel, nous devons tenter de les réveiller et de les emmener par la suite très loin d'ici. Est-ce que vous êtes partante ? Nous devons être très loin de cet enfer car ce manoir, c’est ça. Je la ferais condamnée. Personne ne devrait venir ici.

Je ne savais pas du tout ce qu'elle allait penser mais je priais pour que cela soit une très bonne idée. Sinon, je n'en avais pas d'autres en stock.
Revenir en haut Aller en bas
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Le Manoir de la Peur (Pv avec Rachel A.Silverstone, Samuel Langster et Raphaëlle Martin)   Jeu 9 Fév - 17:24

Voir la scène que je voyais était plus qu'horrible. La jeune rousse ne respirait presque plus. Je faisais tout pour qu'elle vive. Elle n'avait presque plus de respiration. Je lui disais de ne pas lâcher prise et que nous allions trouver une solution pour la sortir de là.

Je regardais de l'autre côté, pour voir ou en était rendu Samuel. Il s'en sortait un peu mieux que moi. Il venait de finir avec Nathan et allait vers moi pour m'aider avec la rousse. Mais, il fut jeter très fort vers le mur. Cette voix elle nous avait parler à moi et à Sam en disant que ceci n'était pas fini et que nous allions rester ici. J'étais chou le choc il n'y avait que moi encore debout. Je ne savais pas quoi faire j'étais paralyser par la peur.

Puis, je vis Nathan se lever difficilement, mais il venait vers moi et me disait qu'il avait repéré une sortit. Il voulait que j'aille l'ouvrir. Je le regardais d'un regard glaciale. Je ne l'aimais pas du tout et savoir qu'il était dans la même pièce que moi faisait montrer la rage que j'avais envers lui.

Le temps que je mis vers la sortit. Je retournais mon regard pour voir s'il arrivait avec les deux autres corps. Et je vis une chose que je ne pensais pas voir. Il faisait léviter les corps vers lui. Je revenais vers la porte et vis qu'elle ne voulait pas s'ouvrir. Je concentrais mes forces vers la porte et fit une petite explosion pour nous laisser sortir de cet enfer pour toujours. Si j'aurais voulu j,aurais fait sauter tout le manoir, mais je n'était pas assez forte pour faire ce genre d'explosion.

J'écoutais Nathan et il me dit qu'il allait faire condamnée cet endroit. J'étais du même avis que lui, mais je n'avais tellement pas confiance en lui. J'avançais vers le manoir, je vis le toit et le visait. Toute ma colère, la souffrance, la douleur et la peine que j'avais eu se soir se dirigeait vers elle.

Tellement que l'explosion était forte j'en tombais par terre. Ma tête me faisait beaucoup trop mal et je saignais du nez aussi. Je n'avais jamais eu aussi mal de toute ma vie. Mais, au moins ce manoir était un peu en ruine à cause de moi. Je me tournais pour revenir vers les trois autres. J'avais toujours une main sur ma tête.

J'étais tellement en colère que ma main gauche frappait le visage du président. Les yeux pleins d'eau je pouvais le frapper une autre fois, mais je lui dit ceci :


Vous n'avez pas honte de vous. Faire souffrir les gens qui son spéciaux et qui son innocent. Alors, que vous aussi vous avez un don. Vous auriez du rester dans ce manoir, mais vu état qu'il est rendu. Essayer dont de m'aider à réveiller cette rousse et Sam.

Je fis signe à Nathan de réveiller cette rousse. Pendant que moi je restais avec Samuel. Je savais qu'il allait revenir à lui bientôt, mais après ceci je ne voulais plus voir ce président.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Manoir de la Peur (Pv avec Rachel A.Silverstone, Samuel Langster et Raphaëlle Martin)   Ven 10 Fév - 23:17

La piscine avait eut raison d’elle. Quelle ironie du sort que de finir noyer par la source de son pouvoir. Elle avait ressentie une grande douleur avant de s’évanouir. Son poignée était probablement cassée. Quand à ses poumons, il s’était gorgé d’eau. Elle peinait à respirer. Préférant économiser ses forces, elle était inconsciente. C’est ce que voulait apparemment la personne qui manipulaient toutes ces illusions. Loin, dans les tréfonds de son esprit s’était immiscée la source de sa peur. Tapant sa canne, le vieil homme surprit Raphaëlle. Entouré d’ombre, la jeune femme s’étonnait de se retrouver là. Ce sourire … sourire béat qu’il avait. Sa l’énervait. Elle avait du mal à se contenir.

