AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Signs Of Destiny (avec Rachel A. Silverstone et Samuel Langster)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tyler Anderson
Time Can Be Rewritten
avatar

Date d'inscription : 05/02/2012
Messages : 365

Capacité(s) : Exploration de l'esprit / Maîtrise de l'espace-temps

Camp : Neutres / Hybrides

MessageSujet: The Signs Of Destiny (avec Rachel A. Silverstone et Samuel Langster)   Lun 18 Mar - 0:34

Aujourd'hui, le fait d'atteindre le domicile de ma mère avait été une intense peine, même avec un pouvoir de téléportation découlant de ma maîtrise de l'espace-temps. Là cette fois-ci, je transportais mon père largement éprouvé par ce qui venait de lui arriver. L'enlèvement récent ainsi que la naissance des signes sur son bras droit désormais bandé l'avaient pas mal fragilisé. Même avec une bonne nuit de sommeil, il était quand même facile de voir que mon père était à bout de force. Il avait besoin de repos et surtout du soutien des gens qu'il aimait pour pouvoir se remettre de tout cela et surtout évité d'être détruit autant que j'avais pu le voir dans ce carnet. Je voulais lui épargner cette peine et tenter d'améliorer sa vie si je le pouvais. Pour cela, j'allais mettre ma mère dans la confidence de ce qui s'était produit. Si elle savait toute l'histoire, mon père se sentirait sans doute moins seul dans cette aventure. C'était la meilleure chose à faire. Marcher en traînant limite mon père prenant péniblement appui sur mon épaule fut quelque chose de pénible, mais je parvins quand même à aider mon père à atteindre son lit et à s'allonger. Quand ce dernier tenta de se relever, car il voulait à tout prix rejoindre ma mère, je le retins gentiment en l'amenant à s'allonger de nouveau dans le lit.

- S'il te plait, ne complique pas les choses. Ce qui t'es arrivé a pompé une majeure partie de tes forces. Tu commences à récupérer, mais s'il te plait ne fais pas encore trop d'effort. C'est trop tôt. Repose-toi. Tu peux compter sur moi et continuer à avoir confiance en moi. Jamais je n'oserais te trahir...

Pour tenter de le rassurer, je gardais l'une de ses mains dans la mienne, ne quittant pas son bras droit, protégé par le bandage. L'avenir n'allait pas être facile désormais. Il fallait protéger mon père. Il n'y avait plus de place pour les risques inutiles à présent.

- On fera tout pour te protéger, je te le promets. Tu n'es pas seul à vivre tout ça. Nous sommes là pour toi. Pour l'heure, prend du temps pour te reposer, c'est extrêmement important. La naissance des signes t'inflige encore de trop fortes douleurs. Reste allongé. Ne te lève que si c'est réellement nécessaire. Moi je suis à côté, ne t'inquiète pas. Tu n'es pas seul ici. Ma mère est là aussi, et je vais lui parler de tout ce qui s'est passé. Je sais que tu ne cautionnes pas forcément ce que je vais faire, mais c'est la meilleure chose à faire pour toi. Courage...je suis à côté si tu as besoin de moi.

Je lâchais progressivement sa main pour ensuite guider la pièce afin d'aller chercher ma mère. Si je me rappelais bien de ce qui était inscrit dans le carnet, elle devait être dans la cuisine. Je me dirigeais alors par réflexe à la cuisine, la trouvant comme je l'avais espéré. Pour éviter de l'effrayer en parlant sans prévenir, je frappais à la porte pour signaler ma présence.

- Maman...je suis sincèrement désolé pour les inquiétudes qu'on a du te causer. Je l'ai ramené. Il va bien mais il est juste un peu épuisé par ce qui s'est passé. Je l'ai allongé dans le lit pour qu'il puisse se reposer un peu.

J'eus du mal à aborder le sujet de cette chose dont je devais à tout prix lui parler. C'était encore plus dur que ce que je pensais. Pourtant je devais tout faire pour lui dire ce qui s'était produit. Elle était en droit de savoir ce qui était arrivé à celui qu'elle aimait.

- Il est arrivé quelque chose. Il faut vraiment que je t'en parle...même si c'est dur...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: The Signs Of Destiny (avec Rachel A. Silverstone et Samuel Langster)   Mer 20 Mar - 18:21

Aujourd’hui c’était très dur pour moi, car en ce moment je me demandais se qui avait pu arriver à Samuel et à Tyler. Ils ne m’avaient pas donné de nouvelle et je m’inquiétais pour les deux hommes qui étaient le plus cher à mes yeux. Je ne voulais qu’il n’arrive rien aux deux, mais quand ce genre d’absence arrive ils reviennent souvent blesser ou très fatiguer. La plupart du temps ces Sam qui revient blesser et parfois à un point que ça me fait très mal. J’ai toujours été sensible de nature et voir ce genre de chose me rendait impuissante. Combien de fois j’avais voulu les rejoindre pour ne pas qu’il arrive quelques choses. Je ne pouvais pas compter le nombre de fois que j’aurais voulu être là pour les protéger. Mais, j’étais une cible un peu trop facile, car je pouvais me faire kidnapper pour que les gens puissent faire souffrir Samuel comme ils le veulent.

Donc, à mon plus grand dommage je restais ici à m’inquiéter comme si ça serait la fin du monde. Je voulais juste que les deux reviennent bientôt et sain et sauve. Je ne savais pas combien de temps avait passé, mais je m’occupais à faire pleins de choses. Parfois je croisais les deux valises que j’avais faites pour moi et Samuel pour que nous partions d’ici. Le problème était qu’à chaque fois que je veux partir de New York quelque chose nous l’empêche à chaque fois. C’était comme si nous devions rester à New York et vivre des malheur que je ne voulais que le bonheur de ceux que j’aime ce n’était pas trop demander. Puis, je regardais l’heure avancer et me disait que j’allais de nouveau manger seule. Même si Tyler venait du futur, je savais qu’il était mon fils et j’espérais qu’il ramène son père en toute sécurité.

J’étais entrait de me couper des légumes, quand j’entendis quelqu’un frapper proche de la cuisine. Je me demandais qui se pouvaient bien être. Donc, je gardais le couteau proche de moi et me retrouvait. Dès que je le fis, je lâchais le couteau car je venais de voir Tyler devant. J’eu les larmes aux yeux simplement en le voyant. Je le regardais et il n’avait rien j’étais heureuse et je pouvais sourire au fait qu’il n’avait rien du tout. Il s’excusait de l’inquiétude qu’il avait peu me donner. Pour le moment ce n’était plus le plus important et je le pris dans mes bras sans le lâcher. Ils m’avaient beaucoup manqué et pouvoir les voir ici me remplissait de joie. Je ne voulais pas le lâcher, mais je devais savoir pourquoi Sam n’était pas à côté.

Avant même que je lui demande, il me disait qu’il l’avait ramené mais qu’il était très épuiser. Je ne savais pas ce qu’ils avaient vécus et je commençais à me demander si Sam allait bien. Tyler me disait qu’il avait allongé Sam sur le lit pour qu’il se repose le plus possible. J’avais déjà vue Sam épuiser mais de la manière qu’il m’en parlait cela avait l’air plus grave de ce que j’avais pu voir par le passé. La plupart on me cachait ce qui se produisait quand Sam s’absentait plusieurs jours. C’était de peur à ce je panique et que je ne veule plus que Sam me quitte de peur à ce qu’il soit blesser. Depuis la semaine que j’avais passée loin de lui, je ne voulais plus me séparer comme ça. Mais, il devait faire des choses et à chaque fois c’était de pire en pire les blessures et là j’avais peur de voir quelque chose de pire.

J’allais marcher vers le lit ou nous dormions, mais Tyler me retenait un peu et continuait de parler. Il m’expliquait qu’il était arrivé quelque chose. Il prit un ton sérieux et que je n’avais jamais vue. J’étais tellement désoler pour lui il n’avait que 18 ans et il était déjà un peu trop sérieux pour son âge. Mais, je ne pouvais rien n’y faire et je devais me ressoude à écouter ce qu’il allait dire. Je me retrouvais pour lui faire face et je lui dis ceci :


Dit moi que ce n’est rien de grave ce qu’il lui a arrivé. Je ne veux que rien vous arrive à vous, vous êtes les deux personnes en qui je fais confiance et je n’aime pas voir Sam faible comme ça. Qu’est qui ses passé là-bas Tyler ?

Dans ma voix on pouvait voir que j’étais inquiète beaucoup trop même. Je n’aimais pas entendre ceci, car je savais que beaucoup de monde voulait la peau de Sam pour leur propre besoin. Alors je me demandais quel enfer avait t’il pu subir cette fois ci. Mais, peu importe moi je serais toujours là pour le protéger, l’aimer et lui donner autant de bonheur qu’il le mérite.

_________________



The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tyler Anderson
Time Can Be Rewritten
avatar

Date d'inscription : 05/02/2012
Messages : 365

Capacité(s) : Exploration de l'esprit / Maîtrise de l'espace-temps

Camp : Neutres / Hybrides

MessageSujet: Re: The Signs Of Destiny (avec Rachel A. Silverstone et Samuel Langster)   Jeu 21 Mar - 1:54

Voir mon père dans cet état me faisait terriblement souffrir. Ce qui lui était arrivé demeurait si horrible qu'aucun mot ne pouvait décrire ce qu'il ressentait. Ses douleurs étaient aussi exceptionnelles qu'intenses. Le destin l'avait frappé comme jamais en montrant désormais visiblement qu'il était quelqu'un d'important. On le savait tous qu'il était essentiel pour l'avenir mais franchement cela valait-il la peine de le faire souffrir à ce point-là, tout cela pour des signes prouvant qu'il était la clé de quelque chose ? Personne ne méritait un sort pareil et certainement pas lui. Ce qu'il allait faire à l'avenir ne méritait en échange l'apport de si grandes douleurs. Il était épuisé comme jamais. A peine faisait-il l'ombre d'un mouvement qu'une douleur le traversait. Les signes étaient la source de son mal. Leur naissance aurait pu tuer un être mortel. Mon père avait eu de la chance d'avoir pu hériter de son pouvoir de guérison pour survivre car on aurait très bien pu le perdre...mais des souffrances en échange n'étaient pas le magnifique cadeau en accord avec un miracle comme lui. J'en avais mal pour lui, extrêmement mal. Cette injustice était insupportable et j'avais envie de tout faire pour améliorer son existence. Il fallait désormais le protéger et non l'entraîner dans des risques inutiles en tout cas pas tant que les signes le feraient souffrir. C'était pour cette raison que j'allais mettre ma mère dans la confidence et lui avouer tout ce qui s'était produit. C'était le seul moyen pour protéger efficacement mon père et surtout pour lui éviter une destruction émotionnelle en solitaire. Il ne devait pas vivre tout cela seul. Il était temps qu'on l'accompagne réellement, qu'il ne vive plus tout cela en étant seul car cela risquerait bien de mal finir. Au fond, notre rôle était de le préserver. Il fallait qu'on s'y investisse à tout prix à présent dans le but de le sauver autant lui que l'avenir.

