AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 "A Week Through The Hell" [Rexia&Sam] (Intrigue : The Day They All Died...)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: "A Week Through The Hell" [Rexia&Sam] (Intrigue : The Day They All Died...)   Sam 17 Déc - 1:53

Mon pouvoir avait un lien direct avec la guérison, la régénération des cellules afin de permettre au corps de se remettre d’une blessure et enfin d’échapper à la mort. La rapidité était la force d’exécution de mon pouvoir, car il devait précéder la mort pour fonctionner correctement et enfin sauver la personne en danger, qu’il s’agisse de quelqu’un d’autre, comme de moi-même. Mais des événements comme ceux-ci amenaient énormément de questions en moi, car cela était en train de laisser prévoir une chose plutôt étrange sur moi-même. Ce que Rexia avait vécu ressemblait à une renaissance, une seconde vie, mais cela n’avait aucun sens pour moi, cela semblait impossible, car je n’avais jamais provoqué une chose aussi belle avant aujourd’hui. Pourtant, je l’avais fait, je l’avais réellement fait.

Aussi spéciale, une si belle chose, ramenait une lueur d’espoir dans cette course folle qu’était ma vie. Voir Arthur se blottir tout contre moi, et trouver par la suite le sommeil, ajoutait une lueur de tendresse dans mon regard. Je n’étais pas son père, mais notre lien ressemblait à celui qui pouvait naître entre un père et son fils. Jamais je n’avais été si proche d’une si jeune personne, pas depuis la perte de mon propre enfant. Le fait de sauver Arthur avait peut-être ce type de moment qui manquait à mon existence, pour pouvoir retrouver une joie de vivre, enfin complète. J’avais enfin la chance d’évoquer le mot « famille » sans songer à verser toutes les larmes de mon corps. Arthur m’avait permis de mettre en sommeil, pendant de longs instants, quelque chose qui m’avait fait terriblement souffrir, pendant si longtemps. La perte de ma famille m’avait blessé, profondément, au point que je ne parvienne pas à m’en remettre, mais la vision d’Arthur était une lueur d’espoir. J’avais une occasion de reprendre le cours de ma vie en étant conscient que toute ma tristesse avait pu trouver une fin heureuse, et je ne devais surtout pas la laisser s’envoler, alors qu’elle pourrait changer mon existence, en une chose bien meilleure, remplie d’amour, de bonheur et d’espoir. Depuis la révélation de mon amour pour Rachel, je vivais ma vie avec le sourire, j’étais heureux. Bien sûr, les scientifiques avaient été un bémol, mais je pensais quand même au bonheur.


- T’as raison. disais-je en chuchotant, observant Arthur qui avait les yeux fermés. Il dormait profondément. Il vaut mieux rester ici et ne pas bouger pour l’instant.

Mon regard se détournait d’Arthur. J’observais désormais Rexia.

- Je n’allais pas protester de toute façon. disais-je avec le sourire, même si cette parole me surprenait au fond de moi-même. Je vais essayer. Tous ces événements, ces fonctionnements de pouvoir intempestifs, ont pompé mon énergie et je dois la retrouver. Je dois trouver le sommeil, en espérant qu’il puisse parvenir jusqu’à moi. Ce n’est qu’une histoire compliquée, mais bon c’est un peu une situation habituelle chez moi, comme si je n’avais pas le choix…faut s’y faire…

*mon cumul…*

- Merci. Vraiment merci pour tout Rexia

La pointe de son museau atterrissait sur mon front, un moment plus que tranquille. J’étais allongé, désormais en position de sommeil, mais je n’avais pas encore les yeux complètement fermé. Je n’y parvenais pas.

Arthur se blottissait un peu plus encore contre moi, marmonnant des choses, comme s’il rêvait. Je ne percevais pas grand-chose de ce qu’il disait, mais il avait l’air d’être serein, tranquille. J’appréciais cette vision.


- Fais de beaux rêves Arthur. Il s’agit d’une représentation du bonheur, profites-en. disais-je, toujours en chuchotant

Ma main glissait sur lui, pour des mouvements de douceur. La tranquillité d’Arthur m’impressionnait, mais elle était si belle à observer.

Je tentais, en étant allongé, de trouver le sommeil. En fermant les yeux, une première fois, mon sommeil ne venait pas. À la place, je n’entendis que des cris, des visions horribles de souffrances, de tortures. Ce n’étaient que des cauchemars qui me tiraient rapidement du sommeil.

Mais cela suffisait ! Je voulais dormir ! Il fallait que je dorme !

Je devais tenter ma chance une nouvelle fois. Je fermais mes yeux, pour tenter de combattre ce sommeil si agité. Les visions, je les voyais encore, mais je tentais de les mettre en veilleuse car, si je ne trouvais pas le moyen de dormir, je n’allais jamais pouvoir tenir le coup, oh non jamais.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "A Week Through The Hell" [Rexia&Sam] (Intrigue : The Day They All Died...)   Dim 18 Déc - 16:58

    Un grognement roque échappa de la gorge de la dragonne lorsque celle-ci la fit vibrer, après avoir écoutée Samuel lui dire que tout-cela était compliqué... elle ne grognait pas vraiment, bien-sûr, tout du moins pas pour menacer, c'était juste une façon bien bruyante qu'avaient les dragons de rire. Elle fit un sourire un peu fade à son ami, car songer à cela n'était pas forcément très agréable, et lui dit doucement :

    -C'est peut-être pour cela que nous étions fait pour nous rencontrer, Samuel... ma vie aussi est compliquée. En fait, j'ai l'impression, en regardant autour de moi, que c'est le monde dans lequel nous évoluons qui est compliqué, et vous, les humains, vous faites partis de ces créatures étranges qui le rendent encore plus compliqué qu'il ne l'est déjà.

    Rexia lui adressa un clin d'oeil, puis s'installa à son tour confortablement, le menton posé sur ses pattes de devant croisées. Elle remonta ensuite à nouveau son aile sur les visages des deux humains, les protégeant ainsi entièrement des courants extérieurs, et les cachant au monde comme pour les protéger. Durant toute la nuit qui suivit, la grande bête mythologique ne bougea pas autre-chose que sa queue, et de temps en temps, une griffe qui tapotait le toit sur lequel elle était couché, indépendamment de sa volonté, témoignage de son ennui et de son impatience. Elle sentait que ses deux petits amis avaient des sommeils plutôt agités... l'un comme l'autre, ils rêvaient, de choses plus agréables que d'autres, et bien souvent, des autres, justement. Samuel se réveillait régulièrement, et à ces moment-là, Rexia se mettait à poussé son long ronronnement, pour le rassurer, pour lui dire qu'elle était toujours là et qu'elle veillait sur lui. Elle n'essaya pas de lui parler, afin de lui permettre de retrouver ce sommeil qu'il avait tellement de mal à attraper. Elle savait qu'il faisait des cauchemars, mais hélas, dans ce genre de moment, à part être prêt de lui et le soutenir moralement, elle ne pouvait rien faire... elle n'avait pas le don de contrôler le monde des songes.

    Le temps passa, la nuit devint plus froide, et la dragonne ne regrettait pas de ressentir elle-aussi la petite pointe de chaleur que Samuel faisait sortir de son corps pour réchauffer Arthur... son sang de reptile froid en était ravi. Rexia essayait de s'intéresser un peu à n'importe quoi, à tout ce qui l'entourait... les lumières d'un avion qui passait au-dessus d'elle, le chant du vent, les bruits de la ville, les dessins qu'elle arrivait à faire avec la pointe de sa griffe en raillant le béton... mais au final, elle en revenait toujours au même point : elle s'ennuyait royalement. Aussi, lorsqu'enfin, après un temps qui lui sembla horriblement long, les premiers rayons du soleil percèrent l'horizon, elle s'en sentit vraiment rassurée... c'était un peu dommage pour ses amis qui n'avait pas put beaucoup dormir, mais elle était contente de pouvoir bientôt se dégourdir à nouveau les muscles. Cependant, n'étant pas entièrement égoïste, elle attendit le plus longtemps possible, jusqu'à ce que le moment vienne, avant qu'il ne soit trop tard... alors elle releva son aile, dévoilant les deux humains contre elle.

    Elle approcha son museau d'eux et souffla doucement avec ses naseaux sur eux, soulevant leurs cheveux sous un courant d'air chaud...


    -Allez, debout, les paresseux, chuchota-t-elle. Nous devons partir avant qu'il n'y ait trop de monde dans les rues.

    Elle attendit un peu, et, voyant que ses amis feignaient à ouvrir les yeux, elle leur donna à chacun un coup de langue sur le visage... les réveils à la salive et à l'haleine de dragon, ça, au moins, elle était sûr que ça pouvait sortir un humain de sa torpeur. Une fois que ce fut fait, elle se redressa... ses membres étaient engourdis par l’inactivité de la nuit, et elle se lança dans l'une de ses longues séances d'étirement dont elle avait le secret, qui la détendis et lui retira ses fourmis en même-temps. Une fois qu'elle eut finie de le faire avec ses ailes, elle les rabattit sur ses flans, et se coucha à nouveau pour que les humains puissent lui monter dessus.

    -Alors, Samuel, lui demanda-t-elle : où est-ce qu'on va ?
Revenir en haut Aller en bas
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: "A Week Through The Hell" [Rexia&Sam] (Intrigue : The Day They All Died...)   Lun 19 Déc - 19:16

Trouver le sommeil était quelque chose de très compliqué à atteindre, surtout quand je me retrouvais emprisonné dans tous ces cauchemars.

Tous ces cris, et ces instants d’horreur, étaient une partie importante de mon esprit, comme une sorte de douleur que je ne parvenais pas à oublier. Elle était née à cause d’un passé compliqué, qui m’avait amené à subir des épreuves en surnombre. Ces successions m’avaient fait beaucoup de mal et, très souvent, elles avaient amené des larmes, mais également des immenses traumatismes. La perte de ma famille en faisait partie, et c’était notamment cela qui rendait mon sommeil agité. Ces souvenirs me hantaient de nouveau, car j’avais l’impression de revivre ce qui avait pu se produire sous mes yeux, comme si cela ne datait que de la veille, alors que ce n’était pas le cas.

Je les revoyais mourir les uns après les autres, et moi, fixé à ma place, incapable de faire quoi que ce soit. Je pleurais, souffrais…subissant ma peine de plein fouet, comme s’il était impossible de changer mon destin. Mais pourtant tant de souffrance ? Pourquoi devais-je me focaliser sur le pire de ma vie alors que le bonheur me tendait ses bras en la personne de Rachel ? Je ne comprenais pas tout, et c’était bien cela le comble.

J’étais effrayé par ce que je voyais, et cette peur s’observait également depuis l’extérieur, probablement sur mon visage, qui devait paraître agité, dérangé par ces scènes d’horreur. Mais j’entendais autre chose, un bruit à l’extérieur de mon cauchemar. Il s’agissait d’un ronronnement, celui de Rexia, présent comme pour tenter de me rassurer et de calmer, bien que ceci ne le faisait pas réellement. J’étais enfermé dans ma terreur, tout le long de mon sommeil, alors que je savais qu’Arthur rêvait du bonheur. Il voyait quelque chose de bon, qui le rendait tranquille. Au fond, il avait beaucoup plus de chance que moi, mais cela valait mieux ainsi. Il était encore un enfant, et il méritait la paix. Au moins, ce soir, il l’avait. Moi je devais subir un énième calvaire, dont la perspective de fin m’échappait encore…comme s’il n’y en avait aucune, enfin pas pour tout de suite en tout cas.

Le temps passait…mais j’ignorais à quelle vitesse.

Je m’en rendis compte quand le coup de langue de Rexia atterrissait sur mon visage. Mes yeux s’ouvraient, lentement. Les premiers rayons du soleil étaient plutôt compliqués à supporter. J’avais beaucoup de mal à les observer. Par réflexe, alors, je me détournais de ceux-ci, observant Arthur en train de se réveiller, et nous faire la traditionnelle salutation du matin. Je le fis aussi, en ajoutant également autre chose par la même occasion.


- Bonjour disais-je avec le ton de quelqu’un qui avait la gueule de bois, alors que je n’étais absolument pas bourré. Tu ne peux pas savoir à quel point ton coup de langue m’a sauvé. ajoutais-je par la suite

*sans toi, je vivrais encore un enfer…un terrible enfer…*

Et j’étais sincère, car si Rexia ne m’avait pas sorti de mon cauchemar, je m’y trouverais encore, vivant le même enfer, sans aucune interruption.

Là, j’étais réveillé, et en pleine possession de mes moyens. Je préférais largement entendre ce genre de description de ce que j’étais. Peu après, Rexia déposait ses ailes, de telle sorte à ce que nous puissions monter sur son dos, ce que nous faisions par la suite.

Mais où aller ? Le Serenity était toujours la solution. Il valait mieux aller là-bas, car il s‘agissait du seul lieu, dans mon esprit, où on ne pourrait pas se poser des questions sur qui elle était. Cela l‘arrangeait, et nous arrangeait aussi par la même occasion.


- Je ne sais pas si tu peux éventuellement nous emmener là-bas, mais il existe un endroit en lequel j’ai confiance. Il est sécurisé, et cela pourrait nous aider. Il est à San Francisco. Il s’appelle Le Serenity.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "A Week Through The Hell" [Rexia&Sam] (Intrigue : The Day They All Died...)   Mar 20 Déc - 13:17

    Le réveil dégoulinant que venait d'offrir Rexia à ses deux amis ne semblait pas tellement déplaire à Samuel... il disait qu'au moins, ainsi, elle venait de le sauver. La dragonne imagina qu'elle l'avait sortie d'un mauvais rêve particulièrement pénible. D'ailleurs, elle n'en était pas étonnée : le jeune humain, lorsqu'il n'était pas tout simplement réveillé, avait passé la nuit à gigoter et à gémir... elle s'était même inquiétait, en le voyant bouger autant, qu'il finisse par se blesser contre le bord de ses écailles coupantes. Elle ne savait pas de quoi il avait bien pu rêver... et elle ne le lui demanderait, car pour avoir vécue en captivité pendant la plus grande partie de sa vie, elle savait que lorsqu'on briser les limites de notre liberté, que lorsqu'on souillait notre existence et qu'on brisait notre corps de quelque manière que ce soit, le dernier refuge que l'on pouvait possédé, l'unique endroit que personne ne pourrait jamais pénétrer et nous imposer sa présence, c'était notre esprit, le monde de nos rêves. Elle ne saurait de quoi il avait rêvé seulement si Samuel souhaité le lui dire lui-même, pas autrement... mais en tout les cas, cela ne devait pas êtres des images agréables, plutôt des visions d'horreurs qui l'avaient laissés tremblant et transpirant contre elle, des souvenirs ou même des cauchemars créés par son subconscient.

    Arthur, lui semblait avoir bien mieux dormi, et la jeune femelle en était heureuse pour lui. D'ailleurs, après avoir salué ses compagnons de fortune, il s'essuya la visage couvert de bave en râlant un peu :


    -Dit-donc, Rexia, tu n'as jamais songé à te brosser les dents ?