Vieil homme : Alors ? Tu trouves sa comment ?

Elle lui aurait bien répondu d’aller se faire voir, mais elle resta muette. Il fallait changer de tactique. Les méthodes qu’elle utilisait habituellement, ne fonctionnait pas avec un dérangé comme lui. Puisse t-il être seulement réél. Si toutefois il résultait de l’imagination du créateur de ces illusions, il découlerait obligatoirement de sa psyché. Et c’est là qu’elle devait ruser. Prudence, et observation. Ainsi fallait-il se montrer avec ce vieillard.

Vieux : Tu es moins bavarde que tes camarades. D’ailleurs ils ne t’aiment pas. Ils savent qui tu es, et t’ont laissés dans la piscine.

Elle souffla.

Raphaëlle : Si c’était le cas je serais déjà morte. Quand à toi tu ne serais pas en train de me parler.

Elle n’avait pas besoin de se justifier. Elle se savait encore en vie. Pour combien de temps encore ? Elle l’ignorait. Elle sentit sa cage thoracique se débloquer petit à petit. Quelqu’un essayait de la sauver. Elle sentit aussi qu’on la soulevait. On avait l’air de s’occuper d’elle. Sans vergogne, elle s’avança vers le vieillard et lui lança :

Raphaëlle : Je suis bien plus maligne que ce que tu ne le penses. Je me servirais d’eux pour t’atteindre. Et le moment venu, ce n’est pas tes jambes que je briserais. C’est ton crâne que j’écraserai.

Elle ne savait pas si de parler à ce vieux, modifierai l’illusion.

Vieux : Bien, je t’arrêterai avant que tu ne reprennes connaissance.

Le vieil homme prit alors l’apparence d’un homme costaud. Cheveux gras, hygiène déplorable, Raphaëlle reconnu son père. Elle était paralysée. Il courut vers elle, lui décochant un coup de poing. Elle bascula. Si l’apparition de son paternel était virtuelle, la douleur ne l’était pas. Récitant un Pater noster, elle se releva. Il fallait en finir avec ses illusions, sa devenait lassant.
Elle le gifla. Il rigola.

Homme : Tu crois que c’est avec sa que tu me battras. T’es comme ta mère, une fille de joie !

Il l’attrapa à la gorge. Elle se débâtit. Elle ne pouvait rien contre sa force physique, et son pouvoir ne lui était d’aucune utilité. Vraiment aucune ? Elle était faite au moins de sang ! Avec beaucoup de difficulté, elle manipula ses mains, les tordant comme du caoutchouc pour décocher un droit qui le repoussa. Son bras reprit sa forme initiale. Elle crissa de douleur. Cette manipulation avait mis son bras inutilisable. Profitant de son inattention, et pris son élan, et laissa son pied partir. Flûte, elle avait mal visée, elle n’atteignit que le ventre. Il se redressa, ignorant le dernier coup.

Homme : Espèce de traînée !

Lorsqu’il attaqua, il prit tout son temps pour frapper. Elle ne pouvait ni l’esquiver, ni l’arrêter. C’était sa dernière offensive. La douleur l’a pris au ventre. Elle sentit sa main chercher dans ses entrailles. Impossible ! Il lui avait arraché la peau, et s’amuser à présent avec ses intestins. Son sang coulait. Elle se savait condamnée. Aussi étrange que cela puisse être, elle savait que son corps avait les mêmes dommages que ce qu’elle voyait. Elle avait perdue face à son père. Elle n’avait jamais sut rivaliser avec lui. Et ne pouvait plus se défaire de la peur de mourir. Elle suffoquait. Son cœur accélérait la cadence. Elle ne voulait pas finir comme sa. La peur la submergeait. Elle s’abandonnait au plus primaire des instincts : la survie. Et lorsqu’on ne peut survivre, on meurt dans la souffrance. Dans l’attente interminable de l’arrêt cardiaque. Elle s’enfonçait. Se sentant tomber, elle ne luttait plus. Elle était effrayée.