Même si je savais que le fait de parler de ce qui s'était passé était la meilleure chose à faire, je me sentais quand même mal de lui infliger cela à elle aussi. Je savais quel était son souhait. Elle voulait une belle vie avec lui, une vie où tous ces problèmes ne seraient qu'un mauvais souvenir, et ça me faisait mal d'ôter ce rêve-là du crâne de ma mère. J'en avais marre de provoquer ce genre de choses, ces souffrances. Je voulais juste voir ma mère heureuse. Je voulais la voir sourire et vivre sa vie comme elle le souhaitait, avec sa famille, l'homme qu'elle aimait, et tous ses rêves. Je ne voulais pas la faire souffrir mais j'avais l'impression de ne lui apporter que des tortures. J'en pouvais plus. Malheureusement aujourd'hui je n'avais pas le choix. Je n'avais pas le choix que de lui imposer encore quelque chose uniquement parce que l'avenir avait décidé de marquer Samuel dès maintenant pour prouver son importance. C'était terrible de lui faire ça...pourquoi faire souffrir mes parents alors que je voulais uniquement les sauver ainsi que leur monde dans le but de voir un meilleur avenir dessiner le monde ? C'était dur tout cela... J'aimerais plutôt mourir que de les faire souffrir. Je voudrais tellement mourir plutôt que d'être celui qui torturait mes parents. Je n'aimais pas cette position. Je n'aimais pas être celui qui les faisait souffrir alors qu'au départ il souhaitait sauver le monde. Ce n'était pas ce que je voulais.

Je réfléchissais à mes mots, pensant à chacune des parcelles de mes pensées. Je devais faire attention à ce que je disais. Je devais vraiment être vigilant sur ce que j'allais lui dire. Il fallait la mettre au courant pour sauver mon père, mais je ne voulais pas la faire souffrir elle en échange de tout cela. Mon père ne méritait pas ses souffrances mais ma mère ne méritait pas elle non plus d'être torturée par tout ça. Malheureusement, j'allais lui imposer une douleur émotionnelle et j'allais le faire dès maintenant. Elle était proche du lit où mon père demeurait étendu, et je dus la retenir un peu pour lui éviter d'avancer et de tout découvrir avant que je ne lui dise toute la vérité. C'était à moi de lui révéler ce que l'avenir avait réservé à mon père. C'était à moi de tout lui dire, et non pas à elle de tout découvrir par elle-même. Ma gorge m'endolorissait par avance, mais j'eus le courage de commencer à parler.


- Quelqu'un du futur est venu en même temps que moi. Il voulait mon père dans le but de se débarrasser de la seule chose capable de l'arrêter. Il l'a fait terriblement souffrir mais Meknes a pu amortir le choc en l'aidant à guérir. Malheureusement ce n'est pas ce qui l'a laissé dans cet état d'épuisement. C'est autre chose...quelque chose d'un peu plus complexe. On a rencontré des obsédés, des personnes qui ne voulaient pas mon père pour le maltraiter mais juste pour voir à quel point il est intéressant. Je ne pensais vraiment pas qu'ils allaient tomber pile poil sur le bon moment...j'ai été pris de vitesse sur ce coup-là mais pourtant tout concorde dans les carnets que je possède. J'ai mal géré mes calculs...j'aurais du faire attention...je suis désolé.

Il était facile de voir sur mon regard que quelque chose n'allait pas. J'avais du mal à poursuivre mon discours. Je ne retenais plus ma mère, car je souhaitais la laisser voir mon père. Evidemment, celui-ci dormait. Finalement, les plaintes s'étaient transformées en épuisement et cela me rassurait. Pour une fois, mon père tentait de se reposer. Je vins auprès de lui, tenant son bras droit, celui des signes. Il était encore protégé par le bandage, donc ma mère ne voyait rien du tout. Je tentais d'entrer dans le vif du sujet, mais en douceur.

- A ce moment-là, quand on était avec eux, quelque chose est arrivé, mais ce n'est pas de leur faute. Le destin a choisi son jour pour faire son apparition et cela a percuté mon père. Pendant qu'il a été enfermé là-bas, des choses sont apparues...sur son bras. C'est la preuve qu'il est important sauf que cette fois-ci tout le monde peut le percevoir. J'ai mis un bandage sur son bras parce qu'il n'est pas encore prêt à vivre avec ça, à vrai dire je ne le suis pas non plus. Cette apparition l'a fait terriblement souffrir et ça le fait encore souffrir d'ailleurs. C'est pour ça que j'ai préféré l'allonger pour qu'il se repose. Cela m'étonne qu'il ne se soit pas plaint d'ailleurs...c'est qu'il doit vraiment être fatigué. C'est vraiment dur de le voir dans cet état. Il ne mérite pas de subir ces douleurs. Personne ne le mérite...

Je versais quelques larmes, pour montrer à quel point cela me faisait souffrir. C'était dur pour moi de voir mon père comme ça, et j'avais du mal à retenir cette faiblesse. Je m'anéantissais.

- Je suis vraiment désolé...je t'assure. Si je t'en parle, c'est parce que je sais quelque chose que mon père ne sait pas. J'ai lu mes carnets, tous les carnets que j'ai avec moi. Ce sont des repères pour pouvoir savoir où j'en suis. J'ai tout lu. J'ai vu ce qui allait lui arriver si jamais il affrontait cela tout seul. Au départ, quand ces signes sont apparus, il a décidé de s'enfermer dans le silence. Il n'a parlé de cet histoire à personne, vraiment personne. Ce silence risque de tuer toute envie pour lui de poursuivre son existence, de fendre son cœur au point qu'il ne puisse plus être réparé. Le seul moyen de combattre tout cela était de tout faire pour que ce ne soit plus un secret. S'il peut compter sur quelqu'un, il se sentira mieux. A nous deux on pourra l'aider car il peut compter sur les personnes les plus importantes de sa vie, à savoir sa famille. On est les seuls à pouvoir l'aider comme il le faut.

Alors que je demeurais actuellement en larmes, je sentais la main de mon père en train de bouger. Il cherchait celle de ma mère. Ce geste me touchait énormément.

- Maman...je pense qu'il cherche ta main. Il a du sentir que tu étais auprès de lui.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: The Signs Of Destiny (avec Rachel A. Silverstone et Samuel Langster)   Dim 24 Mar - 15:07

J'étais contente de voir Sam et Tyler. Mes deux hommes étaient vivant, mais à voir le visage inquiet de mon fils du futur. Je savais que quelque chose clochait et qu'il fallait qu'il me le dise. J'allais être déçu de ceci et j'allais avoir mal. À force de connaître Sam et l'importance qu'il a pour le monde je le savais. Je le savais que j'allais avoir mal et donc je me préparais à entendre le pire. Donc, j'allais me rendre dans la chambre et aller voir mon amour pour lui dire que j'étais maintenant à ces côté. Mais, Tyler me retenait alors que je vis son regard plus sérieux. Bon sang, il n'avait que 18 ans et il devait agir comme un adulte. C'était pas juste comme si une partie de son enfance fut voler.

Mais, pour en revenir à lui. Il m'expliquait que quelqu'un était venu du futur et qu'il voulait s'emparer de Sam. Qu'il avait beaucoup souffrait et après je n'écoutais plus trop trop. J'entendis tout ce que me disait Tyler, mais dans ma tête je ne pouvais pas croire à ceci. Pourquoi à chaque fois quelque chose arrivait, nous avions pas une semaine de repos. Tout nous arrivait en plein visage, autant sur Sam mais aussi en parallèle à moi et Tyler. Les deux personnes qu'il aimait le plus au monde souffrait à cause des gens qui voulait le kidnapper et faire je ne sais quoi. Je ne pouvais plus empêcher mes larmes de couler quand Tyler ne me retenait plus. Je courrais vers la chambre et l'horreur me frappait en voyant Sam dans un tel état. Je l'avais déjà vue fatiguer et blessé, mais cette fois ci. Le voir les yeux fermer et le voir respirer comme ça doucement me faisait mal. Je n'aimais vraiment pas le voir comme ça et je voyais les larmes de Tyler sur son visage.

Il était désoler de m'avoir parler de ceci. Mais, je comprenais pourquoi il l'avait fait. Je ne voulais plus être à part et je voulais savoir ce qui se passait avec la personne que j'aimais le plus au monde. La seule chose que je me demandais était pourquoi le bras droit de Sam était dans un bandage. Je me rapprochais de Tyler et le prit dans mes bras pour un moment. Il avait besoin de soutient autant que moi et je devais lui donner se soutient. Quand je me séparait de lui, je lui dis ceci :


Ces choses que tu dis qui son apparu sur son bras quels sont t'elle ? Tyler s'il te plait qu'est qui se passe avec lui ?

J'étais de plus en plus inquiète et je revenais de l'autre côté du lit pour pouvoir être à ces côté s'il se réveillait un jour. J'étais d'accord avec mon fils là-dessus, Sam ne devait plus vivre de souffrance. Personne ne devait vivre des douleurs comme celle ci, mais si j'aurais pu lui enlever la douleur qu'il avait en ce moment et qu'il avait vécu au fil des semaines et mois je l'aurais fait. Je devais protéger ceux que j'aimais et en premier lieu était Samuel. C'était l'homme de ma vie et personne allait me l'enlever ou lui faire vivre plus de souffrance. J'en pouvais plus et je pouvais même le voir dans le visage de Tyler, il n'en pouvait plus lui non plus. Et le pire ces qu'il savait qu'il allait encore arrivé des choses à moi et Sam dans le futur.

Mais, Tyler continuait de dire que nous sa famille étions les seuls à pouvoir l'aider comme il le fallait. Je devais y croire aussi fort que Tyler y croyait. Je devais me montrer forte et montrer tout mon soutient pour cette période très dur non seulement pour Sam, mais aussi pour toute notre famille. J'étais encore dans mes pensées, quand Tyler me disait que Sam cherchait ma main. Je regardais et vit sa main bouger. Je la pris et serrait tellement fort, j'en n'avais pleins de larmes qui coulait le long de mon visage.


Je suis là mon amour, repose toi tu en n'a bien de besoin. Tyler ma expliquer du mieux qu'il pouvait. Je sais que tu veux me garder à l’écart de tout ceci que tu veux me protéger, mais cette fois ci je voulais savoir. Et à la vue de comment tu es, j'aurais voulu souffrir à ta place. Tu ne mérite plus de souffrir comme ça. Je t'aime tellement mon amour.

_________________



The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tyler Anderson
Time Can Be Rewritten
avatar

Date d'inscription : 05/02/2012
Messages : 365

Capacité(s) : Exploration de l'esprit / Maîtrise de l'espace-temps

Camp : Neutres / Hybrides

MessageSujet: Re: The Signs Of Destiny (avec Rachel A. Silverstone et Samuel Langster)   Dim 24 Mar - 23:24

Tout ce qui s'était produit était la marque de la pire des horreurs et je n'avais pas d'autre choix que d'imposer ce poids à ma mère, de peur de perdre mon père dans toute cette histoire. J'avais bien pu découvrir à quel point cet évènement avait changé mon père au travers des secrets dévoilés dans ses carnets. Chacune de ses douleurs y sommeillait. Toutes les émotions qu'il n'avait jamais dévoilées à qui que ce soit uniquement parce que ce secret le plongeait dans le silence. Cette histoire l'avait détruit et sincèrement je souhaitais pouvoir éviter cela. Mon voyage dans le temps était dans le but de sauver le monde, mais aussi de sauver mon père en ricochet car le sauvetage mondial impliquait la suppression de terribles évènements le concernant. Malheureusement, je ne pensais pas que tout ceci allait être aussi dur au point de ne pas être une promenade de santé. J'avais sous-estimé l'issue de toute cette mission mais également mes forces. Je n'avais qu'à peine entamé mon travail dans cette époque et je craquais déjà à l'idée de voir mon père souffrir à ce point. J'aurais du faire quelque chose pour le soulager. Même si je ne pouvais pas anéantir les douleurs nées à cause de la naissance des signes, j'aurais aimé pouvoir la soulager ne serait-ce qu'un peu. Je me sentais responsable de ce qui s'était produit. J'aurais du le protéger. J'aurais du lui venir en aide. J'aurais du faire quelque chose pour lui...n'importe quoi, mais quelque chose d'utile au moins ! Tout était de ma faute, absolument tout...je ne pouvais pas m'empêcher de pleurer à cause de cette impossibilité pour moi d'agir pour sauver son existence et la rendre plus saine que ce chaos futur. Je me sentais inutile. Rien qu'observer mon père en train de subir tout ça me faisait mal et m'incitait à pleurer. J'étais fragile, plus que vulnérable...et pourtant je croyais pouvoir sauver le monde. Mais quel idiot...