    Celle-ci ria un peu d'un air taquin, et lui tira la langue en répondant :

    -Une fois, ils ont essayés de le faire, à DESTINÉE, mais ils y ont laissés leur brosse-à-dent et la main du soigneur avec. Généralement, je me sers des piques qui sont sur ma langue pour débarrasser mes crocs de leur tartre...c'est efficace, même si je garde toujours quelques relents de viandes crues au fond de la gorge.
    -Agréable, pour le réveil, marmonna le petit garçon.

    Rexia continua à rire, puis laissa tout-le-monde lui monter tranquillement sur le dos. Samuel lui expliqua un peu où se trouvait l'endroit où ils devaient se rendre, puis la dragonne se releva, se dandina vers le bord du toit sur lequel ils avaient passés la nuit, tout en lui répondant :

    -Avec l'énergie que tu m'as donné, je serais capable de voler jusqu'au soleil, alors ce n'est pas un petit voyage vers San Francisco qui va me déranger. J'espère qu'une fois là-bas, lorsque tu seras à nouveau au milieu des tiens, tu seras plus à l'aise et que tu pourras mieux te reposer.

    La grande bête mythologique ne savait pas pourquoi, mais ce matin, elle se sentait d'excellente humeur... peut-être à cause de l'idée d'enfin pouvoir retourner voler après ces heures d'ennuis... aussi ne put-elle s'empêcher de plaisanter en annonçant :

    -Messieurs et... messieurs, nous vous remercions d'avoir choisi la compagnie Air Dragon. Veuillez vous accrocher à mes piques et éteindre vos cigarettes. Je vous précises qu'aucun film ne sera passé durant ce vol. Je vous souhaite un agréable voyage sur mon dos... et ont décolle, direction San Francisco et le Serenity !

    Et, sur ce, elle se jeta dans le vide, déploya ses ailes et remonta en chandelle après une chute de quelques mètres. Rexia pris rapidement de l'altitude et se stabilisa au dessus de New York, suffisamment haut pour les humains qui l'observeraient d'en bas la prenne pour un avion... en effet, aujourd'hui, le soleil ne serait pas caché par des nuages, il lui était donc impossible de se fondre dans le décors. Mais pour une fois, plutôt qu'un vol sécurisé, elle tenait à faire un vol agréable, et elle était contente que le beau-temps soit au rendez-vous... le trop plein d'énergie lui donné tellement de pêche qu'elle sentait qu'elle allait finir par exploser si elle ne pouvait pas le vider. Donc, même une fois qu'elle aurait déposée ses amis en lieux sûr, elle comptait retourner voler, jusqu'à se que les extrémités de ses ailes lui fassent mal, et même si pour cela, elle devait rester en l'air plusieurs jours d'affilés.

    Le dragonne profita de quelques courants aériens et se laissa flotter au-dessus de la ville. Le vol allait prendre un peu de temps... celui-si aurait était grandement réduit si elle avait volé à font, ce qu'elle aurait pue faire, mais elle s'en abstint, de peur de désarçonner ses passagers. Alors qu'ils passaient au dessus de la mer, elle annonça :


    -En fait, ça m'arrange, de quitter New York... vu que j'ai été repérée là-bas, c'est là que les autorités et DESTINÉE vont me chercher. Si j'arrive à passer suffisamment inaperçu, personne ne se doutera que j'ai "migré" jusqu'à San Francisco.
    -Toi, passer inaperçu ? Demanda Arthur, en criant pour couvrir le vent. Rexia, si on ne compte pas ta grande taille, tu te feras toujours remarquer parce que tu es une grande gamine !

    Cette remarque la fit claquer des mâchoires d'approbation, et la créature repartit dans une grande crise de rire. En effet, elle était gamine... mais elle en était fière. Le trio arriva enfin au dessus de cette fameuse ville sur les coups de midi... Rexia ne se sentait même pas fatiguée par ce vol, même si son énergie avait baissée, comme elle l'avait espérait. Au moins, ça voulait dire que ce n'était pas une énergie perpétuelle, et qu'elle n'était pas condamnée à rester éveillée toute sa vie.

    La dragonne commença doucement à tourner au dessus des immeubles, attendant les indications de son ami pour savoir où atterrir... elle espérait que ce ne serait pas dans un endroit où il y aurait trop d'humain pour la gêner. Et d'ailleurs, penser à cela fit venir une question à la jeune femelle à laquelle elle n'avait pas pensée plus tôt, mais qui était assez importante, en fin de compte :


    -Au fait, Samuel, c'est quoi ce Serenity ? Tu dis que c'est un refuge sécurisé, mais est-ce que j'y serais en sécurité, moi-aussi... je veux dire... est-ce qu'il ne va pas y avoir des gents là-bas qui vont me craindre et vouloir me chasser, comme partout ailleurs ?
Revenir en haut Aller en bas
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: "A Week Through The Hell" [Rexia&Sam] (Intrigue : The Day They All Died...)   Mar 20 Déc - 22:56

Ces cauchemars, je les haïssais un par un, car ils définissaient l’un des pires reflets de mon esprit, des mauvais souvenirs qui m’avaient fait énormément de mal. Dans mon passé, j’avais subi tant de pertes et vu tant de personnes mourir, que ma peine était devenue immense, même si elle n’était pas si flagrante que cela, à cause de cette volonté perpétuelle de tout dissimuler, et de ne jamais avouer ma douleur. Toute ma vie, je m’étais centré sur le secret pour aider le monde, mais je m’étais oublié au passage. C’était à cause de cela que ces cauchemars avaient pu apparaître en moi, et continuer de me hanter, même encore aujourd’hui, alors que je croyais avoir pu surpasser mon deuil. Mais j’avais tort. Tout était encore bien présent en moi, et cela n’avait pas l’air de vouloir disparaître. Ceci affectait mon sommeil, de manière terrible. C’était très compliqué de vivre une chose pareille, car il m’était impossible d’oublier ce qui avait pu arriver. J’étais comme obligé de subir les conséquences de ce passé affreux. J’étais réveillé pourtant, mais je ne parvenais pas à me faire à cette idée, comme si le côté fictif des cauchemars avait pris le dessus sur ce que je considérais comme étant la réalité. Mais, c’était absurde. Pourquoi penser à la douleur d’un cauchemar, alors que le bonheur définissait quelque chose de meilleur, de plus simple à vivre ? Incompréhensible lorsqu’on se plaçait sur le plan de ma conscience, mais je m’étais fait, à la longue, à cette absence de logique quand on parlait de moi.

L’innocence d’Arthur me faisait quand même sourire, surtout quand il parlait de l’haleine de Rexia. C’était quelque chose de si enfantin, et que je ne pensais pas revoir, surtout après la perte de mon fils. Mais, Arthur ramenait ces aspects de bonheur dans ma vie. Il amenait toutes ces choses que je ressentais lorsque ma famille était encore pleinement formée. Je n’étais plus un père, mais j’avais l’impression de l’être pour Arthur, du moins une sorte de père car ce n’était pas pleinement le cas. Il discutait avec Rexia. Moi je ne disais rien, mais le fait de les écouter était quelque chose de réconfortant. Cela m’aidait, en quelque sorte à oublier les cauchemars que j’avais vécu durant la nuit. Cela m’ancrait davantage dans la réalité de la vie, que mes mauvais souvenirs tentaient de fuir. J’évitais ainsi de plonger dans mes pensées, et de me perdre à l’intérieur de moi-même, alors que nous venions de décoller en direction du Serenity. Nous allions quitter New-York, ce qui m’arrangeait, et ce qui arrangerait probablement Rexia par la même occasion, du moins à ce que je pensais.

Rexia espérait, qu’une fois arrivé là-bas, je pourrais ainsi mieux me reposer, et que je serais plus à l’aise. Mais, plus sérieusement, j’en doutais. Le sommeil n’allait pas, soudainement, être à portée de main, simplement parce que je me trouvais dans un endroit sécurisé. En effet, même là-bas, il m’arrivait très souvent d’avoir du mal à dormir, et à être perdu. J’étais si perdu…beaucoup trop perdu. L’espoir pouvait toujours être là…mais cela ne m’aidait pas. Je n’avais pas réellement de chance sur ce plan-là. C’était étrange, mais c’était mon karma, une sorte de destinée prédéfinie d’avance. Cette absence d’espoir me rendait entièrement muet. Je ne disais toujours rien…comme si j’avais perdu la force ou bien même la capacité de parler.

Une question me fit retrouver l‘usage de la parole. Rexia voulait savoir ce qu‘était exactement le Serenity, et si elle allait pouvoir y être en sécurité en étant là-bas. Je comprenais cette question, et ce qu‘elle pouvait ressentir. Au fond, je me trouvais dans la même situation, quand Amaranth m‘avait invité à l‘époque à résider en son premier étage.


- C’est un refuge sécurisé pour tous ceux qui en ont besoin, et tu n’es pas exclue dans cela. En étant là-bas, tu n’auras pas besoin d’avoir peur de te retrouver chassée par des gens qui auraient peur de toi. Je peux t’avouer que tu ne trouveras pas ce schéma parmi les gens qui se trouvent là-bas. On est tous différents des humains normaux, parce qu’on a un don, donc nous ne sommes pas fermés à l’inconnu. Tu auras toujours une place là-bas.

*sans aucune crainte…*

J’entendais encore ces cris, dans ma tête, encore un écho de souvenir qui avait envie de me hanter. J’en avais assez. Cet écho d’horreur me replongeait au beau milieu de nulle part, en ne disant pas grand-chose.

C‘était beaucoup trop dur...et cela risquait très vite d’amener des interrogations chez Rexia mais également chez Arthur.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "A Week Through The Hell" [Rexia&Sam] (Intrigue : The Day They All Died...)   Mer 21 Déc - 15:32

[Désolée, ça fait un peu court, mais j'ai eue une panne d'inspiration]

    Rexia sentait que quelque-chose semblait perturber Samuel, depuis qu'il s'était réveillé, surement à cause de ses cauchemars... l'homme cherchait toujours à cacher ses sentiments, les douleurs qu'il pouvait ressentir, et pas uniquement les douleurs physique : celle qui étaient invisibles, les douleurs qui pouvaient justement êtres cachées tout au fond de sois-même, mais qui était encore plus douloureuses que les vraies blessures les plus profondes, celle qui ne cicatrisaient jamais, celle qui restaient restés en nous et nous détruisaient de l'intérieur comme le venin d'un serpent... je parle, bien-sûr, des douleurs d'un passé sombre, et d'une tristesse indéfinissable. L'humain ne laissait jamais paraître cette douleur qui le dominait... seulement voilà, dommage pour lui, il avait pour amie une créature dont les sens extrêmement développés lui permettaient de ressentir les malaises de ceux qu'elle aimait. Plus que de vraiment les ressentir, il y avait en elle un sentiment de malaise qui, elle le devinait, se définissait pas le fait que celui qui était en train de la monter se sentait mal à l'intérieur. La jeune femelle était respectueuse des choix de Samuel, et ne tenait pas à le forcer à lui révéler ce qui lui faisait mal si il n'en avait pas envi... mais tout garder pour lui semblait surtout lui en faire, justement, du mal, et elle sentait qu'elle allait finir par ne plus tenir et par lui demander de lui raconter. Après-tout, souvent, on se sentait mieux après avoir vidé ce qu'on avait sur le coeur... cependant, elle ne le ferait pas maintenant, pas aujourd'hui... pas temps qu'Arthur serait près d'eux. Elle savait que si elle, elle pouvait sentir le mal de son ami, lui il devait se laisser prendre dans sa comédie de "l'homme-qui-va-bien", et elle ne tenait pas à perturber l'enfant, ni à déranger Samuel en lui demandant de tout lui raconter devant quelqu'un... elle attendrait le bon moment, où ils seraient seuls.

    La dragonne se sentit rassurée lorsque le Spécial manipulateur de feu lui expliqua que le Serenity était donc un refuge pour les Spéciaux, comme lui et Arthur... et comme Rexia, enfin, en quelques sortes. Ça voulait dire que là-bas, elle pourrait trouvée elle-aussi un endroit où se cacher et de reposer, et que personne ne la chasserait. Cette idée lui donnait du baume au coeur... après avoir passée tant de temps seule, à ne pouvoir dormir que d'un oeil durant la nuit, de peur que quelqu'un ne la découvre, elle allait peut-être enfin pouvoir se trouver un endroit où elle n'aurait plus à craindre ce que les gens pensaient d'elle et ce qu'ils voulaient lui faire. Elle n'était pas certaine de se sentir complètement à l'aise au milieu d'une habitation humaine... elle préférait les endroits naturels, une grotte près d'une forêt où elle pourrait chasser du cerf bien gras, ce qui la changerait un peu des chiens errants et des rats... mais c'était déjà un début pour elle, et puis là-bas, peut-être qu'elle pourrait rencontrer d'autres personnes comme Samuel.

    Les battements de ses ailes s'accélérèrent... il lui tardait d'arriver. Suivant les indications du deux-pattes adulte, elle se dirigea vers l'endroit où se tenait le siège secret du Serenity, quelque-part au milieu de San Francisco. Arrivé sur place, elle vit que l'endroit avait été déguisée en boite de nuit... cependant, il semblait fermé, pour le moment, surement parce que nous étions encore en plein milieu de la journée. Plutôt que de prendre le risque de se poser devant l'entrée, où tous les passants risquaient de la voire, elle descendit silencieusement et se posa sur le toit de la boite. Là, elle se coucha et laissa descendre ses deux protégés... le toit était assez grand pour que, si elle restait bien au milieu, personne au sol ne puisse la distinguer. Le seul moyen de la voir serait qu'un hélicoptère passe à ce moment-là au dessus d'elle, et pour ça, il faudrait qu'elle n'ait vraiment pas de chance...

    Une fois ses amis descendu, elle décida qu'il valait mieux qu'elle reste-là, tout du moins pour le moment. Elle se tourna vers Samuel et lui expliqua :


    -Je pense que tu devrais allé prévenir les membres du Serenity de ma présence... même si tu dis qu'ils m'accepteront, je ne veux pas tenter le diable et risquer de leur faire peur en arrivant comme-ça, sans qu'ils sachent qui je suis. Et puis, de toute façon, je ne voies pour le moment aucun moyen d'entrer sans risquer de me faire repérer par les Normaux.
Revenir en haut Aller en bas
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: "A Week Through The Hell" [Rexia&Sam] (Intrigue : The Day They All Died...)   Mer 21 Déc - 23:51

Maintenant que les échos de mon passé avaient pu refaire surface dans ma tête, jamais ils n’allaient s’enfuir…jamais… Ces souvenirs me hantaient dans mes cauchemars les plus profonds, et me remontraient ces scènes d’horreur, comme si je les subissais encore et toujours, alors qu’elles n’appartenaient qu’au passé. Je revoyais leurs morts, les unes après les autres, comme si elles arrivaient de nouveau, pour accentuer cette peine que je ressentais déjà. Ces répétitions me rendaient muet. Je ne parlais pas de ma peine, l’enfermant même à l’intérieur de mon cœur, alors qu’elle ne faisait que l’empoisonner, le torturant sans cesse. L’internalisation était le plus solitaire des assassins, cette chose qui tuait un innocent en silence, sans prévenir, mais avec un maximum de douleur. Toute personne, qu’elle soit innocente ou coupable, pouvait se retrouver enfermée dans cette torture. N’importe quelle victime de ce terrible processus n’en sortait pas indemne, et j’allais en faire partie. La renaissance de ces souvenirs me faisait du mal, et je le cachais au lieu de le dire. Le côté illogique de cette histoire était ce qui me faisait tant de mal, car je cachais l’origine même de mon mal.