« Non ! Pourquoi moi ? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Manoir de la Peur (Pv avec Rachel A.Silverstone, Samuel Langster et Raphaëlle Martin)   Ven 24 Fév - 1:05

Finalement, Rachel avait bien conscience de qui j'étais et surtout de ce que j'avais pu commettre en étant président. Le regard qu'elle m'avait lancé au départ comme pour me dire merci de l'avoir sauvé s'était finalement transformé. Elle ne me voyait plus que comme le monstre que j'étais. C'était vrai que je n'étais plus le même homme qu'avant et que j'avais cédé un peu plus à mes vieux démons, c'était certain. Elle m'avait écouté pendant tout le processus de sortie mais en étant à l'extérieur, tout allait être différent. J'avais délicatement posé Sam et également cette jeune femme afin qu'ils ne puissent rien arriver. Pour l'instant, nous étions deux personnes à être encore debout, à tenir le choc face à ce qui est arrivé. Tenir était une façade pour moi vu ce que cette voix voulait que je me rappelle mais ce qu'elle ignorait, c'était que cela me hantait constamment. Le regard de Rachel me disait qu'il allait se passer quelque chose. J'allais devoir me méfier. Ainsi, elle me frappait au niveau du visage avec sa main gauche. Ah, cela pouvait faire appel surtout à mon super égo mais je tiendrais le coup. Je devais me reprendre en main rapidement. Elle me disait que je n'avais pas honte de moi c'est à dire faire souffrir les personnes qui étaient spéciales et qui étaient innocentes alors que moi aussi, j'avais un don. Pour elle, j'aurais dû rester au manoir mais ce n'était pas le cas, vu l'état. Pour elle, je devais essayer de l'aider à réveiller cette femme et Sam. Je me levais et donc, je voyais sa tristesse. Je devais me montrer compréhensif mais en même temps, elle m'attaquait sur mon don. Elle m'avait vu. J'étais mal.

Nathan : Honte ? Au vu de ce qu'elles sont capables de faire ? Non et je sais que j'ai raison de faire ça. On serait vite plongé dans un chaos si les choses s'étaient déroulées naturellement. Sylar aurait pris le pouvoir. Je sais très bien que vous ne voulez pas ça et que vous ne voulez pas ça pour Sam. Il y a des personnes qui doivent plonger en plein coeur du problème et c'est mon rôle. Le manoir a fait ressurgir des souvenirs enfouis, bien endouis, de la culpabilité le plus souvent. Chacun vit avec ses démons. Je suis avec les miens et le fait que j'ai un don ne fait pas que je suis comme les spéciaux. Je suis différent en tout point.

J'étais proche, bien proche d'elle et je la regardais dans les yeux. Je reconnaissais bien ce même regard que m'avait lançé celle qui me manquait terriblement. Je me souviendrais de ce regard pétillant, triste mais en même temps joyeux. Je ne l'oublierais jamais. Elle me faisait signe d'aider cette jeune femme et j'allais vers elle. Je m'approchais même. Je regardais afin de savoir comment elle allait. Respiration.... tout y passait.

Nathan : Mademoiselle, est-ce que vous m'entendez ? Répondez-moi !

Je n'avais pas besoin de faire tous les gestes de secours car elle respirait encore mais je m'inquiétais. Peut-être que son état était quand même grave pour l'emmener à l'hôpital. A ce moment-là, je devrais peut-être l'accompagner en volant. Je laisserais ma carte afin qu'elle puisse me recontacter. Je me demandais et je m'inquiétais pour Sam. Je voulais connaître son état. Il fallait qu'il puisse reprendre connaissance vu ce qui est arrivé. Je priais pour qu'il se réveille.
Revenir en haut Aller en bas
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Le Manoir de la Peur (Pv avec Rachel A.Silverstone, Samuel Langster et Raphaëlle Martin)   Mer 29 Fév - 16:59

Le choc lié à ce qui m’était arrivé m’avait sérieusement endommagé au point que je ne parvienne pas à me réveiller tout de suite. Ce fuit quelque chose de grave, qui aurait pu tuer un être mortel. J’avais eu de la chance de m’en être sorti et surtout d’être doté de ce pouvoir d’auto-guérison, sinon j’aurais pu déjà passer l’arme à gauche et ne plus être là du tout. J’aurais tout quitté et regretter de nombreux aspects de ma vie, notamment le bonheur que j’aurais pu vivre avec Rachel, l’amour que je ressentais pour elle. J’avais peur de tout perdre ne serait-ce qu’à cause d’une seule torture. Cela m’anéantirait, me briserait le cœur à tout jamais.