Ma mère me prit dans ses bras, mais je ne pouvais pas effacer ma peine. A mes yeux, je demeurais bien trop coupable pour pouvoir me sentir mieux et surtout capable d'effacer mes larmes. Il était clair que tout était ma faute et cela me faisait sérieusement mal. Je voudrais tant que tout puisse changer et devenir bien meilleur. Malheureusement je n'avais pas le droit à ce type de soulagement, pas en ce moment. Le pire était au contraire à venir maintenant que les signes demeuraient sur le bras de mon père. C'était le début des ennuis, les pires ennuis de toute une vie. Mon père allait protéger le monde bientôt mais le but était désormais de protéger le sauveur. Il fallait le préserver le temps que le tout se mette en place dans un avenir ne cessant de se rapprocher de plus en plus. Expliquer la vérité à ma mère était la preuve que cette catastrophe se rapprochait de nous et cela me faisait mal. Chaque mot nouait ma gorge de plus en plus. J'avais mal rien qu'en lui parlant de tout ce qui s'était produit, comme si je la torturais à chaque seconde. Rien que l'idée de lui parler des signes me faisait souffrir mais je devais le faire.


- Ce sont des dessins et des symboles...des signes à priori prophétiques si j'ai bien compris, et cela montrerait qu'il est la clé de quelque chose. Meknes m'a tout expliqué mais même avec sa version le tout ne me parait pas très clair. Tout ce que je parviens à percevoir est sa douleur... disais-je en regardant mon père. Je sens ce qu'il ressent, quand j'explore son esprit. Cela me fait vraiment mal...c'est une douleur que je ne pensais pas voir exister. J'aurais voulu lui éviter cela... lui éviter toute cette souffrance, mais je n'ai pas pu le faire. Je me sens impuissant face à tout ça, incapable de faire quoi que ce soit pour lui. Pourtant je veux le sauver...c'est en partie pour ça que je suis venu. Je suis désolé...d'être aussi faible...aussi impuissant...pourtant je veux l'aider. C'est tout ce que je veux. J'aurais aimé pouvoir l'aider à éviter tout ça...

Je pleurais encore. Mes larmes étaient intenses, comme si elles agissaient avec la même force que des poignards. C'était extrêmement dur ce que je vivais. C'était comme si la naissance des signes avait détruit quelque chose en moi, une sorte de force de conviction que j'avais toujours eu mais que je n'avais plus désormais. C'était comme si j'avais perdu cette force qui m'avait incité à m'engager dans cette bataille contre l'apocalypse. Un héros sans conviction était-il encore un héros ? J'en doutais de plus en plus, vraiment, et le doute était un poison horrible, un poison qui pourrait facilement remettre en question tout ce que je souhaitais entreprendre pour construire ce monde de paix et d'amour que je voulais voir à la place de cet enfer.

Voir mon père vouloir toucher la main de ma mère était une action qui me touchait. Cela me montrait qu'il était encore conscient de ce qui se passait autour de lui et surtout que j'avais raison d'en avoir parlé à ma mère. La famille de mon père était le meilleur soutien à offrir à ce dernier, le plus beau d'entre eux d'ailleurs. C'était extrêmement important de montrer à mon père qu'il n'avait pas besoin de s'enfermer dans le silence à cause de ce qu'il vivait pour le moment. Il pouvait compter sur nous deux, sur sa famille. C'était pour l'heure la plus importante des informations à lui transmettre en cet instant précis, surtout si cela pouvait lui éviter de sombrer dans ce silence destructeur. Il fallait à tout prix lui éviter cela. J'observais ma mère toucher la main de mon père, les larmes aux yeux. Leur union serait toujours capable d'attraper mes larmes, sans cesse. C'était la plus belle chose que j'avais pu rencontrer dans toute mon existence. Ils étaient forts malgré les épreuves.


- Votre amour...c'est si incroyable. A chaque fois que je vous vois, je vous envie. Vous vivez les pires choses tous les deux, mais vous êtes toujours aussi proches. C'est l'amour de toute une vie. J'aimerais tant pouvoir vivre quelque chose comme ça ne serait-ce qu'un jour. La solitude...c'est un fardeau, mais j'ai choisi de le vivre...c'est ma faute en même temps...

Je m'assis non loin du lit, toujours en larmes. Mon visage était déposé sur mes genoux, et n'allait probablement pas le quitter.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: The Signs Of Destiny (avec Rachel A. Silverstone et Samuel Langster)   Ven 29 Mar - 17:01

En prenant Tyler dans mes bras, je pensais calmer sa propre souffrance. Mais, quand je me reculais je pouvais voir toute la douleur qu'il avait encore. C'était injuste de voir un enfant comme lui avec un tel poids sur les épaules. Voir le futur du fils que j'aurais un jour subir ceci était une douleur insupportable. J'étais même pas mère encore dans ce présent que déjà voir Tyler souffrir comme ça me déchirait beaucoup trop. Juste le fait de voir Sam allonger dans ce lit et ne pas savoir totalement pourquoi ceci lui arrivait me faisait mal. Toute cette vie me faisait mal et j'avais besoin de m'en éloigner avec les gens que j'aimais. Mais, je ne pouvais pas partir, car je devais faire en sorte que Sam aille mieux. Si Tyler avait un gros poids sur les épaules, Sam en avait un plus gros sur lui même. Il avait le sort de l'humanité à lui tout seul. Entre ces deux là, je ne savais plus ou me placer mais je savais au moins une chose. Malgré ma douleur, je devais l'oublie pour aider les deux êtres que j'aime à traverser ce poids lourd qu'il avait.

Tyler m'expliquait que les signes était des choses prophétiques. Juste à entendre ceci je savais que c'était un autre mystère parmi tant d'autre de la vie de Sam et de ce qu'il allait faire pour sauver le monde. Je voyais comment mon fils allait alors, je le repris dans mes bras comme une mère ferait pour son propre fils et lui dit :


Tyler tu n'est pas faible ni impuissant. Tu l'aides déjà beaucoup et mieux que personne d'autre. Pendant toute les fois où Sam était partit qui était là pour lui venir en aide ? Toi bien sûre. Tu retiens tellement de lui, je le vois mais ne dis jamais que tu es impuissant et faible, car je refuse de l'entendre de la propre bouche de mon fils.

Je le gardais dans mes bras. Déjà voir Sam faible comme ça me brisait le coeur et là de voir mon propre enfant pleurer comme ça me le déchirait encore plus. Mais, je devais rester forte pour les deux hommes que j'aime. Je ne pleurais pas malgré que je voulais le faire terriblement. Et donc quand Tyler me disait que Sam cherchait ma main, cela me prit une fraction de seconde pour que je rejoins sa main. Je ne pouvais plus retenir mes larmes a se moment là et je ne pouvais que pleurer en le voyant. Pendant que je lui tenais la main, j'entendis Tyler dire que l'amour qu'il y avait entre moi et son père était quelque chose qu'il enviait. Mais, il avait raison à chaque dur moment que nous avions ensemble cela nous rapprochait encore plus qu'avant. Je suis sûre qu'un jour Tyler allait trouver l'amour. La personne pour qui il allait se battre le reste de sa vie. J'avais trouver Samuel et se dernier m'avait trouver. J'étais certaine qu'un jour Tyler allait trouver une charmante fille que se soit dans son présent, dans son passé ici ou peut-être dans son futur.

Je suis sûre que tu vas trouver la fille qui fera battre ton coeur mon chéri. Pour le moment tu te concentre sur ta mission, mais je suis sûre que quand elle sera terminer tu auras le temps de trouver une magnifique personne pour combler tes journées de bonheur. J'ai trouver ton père et malgré tout se que nous vivons, il remplit mes journées de bonheur et j'espère un jour que nous allions plus de malheur pour lui montrer les joies de la vie. Ne perd pas espoir à trouver quelqu'un un jour. Je l'avais perdue avant de rencontrer ton père...

Je le voyais sur le coin du lit et fis signe à Tyler de se rapprocher un peu plus de moi pour ne pas qu'il soit tout seul dans son coin. Je ne voulais pas le voir souffrir dans son coin. Je devais prendre soin de mes deux hommes pour les soulager et pour faire cela il fallait un coeur en or. Un coeur qui pouvait avoir de la compassion pour n'importe qui. Quelqu'un qui pouvait donner tout son soutient aux gens qu'elle aime. Même si je ne savais pas où me placer dans cette histoire, je savais que je devais aider Sam et Tyler malgré le fait que je souffrais un peu sans le montrer vraiment.

_________________



The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tyler Anderson
Time Can Be Rewritten
avatar

Date d'inscription : 05/02/2012
Messages : 365

Capacité(s) : Exploration de l'esprit / Maîtrise de l'espace-temps

Camp : Neutres / Hybrides

MessageSujet: Re: The Signs Of Destiny (avec Rachel A. Silverstone et Samuel Langster)   Sam 30 Mar - 19:31

Depuis le jour où j'étais arrivé dans cette époque, je me sentais radicalement inutile. Je me sentais perdu, pétrifié dans une espèce d'impuissance plus qu'horrible à ressentir. Je m'étais promis de sauver le monde de cette destruction à venir dans mon futur et je devais pour cela agir dans cette époque et assister aux pires souffrances que mon père avait pu connaître. Toutes ces lignes de torture que j'avais pu découvrir dans son carnet prenaient une signification plus que réelle. La mesure du désastre me paraissait beaucoup plus réelle et surtout surpuissante. Je ne croyais pas percevoir autant de douleur, de tristesse. C'était impressionnant et surtout horrible. Je savais que mon père avait du supporter beaucoup de douleurs pour pouvoir continuer d'exister. En voyant ce qu'il vivait, je me demandais comment il parvenait à rester pleinement lucide et surtout à tenir. N'importe qui abandonnerait face à autant de douleurs, n'importe qui préférerait mourir plutôt que de subir autant de tortures. Mon père les vivait et il tenait d'ailleurs encore le coup. Je ne savais pas comment il parvenait à continuer de se battre alors que le pire ne cessait de lui arriver. Il avait une force mentale qui défiait l'impossible. C'était incroyable de voir tout ce qu'il parvenait à faire alors qu'il était toujours à deux doigts d'abandonner et de tout plaquer. Mon père ne se voyait pas comme un héros invulnérable mais c'était pourtant ainsi que moi je le voyais. Pour moi il était vraiment le plus puissant, le plus fort...c'était mon père. Je l'aimais intensément. Je voulais le voir survivre et vivre pleinement son existence. Il le méritait, surtout après tout ce qu'il avait fait pour les innocents...ceux qui étaient en danger à travers le monde entier.