Le fait de revenir vers le Serenity était une chose qui me rassurait, car je savais que j’allais de nouveau être en sécurité, au sein de personnes comme moi, et dans un lieu que quiconque ne connaissait qu’en façade de boite de nuit, non pour ce qui se cachait derrière. J’allais offrir cette sécurité à Arthur et à Rexia parce qu’ils la méritaient, et qu’ils en avaient besoin. Arthur pourrait se reposer dans la chambre d’Amaranth, et puis Rexia allait avoir de la place pour rester ici, sous protection. Les spéciaux membres de cet endroit n’allaient pas la rejeter, et puis ils n’en avaient pas le droit. Elle était comme nous, quelqu’un méritant d’être protégée et non de devenir l’objet d’une peur commune des êtres humains, à savoir la peur des prédateurs. Elle n’était pas un prédateur comme les autres. Elle était intelligente, unique, et avec une personnalité intérieure hors du commun. Personne ne devait la traiter aussi mal. Au contraire, elle devrait être accueillie comme j’avais pu l’accueillir. Mais, le jour où tout le monde allait pouvoir comprendre cela n’était pas encore arrivé, pas encore. Pourtant je l’espérais, et j’allais continuer à souhaiter voir ce jour arriver une bonne fois pour toutes.

Une fois arrivés au Serenity, il était temps de descendre, et ainsi poser nos pieds sur le toit. Arthur était d’une humeur à sauter partout, ce qui était une réaction plutôt logique pour un enfant de son âge. Cette réaction me faisait sourire, bien que cette expression positive demeurait faible face à la souffrance que je subissais au fond de moi-même. Rexia me parlait alors, me disant que je devrais mieux aller prévenir les membres du Serenity de son arrivée, afin de ne pas créer la surprise. Je comprenais sa volonté, et j’allais la réaliser.


- Tu as raison, je vais aller les prévenir de notre arrivée. Et puis au sujet du fait de rentrer sans être repérée par les normaux, je crois que cela pourrait s’arranger. Restez ici tous les deux, je reviens vite.

J’approchais de la porte supérieure située sur le toit, et frappais trois fois en son centre. Quelqu’un ouvrit.

- Sam ? T’es rentré ?

- Oui je suis rentré, mais j’ai un petit problème.

- Oui, je vois ça.

- Est-ce qu’il est possible de nous faciliter la tâche afin que nous puissions entrer sans que les normaux du bas ne nous repèrent ?

- Ne t’inquiète pas, personne ne vous voit de là haut. Tyler a activé le filtre d’invisibilité sur le toit, donc vous pouvez emprunter la porte du toit pour entrer à l’intérieur sans encombre. Moi il faut que je retourne à l’intérieur. Amaranth étant absent, et comme tu n’étais pas là toi aussi, j’ai du gérer certaines choses plutôt compliquées. J’espère que tu comprends.

- D’accord, merci.

Je revenais vers Rexia et Arthur.

- Personne ne nous voit depuis le toit à priori. Un ami qui peut activer des champ d’invisibilité a protégé le toit, donc en empruntant simplement la porte du haut, on entrera sans se faire repérer par les normaux d’en bas.

Arthur se mit alors à exprimer sa joie à voix haute et à sauter partout.

- Youpi ! Moi d’abord !

- Arthur, attend-nous !

- Moi d’abord !

Il courut vers la porte et l’empruntait rapidement. Ils nous laissaient Rexia et moi seuls sur le toit.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "A Week Through The Hell" [Rexia&Sam] (Intrigue : The Day They All Died...)   Jeu 22 Déc - 21:41

    Le petits Arthur semblait drôlement excité d'être enfin arrivé au Serenity... Rexia le regardait trépignait comme un petit fou après qu'il soit descendu de son dos, comme si il se retenait à grand peine de sauter dans tous les sens. Cela la faisait rire, et c'est alors à ce moment-là qu'elle se rendit compte d'une chose qui pouvait semblait sans grand enterré pour ceux qui n'était pas dans sa situation, mais qui pour elle avait quand-même une assez grande importance : elle n'était plus vieille que cette enfant seulement d'à peine trois ans. Quel était le rapport, dans tout-ça ? En fait, selon la situation actuelle, il n'y en avait pas vraiment, mais voir l'enfant qui semblait tellement amusé par leur arrivé dans cet endroit lui faisait penser que jamais elle n'avait eue l'occasion de s'amuser de cette façon... DESTINÉE lui avait tant volé, sa liberté, son innocence, même sa propre race... mais le pire, dans tout-ça, c'était qu'ils avaient osés lui voler son enfance. Elle n'avait que seize ans, et pourtant, elle avait déjà due se battre pour sa survie, s'évader d'une cellule encore mieux gardée qu'une prison, et même tuer pour sauver sa vie et celle de son ami. Voir l'enfant ainsi fit monter en elle une bouffée de mélancolie... elle se promit qu'à la première occasion, elle irait jouer avec lui, comme si elle était toujours une enfant de son véritable âge.

    Samuel les laissa seul, tout-les-deux, durant seulement quelques instants... d'ailleurs, il ne quitta même pas le toit, et quand il revint, il leur dit que tout était bon, et qu'aucune personne sans pouvoir ne pouvait les repérer, car un Spécial avait activé un champ d'invisibilité autour d'eux... un champ d'invisibilité ? Rexia regarda autour d'elle, et, voulant tester la chose, s'approcha du bord du toit pour regarder en bas. Elle, elle voyait les passant... mais lorsque l'un d'eux leva la tête, elle ne savait pour quelle raison, lui il ne la vit pas. Cela lui donna un sourire émerveillé... le pouvoir d'invisibilité était un pouvoir qu'elle avait toujours voulue avoir. Cela lui aurait permis d'avoir une vie tellement plus facile... cependant, elle savait se contentait de ce qu'elle avait, et jusque-là, elle s'était plutôt bien débrouillée pour passer... disons plus ou moins inaperçu.

    C'était donc bon, ils pouvaient dès à présent entrer dans la boite de nuit. Toujours aussi excité, sans doute à cause du fait qu'il allait se retrouvé au milieu d'autres Spéciaux comme lui, peut-être même avec des enfants de son âge, alors que jusqu'à présent, il s'était toujours sentit si seul, car dans son entourage, dans sa famille, il avait toujours été le seul Spécial, Arthur partit devant et entra en courant dans le bâtiment par le porte qui se trouvait sur le toit... et un sourire malicieux traversa le museau de la dragonne. Il venait de lui donner exactement ce qu'elle voulait : il l'avait laissé seule avec Samuel. Et avant que son ami n'ai le temps de partir à la poursuite du petit, elle plaça sa queue devant lui et lui dit :


    -Ne t'en fait pas pour Arthur, Samuel, je pense que vu ce que tu m'as raconté sur le Serenity, il y aura surement quelqu'un pour s'occupé de lui en attendant que tu le rejoignes. Je veux, avant qu'on ne se retrouve à nouveau dans la foule, que nous parlions : qu'est-ce qui te tracasse ? Tu as passé la nuit à gémir dans ton sommeil, les fois où tu arrivais enfin à dormir, et encore maintenant, je sans bien qu'il y a quelque-chose qui ne va pas... n'essaye pas de me dire le contraire, mon instinct me dit que tu es perturbé, et il ne me trompe jamais. Afin de détendre un peu l'atmosphère, elle se coucha devant-lui, et continua, en plongeant son regard ambré dans le sien : je ne suis pas du genre à te forcé à parler de choses personnelles, Samuel, mais regarde-toi... ça fait des nuits, que tu dors à peine, et quand tu ne dors pas, tu fais tourné de mauvaises pensées dans ta tête. Tu vas finir par tomber malade... je suis ton amie, Samuel, te voir te sentir mal me fait du mal à moi-aussi... alors dit-moi ce qui ne va pas. Parler des choses aide à en atténuer la douleur, et je le sais, car toi, tu as réussi à me faire un peu à oublié ce que m'a fait subir DESTINÉE depuis que tu m'as écouté t'en parler. Et sache également ceux-ci : je suis décidée à avoir une réponse, donc si tu refuse de me la donner, je te arcélerais de question chaque fois que j'en aurais l'occasion...
Revenir en haut Aller en bas
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: "A Week Through The Hell" [Rexia&Sam] (Intrigue : The Day They All Died...)   Ven 23 Déc - 19:28

Arthur partit en courant, et franchit l’entrée supérieure du Serenity, avec une excitation enfantine digne de l’innocence. Il était souriant, rempli de bonheur, mais ce n’était pas mon cas. Je devrais me réjouir en le voyant dans cet état, mais je n’y parvenais pas. Je me trouvais dans un état de peine intériorisée : une torture interne d’une force démesurée. Je voulais courir, partir à la poursuite de l’enfant, mais mes jambes ne soutenaient pas ma décision. Je ne bougeais pas, probablement parce que je pensais davantage à ma peine plutôt qu’à ce que je souhaitais faire. Je restais à ma place, sans bouger, à me demander comment je pouvais surmonter ces émotions fortes qui traversaient mon esprit.

Contenir une peine aussi immense était une tâche impossible, même pour une âme qui contenait souvent sa tristesse, mais cette peine précise était bien plus grande que les autres. Ces pertes que j’avais pu me remémorer, rien qu’en affrontant la vue d’un enfant, le premier depuis longtemps, étaient terribles. Il s’agissait d’immenses tortures dont j’avais envie de ne plus me souvenir. J’avais besoin d’oublier ces malheurs. Même plus que cela, ma volonté d’oublier demeurait nécessaire pour mon organisme, car le fait de me retrouver en pleine déchéance ne pourrait que m’abattre. J’avais déjà été si souvent abattu dans ma vie, que le fait d’en rajouter une couche pourrait m’éliminer, ou m’enfermer dans un état de douleur si immense, que je ne pourrais jamais m’en sortir. Il suffisait de me voir rien que maintenant. Ma peine était si grande qu’elle m’avait rendu muet. Je n’exprimais rien du tout, alors que cette peine et cette partie terrible de mon passé étaient responsables de mon mal. Ceci me faisait souffrir.

Au bout d’un moment, ma décision était prise. J’allais poursuivre Arthur, le rattraper tant que je le pouvais, même si quelqu’un pourrait très bien le prendre en charge. Je préférais voir de moi-même qu’il allait bien, même si ce n’était pas forcément mon cas. Je me sentais mal, mais le bien-être d’Arthur était bien plus important pour moi. Mais, Rexia me précédait, en plaçant sa queue juste devant moi, comme pour me retenir ici. Par la suite, je la vis même se coucher devant moi, comme pour détendre l’atmosphère. Elle était consciente que quelque chose n‘allait pas et elle souhaitait savoir de quoi il pouvait bien s‘agir.

Mais, rien qu‘en entendant sa question, je savais à quoi m‘attendre. Elle voulait que je lui dise tout, que je lui raconte l‘intitulé exact de ma douleur.


- C’est une douleur interne, quelque chose que je croyais avoir surmonté, mais j’avais tort. Voir Arthur me rappelle des pans de ma vie plutôt rare, un bonheur que je ne vis pas souvent, et il s’agit d’une sensation qui me manque, mais il me rappelle également le reste. Les souvenirs définissent une sorte d’histoire, mais cela a été plus profond dans mon cas. La nuit, je suis percuté par la réalité de ses souvenirs. J’ai pu revoir tout ce qui est arrivé par le passé, dans le moindre détail. Ces événements m’ont tellement marqué, que je n’en ai rien oublié. Le fait de revoir ces personnes mourir une nouvelle fois, même si ceci est déjà arrivé, me fait du mal, car je tenais à chacune d’entre elles. C’est trop difficile.

Mon regard atteignait alors le sol.

- C’est parce que je revois tout ceci, encore et encore, que j’en souffre. Il m’a fallu du temps pour surmonter cette peine, mais elle me refrappe encore à présent.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "A Week Through The Hell" [Rexia&Sam] (Intrigue : The Day They All Died...)   Mar 27 Déc - 10:25

    Rexia ne bougea pas, n'émit pas le moindre son plus puissant que sa lente respiration sifflante... elle pouvait ressembler un peu à un prédateur aux à-gués, prenant Samuel pour son futur dîné, sauf que l'expression de son museau était une expression douce et attentive. Elle écoutait, tout simplement, tout ce que lui disait Samuel, buvait ses paroles, et se montrait compréhensible et compatissante. Les souvenirs que lui raconta Samuel ressemblaient à des chasseurs... ils revenaient toujours sous la forme de ses cauchemars, le traquaient dans les recoins les plus obscures de son esprit, et ne lui laissait aucun moment de répits, jusqu'à ce qu'ils le dépècent de toute joie de vivre, de tout espoir. Une lueur de tristesse passa dans les yeux ambrés de la dragonne... comme bien des animaux, elle avait un certain don d'empathie naturelle, et elle se mettait parfaitement à la place de son ami, comprenant sa douleur. Lorsqu'il eut finit, elle l'entoura de sa queue...

    Elle le tira vers-elle et posa le bout de son museau sur son épaule, à travers une étreinte affectueuse... chez un bébé dragon, cela aurait même ressemblé à une étreinte maternel. Elle resta quelques secondes ainsi, à le serrer contre-elle, puis elle relâcha et plongea à nouveau son regard dans le sien, répondant d'une voie douce :


    -Je suis désolée pour tout-cela, Samuel, mais comprend une chose : tu ne dois pas garder cela pour toi. Le fait que tout-cela te revient en rêve est le fait que tu le fais tourner dans ta tête sans le laisser sortir, et crois-moi, c'est ce qui te fait réellement du mal, encore plus que tes souvenirs. Ce coup-ci, je ne te dirais que je sais ce que tu ressens, car je te mentirais, je n'ai jamais eu la peine de voir un être proche mourir... mais sache une chose : je serais toujours-là, pour t'aider, pour t'écouter, et si tu souhaite en parler à quelqu'un, tu peux venir me trouver quand tu veux. N'oubli pas ton passé, car si les mauvais souvenirs son présent, les bons le sont aussi, essaie d'effacer les mauvais en te concentrant sur les bons. Pour les cauchemars, je ne peux les effacer, mais ils finiront par partir d'eux-même... soit patient, et pense à ceux que tu as perdu de leur vivant, et non de leur mort. Et quand tu es réveillé, occupe ton esprit, en travaillant ou en faisant ce que tu aime faire, en t'amusant... cela n'effacera pas les mauvais souvenirs, mais te permettra de les mettre de côté. Elle réfléchit un petit moment... puis finalement, fit un sourire en se redressant : après que nous nous soyons installés au Serenity, je compte repartir voler et me lancer dans quelques acrobaties aériennes... et toi, tu vas venir avec moi. Et si tu refuse, je t'attraperais entre mes serres pour t'emporter de force. Si tu as aimé voler sur mon dos, je vais te montrer se que c'est, de réellement voler. Finalement, elle se releva, observa un peu Samuel, et termina en lui disant : merci de m'avoir assez fait confiance pour me raconter tes soucis.