Je demeurais toujours inconscient, sans savoir où j’étais à cause de mon absence de vision. Je ne savais pas ce qui était arrivé, ce qui avait pu arriver à ceux qui m’accompagnaient… J’ignorais tout, alors que je tentais de retrouver mes forces, afin de pouvoir faire fonctionner de nouveau ma lumière d’auto-guérison.

Mais, au fond de moi, je sentais que quelque chose n’allait pas, qu’un événement s’était produit et que quelqu’un se trouvait également dans un état d’inconscience, sauf que cette personne pouvait très bien mourir et ne pas en échapper. Mon pouvoir de guérison avait du mal à fonctionner, car je ne parvenais pas à me réveiller.

Quand je commençais à retrouver un semblant de force, capable de faire fonctionner mon pouvoir de guérison, je ne gardais pas ces forces-là pour moi, je les utilisais pour elle. Je dirigeais alors mon pouvoir vers la seule personne dont je n’avais pas entendu la voix. Je savais que la seule qui n’avait pas parlé était en danger. Je fis tout ce que je pouvais pour la sauver, me passant au second plan. Je pensais d’abord elle. J’allais passer après dans l’ordre des priorités…

Après avoir actionné mon pouvoir de guérison sur elle, je commençais à reprendre connaissance, même si je n’avais pas utilisé mon pouvoir sur moi. J’étais encore faible, mais j’étais là à présent, les yeux ouverts. Mais je ne parvenais pas encore à parler…



Spoiler:
 

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Le Manoir de la Peur (Pv avec Rachel A.Silverstone, Samuel Langster et Raphaëlle Martin)   Mar 6 Mar - 21:18

La moitier du manoir était détruite à cause de moi. Plus personne ne pourra rentrer et vivre ce que nous avons vécu. Quand j'y pense avant nous d'autres personnes on du entrer et vivre ce que nous avions vécu aujourd'hui. La seule différence était que tous les quatre avions sortit du manoir. Certains blessés, mon regard allait vers Sam qui était toujours inconsient. D'autres allait un peu mieux comme moi et le président.

En parlant du président, je n'en revenais pas j'avais celui qui avait tout commencer devant moi. Je l'avais frapper de toute mes forces et même si ma main me faisait mal j'étais contente de se que je venais de faire. Comment pouvait t'il se mettre dans une classe à part de nous ? Il était comme nous un spécial comment pouvait t'il dire qu'il était différent. Il disait que tout le monde vivait avec ces propre démon. Peut-être qu'il avait raison là-dessus, mais il était comme nous avec un don. J'avais de la colère envers lui, car ces à cause de ce qu'il a dit que j'ai du partir de Londres. S'il n'aurait dit, je ne serais jamais partit de Londres et je n'aurais pas quitter ma mère et Lucy.


Ce n'est pas parce que vous êtez le président que vous devez vous mettre dans une classe à part. Ces comme ci vous rejeter ce que vous êtez, car les gens croit que vous êtez un humain comme eux. Mais, vous ne l'êtez pas du tout vous êtes un spécial comme nous. Donc, laisser moi vous dire une chose. Si j'apprends que vous êtez mort, j'en serais très heureuse au moins vous ne causerais plus de problème ici.

Je lui fis signe d'aller aider la rousse elle en n'avait de besoin. Pendant que moi, j'attendais le réveille de Sam. Pourquoi à chaque fois c'était lui qui devait le plus souffrir. Oui, il pouvait en guérir, mais il sentait la douleur quand même. Puis, je le vis ouvrir les yeuxet je pu respirer un peu plus doucement. Même s'il était encore fatiguer et en pleine douleur. Je levais un peu son visage et l'embrassait j'étais aux anges. Quand j'étais inquiète pour lui c'était toujours la même histoire j'en souffrais beaucoup.