J'aimerais pouvoir me sentir capable de faire autant que lui, d'être aussi utile pour le monde que mon père l'était. Même si à côté sa vie n'était qu'une succession de désastres aussi multiples qu'horribles, il était le plus immense apport de générosité qui devait exister sur cette planète. J'aimerais tant être aussi bon que lui. Il était mon modèle, celui que j'aimerais tant pouvoir égaler un jour dans ma vie. Je voulais être bon, utile pour le monde entier. Dans un sens je m'étais engagé dans ce voyage dans le temps pour pouvoir secourir le monde mais aussi améliorer la vie de ma famille. Je n'aimais pas l'idée de voir tout le travail de mon père récompensé par des destructions aussi lourdes que celles qui étaient prévues. Ma mère ne me voyait pas comme un être impuissant mais moi je percevais pourtant cela comme tel...c'était mon côté "têtu" ce côté que je tenais certainement de mon père.


- Je l'aide...mais j'aimerais tellement pouvoir lui éviter plus de souffrance. Je sais que certaines d'entre elles sont immuables et que je ne dois surtout pas les changer pour éviter de modifier le futur dans un mauvais sens, mais c'est très dur. Parfois je dois tenter de me retenir de l'aider alors qu'il souffre tout ça pour préserver le bon sens d'un avenir...alors que c'est mon père. C'est mon père. Il mérite de vivre non pas de souffrir comme ça. J'aimerais tant pouvoir tout effacer, mais je ne peux pas. Cela me fait vraiment mal de ne pas pouvoir effacer tout le mal qu'il a à subir. J'aimerais vraiment tout effacer mais je ne peux pas...c'est ce qui fait que je me sens inutile...je dois parfois le laisser souffrir alors que j'aimerais qu'il en soit autrement. J'aimerais tant lui enlever tout ce poids qu'il a sur ses épaules mais je ne peux pas...c'est dur de voir que je ne peux au final pas passer simplement un coup de gomme sur tous les moments durs de sa vie...c'était mon vœu.

Mes larmes étaient fortes. Je savais ce que je devais faire dans cette époque pour pouvoir sauver l'avenir mais je ne pouvais pas m'empêcher de me sentir littéralement anéanti concernant cette douleur que je ne pouvais pas effacer chez mon père. Je devais le laisser subir les pires horreurs pour le bien de tous et ce principe me dégoûtait. Pourquoi faire ça ? Pourquoi imposer tout le poids d'un monde sur les épaules d'un seul homme qui n'avait rien demandé ? Tout ce drame n'avait aucun sens. Le destin et ses jeux semblaient bien étranges... Pourtant mon père et ma mère étaient heureux ensemble...enfin ils s'aiment plus que tout au monde, mais leurs joies étaient réduites sans cesse quand ces horreurs leurs arrivaient. C'était injuste. C'était réellement injuste.

- Peut-être la trouverais-je...peut-être que non. Je n'en sais rien à vrai dire. Là j'ai surtout l'esprit plongé dans ce que je dois accomplir pour changer le futur et non pas sur le fait de trouver l'amour car je sais que le monde est prioritaire aux sentiments en ce moment, mais je ne peux pas m'empêcher de souffrir du fait de n'avoir personne sur qui je peux me raccrocher. Mais bon on ne peut pas sauver le monde et rencontrer l'amour en même temps...faut croire, à part pour mon père et toi...vous êtes les exceptions.

Je me rapprochais un peu plus de ma mère pour être contre elle alors qu'elle tenait la main de mon père emprisonnée dans la sienne. Mon père dormait encore, mais un détail me frappait, une sorte de fièvre. La douleur devait encore revenir en lui pour le déchirer et je le ressentais en me connectant à son esprit. Cette douleur me faisait terriblement souffrir. Il fallait à tout prix que je l‘aide.

- Je vais lui chercher un peu d'eau pour tenter de le rafraîchir. Je sens qu'il a de la fièvre en me connectant à lui. Je reviens...

J'allais à la salle de bain pour pouvoir humidifier un gant par de l'eau fraîche. Quelques instants après, je revins auprès de mon père pour pouvoir déposer le gant sur son front et ainsi diminuer sa température en douceur.

- Cela doit encore lui faire mal...je n'aime pas quand ça lui arrive...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: The Signs Of Destiny (avec Rachel A. Silverstone et Samuel Langster)   Mar 9 Avr - 16:49

Voir non seulement l’amour de ma vie souffrir, mais aussi voir mon fils souffrir me brisait le cœur encore plus. Le peu de fois que j’avais pu voir mon fils, je le voyais toujours cacher sa tristesse. Dans ma tête, je le voyais très bien qu’il était la copie presque parfaite de Sam. Cela se voyait trop et j’en n’étais tellement peinée. Car, à son jeune âge il ne devait pas avoir autant de pression sur lui. Il n’avait que 18 ans et pourtant il était venu dans son passé pour le changer et éviter l’apocalypse. Il une chose qui me chicotait un peu et c’était le fait qu’il était aussi têtu que son père. Sam était le plus grand têtu que je connais et je voyais très bien que notre fils avait le même défaut. Après tout Tyler était presque une version plus jeune de Samuel et donc je savais comment mis prendre pour remontrer le moral à mes deux hommes. Donc, j’écoutais Tyler me parler et pendant son dialogue. Je savais qu’il n’était pas faible et pas parce qu’il était notre enfant, mais parce que malgré tout ce qui se passe il ne lâche jamais l’affaire. Si d’autres personnes avaient été à la place de Tyler plusieurs auraient peut-être laissé tomber. Mais pas Tyler et je savais qu’il ne laisserait jamais tomber, il ne pourrait jamais baisser les bras.

En l’écoutant parler, je ne pouvais pas m’empêcher de verser une petite larme. Cela me prouvait à quel point il aimait son père. Il le protégeait à chaque fois qu’un malheur arrivait même s’il devait laisser quelques malheurs arriver. Quand il parlait de ceci, je baissais la tête, car moi je n’étais au courant de rien de se qu’il y avait dans les carnets que possédait Tyler par rapport à tout ce qu’avait vécu Samuel. C’était mon droit aussi car je ne voulais même pas m’imaginer tout la douleur et la souffrance que Sam avait pu vivre dans le présent à Tyler ce qui deviens le futur à moi et a Samuel. Tout ce que voulait Tyler c’était passer un coup de gomme à effacer pour tout enlever. Je comprenais son souhait mais pour moi mon fils n’était pas un être faible. Personne de cette famille n’était faible, minable et impuissant. Chaqu’un de nous était fort et brave dans tout ce qu’il faisait et prenait comme décision. Je regardais Tyler et lui offrait le meilleur soutient qu’il pouvait avoir. Le soutient d’une mère pour son fils et lui dit :


Tu n’es pas faible Tyler, personne dans cette famille ne l’ai. Je comprends que certains douleurs doit être vécu pour que ton père sauve le monde. Cela te fait mal, me fait mal et fait surtout mal à Sam, mais tout ceci prendrait fin. Croit moi si je pouvais faire quelque chose et diriger tout la souffrance que Sam vit sur moi, je le ferais pour son bien à lui. Je sais que cela doit être dur pour toi de le voir souffrir. Mais, dit toi que depuis que tu as ici certains souffrance ne son jamais arriver. Tu lui as enlevé certaines douleur qui était arrivé dans le passé de avant que tu viennes. Toute cette histoire de temps et tout, ces trop compliquer pour moi mais tu comprends ce que je veux dire.

Je pris mon bras et le mit autour de mon fils pour lui montrer que je le soutenais du plus profond de mon cœur. Voir Sam avec les yeux encore fermer ne me rassurait pas du tout, mais je me disais qu’il allait se réveiller un jour. Je devais rester forte pour mes deux amours. Pendant que l’un de mes bras était autour de Tyler, l’autre tenait la main de Sam. Je savais que Tyler trouvait la relation de moi et son père très forte et qu’il nous enviait beaucoup. Mais j’étais persuader qu’un jour il pourrait trouver sa chérie à lui. Qu’elle soit ici dans son passé, dans son présent ou même son futur, je savais qu’il allait la trouver un jour et qu’il pourrait avoir un bel avenir avec cette personne. Mais, il m’expliquait que peut-être il ne l’a trouverait jamais. Encore une fois j’étais sûre qu’il pourrait là trouver un jour sa perle rare. Je l’avais trouvé en trouvant Samuel. Peut-être que pour lui aussi l’amour pourrait lui tomber là ou il ne s’attendait pas à la trouver.

Un jour tu vas la trouver Tyler, je sais que moi et ton père on n’a une relation assez forte et je suis sûre qu’un jour l’amour va frapper à ta porte de la plus étrange des manières. Ces ce qui est arrivé avec Sam et je ne changerais jamais cela pour rien au monde. Ton père me donne la force de rester sur terre. Malgré les fortes peines, douleurs, blessures et mystères qui nous entour. Il me donne la force d’être forte pour deux et de le soutenir jusqu’à mon dernier souffle de vie. J’aime ton père et j’aime aussi cette petite famille que je veux défendre quoi qu’il arrive.

J’étais prête à faire n’importe quoi pour non seulement toucher à mon bonheur, mais aussi protéger ma famille comme une mère le ferait. Chaque jours, de chaque minutes et de chaque mois serait consacrer à protéger la famille que j’aime. Sam et Tyler étaient les deux amours de ma vie et je ne devais pas les laisser tomber. Quand je vis Tyler, se lever et me dire qu’il sentait une fièvre venant de la part de Sam, j’avais peur et je ne voulais pas que le pire arrive. Le temps qu’il aille chercher de quoi baisser la fièvre. Je me rapprochais de Sam et lui chuchotais à l’oreille :

Prend soin de toi mon amour, je veux te voir en forme quand tu seras réveille. Combat cette fièvre, moi et Tyler on reste à t’ai côté. Je t’aime mon amour.

Je déposais un bisou sur son front et continuait de tenir sa main. J’essais de me rassurer en serrant la main de Sam. Je voulais le voir bouger et me parler. Je n’aimais pas le voir comme ça. Puis, je vis Tyler revenir avec un gant tremper dans l’eau pour faire baisser cette vilaine fièvre. Je ne savais pas combien de fois Tyler avait vue cette vilaine fièvre chez Sam. Mais, il savait comment si prendre donc je lui laissais la place à côté de Sam. Pendant qu’il faisait cela il me disait qu’il n’aimait pas cela et je pouvais le comprendre. C’était la première fois que je voyais cela et je ne savais pas quoi faire pour le rassurer. Donc, je restais debout à rien faire en priant de le voir se réveiller un jour. Je devais le voir bouger et le voir me dire qu’il m’aimait. Donc finalement je m’assis sur le bout du lit et attendit que la fièvre descend un peu.