    Puis elle se dirigea vers la porte par-où était entré Arthur... elle ignorait si ce qu'elle lui avait dit aurait servit à quelque-chose, mais elle espérait cependant avoir réussie à l'aider. Samuel était son meilleur ami, et elle espérait que les conseils d'un dragon aurait l'impact nécessaire sur un être-humain... après-tout, elle l'avait conseillée, et dit les choses telle qu'elle les pensait, elle... cependant, elle pensait souvent différemment des humains...

    Arrivé à l'entrée, quelqu'un ouvrit la porte... et recula en voyant la dragonne arriver. Mais en fait, bien qu'elle vit passée sur son visage l'ombre de l'étonnement et de la crainte, Rexia eut l'impression que ce n'était pas par peur, mais tout simplement pour la laisser passer. La porte s'ouvrait sur un grand escalier. La grande bête mythologique commença à descendre doucement... les marches n'avaient pas vraiment étés créées pour sa morphologie... en passant la porte petit à petit... mais lorsqu'elle voulut faire passer son arrière-train par la porte, ses cuisses furent bloquées par le cadrant de la porte. La dragonne grogna, agacée, et essaya d'avancer... mais bien qu'elle s'enfonça dans la bois de la porte, elle n'arriva pas à passer. Alors elle voulut reculer... cependant, elle s'était déjà trop avançait, et maintenant...


    -Oh, génial ! Marmonna-t-elle, en se claquant le haut du museau. Ch'uis coincée, encore ! Elle s'arquebouta et essaya de tirer, mais tout ce qu'elle réussit à faire, et glisser et tomber sur les fesses. Samuel, cria-t-elle à l'adresse de son ami, toujours à l'extérieur : tu peux me pousser, s'il-te-plais ?!
Revenir en haut Aller en bas
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: "A Week Through The Hell" [Rexia&Sam] (Intrigue : The Day They All Died...)   Sam 31 Déc - 15:11

Dans mes rêves, et même dans la vision même de la réalité, tous ces souvenirs, qui m’avaient torturé les uns après les autres. Ils étaient constitués de multiples événements, terribles, qui avaient une signification commune pour moi : la perte, les uns après les autres, de chaque aspect pouvant constituer le bonheur d’une vie humaine. Ma famille n’existait plus. Chaque relation proche pouvait terminer en catastrophe terrible, car n‘importe quel monstre pourrait penser à leur faire du mal, mais aussi à m‘en faire, uniquement parce qu‘un élément de ma tête pourrait les intéresser. Ces scientifiques qui m’avaient capturé, entraient dans ce dernier schéma, mais jamais ils n’allaient égaler cette douleur que mon passé exerçait sur moi, celle qui même maintenant me torturait de l’intérieur. Le spectre de ma douleur, ce passé, était bien plus puissant que ce que je croyais, et cela me poursuivait depuis bien trop longtemps désormais.

Mais, la présence de Rexia me soulageait. Cela m’aidait, en quelque sorte, à faire le deuil des pertes dont je me rappelais. Elle m’écoutait, et je pouvais confesser ma douleur, la dévoiler dans chaque détail. Pour une rare fois dans ma vie, je parlais, je disais tout. Cela me faisait du bien d’avoir quelqu’un pour me confier, et qui m’écouterait. Surtout, pour une rare fois dans ma vie, j’avouais à quelqu’un la nature d’une douleur qui me pesait, sans cacher quoi que ce soit. J’avais tout dit. La seule chose qui me dérangeait, était le fait que cela ne changeait pas grand-chose. La douleur était encore là, même si j’avais pu tout dire. Lorsque mes confessions trouvèrent enfin une fin, Rexia entourait mon corps de sa queue et me tira vers elle. Cette proximité était quelque chose de si doux, de si calme. Le remède le plus simple du monde était la présence de quelqu’un auprès de moi. Rexia était cette présence. Elle me calmait à elle seule.

Je restais quelques instants contre elle, avant de la voir me relâcher et m’observer. Les conseils qu’elles me donnaient, étaient si bons, même si elle disait ne pas comprendre ce que j’avais vécu. Le nombre de personnes qui avaient tenté de me ramener vers le droit chemin, était inestimable, si immense, alors qu’une seule suffisait pour m’aider. Avec ses paroles, Rexia m’aidait énormément.

Je parvenais même à sourire, même si j‘avais encore mal, ce qui était quelque chose que j‘avais du mal à faire.


- Même si tu dis ne pas avoir vécu la perte d’un proche, ce que tu as pu me dire m’a aidé. Cela m’a sérieusement aidé. J’ai eu du mal à sortir ces confessions de ma bouche, mais il faut l’avouer que cela fait du bien de pouvoir en parler à quelqu’un, car cette succession d’horreur, ne me fait rien d’autre que du mal. Cela me fait souffrir, me bloque, et le fait de me taire ne fait qu’encourager ce qui m’arrive. C’est une preuve que je ne parle pas assez en fin de compte. lui répondis-je C’est vraiment gentil à toi d’être là pour moi, et de me proposer ton aide, comme tes conseils. Je vais tenter de positiver, enfin de penser aux bons moments de ma vie, même si je dois les chercher.

*un vrai vol, quelque chose de véridique ? Alors ça je ne m‘y attendais pas…*

- Je ne dirais pas non alors pour le vol, comme ça tu n’auras pas besoin de m’emmener de force.

Nous pouvions enfin traverser la porte et nous installer à l’intérieur du Serenity. Rexia allait passer tout d’abord et moi j’allais la suivre, tout simplement…mais, le cadrant de la porte n’avait guère était créée pour accueillir un dragon, ce qui était un peu problématique, ce qui dommage, mais bon, j’étais là. Je pouvais toujours l’aider, même si je n’avais pas la force de cent mille personnes, mais j’avais quand même de la force.

Rexia était coincée, et je devais l’aider


- T’inquiète pas, je suis là. Je vais t’aider.

Bon comment pousser un dragon ? Quand elle était coincée la première fois, je pouvais me servir de mon feu, mais pour un cadrant de porte c’était une autre histoire. Je devais me servir de ma force, sans hésiter.

- Allons-y.

*Allez faut que ça vienne !*

Ceci ne fut pas une action très courte, bien au contraire, mais j’y arrivais.

La petite glissade, qui me fit chuter sur le sol par la suite, était pas mal du tout. Heureusement ce n’était qu’une chute. En même temps, pousser quelque chose de beaucoup plus lourd que moi ne pouvait que se solder ainsi, avec cette superbe chute sur le sol.

Heureusement, ce n’était pas grave.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "A Week Through The Hell" [Rexia&Sam] (Intrigue : The Day They All Died...)   Dim 1 Jan - 20:05

[Bonne année 2012, Samuel ^^]

    Finalement, Samuel Langster et Rexia, la dernière représentante de la race des dragons, avaient bien plus de choses en communs que ce que pouvait imaginer la jeune créature, car elle ignorait exactement ce qu'il pouvait y avoir dans la tête de l'humain. Peut-être que lui, il s'en était rendu compte, mais pas elle, tout du moins, pas encore... Samuel et Rexia possédaient tout-deux en eux quelque-chose d'unique, de particulier, qui poussait le reste de l'humanité à vouloir les capturer. Pour le Spécial aux dons de feu, c'était cette lumière bleue, qui attirait à la fois la peur et les convoitise... et chez la jeune femelle, c'était tout-simplement... elle-même, le fait qu'elle se soit transformée en la seule et unique représentant d'une espèce disparue depuis plus de deux-cents ans, une espèce à la fois fière et puissante. Au final, c'était les différences de ces deux amis qui les rendaient si semblables l'un et l'autre, et c'était peut-être pour cela qu'ils s'entendaient tellement bien, et que chacun ressentait le besoin de protéger l'autre à tout-prix... deux choses uniques ne pouvaient former une chose commune, mais au moins, ensembles, ils pouvaient s'épauler, se comprendre, s'aider...

    Et justement, à ce moment-là, la dragonne avait sacrément besoin de l'aide de son ami. Son ouïe fine lui permit de l'entendre à l'extérieur lui dire qu'il allait l'aider, et elle sentit ses mains se poser sur sa queue tendis qu'il commençait à pousser de toute ses forces... et Rexia força elle-aussi, poussant aussi fort qu'elle en était capable sur ses quatre pattes. En bas, elle entendit des bruis... elle baissa les yeux et vit que trois humains, dont celui qui leur avait ouvert la porte, se tenaient en bas de l'escalier, et l'observer en semblant faire de leur mieux pour se retenir de rire. Mise de mauvaise humeur par la situation ridicule et le fait qu'en plus, on était en train de se moquer d'elle, elle grogna, et un nuage de fumée noir sortit de ses narines... cela suffit pour faire cesser les bipèdes de pouffer, et ils reculèrent même un peu... juste à temps, d'ailleurs. En fait, il n'avait manqué que très peu de force à la grande bête mythologique pour réussir à s'extirper de ce piège de brique et de bois... et Samuel fut la force qu'il lui manquait. Dans un bruit de craquement, le gros derrière de la bestiole finit par passer par l'entrée... et, emportée par son élan, elle dévala l'escalier sur la ventre, tombant juste à l'endroit où s'était tenu le trio, manquant de peu de les écraser.

    Heureusement, même si elle ressentit les chocs et qu'elle allait surement avoir quelques bleus, la chute ne fut pas suffisante pour blesser Rexia... en plus de son armure d'écailles naturelles, son corps était, sous sa peau, couvert d'une couche de graisse qui était à la base sensé l'aider à se protéger du froid et à régulariser la température de son corps. Elle servait cependant également à deux autres choses : déjà, à ralentir et bloquer les balles qui réussiraient à traverser ses écailles, et deuxièmement la rendre un peu "matelassée", lui permettant de mieux supporter ce genre de chocs. En fait, celui pour qui elle s'inquiétait le plus, c'était Samuel : il était tombé à sa suite, et un humain, c'était tellement petit et fragile... enfin, disons comparé à elle. Elle se retourna vivement et regarda comment allait son ami. Il était à terre, derrière-elle, et allait surement avoir des bleus, lui-aussi... mais heureusement, il ne semblait rien avoir de grave. Déjà, au moins, elle n'avait pas l'impression d'avoir quelque-chose de casser... finalement, dans toute cette histoire, ce qui avait le plus morflé, c'était l'entrée du toit du Serenity.

    Tendis que quelques humain, dont le petit Arthur, qui les avait attendu dans le couloir, arrivaient pour aider Samuel à se remettre sur ses pieds... ils avaient compris, de toute évidence, qu'elle n'aurait pas besoin de leur aide, ou tout du moins, l'enfant l'avait compris. Pour les adultes, ça devait plutôt être qu'ils préféraient de trop s'approcher d'elle sans la connaître d'avantage... la créature se releva et leva la tête pour voir l'escalier qu'elle venait de dévaler. L'entrée était en miette, la porte pendant sur un unique gond. Plusieurs briques y étaient tombées, et ses écailles rugueuses avaient écaillés les murs et les marche, rayant la peinture et laissant de petite échardes acérées dépasser par-ci, par-là. Voyant les dégâts qu'elle venait de faire, le reptile géant poussa une sorte de sifflement, faisant penser à celui d'un serpent, ce qui était chez-elle un signe de gêne, et marmonna d'un ton d'excuse en se tournant vers les humains présents :


    -Oups, je suis vraiment désolée. Je crois que j'ai eue les yeux plus gros que le ventre... et le pire, dans tout-ça, c'est que je n'ai même pas finit ma croissance.

    En effet, à seize, tout comme si elle avait encore était une humaine, Rexia n'était pas une dragonne de taille adulte. Elle allait encore grandir... certaines légendes disaient même que les dragons grandissaient toutes leur vie, de quelques centimètres par an à partir du moment où ils n'étaient plus des petits. Cela signifiait surement qu'elle ne pourrait pas rester très longtemps dans le Serenity, à moins qu'ils ne créaient des entrées plus grandes, sinon elle allait rester coincer dans le bâtiment. Tendis que les hommes s'éloignaient, les guidant jusqu'à leurs chambres, la jeune femelle approcha sa tête de son ami et lui demanda :

    -Merci... ça va, tu ne t'ais pas trop fait mal ? Oh, j'espère que je n'ai pas fait une trop mauvaise impression...
Revenir en haut Aller en bas
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: "A Week Through The Hell" [Rexia&Sam] (Intrigue : The Day They All Died...)   Mer 4 Jan - 1:51

[bonne année à toi aussi ^^]


Enfin au Serenity, mon cerveau avait l’occasion de penser à autre chose qu’une énième succession d’horreurs, de problèmes, et de tortures, qui ne faisaient que détruire l’existence. J’étais désormais chez moi, enfin dans ce lieu qui servait le plus souvent comme un « chez moi », et non en captivité dans cette cellule, à l’intérieur de cette base de scientifiques qui ne pensaient qu’à analyser ma tête, et comprendre comment ma lumière bleue pouvait bien fonctionner, et également d’autres choses, comme cet organisme que j’aurais en trop dans mon cerveau. Ils avaient été plus que sadiques avec moi, me laissant le plus souvent étendu sur le sol, ensanglanté. Je n’étais pas à l’agonie, mais ma souffrance était quand même immense lors de ce genre de moment-là. Malheureusement, ils s’en fichaient pas mal, car c’était exactement ce qu’ils voulaient : m’affaiblir et me faire souffrir suffisamment pour atteindre le stade de vulnérabilité où ils pourraient m’examiner, et ainsi comprendre qui j’étais. Avaient-ils réussi ? Je ne le savais pas, et à vrai dire j’avais plutôt peur de répondre à ce genre de question.

Mais je pouvais désormais penser à autre chose, je le devais à vrai dire, si je voulais éviter de souffrir. Je pouvais penser à des personnes beaucoup plus nobles et surtout beaucoup plus importantes pour moi. Beaucoup d’entre elles étaient présentes ici d’ailleurs. Cet endroit sécurisé regroupait beaucoup de personnes que je connaissais, et d’autres dont j’avais fait la connaissance sur les lieux en eux-mêmes. Mais Rexia et Arthur étaient désormais là. Ils comptaient beaucoup pour moi, et j’espérais que cet endroit allait pouvoir leur procurer la sécurité et la protection dont-ils avaient besoin. Ils le méritaient.