Ne me refait jamais, mais jamais peur comme ça. J'ai cru te perdre pour de bon se soir.

Pendant un moment, j'avais même oublier la jeune rousse et Nathan. Ces Sam qui me ramenait à la réalité quand je le vit utiliser son don. Il venait à peine de se réveiller et il utilissait son don. Dès que c'était terminer, je le retenais pour ne pas qu'il tombe il en n'avait assez fait pour ce soir. Donc, je lui dit :

On va devoir se lever. Juste pour nous rapprocher d'eux même si je ne porte pas le président dans mon coeur. On doit voir si la rousse va un peu mieux.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Manoir de la Peur (Pv avec Rachel A.Silverstone, Samuel Langster et Raphaëlle Martin)   Ven 13 Avr - 15:51

Rachel : … Si la rousse va un peu mieux.

Ces paroles lui étaient parvenues dans la vague conscience qui lui revenait. Elle était dans le coton, le grand gaillard aux cheveux châtains l’avait guéri apparemment. Pouvoir plutôt pratique, pensa t-elle. Elle cligna des yeux une bonne dizaine de fois avant de retrouver une vue passable. Son environnement était encore flous, mais elle pouvait distinguer les silhouettes de ses compagnons penchés sur sa personne. Ce qui lui échappa, c’était que son esprit n’était plus sous l’effet des drogues, mais parvenait à rester sain. Un relent du pouvoir de Sam, probablement.

Raphaëlle : Je vais bien … enfin je crois.

Elle se releva avec peine, aidé par un de ses congénères. A peine eut elle le temps de demander si les autres allaient bien, que le rire saugrenu du vieillard lui parvint. Elle fixa l’horizon, clignant des yeux pour se forcer à y voir plus clair. Autour d’elle, ses compagnons fixant l’horizon également, et parler d’une voix étonnamment grave. Ce n’est qu’en apercevant leurs mouvements lents et décomposés, qu’elle comprit que le temps ralentissait autour d’elle.

Raphaëlle : Incroyable, vous avez une emprise sur le temps ?

Vieillard : Le temps n’est qu’une unité flexible dans une illusion.

Raphaëlle : Nous sommes donc toujours en votre pouvoir ? Mais quand est-ce que vous allez arrêtez ce cirque !

Vieillard : Comme je l’ai déjà dit, le noir plonge facilement le présent dans la peur.

La piscine, la fête, les jeunes, la lumière, tout disparu. Il ne resta qu’un long et infini noir. Raphaëlle cligna encore des yeux, elle avait du mal à distinguer de loin. Elle pensa que cette dernière illusion, plongeait chacun des individus dans la sienne, indépendamment des autres. Ainsi l’auteur de ces cauchemars ne désirait pas se montrer sous son vrai jour. Elle devait trouver un moyen de deviner qu’elle était la raison d’agir de ce vieil homme. Si c’était bien un vieux rabougri du cerveau, et si c’était un homme …

Une chose était commune à tous les êtres humains. La raison, il y a avait forcément une cause aux conséquences de leurs actes. La violence gratuite n’existe pas, et Raphaëlle concédait que toutes cause, et toute vérité ne soit pas entendu par tous. Quelque chose avait dut lui échapper. Si Sam avait tant souffert, c’était qu’il était sur la bonne voie. Qu’il savait quelque chose que ses compagnons ne pouvaient déceler. Dans le ralentissement, de leurs actes, Rachel regarda tendrement Samuel, ce fameux grand gaillard qui se battait contre quelque chose que seul il pouvait voir. Il en était de même pour tous. Elle s’était attachée malgré elle à la compassion de la jeune femme blonde. Son sourire éclairait bien des lumières, et s’était un mystère que Raphy comptait bien élucider. Elle avait remarqué avec quelle intensité Rachel s’amourachait de Sam, et avec quelle attention ils s’inquiétaient pour eux. C’était une relation plus que plaisant à observer. Ils avaient tous deux tellement peur de se perdre. Quelques larmes coulèrent sur ses joues. Elle s’essuya avec le dos de sa main gauche. Puis, elle fixa son membre avec une déconcertante idée en tête.