_________________



The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tyler Anderson
Time Can Be Rewritten
avatar

Date d'inscription : 05/02/2012
Messages : 365

Capacité(s) : Exploration de l'esprit / Maîtrise de l'espace-temps

Camp : Neutres / Hybrides

MessageSujet: Re: The Signs Of Destiny (avec Rachel A. Silverstone et Samuel Langster)   Mer 10 Avr - 1:02

Toutes ces histoires de mystères autour du destin de mon père me faisaient affreusement peur même si je refusais en vérité de l'admettre. Je cachais mes véritables émotions dans le but d'agir pour la bonne cause, en accord avec cette mission que je m'étais fixée en remontant le temps. J'avais pris place dans ce passé afin de pouvoir changer mon avenir et éviter la réalisation de cette horreur que j'avais vue. Pour cela, il fallait à tout prix que je sauve mon père, c'était tout ce qui importait. En sauvant mon père, je lui permettais d'avoir toutes les clés pour changer ce qui allait se passer à l'avenir, cette chose si grave qui risquait de se passer si personne ne faisait quoi que ce soit pour l'en empêcher. J'étais cette personne, en tout cas je m'étais engagé à l'être, même si je savais que cette mission n'était pas sans risque. J'allais devoir souffrir durant tout ce temps où j'allais devoir rester ici, agissant pour sauver mon père et d'autres innocents sans penser à mon propre bien-être mais je m'en fichais. Ce n'était pas important tout ça, vraiment pas. L'important pour moi était de voir le monde être préservé et non pas en danger comme il l'était dans cette époque que j'avais quittée pour venir ici, dans le passé où tout se jouait. C'était mon but ultime, ma cause. Je me battais pour ça et j'allais le faire tant que j'étais encore debout. J'espérais tant voir ceci fonctionner et surtout voir ma famille vivre une meilleure vie que celle qui lui était offerte dans mon présent. L'espoir était en moi et il n'allait pas disparaître comme ça, pas encore, et surtout pas tant que je n'avais pas tout essayé pour parvenir à mes fins.

Au fond, si je réfléchissais bien, mon entourage semblait avoir intégralement raison. Rien qu'en m'entendant parler, il était facile de me percevoir comme une parfaite copie de mon père. J'avais les mêmes manies, les mêmes qualités, les mêmes défauts...absolument tout. Tout était identique, pour le meilleur mais aussi pour le pire. Mon père était un modèle de vie que je n'allais surtout pas abandonner comme cela. Je l'aimais. Il était extrêmement essentiel à ma vie, essentiel au point de ne pas vouloir l'abandonner alors que le destin aimait l'ébranler avec plaisir. Je voulais le sauver, lui faciliter la vie. En même temps, il le méritait, surtout après tout ce qu'il avait vécu pour le bien du monde soi-disant. Personne n'allait me faire changer d'avis et surtout personne n'allait me forcer à arrêter ce que je faisais. J'avais déjà tout décidé et rien n'allait changer cela, rien du tout. Le soutien que ma mère m'avait offert avait eu le mérite d'un peu me soulager. Je me sentais un peu mieux même si mon regard montrait que j'étais un peu préoccupé. En même temps, l'état de mon père m'inquiétait. Cela faisait plusieurs fois qu'il faisait des poussées de fièvre et j'avais peur que ce soit quelque chose de grave, pas forcément lié aux signes qui l'endolorissaient déjà. Les carnets ne parlaient pas de cette fièvre. Je ne savais donc pas d'où elle sortait. Touché par ce que ma mère m'avait dit, je lui répondis :


- Merci...merci maman...ce que tu me dis me touche énormément...c'est vraiment sincère...

Ma mère était proche de moi et je ne pouvais absolument pas rester insensible face à tout cela. Elle était probablement l'une des seules personnes sur lesquelles je pouvais réellement compter alors je ne devais surtout pas la rejeter, surtout pas alors qu'elle pouvait bien être un soutien sans faille, une aide précieuse que je ne devais surtout pas laisser de côté. Je voyais bien dans son regard qu'elle s'inquiétait pour mon père et je n'aimais pas percevoir cette marque de souffrance...je n'aimais pas ça du tout, surtout pas pour ma mère.

- J'aimerais tant vous voir ensemble, heureux dans une vie qui vous épanouirait comme jamais. Je fais tout pour ça. Au fond, je veux sauver le monde mais aussi notre bonheur. Je sens la souffrance de mon père, cette fièvre que je tente de réduire avec ce gant. Je sais que ça lui fait un peu de bien mais je ne cesse de sentir sa réelle douleur cachée sous la surface. J'aimerais vraiment invoquer la joie pour qu'elle puisse vous pénétrer pour toujours et ne jamais vous quitter.

J'eus une idée plutôt étrange sur le coup, mais je la dis quand même :

- Sincèrement maman, je pense que cette idée de vacances a parfaitement sa place maintenant. Je pense que l'idée de partir un peu d'ici pour se ressourcer et oublier ses douleurs pourra plaire à mon père. Propose-lui éventuellement quand il se réveille, d'accord ? Prenez un peu de temps pour vous deux, cela ne peut être que bénéfique, je te le promets. Et puis avec ce qui s'est passé, je pense qu'il a vraiment besoin de vacances.

J'humidifiais encore un peu le crâne de mon père quand mon téléphone se mit à sonner. C'était une personne qui bossait pour moi depuis que j'étais dans cette époque. Je devais à tout prix répondre car peut-être que cette personne avait d'importantes informations à me fournir concernant l'un de mes projets en cours. Même si cela m'ennuyait, je devais laisser ma mère seule avec mon père un instant, mais je n'allais pas partir comme un voleur, surtout pas devant ma mère.

- Mince...je suis vraiment désolé mais je dois prendre ce coup de téléphone, car c'est extrêmement urgent. Cela te dérange de prendre le gant et continuer de calmer la fièvre de mon père ? C'est exactement ce que je faisais depuis tout à l'heure. Tu prends le gant et tu humidifies la surface de son front. Cela le calme visiblement, c'est ce que je ressens. Je m'occupe de celui qui m'appelle et je te rejoins d'accord ? Pardon maman...

Je m'éloignais dans le couloir pour pouvoir répondre à mon coup de téléphone. Je l'avais fait pour deux raisons : d'une part pour l'importance du coup de téléphone et d'autre part parce que je sais très bien ce qui allait arriver à mon père dans quelques instants. Il allait en effet avoir les forces pour parler quelques instants et j'avais envie de laisser ma mère profiter de tout cela. Mes émotions étaient fragiles, et j'en souffrais énormément mais je préférais privilégier ma mère plutôt que moi-même. Elle méritait de parler à mon père depuis le temps qu'elle ne l'avait pas vu à cause de ces multiples enlèvements...et autres péripéties. C'était son moment à elle...pas le mien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: The Signs Of Destiny (avec Rachel A. Silverstone et Samuel Langster)   Lun 15 Avr - 17:48

Voir les deux personnes que j’aime souffrir était étouffant à la longue. Je ne presque pas regarder Samuel dans les yeux tant j’y voyais de la souffrance et de la douleur. Mais, je continuais de le regarder pour garder espoir qu’il se réveille et je serais là pour lui. J’aurais aimée voir mon amoureux et revoir mon fils dans de meilleures circonstances, mais le destin ne le voulait pas. Ce même destin qui nous pesait un peu trop sur notre famille. Le fait que Sam soit aussi important pour le reste du monde m’inquiétait de jour en jour. Plus les jours avançaient et plus je me demandais si un jour j’allais le perdre. J’avais peur qu’il réalise qu’il ne voulait plus de moi pour me protéger de tout ceci. Le regard que j’observais chez Tyler était le même que son père. Vraiment leur ressemblance me frappait à chaque que je voyais Tyler de nouveau. Comme en ce moment, il avait le regard qui me disait qu’il n’aimait pas me voir comme ça. Il ne voulait pas voir sa mère souffrir et je pouvais le comprendre. Sam avait le même genre de regard quand je m’inquiétais ou que je souffrais en silence. Je le faisais souvent en ce moment, souffrir en silence était devenu une habitude pour moi. C’était aussi facile que de respirer et je ne pouvais pas m’en empêcher.

Je restais sur le coin du lit et regardait mon fils qui essayait de faire descendre la température de Sam. J’aurais voulu me lever du lit et aller marcher un peu. Mais, toute cette ville devenait un peu trop étouffante pour moi et Samuel. Vivre dans une ville telle que New York était un enfer. C’était la ville de choix pour traquer les être spéciaux comme moi et Sam. Nous devions sortir de cette ville avant qu’elle bouffe tout le bonheur qu’il nous reste. Il nous restait encore de la force de volonté, du courage, mais il nous enlevait tout notre bonheur. Chaque étape de la vie m’avait rapproché de Sam et ce n’était pas pour rien que je voulais rester et un jour marier cet homme. L’homme que je regardais devant moi était l’être le plus unique au monde à mes yeux. Et quand je parle d’unique ce n’était pas à cause de ces dons que je disais cela. Non dès le premier jour il m’avait prouvé et montrer à quel point il était un humain formidable et qui méritait qu’on l’aime pour ce qu’il était.

Pendant qu’il baissait la température de Samuel, mon fils me remerciait pour ce que je venais de lui dire. Je ne savais pas quel était le genre de relation entre moi et Tyler dans son présent à lui. Mais, je savais que je devais être proche de lui d’une façon. Peut-être pas aussi proche que la relation père/fils qu’il avait avec Sam. Mais, un enfant avait besoin d’une mère et je savais que la relation entre lui et moi devait être belle. Me connaissant bien je savais que je devais être une bonne mère et que je le soutenais peu importe ce qui pouvait lui arriver. Je ne disais rien après son remercîment, mais je lui donnais le premier sourire depuis qu’il était arrivé. Mon sourire était faible, car on pouvait y voir la pointe de tristesse que j’avais. Malgré cela je restais forte et espérait que Sam se réveille ne serait que pour 5 minutes. Mais, qu’il a le temps de me dire à quel point il m’aime. Même si je savais qu’il était immortel, le voir comme ça me brisait le cœur. Même quand je tenais sa main dans la mienne, je pouvais le sentir qu’il était en pleine fièvre. Je retenais trop mes larmes et je savais que je pouvais craquer à n’importe quel moment.

Puis, Tyler me parlait en disant que mon idée de partir en vacances n’était pas si terrible que cela. J’avais toujours dit à Sam qu’un jour nous pourrions partir ensemble pour nous éloigner de la ville. Mais. À chaque fois que nous voulions partir, soit ils nous arrivaient quelque chose ou bien c’était quelque chose qui devait arriver comme aujourd’hui. À chaque fois que Samuel partait pour une « mission », il revenait tellement épuiser et nous n’avions plus la force de partir. J’avais tellement caché ma tristesse au fil des semaines et des mois. Quand il n’était pas là pendant plusieurs jours, j’en pleurais à chaude larmes. Je n’avais aucune amie à qui parler de cette souffrance en moi. Personne ne pouvait comprendre quel était le terrible destin d’être la fille au cœur d’or, mais qui souffre en silence. Je ne répondis pas encore à Tyler, car je préférais réfléchir à ce qu’il venait de me dire. S’il me disait que c’était ok pour que nous partions en vacances moi et Sam c’était pour une bonne raison et il savait que rien n’allait nous arriver. Après tout il venait du futur et il avait les carnets de son père avec lui donc je savais que rien ne pouvait nous arriver pendant ce petit voyage.