Après avoir appuyé, et avoir été la force qui manquait à Rexia pour pénétrer à l’intérieur du Serenity. L’entrée en elle-même avait été détruite par son entrée notamment par des dégâts sur l’entrée, la porte, et quelques briques. On avait connu pire au fond, notamment d’ailleurs le moment de ma première visite au Serenity, où j’avais du provoquer pas moins d’une bonne dizaine d’incendies, enfin quelque chose comme ça. Alors, une entrée comme celle de Rexia n’était guère un problème. L’important, bien au contraire, était le fait qu’elle ait pu rentrer, bien que ce n’était pas sans encombre. En effet, elle avait pu entrer là-bas, dévalant l’escalier sur le ventre. Elle avait atterri sur le sol, s’excusant même pour les dégâts causés. Au final, moi aussi j’avais basculer, déséquilibré au point de finir sur le sol moi aussi. La différence de force entre nous avait probablement eu raison de mon équilibre, pour conduire à ma chute.

Quelques personnes, présentes non loin de moi, dont Arthur, vint pour m’aider à me relever. Le choc avait été grand, mais je ne saignais pas. Ceci allait probablement provoquer quelques ecchymoses, douloureuses une fois touchées et affreuses à la vision, à cause de ces marques qu’elles définissaient sur la peau. Ce n’était rien de bien méchant. Mon pouvoir allait peut-être les faire disparaître ou sinon elles allaient disparaître toutes seules, mais cela n’avait guère d’importance. Ce n’étaient pas des blessures profondes, conduisant au sang. Ce n’était que des « tâches » au fond, une décoloration de la peau, rien de bien grave. On verra bien ce qu’elles deviendront à l’avenir, mais je n’avais aucune inquiétude, pour une fois.

Il était temps pour nous de marcher, et d’atteindre nos espaces. J’allais probablement grimper dans mon premier étage, simplement par habitude, et puis pour éviter de remplir des espaces réservées aux personnes dans le besoin. Ceci serait terriblement injuste en quelque sorte.

Rexia me parlait alors, en rapport avec ma chute. Elle voulait savoir si je ne m‘étais pas trop fait mal, mais également si elle n‘avait pas fait une trop mauvaise impression. L‘anecdote de mes incendies allait probablement la rassurer si je lui racontais.


- Ouais, ça ira. Il ne s’agit simplement que de chocs. J’aurais juste quelques bleus voilà tout, ce n’est pas méchant. Et puis ce n’est pas la première fois que je chute non plus, alors ce n’est pas grave. disais-je en souriant tout de même

Plus près d’elle, je lui racontais alors ma première entrée au Serenity

- Pour être honnête avec toi, tu n’as pas du faire une si mauvaise impression que cela. Ne t’inquiète pas là-dessus. À vrai dire, j’ai fait pire lors de ma première entrée ici. Nous n’étions pas si nombreux, mais j’avais fait un grand nombre de dégâts à moi seul. Je crois que j’ai du provoquer une bonne dizaine d’incendies, détruit deux pièces en intégralité, et également mis un sacré bazar. Je n’étais pas en très grande forme, et ils le savaient, mais ils en avaient vu des vertes et des pas mures. Amaranth s’en rappelle bien d’ailleurs. La pire des entrées reste pour lui la mienne, à savoir l’une des premières.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "A Week Through The Hell" [Rexia&Sam] (Intrigue : The Day They All Died...)   Ven 6 Jan - 15:51

    Rexia écouta avec attention l'anecdote de son ami sur sa première entrée au Serenity, qui, d'après ce qu'il lui avait dit, semblait avoir été beaucoup plus destructrice que celle de la grande créature, et même la plus destructrice de toute l'histoire du Serenity. Elle, elle n'avait fait qu’abattre une porte... ce qui, soit dit en passant, n'était déjà pas mal... et lui, il avait allumé différents incendies. Bien qu'il ne le lui dit pas ainsi, elle supposa que c'était à une époque où il contrôlait moins bien ses dons de feu qu'aujourd'hui, surtout qu'il lui expliqua qu'à ce moment-là, il n'était pas au mieux de sa forme, faisant de lui une sorte de bombe à retardement pyrotechnique. Elle comprenait ce genre de chose... elle-même, à l'époque où elle avait appris pour la première-fois à cracher ses flammes, ses glandes se déclenchaient pour un oui, pour un non... c'était un peu comme si la foudre tombait à chaque fois qu'elle leva une main : il suffisait alors d'un simple moment d’inattention pour que l'on blesse quelqu'un, ou que l'on détruise quelque-chose.

    Rassuré à l'idée que son entrée ne laisserait pas sur elle une mauvaise réputation... surtout qu'il lui vint à ce moment-là en tête que ce genre d'incident ne devait pas avoir lieu rarement, dans un endroit pareil, remplit de Spéciaux pour la plupart perdus, qui devait encore apprendre à contrôler leurs dons... la dragonne ria un peu à la fin de l'histoire de son ami, et se contenta de répondre en faisant cette simple remarque :


    -Il faut absolument que j'évite d'éternuer...

    Car en effet, si la dragonne avait maintenant un parfait contrôle sur ses flammes, elle ne pouvait les empêcher de sortir lorsqu'elle éternuait. Si elle sentait cette manifestation de son corps arriver, elle pouvait boucher ses glandes cracheuses et s'en sortir en ne lâchant que quelques étincelles, mais si cela arrivé sans qu'elle ne s'en rende compte, il pouvait lui arriver de laisser sortir une immense colonne de flammes destructrices.

    Tendis qu'ils avançaient dans les couloirs, Rexia observa avec une certaine curiosité tout ce qui l'entourait... c'était la première fois de sa vie qu'elle entrait dans une véritable habitation humaine, si on ne comptait pas, bien-sûr, le laboratoire dans lequel elle était née. Comme partout, il lui sembla que les deux-pattes avaient une certaine attirance pour les objets qui pouvaient sembler inutile, tel que ce qu'ils pouvaient appeler "les bibelots", car les lieux étaient parfois tellement encombrés de choses qu'elle devait lever les pattes et passer par au-dessus. Cependant, elle n'y connaissait pas grand-chose, et peut-être qu'elle se trompait... certains de ces objets et meubles qui lui étaient inconnus avaient peut-être une utilité qui lui échappée, puisque après-tout, elle ne les avait jamais vue avant aujourd'hui.

    Les couloirs étaient un peu serrés, et elle devait se dandiné de droite à gauche, à la recherche du juste-milieu, afin de ne pas frotter les murs de son corps et arracher le papier-pain au passage... heureusement que c'était assez haut de plafond. Elle ne pouvait, serte, pas complètement dresser son cou, mais au moins elle pouvait avancer sans trop avoir à se baisser. De temps à autre, ils croisaient des gents, qui devaient alors reculer jusqu'à une autre pièce pour pouvoir la laisser passer. Le Serenity était un endroit qui inspiré la sécurité et le confort... cependant, elle fut frapper de voir la tristesse, le malheur et même parfois la peur dans les yeux de certains d'entre-eux... dans cet endroit, ils pouvaient se sentir chez-eux, se sentir à l'abri, mais les sensations ne retiraient rien à la tristesse du rejet, de ce qu'ils avaient pus vivres à l'extérieur, ou encore de la crainte qu'un jour ce lieu soit découvert.

    La visite ne dura pas bien longtemps, et ils finirent par monter à l'étage. D'après ce qu'elle comprit, Samuel avait déjà sa propre chambre attribuée, mais pour Rexia, ils durent en préparer une. Ils choisirent une pièce qui pouvait sembler un peu petite, pour une créature de sa taille, pas plus grande qu'une chambre d'enfant... mais le bon point, c'était qu'elle avait une grande baie vitrée, par où la dragonne pourrait rentrer en évitant de faire de la casse. Pour qu'elle ait la place de se mouvoir et de s'étirer, ils retirèrent tous les meubles... ça ne la gênait pas, puisque de toute façon, elle n'en avait pas l'utilité... et pour faire office de lit, ils étalèrent plusieurs matelas sur le sol. On lui proposa également des couverture, mais elle répondit qu'elle n'en avait pas l'utilité... la chaleur interne de la créature serait suffisante pour elle.

    C'était la première-fois depuis un moment que Rexia se retrouvait entourée d'autant d'êtres-humains en même-temps... mais c'était aussi la première-fois qu'elle se retrouvait au milieu de tellement d'humains sans que ceux-ci ne cherchent pas à lui faire du mal ou à la capturer. Cela lui fit chaud au coeur... elle avait craint pendant longtemps de ne jamais trouvé un endroit où elle pourrait un jour se sentir à sa place. Même si c'était un endroit un peu petit pour elle, elle se sentait presque accepté, dans le Serenity. Lorsqu'elle fut installée et que ses guides retournèrent vaquer à leurs occupations, elle les remercia en leur offrant l'un de ses longs ronronnements. Puis elle sortit la tête par la baie vitrée ouverte de sa chambre et observa le paysage.

    A l'extérieur, le soleil commençait à décliner, l'après-midi touchait à sa fin... finalement, la visite avait pris bien plus de temps que ce qu'elle avait pensée, et la faim se mit à lui tordre les entrailles. Rexia n'avait rien mangée depuis la veille, et se dit qu'elle pourrait profiter de son vol pour chasser un peu, préférant ça plutôt que de demander aux gents du Serenity de trouver assez de viande pour la nourrir. Elle observa un peu la rue extérieur... le pouvoir invisible recouvrait encore la bâtiment et empêchait les Normaux de voir sa tête, puis finalement, elle se coucha, comme elle le faisait d'habitude pour aider ses cavaliers à monter sur elle, puis se tourna vers Samuel pour lui demander :


    -Si tu es prêt, nous pouvons décoller...
Revenir en haut Aller en bas
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: "A Week Through The Hell" [Rexia&Sam] (Intrigue : The Day They All Died...)   Lun 9 Jan - 0:53

Ma première entrée au Serenity restait gravée dans mon esprit comme si elle n’avait eu lieu que la veille, car il s’agissait de l’un des rares moments dont je pouvais me souvenir sans penser à un éventuel combat, ou encore à la mort. Cela ressemblait, en quelque sorte, aux premières bêtises qu’un enfant pouvait commettre dans son existence. Il s’agissait de moments de joie, de réels moments de bonheur que je devais préserver dans mon esprit, afin de continuer de vivre. Ces anecdotes-là étaient bonnes à raconter parfois, même en des instants compliqués, car elles permettaient de penser à autre chose qu’à une énième succession de douleur, comme ce qui m’arrivait depuis une semaine. Cette liberté était en quelque sorte ce que je retrouvais en restant au sein même du Serenity. Ce lieu protégé m’aidait à me sentir en paix, beaucoup plus qu’ailleurs. En même temps, j’avais pu passer du stade de bombe à retardement, à celui d’un être canalisé, autant dans ses pensées que dans sa force. Depuis le jour où j’étais devenu un membre réel de sa mission, j’avais une tache à accomplir, une cause à défendre, et ceci m’aidait à me sentir mieux. Cet endroit, Amaranth, le fait d’aider des spéciaux innocents, étaient un ensemble de choses qui m’avait aidé à devenir celui que j’étais à présent, quelqu’un de bon et qui servait une cause juste, quelque chose de réel. J’avais changé, en bien heureusement, et jamais je ne pourrais accepter de changer cet état de fait, pour redevenir comme avant…triste et perdu.

Cette visite, à l’intérieur du Serenity, me plongeait à l’intérieur de moi-même, dans mes pensées. Je m’évadais dans plusieurs espaces temps, liés à l’avenir comme au passé, et ces choses-là me perdaient. Je m’égarais dans ces aspects d’horreur, de bonheur, mais surtout la première chose dominait. Elle était la seule à être présente, la seule et l’unique. Ces malheurs du passé apparaissaient dans mon esprit par des flashs multiples, et certains d‘entre eux amenaient mes yeux à se fermer, comme s‘ils se préserver d‘un rayon du soleil trop fort, mouvement bref digne du réflxe. Cette mélancolie était inévitable, comme si je n’avais pas le choix, et que j’étais obligé de vivre cela. C’était étrange, mais pourtant logique quand j’y réfléchissais.

Mes mouvements m’amenaient à me placer non loin de Rexia, qui observait le paysage extérieur par l’intermédiaire de la baie vitrée.

Avec le temps, le soleil commençait à décliner à l’extérieur. Beaucoup de temps s’était écoulé depuis notre arrivée au sein du Serenity. Je regardais son déclin un peu sans le voir, comme si mes yeux refusaient de l’observer. Je ne souhaitais qu’éviter cette lueur sans pour autant comprendre pour quelle raison je faisais cela. Cette réaction demeurait insensée à mes yeux, car elle me brisait de l’intérieur sans aucune explication. Mon regard venait en alternance trouver le corps de Rexia, qui s’était couchée et qui avait tourné son visage vers le mien. Cette position me rappelait les moments où Rexia s’allongeait pour accueillir quelqu’un et l’aider à monter sur elle. Le vol…voilà ce qu’elle évoquait.

Selon elle, il était temps de décoller, pour pouvoir voler et tournoyer à travers le ciel.

J‘allais lui dire oui, mais avant de le faire, je me frottais les yeux pour pouvoir clairement la regarder, probablement une sorte de fatigue passagère, quelque chose comme cela.


- Oui, tu as raison. Il sera probablement plus simple de voler avec un soleil en déclin

*et puis le déclin du soleil pouvait amener de magnifiques paysages*

J’acceptais sa proposition, parce que j’en avais envie, mais aussi parce qu’elle m’avait « interdit » de dire le contraire. Ceci pourrait me permettre d’oublier ce qui avait pu m’arriver dans le passé, et ces flashs qui commençaient à me déranger, notamment un en particulier. Je les revoyais crier, et cela m’amenait encore une fois à fermer mes yeux brusquement avant de les rouvrir.

Mais cette fois-ci, Rexia m’avait vu.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "A Week Through The Hell" [Rexia&Sam] (Intrigue : The Day They All Died...)   Mer 11 Jan - 11:19

    Plus simple ? Rexia n'avait pas forcément proposée de partir maintenant en vol parce qu'il serait plus simple de voler sous le coucher du soleil... elle avait plutôt été poussée par le fait qu'ils avaient terminés ce qu'ils avaient à faire au Serenity, et qu'il lui tardait plus que tout, en ce moment, de retourner voler, afin de finir de se débarrasser de ce trop plein d'énergie qui ne cessait de tourner dans son corps. Elle se sentait comme une pile électrique... il fallait absolument qu'elle se vide, sinon elle allait finir par exploser. Mais au fond, Samuel n'avait pas vraiment tord, et c'est à ce moment-là qu'elle s'en rendit compte... avec le couché du soleil, les gents allaient rentrer chez-eux, et ils ne lèveraient pas la tête, de crainte de se faire éblouir par les couleurs chatoyantes de la grande boule de feu. Ce moment de la journée était en fait le plus simple, et le plus prudent pour elle lorsqu'elle voulait aller voler, le moment où elle risquait le moins de se faire remarquer.