Raphaëlle : Je pleure … Comme quand j’étais à l’hôpital.

Elle releva la tête. Ses idées s’éclaircissaient. Nathan, comme les autres avaient pleurés dans cet endroit. Ce lieu nous avait fait cauchemarder. Oui c’était bien sa. Depuis qu’ils étaient entrés ici, la peur les avait submergés à chaque instant. Elle comprenait à présent. La jeune femme pria le Tout Puissant d’illuminer les autres de la même manière.

« Pourvu qu’ils s’en rendent compte »

Elle gloussa.

Raphaëlle : Alors comme sa on se croit à l’abri de tout ?

Le vieillard lui sourit, serrant sa canne. La jeune femme s’avança, et le frappa au visage à trois reprises. Il continuait tout de même à sourire. Il s’attendait à ce qu’elle le tue, mais elle n’en fit rien.

Raphaëlle : Sa fait quelques temps que sa me démangeait.

Voyant que son pouvoir n’avait plus d’effet sur elle, le vieillard se métamorphosa en une réplique exacte du paternel de la Raphy. Il s’avança, décidé d’en finir. La poussée d’adrénaline fut forte, mais la jeune femme se cramponna sur ses pieds. Comme si elle voulait ne pas tomber. Elle respira un grand coup, et baissa les bras, prête à recevoir sa punition.

« Sa va faire mal, mais surtout n’ai pas peur de lui, et regarde le en face. Que le Seigneur nous aide, nous ne devons pas avoir peur »

Elle ne ferma pas les yeux, répétant sans cesse dans sa tête, un Notre Père. Elle le fixa, serrant les poings. Il s’apprêta à la frapper, lorsqu’elle lui hurla :

Raphaëlle : Je n’ai pas PEUR de toi !

Déstabilisé, le paternel ne bougea pas. Prête à en découdre une bonne fois pour toute, et sans peur, la jeune femme voulu le plaquer. Elle eut l’impression de tomber dans un trou dans fin.

Elle se retrouva assise sur un banc, devant le manoir. Chose qu’elle ne comprenait pas, elle était seule, et il faisait encore nuit. Le manoir avait l’air en parfait état, comme quand elle y était entré. Fouillant ses mains dans ses poches, elle ressortit une carte de visite, un numéro de téléphone y était griffonné au stylo derrière. Elle écarquilla les yeux en s’apercevant que c’était celle de Mr Petrelli en personne. Sûrement un acteur, ou une personne connue, elle avait déjà entendu ce nom là quelque part … Elle s’esclaffa, puis grimaça. La douleur de ses côtes la faisait encore souffrir.

Ce qu’elle avait vécu était bien réel. Elle s’inquiéta de ne pas voir ni Rachel, ni Sam, ni l’autre homme à la cravate. Un bruit de feuilles, morte, une chevelure brune qui se montre, et un homme en cravate qui se relève sans grande classe, en essuyant la terre de son pantalon. Raphaëlle le reconnut. Il allait plutôt bien, cet homme à la cravate, celui qui avait fermé son clapet quand Rachel s’était énervée. Rachel … la jeune femme sourit en voyant la blonde enlacé dans les bras de Sam. Ils avaient l’air plus qu’heureux de se retrouver. Clignant des yeux pour évacuer une larme, la jeune femme se leva pour aller leur dire au revoir. Après tout, ils lui avaient sauvés la vie dans cet enfer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Manoir de la Peur (Pv avec Rachel A.Silverstone, Samuel Langster et Raphaëlle Martin)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Manoir de la Peur (Pv avec Rachel A.Silverstone, Samuel Langster et Raphaëlle Martin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Journal de bord
» Rachel Berry - Obviously, i'm a star
» Souray au Manoir playboys avec la coupe!!
» [Événement : Le Manoir de Jack Olan Tern] Course-Poursuite avec les monstres nocturnes !
» « Restez avec moi, j'ai peur du noir ! » ♥ Mila S. Stilton. [ Complète ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Toute Bonne Chose A Une Fin :: Les Archives Du RPG-