Plusieurs minutes passaient et personne n’avait encore parlé. Jusqu’au moment j’entendis un téléphone sonner. Pas encore une personne qui voulait nous déranger. Finalement non c’était quelque chose d’important pour Tyler et il me demandait de m’occuper de Samuel quelques minutes le temps qu’il revienne. Je pris sa place très vite et prit le gant pour le porter doucement au visage de Sam. Je ne pouvais pas savoir si cela lui faisait du bien, mais je continuais à le faire. Je regardais autour pour voir s’il n’y avait personne autour de moi et je voyais que Tyler n’était pas proche. Alors, je me mis à verser mes larmes elles étaient vraiment nombreuses. Et le tout tombait sur les vêtements de Sam, car j’étais assez proche de lui. J’approchais de lui et chuchotais dans son oreille :


J’en surplis réveille toi mon amour… je veux plus te voir souffrir comme ça ces beaucoup trop pour moi. Je veux plus te voir comme ça… ça me déchire le cœur en mille morceaux…

Si mes larmes auraient pu le réveiller comme je l’avais fait une fois. La seule fois que j’avais utilisé l’héritage de phénix que j’avais. J’en n’avais eu peur au début et je cherchais toujours à savoir comment j’avais fait. J’avais regardé sur internet et les légendes disaient que les larmes de phénix pouvaient guérir n’importe quelle blessure. Alors pourquoi moi ça ne marchait pas ? Parce que je devais souffrir en silence et regarder Sam inconscient et prit de terrible douleur à cause de ces signes sur son bras ? La vie n’était pas juste pour le couple que moi et Sam étions. Enfaite elle n’était pas juste pour toute la famille que nous étions autant de mon côté ma famille était morte. J’étais sûre aussi que c’était la même chose pour Sam même s’il ne me parlait pas de son passé avant ma rencontre. J’avais deviné assez vite qu’il n’avait pas eu un passé joyeux. Maintenant, ma famille se résumait à Sam et à Tyler. Ils étaient les deux que j’aimais le plus au monde et je ne voulais pas les voir souffrir. Donc, je voulais du plus profond de mon âme le voir se réveiller peu importe comme ça allait arriver.

_________________



The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: The Signs Of Destiny (avec Rachel A. Silverstone et Samuel Langster)   Mar 16 Avr - 14:35

Aucune blessure physique visible, aucune fente brisant mon cœur, rien n’était normalement censé me faire souffrir. Pourtant, la souffrance était là et elle me déchirait sévèrement. Tout ça pourquoi ? J’étais simplement devenu un porteur de signes prophétiques, une personne visiblement importante pour le monde entier, mais à côté de cela je vivais une souffrance exceptionnelle d’une injustice profonde. Pester ? Me plaindre ? Faisais-je une chose pareille ? Non parce que je n’en avais pas du out la force. Je ne pouvais que rester déchiré par cette souffrance plus qu’atroce dont personne ne pouvait me délivrer pour l’instant. L’inconscience me bloquait dans cette torture que tout le monde pouvait observer rien qu’en fixant mon visage, sans savoir quoi faire pour m’aider à me sentir mieux. Je n’étais qu’un souffre-douleur, une personne qui souffrait parce qu’elle était destinée à souffrir. C’était malheureusement comme ça. Meknes ne le supportait qu’à peine lui aussi. J’entendais sa voix, ses supplications vaines. Toutes ses douleurs me parvenaient. J’aimerais pourtant l’aider, faire quelque chose pour lui, mais ce n’était même pas possible, pour la simple et bonne raison que nous étions coincés dans la même galère tous les deux. Le même problème nous torturait ensemble alors que Meknes n’était qu’une conscience secondaire. Dans un sens c’était injuste pour lui. Il s’était réincarné en moi pour m’aider à assumer mon destin mais à la place il souffrait terriblement quand je devais être torturé moi aussi. La vie était réellement cruelle.

Ensemble nous tentions de mobiliser nos forces pour quitter notre conscience conjointe, mais nos forces nous manquaient visiblement. A la vue extérieure, cela ne ressemblait qu’à des tatouages, des gribouillages sans aucune signification, mais leurs yeux les trompaient. Même si ce n’était que des signes, cela n’avait rien d’insignifiant. Leur port était extrêmement douloureux pour nous deux. C’était une torture mystique horrible que je ne souhaitais à personne. Une personne mortelle ne pouvait pas supporter cela sans souffrir d’une façon tellement extrême que la vie ne pourrait même plus exister pour elle. Moi, je demeurais immortel, bloqué dans cette vie, et c’était pour cela que je parvenais encore à survivre. Malheureusement, je souffrais de martyr. Chaque seconde était l’apport de douleurs supplémentaires, et je ne parvenais même pas à le crier. J’étais coincé…je n’en pouvais plus. Je voulais à tout prix m’en sortir…c’était beaucoup trop dur cette fois-ci. Dans cet état, je ne cessais de penser à Rachel. Je sentais sa présence, mais c’était pourtant comme si je demeurais à des kilomètres de son être. Je me sentais extrêmement mal à ce sujet. Sans elle, je me sentais éteint, atrocement mal. Cette absence était sans doute ce qui me faisait le plus souffrir dans cette histoire. Je souffrais, atrocement, et je devais subir tout ceci en restant terriblement seul dans cette galère. Cette horreur, je ne la supportais qu’à peine. Je voulais à tout prix m’en sortir…

Malgré le fait que mes forces me manquaient et que j’étais plongé dans une agonie de plus en plus puissante à mesure que le temps passé, je n’avais pas entièrement abandonné mon combat, bien au contraire. On ne pouvait pas le voir depuis l’extérieur mais je criais en ce moment. Je criais tellement fort que ma conscience en saignait de toute part dans cette souffrance exceptionnelle qu’était la mienne. C’était ma volonté de m’en sortir, de faire quelque chose pour me sentir bien et ne pas souffrir comme je le faisais en ce moment précis, mais je n’y parvenais pas, malgré la force de volonté que j’y mettais. C’était pour cette raison que je criais pour faire entendre ma douleur. J’avais en effet envie de me battre, de tout faire pour arriver à m’échapper de cette torture spirituelle. Je me battais dans le but de m’en sortir et d’enfin me réveiller. Cette distance avec Rachel était une torture que je ne supportais pas. Je voulais y mettre un terme, à ça comme au reste. Cette torture en elle-même était une marque du pire que je ne parvenais plus à gérer. Il fallait à tout prix que je m’en sorte, même si je devais souffrir pour pouvoir obtenir un salut valable et surtout extrêmement durable. Nous méritions, autant Meknes que moi-même, d’arrêter de souffrir autant que maintenant. Malheureusement, je n’avais pas les forces nécessaires pour me sortir de tout cela...et jamais je ne les aurais. La preuve, un épuisement me déchira au bout d’un moment.

Cet épuisement était vocal. Ma voix se tut d’elle-même car je ne parvenais plus à agir. J’allais mal, affreusement mal et mon état ne cessait de s’aggraver. Cette fièvre m’affaiblissait et me rendait extrêmement vulnérable. Ma faiblesse m’attristait terriblement. Rachel me manquait alors qu’elle n’était qu’à quelques centimètres de moi. C’était affreux…et tout ceci était de la faute des signes. C’était leur faute, leur unique faute. C’était à cause de ces choses que j’étais obligé de porter que je me trouvais dans un état pareil.


- Rachel…je veux te parler…. Dis-je au fond de moi-même, extrêmement triste. J’ai besoin de te parler, de savoir que tu es là. Je ne m’en sors plus…j’ai si mal…j’ai vraiment besoin de toi…je me sens éteint…

Mes vœux commençaient à s’exaucer peu à peu. Les douleurs étaient toujours aussi fortes mais j’avais l’impression de me rapprocher de la réalité alors que cette torture m’en éloignait depuis tout à l’heure. Devais-je voir tout ceci comme un signe d’amélioration quelconque me montrant que j’allais peu à peu pouvoir retrouver celle que j’aimais et lui montrer à quel point elle m’avait manquée ? Oh je l’espérais…je l’espérais tellement.

Finalement mes yeux s’ouvrirent, après un effort surhumain pour pouvoir m’en sortir. Je la voyais auprès de moi, tenant le gant frais déposé sur mon front dans le but de faire baisser ma température. La voir me soulageait tellement, surtout après ces instants de solitude passés dans le noir le plus total. Ma vision était encore un peu floue, à cause d’une certaine humidité qui noyait mes yeux pour le moment. Cela allait sans doute passer avec le temps, du moins je l’espérais.

Sur le coup, je ne pus pas lui signaler le côté effectif de mon réveil. Je n’étais là qu’à la regarder, sans parler. Dans un sens, cette vision était sans doute la plus belle dont j’avais pu disposer depuis l’instant où ces signes étaient apparus sur mon bras. C’était le côté de ma vie qui ne me dérangeait pas vraiment. Cet amour, il m’aidait à survivre. Prétendre le contraire relevait du suicide.

Mes moyens ne revinrent pas tout de suite. Je dus attendre et être extrêmement patient pour juste pousser ma voix au minimum. Je ne pus parler qu’au bout de cinq minutes, le temps de retrouver cette voix que j’avais cru perdre à force de pester en silence dans mon esprit. Je ne pus pas dire grand-chose en dehors de ce qui m’importait. Ma main bougea pour que mes doigts gigotent dans la sienne dans le but de caresser sa paume. C’était pour lui prouver que j’étais là et que je n’avais pas envie de la quitter. Le fait de la voir me permettait d’être un peu plus calme, même si au fond de moi-même la torture continuait toujours. Ma tête était mise à mal mais mon cœur parvenait à se calmer un petit peu. J’avais encore peur mais elle me déchirait un peu moins.


- Rachel…tu m’as tellement manqué…

Je caressais encore la paume de la main de Rachel. Ce geste me rassurait un peu et me permettait de garder un semblant de calme même si l’horreur de mes tortures ne m’aidait pas du tout.

- Je t’aime tellement si tu savais...mon amour….

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: The Signs Of Destiny (avec Rachel A. Silverstone et Samuel Langster)   Sam 27 Avr - 23:57

Être sur ce lit et devoir patienter le retour de ma très chère tendre moitié était insupportable. J'avais toujours se gant avec lequel j'essayais de calmer cette fièvre. Mais, je ne voyais aucun yeux s'ouvrir et aucune lèvres bouger. Je n'aimais tellement pas le voir comme ça et le voir souffrir me déchirait terriblement. Comment les gens de se monde pouvait t'il faire mal l'homme le plus gentil, le plus aimable et le plus courageux que la terre ai connu. Cela me dépassait à chaque événement de malheur qui nous arrivait. Nous avions besoin de vacances mais malheureusement à chaque fois que nous voulions partir quelque chose comme aujourd'hui se produisait. Je voulais tellement sentir ces bras autour de moi et qu'il me dise qu'il aime plus que tout. Mais, au lieu de cela il n'y avait que le parfait silence. Se silence qui est à la fois froid et cruelle car on ne savait jamais se qui pouvait se produire quand se silence se briserait.

Je restais là et ne bougeais plus. J'avais tellement peur de se qui se passait en ce moment du côté de Sam. Cela me brisait le coeur encore plus que les autres fois. Cette fois ci je ne pouvais que m’inquiéter encore plus. Toute cette histoire avec les signes sur son bras m’inquiétait encore plus que tout le reste. Cela inquiétait aussi Tyler, mais moi je ne savais pas si je pourrais garder cette inquiétude longtemps encore en moi. Tout mes membres priaient pour que rien ne grave arrive à cause de ces signes qui était apparus sur son bras. Qu'est qui allait nous arriver à notre famille maintenant. Il fallait être là pour soutenir Samuel le plus que nous le pouvions. Car, il allait en avoir de besoin et à voir le regard de Tyler je pouvais très bien deviner que si nous ne faisions rien du tout. Sam allait vivre les heures les plus sombres et les plus isoler de son existence. Et cela je ne veux pas le vivre, car moi je pouvais cacher ma douleur et ma souffrance. Je devais mettre cela de côté et être là pour mes deux amours. Tyler comptait sur moi pour que je sois là pour Sam. Et j'allais le faire je n'étais pas une lâche et j'allais rester avec mon amour pour toujours.