    La jeune dragonne tourna le museau vers son ami, un sourire amical sur le museau, attendant qu'il monte par lui-même. Elle savait qu'il se sentait mal, et elle ne voulait pas le brusquer... enfin, tout du moins, temps qu'il tenait sa promesse de venir voler avec elle par lui-même, et qu'il ne la forçait pas à le saisir de force, car Rexia n'avait pas fait cette promesse en l'air : elle était sérieuse lorsqu'elle disait qu'elle le saisirait pour l'emporter de force. Elle était peut-être quelqu'un de gentil et de compréhensif, cependant il fallait savoir une chose, sur elle : elle n'aimait pas qu'on lui dise "non", surtout lorsqu'il s'agissait de la santé des personnes qu'elle aimait. La créature écailleuse surprit alors, en observant Samuel, son clignement des yeux... mais ce n'était pas vraiment comme lorsqu'on clignait normalement. Il avait plutôt fermé les yeux avec insistance, comme si il cherchait à se protéger d'une lumière trop vive... ou comme si il cherchait à chasser des images désagréables de ses penser.


    -Oh, Samuel... dit-elle, en posant le museau sur sa main, dans un geste compatissant.

    Rexia observa un moment le deux-pattes dans les yeux, et on pouvait lire une profonde tristesse dans son regard ambré... la dragonne était triste de voir son ami dans cet état, triste de voir cet homme, qui l'avait accepté comme elle était, et qui lui avait sauvé la vie bien plus souvent que ce qu'il pensait, souffrir intérieurement ainsi. Elle était triste de ne pouvoir rien de faire de plus pour apaiser sa douleur que compatir à son chagrin, de ne pouvoir réduire à néant cette souffrance qui étreignait son coeur à la manière d'un serpent... mais au moins, si elle ne pouvait faire disparaître cette douleur, peut-être pouvait-elle la lui faire oublier pour un moment...

    Sans dire un mot de plus, elle poussa l'humain du bout du nez, afin de l'aider à monter sur son dos. Et une fois qu'il fut en place, elle sortit par la bais vitrée et s'élança dans le ciel à grande vitesse, battant à la fois rapidement et silencieusement des ailes. Heureusement, le champ d'invisibilité avait une portait qui s'élargissait jusque dans la rue, car sinon des passant aurait pus remarquer sa présence. L'un d'entre-eux, cependant, s'immobilisa et regarda un moment dans sa direction, tendis qu'elle montait, mais sans la voir. Il avait dû apercevoir le bout de sa queue qui était sortie pendant un moment du champ... cependant, il finit par hausser les épaules et par repartir. Il dut croire qu'il avait rêvé. Et pendant ce temps, Rexia continua à monter toujours plus haut, bien au dessus des immeubles. Et lorsque le froid fut suffisent pour qu'elle sente les mains de son cavalier glisser sur ses écailles humides, elle arrêta de monter, et lui dit :


    -Je t'ai promis que je te montrerais ce que c'est, de vraiment voler, et je vais le faire. Sache de voler, c'est quelque-chose de rapide, de libre... et bien souvent, de solitaire.

    Elle avait dit ses derniers mots d'un ton un peu moqueur, et une lueur de malice s'alluma dans son regard. Elle donna alors un puissant coup en l'air avec son dos, éjectant Samuel qui chuta vers le sol. La dragonne prit tout son temps pour aller le sauver... elle commença d'abord par replier ses ailes contre elle, et se laissa tomber elle aussi. Les deux Spéciaux chutèrent un moment, Rexia s'était débrouillée pour que leurs visages soient face à face. Elle n'était pas du tout inquiète, confiante en ses propres capacités, et elle souriait à Samuel.

    Au moment où ils passaient près des toits des plus hauts immeubles, l'écailleuse se décida enfin à bouger : elle déplia à nouveau ses ailes, manquant de peu de s'écorcher les bouts de celle-ci contre un mur, passa en dessous de l'humain et le laissa retomber souplement, assis à sa place habituel sur son dos. Puis elle remonta à nouveau au-dessus de la la ville...


    -Accroche-toi bien, Samuel !

    ... et recommença à se laisser tomber, tournant sur elle-même... la vrille était sa figure préférée. Puis elle remonta à nouveau, toujours en tournant sur elle-même, et partis dans une série de loopings, aussi vite que le coeur d'un humain pouvait le supporter... c'est à dire jamais vraiment assez pour celui d'un dragon. Elle continua ainsi à faire des figures aériennes de plus en plus longues et dangereuse... mais elle n'arrêtait pas de rire par-dessus, comme si ce qu'elle faisait était aussi simple pour elle qu'un jeu d'enfant... ce qui d'ailleurs, était le cas. Elle gardait toujours un oeil bienveillant sur son cavalier... dans l'éventualité que Samuel ne soit plus capable de se tenir, elle était montée assez haut pour avoir le temps de la rattraper. Et enfin, au bout d'une bonne dizaine de minutes, la dragonne arrêta ses figures... elle commençait à avoir un peu mal aux ailes, et il fallait aussi que Samuel ait le temps de repprendre son souffle.

    Le soleil avait presque entièrement disparu par-delà l'horizon, et Rexia vola lentement en ligne droite, profitant d'observer les dernières couleurs de la journée. Observer un couché de soleil depuis cette hauteur, c'était quelque-chose de vraiment beau, et surement l'une des plus grandes qualités du don du vol. Maintenant qu'ils étaient au calme, elle décida de donner ce dernier conseil à Samuel :


    -Tu es quelqu'un de bien, d’exceptionnel, ne l'oubli jamais... n'oubli pas non-plus ton passé, mais ne le laisse pas t'envahir... concentre toi sur ton avenir, Samuel, car c'est lui compte, au final, c'est le chemin que tu choisiras de prendre.
Revenir en haut Aller en bas
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: "A Week Through The Hell" [Rexia&Sam] (Intrigue : The Day They All Died...)   Dim 15 Jan - 15:57

Cligner des yeux, avec une si grande insistance, était un moyen, pour moi, de tenter de chasser ces images désagréables de mon esprit, mais cette tentative n’était que vaine. Elle ne servait pas à grand-chose, car toute cette histoire me dévorait. Plus je tentais de l’éviter, plus elle atterrissait dans ma tête. C’était comme s’il s’agissait d’une conséquence irrémédiable, face à laquelle je ne pouvais absolument rien faire. C’était terrible, mais c’était pourtant ainsi… Leurs cris, ces meurtres, je ne parvenais pas à les chasser de mon esprit. C’était comme si elles étaient condamnées à siéger dans ma tête, sans interruption, rien que pour invoquer ma tristesse et me faire du mal. Je n’en pouvais plus. Cette souffrance interne pesait beaucoup trop sur ma conscience. On pouvait compatir, tout dire pour me prouver que je disposais d’un soutien fiable autour de moi, cela ne m’aidait pas à oublier ce qui m’arrivait en ce moment.

Mais…pourquoi ne pouvais-je pas oublier cette douleur ? Pourquoi étais-je enfermé dans une torture aussi importante que celle-ci sans être capable de faire quelque chose pour y remédier ? Ces questions demeuraient sans aucune réponse pour le moment, et elles allaient probablement rester ainsi durant un long moment…rien que pour m’embêter et me pourrir la vie. Je ne disais rien du tout.

Rexia agissait la première, en me poussant du bout du nez afin que je puisse monter sur son dos. Une fois en place, elle s’élança et sortit par la fenêtre pour pouvoir voler à travers la ville. Mais, heureusement, le champ d’invisibilité fourni par l’un des membres du Serenity s’étendait plus loin. Cela nous dissimulait dans la rue, parmi les éventuels passants. La hauteur devenait de plus en plus importante à mesure que Rexia montait dans les airs, volant bien au dessus des immeubles, là où la fraicheur était bien plus que flagrante pour tous les corps. Elle me parlait alors, en me disant qu’elle m’avait promis qu’elle me montrerait la véritable signification de cette action, ce fait de voler. Il s’agissait d’un acte de rapidité, de liberté, même si nous demeurions souvent seuls par ce fait-là. Mais que pouvait-elle insinuer par là ? Que disait-elle en exprimant cette volonté de me montrer ce que cela voulait dire de réellement voler ? J’avais un petit peu peur…mais bon… il s’agissait d’une appréhension logique quand j’y réfléchissais.


- Mais…qu’est-ce que tu veux dire par là…vraiment voler, mais ça implique…

*oh non pas la chute libre*

Et bien si, voilà la chute libre…

Rexia donna alors un puissant coup en l'air avec son dos, m’éjectant au passage. Ceci eut pour conséquence ma chute vers le sol, un début de chute libre. Aussi étonnant que cela puisse paraître, contrairement au commun des mortels, je ne criais absolument pas. Je ne faisais que tomber, et sentir le vent sur mon visage. Le vent ne faisait que secouer mon corps, voilà tout. Rexia chutait également, se laissant tomber. Elle m’observait, en face d’elle. L’air serein, elle avait forcément fait cela plusieurs fois, et je le voyais. Rien que son sourire me le faisait comprendre. Elle me rattrapait au bout de quelques temps. Puis elle remonta à nouveau au-dessus de la ville et nous observions le tout, vu d‘en haut...


- Là…c’est pas croyable, plus que pas croyable même. J’ai déjà eu une expérience de chute libre, mais une qui ne termine pas sur le sol, faut avouer que c’est une première.

Quand elle me demandait de m’accrocher, je savais bien qu’elle allait faire quelque chose, et je devais penser à rester serein…c’était le but.

Voici alors la vrille, le fait de tourner sur soi-même de plus en plus vite. Ces figures aériennes étaient de plus en plus rapides, dangereuses, mais également impressionnantes. Je n’y croyais qu’à peine…et surtout avec difficulté. Enfin, au bout d'une bonne dizaine de minutes, les figures aériennes cessaient enfin. Le vol demeurait plus tranquille et plus simple à supporter. Rexia volait lentement dans le ciel, en ligne droite. Dans ce calme, Rexia me donnait un conseil, me disant de ne pas oublier que j’étais quelqu’un de bien, mais également de ne pas oublier mon passé, sans le laisser m’envahir bien entendu. Se concentrer sur l’avenir, c’était ce à quoi elle pensait, mais le mien était compliqué, un peu particulier, comment y songer sérieusement ? Ces choses étaient beaucoup trop dures. La difficulté de mes choix, ces tortures, ou bien autre chose…comment penser au sens positif, quand Rachel était la seule étincelle d’amour qui était présente dans ma vie ? Peut-être devrais-je changer de vie, penser à moi un peu plus qu’avant…mais je devais y réfléchir. Je devais prendre le temps de penser à ce qui m’était arrivé, toutes ces douleurs qui m’avaient encore marqué d’une manière aussi indélébile…et faire un choix, pour pouvoir mieux vivre mon existence par la suite. J’avais l’occasion de vivre ma vie, de penser à l’amour, mais je devais prendre des décisions, car seul moi pouvait prendre l’initiative de changer ma vie.


- Merci…merci pour tout ce que tu dis. Tu dis que je suis quelqu’un de bien et d’exceptionnel, mais tu l’es toi aussi. J’ai vraiment eu beaucoup de chance de te rencontrer.

*une chance plus qu’importante oui.*

- En te rencontrant, je peux dire une chose. Tu m’as sauvé, et même plusieurs fois d’ailleurs. Peu de personnes ont fait cela pour moi.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "A Week Through The Hell" [Rexia&Sam] (Intrigue : The Day They All Died...)   Lun 16 Jan - 16:10

    Rexia avait rit un peu en sentant de la peur dans la vois de son ami, lorsque celui-ci avait finit par comprendre ce que ça signifiait, de réellement voler, à la manière des dragons... et elle avait agi, malgré-tout, ne faisant pas attention à l'inquiétude de Samuel, car elle voulait que justement, son esprit soit trop occupé pour ressentir la douleur de ses souvenirs, et si pour cela, elle devait lui faire peur, et bien elle était prête à le faire. De toute façon, le trop-plein d'énergie qu'elle avait en elle l'aurait poussé, à un moment ou à un autre, à faire des figures aériennes...

    Dans le ciel, la jeune dragonne se sentait un peu comme une enfant sur des montagnes russes... elle espérait toujours que ça ne s'arrêterait jamais, et voulait toujours refaire un tour... mais comme cet enfant qui finissait par ne plus avoir assez d'argent pour se payer un tour supplémentaire, elle, elle allait finir par se fatiguer, et devrait se poser pour reprendre des forces. Elle le savait, mais au font, ça ne la gênait pas... il n'y avait rien de plus agréable que de se détendre les muscles endolories, lorsqu'on a fait un exercice qui nous amuse plus que tout. En repensant à ce tas de coussin et de matelas qui l'attendait au Serenity, elle se dit d'ailleurs que ses prochaines nuits seraient sans-doute les plus confortables qu'elle n'aurait jamais passée depuis le jours où elle avait pris la fuite des laboratoires de DESTINÉE, et encore, là-bas, elle était contrainte de dormir sur une litière de paille. Cependant, pour aller se reposer, il fallait encore qu'elle réussisse à vider son énergie, ce qui n'était pas encore le cas.

    Les conseils que Rexia lui donna semblèrent toucher Samuel, surtout qu'ils lui venaient du fond du coeur... la dragonne pensait plus que sincèrement tout ce qu'elle lui avait dit, et en ce moment, elle n'espérait qu'une seule chose : que ses conseils, même si, elle s'en doutait, ne suffirait pas à toute effacer, puisse au moins aider son ami à se sortir de ses douloureux souvenirs. Hélas, à part des mots et de nouvelles sensations, elle ne pouvait rien lui donner de plus... il allait falloir que le bipède trouve seul ce qu'il devait faire de ce qu'elle lui disait, et qu'il trouve lui-même la voie qui le mènerait à la guérison, et à la vie qu'il méritait d'avoir : celle d'un homme aussi heureux que ce qu'il la rendait heureuse à elle, et à toutes les autres personnes qu'il avait aidé, et qui tenaient à lui.

    Au moins, il semblait avoir saisi le sens de ce qu'elle voulait lui dire... Samuel la remercia, lui disant qu'il avait eu de la chance de la rencontrer, et qu'elle l'avait sauvée, plus de fois qu'elle ne le pensait... en entendant cela, Rexia se dit qu'il ne parlait pas que de sa vie, et elle comprenait ce qu'il voulait dire, car c'était en quelque-sorte la même chose, de son côté. La dragonne lâcha l'un de ses si célèbres puissant ronronnement, signe de sa bonne-humeur, et lui répondit, d'une voie sereine, heureuse d'être ici, à partager cette expérience et cette conversation avec son ami :


    -Je t'en pris, et sache que temps que tu en auras besoin, je serais toujours là, et je continuerais à t'aider, que ce soit en me battant pour toi, ou en t'offrant mes conseils. Tu sais, toi-aussi, tu m'as sauvé, et je ne parle pas seulement de la veille, où tu m'as tiré des griffes de la morts... si je ne t'avais pas rencontrée, je serais bien seule, et je n'aurais pas appris que je pouvais faire confiance à certains humains. Si tu ne m'avais pas aidé à me cacher dans ce monde, je pense que DESTINÉE m'aurait à nouveau capturé, et si ça se trouve, à force de fuir, je serais devenu une bête sauvage qui s'attaquerait aux innocents, simplement par crainte.