Puis au bout de plusieurs longues minutes interminable, je vis les yeux de Sam bouger. J'avais tellement l'espoir de l'ai voir s'ouvrir pour de bon. Puis, mon petit miracle se réveillait et tout de suite je le pris dans mes bras. S'il y a quelques minutes je pleurais de tristesse et bien maintenant je pleurais de joie et de pur joie. Je ne pouvais pas retenir ma joie et même si je dérangeais Tyler qui était au téléphone. Je savais qu'il pouvais me comprendre car je voyais Sam bouger. Il était sortit de son sommeil profond. Je voulais tellement lui montrer à quel point il m'avait manquer, mais je ne voulais pas trop lui faire mal. Donc je ne me collais qu'à lui et ne faisais que le regarder. Je lui caressais les cheveux et attendit sagement que Sam dise ces premiers mots. Cela prit au moins 5 minutes, mais je comprenais qu'il devait prendre son temps.

Je le voyais caresser mon autre main et il me disait a quel point je lui avais manquer. Il m'avait tellement manquer aussi ma vie sans lui et un pur enfer. J'ai de la difficulté à le voir souffrir comme ça. J'en n'est de la misérer à respirer parfois, car ça me blesse trop de le voir comme ça. Je savais qu'il m'aimait la preuve il me le disait encore alors que je savais qu'il venait de se réveiller et qu'il n'était pas au meilleure de sa forme. Je lui caressais toujours les cheveux et lui dit ceci :


Je t'aime toi aussi et tu ma tellement manquer mon amour. Quand Tyler est revenu avec toi et que tu était dans se sommeil profond je ne savais pas trop quoi faire. Je veux tellement pas te perdre tu l'être que j'aime le plus au monde. Si je te perd je me perd moi même. Tu ma sauver la vie et j'ai tellement besoin de toi mon amour.

Je fermais les yeux et lui donnais pleins de bisous dans le cou pour lui montrer à quel point je l'aime. Il avait besoin d'amour, de support et de bonheur. Je pouvais lui donner tout ceci, mais j'avais peur de ne pas être assez. Mais, j'allais lui montrer mon amour et mon support pour toujours. Aussi longtemps que j'allais vivre, j'allais lui montrer tout mon amour pour lui.

_________________



The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: The Signs Of Destiny (avec Rachel A. Silverstone et Samuel Langster)   Dim 28 Avr - 22:20

Même si mes yeux s'étaient ouverts pour retrouver la vision de ma bien-aimée, le cauchemar était malheureusement loin d'être terminé. Je n'osais pas avouer la vérité, mais ces douleurs me tourmentaient encore. Mon réveil ne signifiait pas une guérison intégrale de mes blessures mais au contraire le fait que j'avais juste suffisamment de ressources pour les affronter. Au fond de mon crâne, tout était sans dessus dessous depuis le jour où ces signes étaient apparus sur mon bras car chaque action, même banale, était le reflet d'une torture insupportable. La simple idée de respirer était devenue carrément insupportable. Je ne pouvais plus rien faire sans au final souffrir comme jamais et je n'étais pas capable de l'avouer même à celle que j'aimais du fond du cœur. Je ne voulais pas l'inquiéter et lui montrer que je vivais un véritable calvaire alors que je venais juste de la retrouver. Ce serait une injustice plus qu'horrible à lui imposer. Je ne voulais pas lui faire du mal...même si cela signifiait en échange le fait d'assumer seul une douleur que je ne pouvais que cacher.

Cette douleur se percevait quand même, malgré le fait que je la dissimulais en majeure partie au fond de moi. Il suffisait de plonger son regard dans le mien pour comprendre que quelque chose n'allait pas. Une certaine étincelle faisait briller mes yeux. C'était un mélange entre la tristesse, la souffrance et surtout le désespoir. En réalité, mon regard criait à ma place pour cet appel au secours que je n'osais pas passer. Il disait à ma place ce que ma bouche n'allait jamais pouvoir lui révéler. Ces signes agissaient pour le moment comme un certain poison en moi. C'était comme si ces choses oxydaient mes organes les uns après les autres ou bien comme si on me découpait en rondelles, sans anesthésie générale, et qu'on le faisait plusieurs fois à cause de mon auto-guérison qui me rétablissait à chaque fois les membres qu'on me coupait. Pour faire court, cette douleur en moi était horrible, mais je trouvais quand même le courage de l'affronter, courage que je n'aurais sans doute pas eu si jamais Meknes n'avait pas été là pour me soutenir. Cette double conscience en moi m'avait sauvé plusieurs fois la mise. J'avais énormément de chance de l'avoir. Meknes était une complexité de ma vie mais aussi une délivrance. J'aurais sans doute déjà lâché prise s'il n'avait pas été là pour me soutenir et m'aider à aller de l'avant. C'était sans doute grâce à lui si j'existais encore et surtout si j'avais la force de tenir le coup alors que tout tentait actuellement de m'assassiner et j’avais très peu de force pour affronter cela. J’avais besoin d’être secouru, délivré, et ce besoin devenait de plus en plus pressant à la longue. Heureusement, Rachel était là.

Le fait d’avoir Rachel auprès de moi était sans doute la délivrance émotionnelle dont j'avais toujours rêvé. J'étais certes encore tourmenté par les douleurs que me procuraient les signes, mais je parvenais à penser à des choses bien plus intéressantes quand je me concentrais sur notre amour. Il suffisait pour moi de plonger dans le regard de ma bien-aimée pour voir que la vie n'était pas constituée de ces simples douleurs et qu'il y avait autre chose de bien plus intéressant à vivre : le bonheur. C'était elle qui me procurait cette croyance. Je devais à tout prix me focaliser dessus tant que je le pouvais encore. C'était sans doute la meilleure façon de me sauver la vie. Le travail de sauvetage commençait dès maintenant. Si je lâchais prise...jamais je ne pourrais m'en sortir. Je regardais alors Rachel un maximum, afin de pouvoir dégager de son regard les émotions qui me berçaient sans cesse, à chaque fois qu'elle était là. Cette récolte, je la faisais dans le but de me sentir mieux. Je devais tout faire pour y arriver. L'espoir n'était pas intense et je risquais bien de perdre pied à la longue, mais je devais pourtant me résigner à le faire si je souhaitais continuer d'exister et non pas devenir l'ombre de moi-même au bout de quelques jours. En quelque sorte, je combattais un cauchemar et j'espérais pouvoir gagner, même si je n'avais pas de garantie de réussir.

Il fallait juste espérer...mais je n'en avais pas la force. Mes seules puissances n'étaient autre que Rachel et Meknes. Je n'étais rien du tout. Ma force mentale était l'équivalent du néant, et encore j'étais gentil en disant cela. Toute ma force mentale, je la tenais de Meknes tandis que Rachel me permettait d'avoir une intégrité émotionnelle encore plausible pour un être humain. Si jamais je n'avais pas pu les avoir dans ma vie, ma peau aurait sans doute été inexistante.


- Sans toi, je ne suis rien du tout ma chérie. Jamais je ne pourrais t'abandonner...jamais de la vie. Tu illumines ma vie d'un amour splendide. Même quand je...dormais...je me battais pour revenir auprès de toi. Tu es essentielle dans ma vie Rachel. Tu ne peux pas savoir à quel point j'ai besoin de toi. Tu es ma seule porte de sortie face à ce cauchemar.

Elle me faisait plein de bisous dans le cou et je tentais de me focaliser sur eux pour me calmer et rester fort face à ce que je traversais. J‘avais certes toujours mal mais je tentais d‘éclipser cette douleur afin de me focaliser sur quelque chose de bien meilleur et cette chose n‘était autre qu‘elle. Rachel était la plus belle personne devant hanter mes pensées en cet instant précis et cela n‘allait pas changer. Je l‘aimais de tout mon cœur. Elle était clairement celle qui m‘aidait à tenir le coup, ma raison de vivre ma vie d‘immortel même si je vivais souvent des instants de tristesse. Rachel était le réconfort de toute une vie et je devais continuer à me sentir bien avec elle, à l‘aimer. C‘était la meilleure des façons de sortir de ce cauchemar.

- Je t'aime Rachel...je t‘aime plus que la vie elle-même. C‘est grâce à toi si je tiens encore debout, si je parviens à croire au bonheur, à l‘amour…à tout ça. Ce qui subsiste entre nous, c‘est toute ma vie. Tu es ma raison de vivre, celle qui peut me permettre de sortir de ce cauchemar.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: The Signs Of Destiny (avec Rachel A. Silverstone et Samuel Langster)   Ven 10 Mai - 20:30

Voir Samuel réveiller était un bonheur pour moi. Cela voulait dire qu'il allait un peu mieux et que doucement il guérissait de se qu'il avait. J'aurais voulu dire à Tyler de venir me rejoindre, mais je compris qu'il voulait surement me laisser seule avec lui. Donc, je gardais mes mains dans celle de Sam et ne pouvais cacher ma joie. ma joie de le voir les yeux ouvert me remplissait de bonheur. Mais, malgré que tout allait bien je pouvais voir que Sam allait toujours un peu mal. Cela ne prenait pas le cerveau le plus intelligent pour le voir. J'avais juste à garder contact avec Sam et je pouvais voir à quel point il souffrait à l'intérieur. Je mis la serviette que j'avais dans la main de côté et prit cette main pour la placer sur la joue de Sam. Je n'aimais pas voir Sam aussi faible que je l'avais vue. Quand je le voyais comme ça j'ai toujours peur de le perdre pour toujours. Ces naturelle chez moi je m'inquiète beaucoup trop pour les personnes que j'aime. Et Sam était la personne la plus importante pour moi, il est ma joie de vie.

Quand j'entendis sa voix, je pouvais voir qu'il avait toujours mal mais ça voix me calmait. Cela me montrait peut-être un chemin vers la guérirons. Je savais qu'il n'était pas tout ta fait guérit, mais il était en bonne voix et je pouvais enfin respirer mieux et un peux plus doucement. Si il ne se serait pas réveiller, je ne savais pas ce que j'aurais fait. J'avais tellement de rage et de souffrance cacher à chaque fois que Sam se faisait kidnapper. À chaque fois je me disais que je devais le protéger de ceux qui voulait me le voler. Mais à chaque fois je ne pouvais rien faire et me sentais impuissante dans ces événement. J'étais celle qui devait rester en retrait de tout et qui ne devais rien faire. Je ne devais que m’inquiéter pour les proches que j'avais et ne rien dire d'autre.


T'est l'amour d'une vie Samuel, mon chéri pour toi je verrais tout. Je ne sais pas ce que j'aurais fait si tu ne te serais pas réveiller. T'est ma seule source de bonheur, mon bonheur à jamais. Te voir comme ça en pleine souffrance me déchire le coeur. Comme si je me sentais impuissante, je vois non seulement toi en souffrance, mais Tyler aussi. Il n'a que 18 ans et souffre déjà beaucoup trop pour un enfant de son âge... Vous êtes les amours de ma vie et pourtant je dois vous regarder souffrir... ces beaucoup trop pour moi... J'aimerais tellement faire quelque chose pour que toute cette histoire ne soit plus sur vos épaules...

J'étais entrait de dire tout ce que j'avais comme souffrance et inquiétude. Je voulais avoir une vie normal avec Sam, mais à cause de tout ce qu'il vivait je ne pouvais jamais le toucher. Au fond nous vivions l'enfer et nous ne pouvions jamais toucher au bonheur. Je voulais l'amener loin des souffrances de se monde. Mais, à chaque fois quelque chose comme aujourd'hui se produisait. Je n'en pouvais plus de toute cette souffrance. Je voulais que les gens laisse Sam tranquille pour qu'il vive sa vie. Car, il a une vie d'immortel et moi malgré que je vais vieillir moins vite je vais mourir un jour comme ma mère. Donc, un jour Sam sera seul sur cette terre et peut-être il n'aura jamais vécu le pur bonheur. Le bonheur que j'essaye de lui montrer depuis que nous sommes ensemble. C'était complètement injuste de le voir comme ça allonger dans le lit. Si ça n'aurais pas été de ces signes qui était venu. Je suis sûre que j'aurais pu demander à Sam de venir avec moi en Angleterre. Maintenant, je savais que si nous voulions partir nous devions choisir un autre endroit. Cela me rendait tellement triste car j'aurais voulu lui montrer mon petit coin de paradis.