    Comptant sur ses sens pour l'empêcher de rentrer dans quelque-chose... et de toute façon, à cette altitude, à part des avions et des oiseaux, on ne pouvait rien croiser... Rexia tourna complètement la tête et plongea ses yeux ambrés dans ceux de Samuel. Dans son regard brillait toute sa reconnaissance, et toute l'amitié qu'elle éprouvait pour lui. Elle resta un moment à l'observer ainsi, le sourire au museau... et, d'un coups, sans le mettre en garde, partit sur nouvelle vrille, tournant un coup sur elle-même avant de se remettre droite, afin de faire un peu peur à son ami. Elle, cela la fit éclater de rire, puis elle finit par annoncer, en observant les étoiles naissante de cette jeune nuit :

    -Je pense que je vais voler toute la nuit... mais toi, je sais que tu as besoin de repos. Souhaite continuer un peu avec moi, ou veux-tu que je te ramène au Serenity ?
Revenir en haut Aller en bas
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: "A Week Through The Hell" [Rexia&Sam] (Intrigue : The Day They All Died...)   Mer 18 Jan - 15:45

Voler, dans ce ciel qui s’assombrissait au fur et à mesure de mes chutes libres, me procurait une sensation que je ne comprenais qu’à peine. Ce vent soufflait sur mon visage, me prenait dans ses bras si forts et me faisait comprendre que la liberté existait encore. Il s’agissait d’une chute libre sans issue mortelle, quelque chose de bien plus bénéfique que le suicide, car ceci impliquait la renaissance. Ceci impliquait une ouverture de l’esprit quelque chose de plutôt bon pour l’âme de quiconque. Au final, même moi je pouvais être capable de ressentir cette liberté. J’étais ouvert à cette tranquillité, moi aussi, alors que je pensais le contraire, surtout depuis tout ce qui m’était arrivé par le passé. Rexia venait de changer ma façon de penser, en me faisant comprendre ce que vous réellement signifier le fait de voler, le fait de toucher le ciel et de naviguer parmi les étoiles ou les nuages. Je comprenais maintenant. Je comprenais tout de ce qui passait à présent, la sensation si douce que pouvait ressentir Rexia en volant dans le ciel. Tout ce bien positif que cette expérience m’apportait, jamais je ne l’oublierais, jamais je ne le pourrais. Personne ne pourrait me faire changer d’avis…personne. À elle-seule, Rexia m’avait sauvé, bien nombre de fois, et cet acte si bon allait rester graver dans ma mémoire, à jamais, car cela n’arrivait que peu de fois, trop peu de fois. Je souriais, c’était si bon…si réel…enfin je me sentais bien. Savoir qu‘elle était là était quelque chose qui me soulageait.

- Il en sera également de même pour moi. Toutes ces choses, ces si belles choses que tu as faites pour moi, jamais je ne pourrais les oublier, jamais. Si jamais tu as besoin de quoi que ce soit, d’une compagnie ou d’une aide plus importante, sache que je suis là, et que je le serais encore.

*surtout à la vue de ce que mon pouvoir est devenu, ce ne sera pas compliqué…*

- Tu m’as montré ce que voulait réellement signifier le fait de voler, et j’ai trouvé cela magique, et même encore plus que cela. La brise du vent m’a libéré de quelque chose qui s’était bloqué en moi, quelque chose qui me gênait. Je n’avais pas réellement compris ce que c’était, mais ça va mieux. Je me sens mieux. Je sais que ces souvenirs sont toujours dans ma tête, mais je vais mieux.

Rexia restait un moment à m’observer, jusqu’au moment où, tout d’un coup, elle fit un nouveau mouvement de vrille, avant de se remettre droite sur elle-même. Ce mouvement me surprit, car je ne m’y attendais guère.

Les étoiles naissantes de la nuit accueillaient son regard. Elle avait envie de voler, voler toute la nuit sans dormir, mais elle savait que j’avais besoin de repos. Elle savait que je devais dormir depuis tout le temps où je n’avais pas pu le faire et, à vrai dire, j’en avais également conscience.

Que faire alors ? Continuer de voler ? Tenter de trouver le sommeil ? Je ne le savais pas…Je n‘en savais rien, rien du tout. Les deux issues me tentaient, mais je ne parvenais pas à trancher…je n‘y parvenais pas…


- Ce serait tentant de voler, de poursuivre cette expérience, je pourrais le faire tout le temps car je le souhaite réellement, et sincèrement, mais au fond tu as raison. Je suis également fatigué. Cela fait plusieurs jours déjà que je ne parviens pas à dormir sans être agité par ces rêves troublants. Cela m’embrouille, me perd. Pourtant, je le veux…je veux voler…je ne comprend même plus mes propres pensées. Je suis perdu.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "A Week Through The Hell" [Rexia&Sam] (Intrigue : The Day They All Died...)   Ven 20 Jan - 19:45

    Le sourire ne quittait plus le museau de la jeune dragonne, un sourire de bien-être, un sourire de pure joie... Rexia ne s'était jamais sentit aussi heureuse lorsqu'elle volait, et pourtant, voler la rendait déjà extrêmement heureuse, en générale. Mais sentir sur son dos en plus le poids de son ami, et savoir qu'il serait toujours présent pour elle chaque fois qu'elle en aurait besoin, tout comme elle-même serait toujours présente à ses côtés, faisait qu'elle ne ressentait désormais plus sur ses épaules le poids de ses problèmes, et la peur de se faire un jour recapturer par les scientifiques avait disparue. Et surtout, ce qui la rendait le plus heureuse, c'était lorsque Samuel lui annonça qu'elle avait réussie : en ressentant la liberté du vol, son ami avait finit par se libérer de la douleur interne qui le détruisait de l'intérieur. La dragonne aurait voulue lever haut le museau et rugir, un rugissement pour exprimer son succès, le plaisir qu'elle éprouvait d'avoir pue aider son ami, et défier le monde de désormais essayer à nouveau de les arrêter, tout-les-deux... mais elle se retint, car elle volait toujours au dessus de la ville, et même si elle était hors de porté de vue des humains au sol, elle ne voulait pas prendre le risque d'attirer l'attention sur elle.

    Elle était triste à l'idée que leur expérience se termine déjà... cependant, ce qui comptait le plus pour elle, à ce moment là, c'était la santé de Samuel, et elle savait que pour qu'un être-humain soit en bonne santé, il fallait qu'il ait une période de repos régulière d'au moins sept heures. Elle-même avait besoin de dormir régulièrement, bien que son propre subconscient soit quand-même légèrement plus résistant que celui des deux-pattes normaux. Alors elle acceptait le fait qu'elle doive ramener son cavalier au Serenity, afin qu'il puisse rejoindre son lit... et elle cherchait à se rassurer en se disant que, au moins, elle pourrait recommencer ses cabrioles sans avoir peur de le faire tomber de son dos. Cependant, contrairement à ce qu'elle croyait, le Spécial aux pouvoirs de feu ne tenait pas plus que ça à retourner au Serenity...

    Serte, il était épuisé, cependant il disait qu'il tenait également à continuer à voler, qu'il ne voulait pas que ça s'arrête déjà, tout comme elle. Mais bien que son corps réclamait encore de ressentir la sensation du vol, son esprit, lui, réclamait le sommeil, et il ne savait pas qui il devait suivre... et Rexia, hélas, ne savait pas non-plus ce qui pouvait bien passer en priorité. C'est alors qu'elle eut une idée... elle ria en songeant que, si elle avait été un personnage de dessin-animé, une ampoule se serait surement allumée au dessus de sa tête, juste entre ses cornes. Elle détourna finalement son regard de Samuel, pointant le museau vers l'horizon, et lui dit alors :


    -Dans ce cas, tu n'es pas obligé de descendre... tu n'as cas te coucher sur moi, et dormir. La chaleur de mon corps te servira de couverture, et le vent continuera à te caresser, te guidant dans tes rêves. N'ai crainte : si tu tombe, je te rattraperais, et je ferais en sorte de voler doucement pour que tu es un sommeil calme.

    Après-tout, Rexia n'était pas obligée de faire des cascades, pour apprécier le vol... elle pourrait parfaitement se contenter de planer et de rêver en appréciant le paysage de la ville, voir même au-delà, si elle souhaitait s'en éloigner un peu...
Revenir en haut Aller en bas
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: "A Week Through The Hell" [Rexia&Sam] (Intrigue : The Day They All Died...)   Sam 21 Jan - 16:14

Après avoir vécu une semaine à travers l’enfer, le sommeil me manquait. Durant de longues journées, j’avais vécu le pire sans jamais dormir. Cette souffrance avait pesé lourd sur mes épaules, uniquement parce que ces types, ces scientifiques de malheur songeaient seulement aux tests qu’ils pouvaient me faire passer. Ils mettaient à l’épreuve mon second pouvoir, dans le but de trouver ses limites, et de découvrir la clé de son fonctionnement. Cette première marque de cruauté m’avait fait beaucoup de mal, mais elle n’allait probablement pas être la dernière. D’autres, par la suite, allaient probablement tenter la même chose, pour la même volonté. Ce second pouvoir, depuis que je l’avais, apportait certes des côtés bénéfiques en guérissant les autres, et en me guérissant moi, mais il m’apportait également beaucoup d’ennuis, car un nombre important de personnes, dans n’importe quelle catégorie sociale, pouvait s’intéressait à moi, uniquement pour leurs intérêts personnels. Rien que cette notion-là me révoltait, mais je n’avais pas assez de poids à moi seul.

Mes douleurs émotionnelles avaient réussi à retourner dans l’oubli grâce à ce que Rexia avait pu faire pour moi. Cette liberté de voler m’avait ouvert les yeux vers un monde nouveau, un monde où cette seule brise d’air pouvait libérer mon cœur, et c’était ce qui avait pu se produire…enfin.. Pour un rare moment dans mon vie, je parvenais à penser à autre chose, à oublier ce que j’avais subi pour ne songer qu’à moi, mon avenir, et tout ce que je pourrais vivre par la suite. J’avais encore beaucoup de choses à accomplir, mais également à apprendre, alors le fait de me laisser dévorer par tout n’était guère la solution. Je devais apprendre à rebondir, reconnaître toutes ces choses qui pourraient me venir en aide, et j’y parvenais, avec suffisamment de force pour y réfléchir.

Mais j’étais quand même triste.

Le sommeil me rattrapait et je n’avais pas envie de voir cette expérience s’achever aussi rapidement…C’était encore trop difficile à admettre. Mon esprit voulait dormir, mais mon corps réclamait le sommeil. C’était trop dur de continuer dans ses conditions. Mais Rexia eut une idée, une idée à laquelle je ne m’étais guère attendue. Cette idée était celle où je ne bougerai pas, restant coucher sur elle pour continuer à ressentir le vol tout en dormant. Cette idée me fit sourire, et j‘allais l‘accepter.


- Il faut l’avouer que je ne m’attendais pas réellement à cela, à ce genre d’idée je veux dire…mais elle me rassure. Au fond je n’avais pas envie de partir et de te quitter tout de suite, surtout après ce que l’on a pu vivre toi et moi. Je vais suivre ton conseil, sans hésitation.

Je commençais à prendre une position allongée, sur le corps de Rexia. Mon corps était même limite à accepter le réflexe de fermer les yeux, de plonger dans le sommeil, mais je ne voulais pas oublier de lui dire quelque chose.

- Merci Rexia. Merci pour tout.

Et là…mes yeux se fermèrent. Je plongeais dans le monde des rêves, où n’importe quelle image apparaissait. Pour l’instant rien d’alarmant, à part un mot récurrent ou plutôt une expression, que je ne cessais d’entendre : les ailes de l’immortel vont bientôt être dévoilées. Je ne savais pas ce que cela signifiait, et c‘était bien le pire. Il s‘agissait d‘un appel invisible que je ne comprenais pas.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "A Week Through The Hell" [Rexia&Sam] (Intrigue : The Day They All Died...)   Mar 24 Jan - 13:19

    L'idée de la jeune dragonne plut à son ami, qui l'accepta sans la moindre hésitation. Il s'installa le plus confortablement possible sur le dos écailleux de Rexia... serte, ce n'était pas là le plus confortable des lits, mais au moins c'était chaud, et cela sembla suffire pour lui faire trouver le sommeil, malgré la dureté de la peau sur laquelle il allait devoir dormir. Il pensa à la remercier, avant de s'endormir, mais plutôt que de lui répondre, et de prendre le risque de le détourner de ce qu'il devait faire, elle se contenta de sourire dans le vide, et de pousser un nouveau ronronnement... plutôt qu'un bruit continue, ce ronronnement là avait une sorte de rythme, doux, agréable aux oreilles, comme la mélodie des vagues sur une plage déserte... c'était une berceuse, et même si elle savait que Samuel n'était plus un enfant, la femelle espérait malgré-tout que ce chant l'aiderait à ne plus se perdre dans des visions de cauchemar.

    La nuit passa sans le moindre incident, sans qu'elle ne rencontra qui que ce soit dans le ciel... afin de les laisser tranquille, de lui offrir un vol calme et de laisser le deux-pattes dormir en paix, le destin semblait avoir décidé de leur donner un petit coup-de-main, et même les oiseaux ne s'approchèrent pas d'elle, alors qu'il arrivait souvent qu'elle ait des groupe d'oies sauvages ou de pigeons qui venaient voir ce qu'elle était, par simple curiosité, en jacassant dans ses oreilles... ou encore, parfois, lorsqu'elle volait près d'une forêt, certains emplumés venaient lui donner des coups de bec... chose inutile, car son armure naturelle lui permettait de ne rien sentir... afin de la chasser loin de leurs nids. Durant cette nuit, Rexia eut l'impression de voler au fond de l'eau... le silence était complet, mis à part de bruis de ses propres ailes qui sifflaient dans le vent.

    Filant doucement et évitant le plus possible de faire bouger le corps de Samuel, pour ne pas le réveiller, ou encore le faire tomber... même si elle était certaine de le rattraper, cela risquer de faire un réveil plutôt désagréable... Rexia passa la nuit à admirer les merveilles de ce mondes, qu'elles soient artificielles, ou naturelles. Elle traversa toute la ville d'un bout à l'autre, admirant les rues, les lumières et les monuments depuis le ciel. Puis, lorsqu'elle en eut assez du béton et du métal, elle quitta la ville pour aller à la rencontre de paysages plus verdoyant, d'abord en filant au dessus de l'océan. Lorsqu'elle descendit un peu pour le plaisir de tremper ses serres dans l'eau, un groupe de dauphins l'accompagna, en poussant leurs rires si agréables aux oreilles. Puis elle arriva près d'une chaîne de montagnes, et essaya de monter le plus haut possible, afin de tester jusqu'où son propre corps pouvait supporter la pression de l'air... mais elle se rappela rapidement qu'elle avait un passager et elle abandonna cette idée. A la place, elle vola au dessus de la forêt de sapin qui recouvrait les montagnes, s'amusant à observer la fuite des animaux nocturnes, qui devaient croire qu'elle était en train de chasser...

    Parfois, lorsque ses ailes devenaient trop lourdes... elle débordait d'énergie, c'était vrai, mais ses muscles ne pouvait pour autant ne pas se fatiguer... elle se posait dans un endroit tranquille, où il n'y avait pas d'humain pour venir la déranger, et attendait que la douleur disparaisse, en s'amusant à lâcher des nuages de fumée par ses naseaux et de voir les formes qu'ils prenaient sous le vent. Alternativement, elle se posa ainsi sur quelques immeubles, sur un îlot rocheux au milieu de l'océan où elle put profiter de l'odeur du sel marin, et sur des pierres dans les montagnes où elle se percha tel un oiseau de proie. Les heures passèrent sans qu'elle ne les remarque, uniquement occupée à veiller sur son ami et à profiter de sa nuit de vol... puis finalement, l'aube pointa le bout de son nez.

    Alors que le soleil sortait par-delà la ligne de l'horizon, Rexia était de retour dans le ciel du Serenity, et tournait au-dessus de la boite de nuit d'où les quelques derniers Normaux qui étaient venus boire un coup finissaient de sortir. Elle se sentait déjà, disons... un peu plus vide. Passer la nuit sans dormir, avec en plus la dernière qu'elle avait passée à veiller sur Samuel et Arthur, avait finit de vider le trop plein d'énergie de son corps. Elle bailla un grand coup, dévoilant sa gueule garnie de grands crocs... la nuit prochaine, elle allait sans doute enfin pouvoir dormir, et peut-être même qu'une fois de retour dans sa chambre, elle partirait pour une bonne petite sieste. Cependant, elle voulait attendre que Samuel se réveil, avant de retourner dans leur refuge. L'aube était magnifique, et elle voulait lui offrir cela, également : la chance de pouvoir assister à la naissance du nouveau jour depuis son dos. Alors elle tournait en rond dans le ciel, attendant patiemment que celui qui la chevauchaut ne se réveil...
Revenir en haut Aller en bas
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: "A Week Through The Hell" [Rexia&Sam] (Intrigue : The Day They All Died...)   Mer 25 Jan - 0:38

 « les ailes de l’immortel… »

Dans ma tête, une voix inconnue s‘entendait… Il s’agissait d’un appel que je ne parvenais pas à décoder, tout simplement parce que la chose, qu’elle invoquait, n’était qu’un mythe pour ma conscience. L’immortalité…mais tout ceci était impossible pour moi…cela ne pouvait pas exister, à part dans les rêves les plus fous. Voilà ce que je faisais, je rêvais…ou plutôt je dormais. Cette voix n’existait peut-être même pas, qui sait ? Malheureusement personne ne pouvait le garantir sans certitude, même pas moi, celui qui entendait cette voix sans l’assistance de quiconque. Rexia ne pouvait pas entendre cela. Il ne s’agissait que de moi. Cet appel n’était pas un cauchemar, mais il m’intriguait, amenant au passage de nombreuses questions à l’intérieur de ma tête. Quelque chose ou bien quelqu’un cherchait à appeler les ailes d’un immortel. Cette expression se répétait sans cesse dans ma tête…ou bien juste ce mot : immortel. Pourquoi moi ? Pourquoi entendais-je cela dans ma tête et puis surtout pourquoi maintenant ?

La nuit était pourtant calme.

Cet appel, qui semblait constant, s’estompa un peu plus tard, aussi rapidement qu’il était venu. En prenant la vitesse d’arrivée et de départ d’un rêve, cette voix semblait fictive…irréelle. Peut-être n’allait-elle justement pas revenir, mais je ne pouvais être sûr de rien. La seule chose qui paraissait claire, était ce sommeil que j’avais pu trouver. Pour une rare fois depuis quelques jours, j’avais pu dormir, trouver un sommeil paisible qui ne m’agitait pas. Ces visions d’horreur venaient de me laisser en paix durant un cycle entier de sommeil…enfin…

Un cadeau immense venait de m’être offert, grâce à ce sommeil que j’avais pu avoir. Mes forces étaient peut-être enfin revenues au grand complet, du moins je le supposais.

Mais mes yeux s’ouvraient…

J’avais pu dormir un moment, le temps de reprendre des forces, et il était rare pour moi de pouvoir le faire, surtout après des épreuves aussi compliquées. Je me trouvais encore sur le dos de Rexia, et une lumière orangée berçait mon regard : la lumière de l’aube. Le soleil était en train de se lever à l’horizon. Au départ les yeux à peine ouverts du à la rapidité de mon réveil, je n’observais pas grand-chose, mais ceci ne dura qu’un temps. Je pouvais par la suite enfin apprécier l’aube à sa juste valeur. Le ciel était magnifique. Ces teintes orangées étaient toujours inoubliables à regarder. Il s’agissait d’un des meilleurs moments de la journée, avec le coucher de soleil. Avec cette apparence, le ciel me rappelait un peu ce que j’étais, mes flammes…c’était anecdotique, mais j’avais toujours été attiré par l’apparence de l’aube ou du coucher de soleil. Un banal ciel bleu semblait trop habituel. On le voyait tout le temps, alors que l’on ne prenait jamais le temps d’analyser la beauté des extrémités de la journée. Pourtant cela en valait la peine. La preuve…tant de beauté…tout ceci était superbe…vraiment…


- Pourquoi attendre tant de beauté quand le ciel en offre une aussi belle en début de journée… disais-je en souriant Le ciel, dans ces couleurs-là, il mérite que l’on prenne la peine de se poser et de l’observer. Si cela pouvait durer une éternité, cela serait magique.

Mes yeux pouvaient observer l’aube dans son éternité, mais ma voix montrait bien que je n’étais pas encore tout à fait réveillé. Cela se comprenait…au fond…mais cela allait passer, j’en étais certain.

- Les richesses immortelles du ciel…Elles méritent d‘être observées.

Immortel…

Même moi je me mettais à évoquer ce mot que j’entendais dans ma tête, un peu comme un écho de la voix qui m’avait parlé, en disant que les ailes de l’immortel allaient bientôt être révélées.

Un raisonnement étrange venant de moi, sans que je ne comprenne pourquoi. Tout ceci m'intriguait.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: "A Week Through The Hell" [Rexia&Sam] (Intrigue : The Day They All Died...)   Jeu 26 Jan - 15:26

[Jolie, ton nouveau vava'... on dirait un personnage de Dragon Ball ^^]

    Dans chacun des yeux de la jeune dragonne, un autre petit soleil, aux couleurs semblables à celles de ses prunelles albrées, montait, en même temps que celui de leur originale géant. Finalement, Rexia avait arrêtée de tourner en rond au dessus de la boite de nuit, et battait tout simplement lentement des ailes dans un mouvement silencieux, faisant du sur-place et admirant le lever de la sphère dorée. Instinctivement, la peau translucide qui protégeait ses yeux sous l'eau s'était déployée... elle faisait parfois également office de "lunettes de soleil", afin de protéger ses yeux de la douleur des rayons. Ce que la grande créature aimait le plus, dans ce genre de moment, c'était les couleurs flamboyantes que prenait le ciel... même ses écailles, qui pourtant étaient lisses et brillantes, n'arrivaient pas à ressemblait à un brasier ardent, comme les nuages lors de l'apparition et de la disparition du soleil. Parfois, le matin, lorsqu'elle ne se contentait pas de l'admirer, tout-simplement, elle s'amusait à voler au milieu des nuages, si ils étaient nombreux, où sa couleur se fondait et où elle était presque invisible... elle avait alors l'impression de se retrouver au milieu de flammes, et les formes de certains nuages lui évoquaient d'autres dragons... ainsi, elle avait l'impression d'être moins seule que ce qu'elle était vraiment.

    Sur son dos, le corps de son ami gigota, et elle sentit sa respiration s'axellérer quelques peu, avant de se calmer et de devenir plus régulière... Samuel était en train de se réveiller. Les yeux de Rexia étaient comme absorbés par le levé du jour et elle ne se tourna pas vers lui, cependant elle lui dit quand-même :


    -Bonjour, Samuel...

    ... sans prendre la peine de lui demander si il avait bien dormi, car elle savait déjà que c'était le cas. Durant la nuit qui était passé, elle avait sentie le deux-pattes à peine gigoter sur son dos, surement déranger par une quelconque image de rêve... cependant, aucune de ces images ne l'avait fait gémir, ou pire : ne l'avait réveillée. Samuel avait enfin pu faire une nuit complète, et la dragonne était heureuse pour lui... ça voulait dire qu'il allait mieux, et aussi qu'il allait se sentir mieux, aujourd'hui, après avoir pu dormir tranquillement. De plus, tout comme elle, le bipède se fit absorber par la beauté du levé de soleil, et elle ne voulut pas gâcher son plaisir de ce qu'il pouvait voir en lui en disant plus qu'il n'était nécessaire...

    Samuel se mit à vanter d'une voie encore brouillée par les brumes du sommeil les mérites d'un tel spectacles, sa beauté magique et éternelle... et à ces mots, Rexia ne put que grogner d'approbation.


    -Elles méritent que nous soyons là pour les observer, répéta l'écailleuse, avant d'ajouter : et pour les protéger, comme toutes les autres merveilles de la nature... voilà encore une autre raison de vivre.

    Samuel n'était pas le seul à parfois douter de la vie, de la raison de vivre elle-même... cela était déjà arrivé à Rexia, aussi, surtout aux moments où elle pensait avec tristesse qu'elle était l'unique représentante de son espèce. Dès lors, elle cherchait toujours une chose importante, pour elle, une raison de vivre, et la joie de pouvoir admirer les beautés du monde en était une, avec, en plus, depuis ces derniers temps, son amitié avec Samuel.

    Le temps passa, et le soleil termina de se lever, remplaçant sa beauté naturelle par la puissance de ses rayons aveuglants. La dragonne détourna le museau, car même sa membrane de peau transparente ne pouvait totalement empêcher ses yeux de se faire brûler. Et elle décida à ce moment-là d'annoncer à Samuel, en se tournant vers lui, un sourire flottant sur le bord du museau :


    -Mes ailes sont fatiguées, et l'énergie que tu m'as offert s'est finalement évaporée, je vais pouvoir à nouveau me retrouver à terre sans me sentir forcée de faire des cabrioles. Es-tu prêt à retourner auprès des tiens, au Serenity ? En plus, Arthur doit s'inquiéter pour nous...
Revenir en haut Aller en bas
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: "A Week Through The Hell" [Rexia&Sam] (Intrigue : The Day They All Died...)   Ven 27 Jan - 13:15

Hj : merci Very Happy

Quand le soleil se levait, c’était comme si le monde pouvait renaître une nouvelle fois, et exprimer ses richesses devant les rares qui prennent la peine de les observer, car rares étaient ceux qui se levaient aux aurores rien que pour contempler l’horizon. Pour une rare fois de ma vie, je faisais partie de ces personnes-là, en étant sur le dos de Rexia. Je contemplais cette lumière qui traversait mon regard, et cela m’aidait. Au fond je comprenais que quelque chose de plus doux existait dans cet univers quelque chose qui, en un seul regard, suffisait à me calmer, et à anéantir toute pincée de douleur capable de perforer mon cœur. J’étais comme absorbé par la lumière du jour, mais pour une bonne cause. J’étais serein. J’avais retrouvé la force et surtout l’envie de continuer de vivre ma vie sans pleurer, et il s’agissait de quelque chose de bien important pour moi, quelque chose que je ne devais pas oublier. En songeant à une vie sans souffrance, je ne pouvais penser qu’à Rachel, celle que j’aimais. L’importance qu’elle avait pour moi dépassait l’entendement. Je tenais à elle plus que tout au monde, et je n’avais plus envie de la quitter. Toutes ces horreurs me faisaient prendre conscience que ma place était auprès d’elle, et il s’agirait de la première chose que j’allais lui dire lorsque je la reverrai. J’allais lui dire que je voulais rester avec elle, et que j’allais abandonner le combat, une bonne fois pour toutes, pour ne penser qu’à une chose : ma vie, mais également sa vie. Je voulais rester avec elle, que l’on continue ensemble et non que je m’éloigne constamment pour ne la revoir que des jours plus tard. L’horreur que j’avais pu vivre avait eu un bon effet sur moi : il était temps que je me range, que je passe à autre chose. Il était temps… Penser à des si belles choses ne m’arrivait que trop rarement. Je devais continuer.

Une fois réveillé, l’appel invisible avait pu disparaître. Je n’entendais plus cet appel aux ailes de l’immortel, comme si j’étais enfin libéré, et que je pouvais revivre ma vie. C’était ce que je ressentais. Cette disparition me réjouissait, car j’avais pu retrouver ma tranquillité, sentiment accentué depuis que je n’étais plus embrouillé par les brumes du sommeil. Ma vision était claire, non perturbée, et c’était mieux ainsi. Ces richesses, je pouvais les observer pleinement.


- Tu as raison. Ces richesses qu’on observe quand le soleil se lève montre que la Terre mérite d’être préservée, et que certains veillent sur elle. J’ai compris cela par le passé, que le Gouvernement peut nous faire du mal, mais que des innocents ont besoin de nous. C’est cette raison, qui m’a fait rejoindre le Serenity, pour que je puisse les aider, et améliorer leurs vies le plus possible. Vivre pour les aider à survivre…car l‘immortalité n‘a pas l‘air de réellement exister parmi les êtres humains.

Mais j’en doutais.

Cet appel me faisait douter de ce que je disais car cette voix évoquait bien les ailes d’un immortel, en disant qu’elles allaient bientôt être dévoilées, comme si elles n’existaient pas encore, et que l’on devait attendre avant de les observer. Mais pourquoi moi ? Pourquoi entendais-je cette phrase à moi seul ? Je ne pouvais pas être cet immortel pour cette voix, c’était insensé.

Pour éviter de montrer à Rexia que cette voix me faisait douter, même si je ne l’entendais plus, je continuais à observer la fin du lever du soleil, jusqu’à ce qu’il atteigne le stade qu’il connaissait en journée, cette étoile brulante en haut de notre ciel. À ce moment-là, je ne pouvais plus l’observer. J’évitais de croiser sa luminosité, car elle me faisait mal. Mes yeux étaient encore fragiles. Rexia avait également détourné son visage du soleil.

Mais cela allait être terminé…à ce que je pouvais entendre. Elle pensait qu’il était temps de retourner au Serenity. Au fond elle n’avait pas tort, mais moi je ne savais pas quoi penser. J’étais perdu.

Par une voix bercée d’un ton neutre, qui n’exprimait ni le pour ni le contre, je lui dis simplement une seule phrase, sans m’étendre.


- Tu as peut-être raison.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "A Week Through The Hell" [Rexia&Sam] (Intrigue : The Day They All Died...)   

Revenir en haut Aller en bas
 

"A Week Through The Hell" [Rexia&Sam] (Intrigue : The Day They All Died...)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

 Sujets similaires

-
» Welcome in Hell... [Ali & Ysi ]
» 05. What the hell are you waiting for.
» Welcome Hell
» Drag Me To Hell
» Gates Of hell " La porte des Enfers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Toute Bonne Chose A Une Fin :: Les Archives Du RPG-