Pour nous rassurer tout les deux, je lui fis pleins de bisous dans le cou. J'étais la sortie de secours pour Sam, j'étais la personne qui chassait toutes les mauvaises pensés de son esprit. Je serais à jamais sa tendre chérie qu'il aime plus que tout au monde. Notre amour était plus fort au fil des choses qui nous arrivait qu'elle soit bonne ou mauvaise. J'allais rester avec lui pour toujours dans n'importe quel événement même si les événements me font très mal. Je l'aime et l'amour peut battre n'importe quel drame qui peut nous arriver. Nous étions fait l'un pour l'autre et cela pour le reste de nos vies. Qui sait un jour dans une autre vie il y a une personne qui me ressemble sur tout les points et qui ferait tomber Sam amoureux de nouveau. Mais pour le moment il n'y avait que le présent et seulement cela à nos yeux. Je savais qu'il y avait assez de place pour que j'aille me coller a mon seul et unique amour. Donc je pris place à ces côté et joignait mes mains aux siennes pour lui montrer que j'étais là.


Je t'aime aussi Samuel Langster, le seul et unique amour que j'aurais. Tu berce mes nuits et mes jours de la plus belle mélodie au monde. L'amour qui nous uni est tellement beau. Malgré les durs épreuves que nous vivons nous passons par dessus à chaque fois. Les épreuves nous rend plus fort et plus amoureux à chaque fois. T'est la plus belle chose qui me soit arriver et qui me soit permit de connaître.

Je l'embrassais doucement après ces paroles. Cela faisait longtemps que je ne l'avais pas embrasser comme ça. Les moments que nous avions ensemble était tellement court que quand nous en avions un comme ça j'En profitais pour me l’enregistrer en tête. Vraiment cette idée de vacances n'était peut-être pas si fou que cela finalement.

_________________



The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: The Signs Of Destiny (avec Rachel A. Silverstone et Samuel Langster)   Ven 10 Mai - 23:06

La douleur n'était que très peu perceptible pour le moment, mais il suffisait de plonger dans mon regard pour se rendre compte que je ne supportais qu'à peine ce calvaire dans lequel je venais de tomber avec l'apparition de ces signes. Ces choses faisaient de moi un être important et cette importance était désormais un espace public consultable par n'importe qui jetant un œil sur mon bras droit. Je croyais avoir tout subi comme tortures et avoir ainsi dépassé le stade même du pire, mais ce n'était qu'un tort. Le pire était à venir et l'apparition de ces signes me l'avait prouvé. J'avais un rôle à jouer dans l'avenir de cette planète, un rôle extrêmement sérieux qui allait me rendre bien entendu intéressant aux yeux de toutes les ordures qui allaient chercher à se servir de moi à l'avenir, dans le but de pouvoir forger leur propre avenir. J'étais ce que j'étais, quelqu'un d'un peu trop important et aussi d'un peu trop immortel. Mon sort était tout tracé...ma vie allait finir toute étrange. Je n'avais pas énormément de chance, vraiment. Les seules choses que je pouvais voir comme un cadeau de la part du ciel était ma famille, mais je ne suis pas forcément un bon présent pour ma part.

J'apportais à Rachel des ennuis qu'aucune petite amie ne rêverait de vivre. A l'avenir nous allions avoir un fils qui lui aussi allait avoir la plus compliquée des vies. Je n'étais pas au courant de tout concernant la vie de Tyler mais je percevais bien dans son regard cette chose qu'on pouvait parfois percevoir dans le mien : une douleur non dévoilée. Il avait mal, au fond de lui, mais il prenait sur lui dans le but de tous nous sauver. Mon fils était quelqu'un d'encore plus noble que moi. Il abandonnait sa vie déjà très jeune dans le but de nous assurer un avenir autant à nous ses parents qu'au reste du monde. Ce qu'il faisait était la plus noble des actions mais à côté de cela il s'abandonnait. Il oubliait littéralement sa vie parce que cette dernière était volée à cause de cette mission à laquelle il s'était lui-même engagé. A mes yeux tout était de ma faute. Ma douleur grandissait de plus en plus. J'étais toujours autant amoureux de Rachel et de ces perspectives familiales qui se dessinaient pour nous deux, mais je n'aimais pas l'idée de la faire souffrir autant que cela. Je me sentais responsable de ce malheur. C'était mon importance pour l'avenir qui était à l'origine de toute cette souffrance. Tout ce mal, il ne provenait que de moi. Tout ce négatif n'était que le résultat de ma propre existence. J'étais la source de ce malheur et tout ceci contribuait à l'évolution d'un important mal-être en moi.

Je me mis à parler à Rachel, bercée par ses baisers dans mon cou et la chaleur de son corps qui s'incluait dans le mien.


- Mon amour...je t'aime tellement si tu savais. Tu ne peux pas savoir à quel point ça me soulage d'être de nouveau avec toi. Cet éloignement était réellement insupportable pour moi. J'entendais tout. Je ressentais tout. Malheureusement je ne pouvais pas agir...alors que je t'entendais...en train de t'inquiéter...j'aurais voulu que tout se passe autrement, que tout ne termine pas comme ça. Tout ce malheur qui se passe à chaque fois, vous le subissez autant toi que Tyler. Je n'aime pas cette idée de vous voir souffrir à cause de moi. C'est vraiment une sacrée déchirure pour moi. Je provoque tout cela et j'en ai sincèrement conscience...ça me fait mal de percevoir cette douleur et surtout de la transmettre à ceux que j'aime alors qu'ils ne la méritent absolument pas, surtout pas des cœurs aussi précieux que le tien et celui de Tyler. Vous méritez bien mieux que ça...et ça me rend triste de ne pas pouvoir vous l'offrir. Je ne suis qu'un objet de curiosité avec mes petits dessins sur mon bras maintenant. Ils me voient comme un messie mais je n'y crois qu'à peine. J'aimerais vraiment pouvoir mettre un terme à chaque malheur...mais je me sens impuissant.

Je ne savais pas pourquoi j'avais autant parlé. Peut-être en ressentais-je dans un sens le besoin, ou peut-être jugeais-je cela comme approprié alors que cela ne l'était pas réellement. Peu importe la raison pour laquelle j'avais dit tout cela, j'avais énormément parlé et même sorti des confidences sur mes douleurs internes que je n'avais dévoilées à personnes jusqu'à présent. Ils ne s'agissaient que de douleurs gardées, des choses que je conservais dans ma tête car elles étaient pour moi à leur place. Ce n'étaient que des choses qui ne méritaient pas d'être dites car je ne voulais pas transmettre ce mal. Pourtant j'avais jugé bon, là tout de suite, de tout dire à Rachel, comme si j'étais dans une certaine urgence. C'était comme si j'avais tout accumulé dans mon esprit et que je n'avais plus suffisamment de force pour retenir quoi que ce soit dans mon crâne sans en souffrir ouvertement. Mais lui imposer ça à elle ? Etait-ce réellement obligé d'imposer tout ce flot de confidence à Rachel alors qu'elle n'avait pas besoin de cela ? Mon cerveau avait peut-être agi sans réfléchir, sans réellement mesurer la force de mes paroles. Je ne savais pas trop comment prendre tout cela.

- Désolé...je...je ne pensais pas...parler autant. Peut-être avais-je besoin de parler...de me libérer...je ne sais pas trop...excuse-moi...Rachel.

Ces paroles furent dites alors que je paraissais extrêmement gêné. Imposer le poids de mes souffrances dissimulées à Rachel était une chose que je ne supportais pas du tout, mais que je faisais parfois sans m'en rendre compte, et surtout sans mesurer la puissance de la souffrance que je lui offrais en me confiant beaucoup trop. Il fallait oublier tout cela, oublier le mal qui envahissait ma pauvre tête au profit de cet amour que je ressentais pour Rachel. Je devais plonger dans mes sentiments, me noyer dans ces derniers et ne ressentir plus que cela. C'était mon but ultime : aller bien...enfin donner plutôt l'illusion du fait que j'allais bien alors que ce n'était pas forcément le cas en fin de compte. Rachel était ainsi ma seule porte de sortie. Je restais collé à elle pour me laisser bercer par la chaleur de son corps. Rachel devait à tout prix devenir une pensée obsédante et ainsi prendre toute la place dans ma tête. C'était la seule solution pour moi si je souhaitais oublier ce qui m'arrivait en ce moment et ces douleurs à venir que je ne soupçonnais pas encore.

- Tu es le plus bel amour de toute ma vie Rachel, celle qui fait battre mon cœur. C'est grâce à toi si je vis encore dans ce monde. Tu es sans doute la plus belle rencontre de ma vie. Tu m'as sauvé...crois-moi. Quand je t'ai vue la première fois, tu m'as changé, tu m'as permis de voir la vie d'une autre façon et puis surtout d'en avoir une. Tu m'as aidé comme personne n'a pu m'aider jusque là. Je t'aime…

Je l'embrassais moi aussi après mes dires, même si quelques larmes tombaient de mes yeux, des larmes qui étaient la preuve de la sincérité de mes paroles mais aussi le reflet d'une intense douleur au fond de mon cœur. Je lui dis, peu après ce baiser qui avait pu faire chanter mon cœur que peu de mots, mais ces mots étaient en réalité une certaine alerte.

- Pitié...sauve-moi encore...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: The Signs Of Destiny (avec Rachel A. Silverstone et Samuel Langster)   Mar 21 Mai - 19:29

Voir une telle douleur dans les yeux de l’homme que j’aime était la plus grande déchirure sentimentale. Je ne pouvais même pas vous dire comment je me sentais en ce moment. J’étais heureuse de revoir non seulement Tyler, mais aussi Sam à la maison. Mais découvrir que l’homme que l’on n’aime le plus au monde était de nouveau la cible de toute attention était vraiment triste. On m’avait toujours décrit comme une personne très sensible. Avec le temps j’ai vue que les gens voyaient ce que je ne voyais pas avant. Avant de rencontrer Samuel je ne m’étais jamais vue comme une personne avec un cœur en or et une âme très sensible au chose de la vie. Quand j’ai rencontré se dernier, j’ai vue que j’étais cela. Au fond la vie réelle ma fait devenir la femme que je suis.

Avoir Sam dans mes bras comme ça me redonnait un peu de chaleur. La chaleur que j’avais perdue quand je n’avais pas Sam proche de moi. Je savais qu’il avait besoin de mon support sinon il était perdu. Oui je vivais beaucoup de choses tristes, mais entre vous et moi elle devait être vécue. Car un jour j’aurais ma fin merveilleuse avec ma petite famille à mes côtés. Que je pourrais respirer le grand air et être heureuse. Car, je voyais dans le regard des deux hommes que j’aimais la même chose. Leurs regards disaient beaucoup plus que ce que l’on pensait. Les deux vivaient des douleurs qu’il cachait à tout le monde. J’étais et je serais toujours là pour eux, mais j’aimerais guérir toutes leurs blessures. Car, je me sens tellement impuissante dans le sens que si on prend Tyler. Il n’avait que 18 ans et devait déjà vivre une dure vie à essayer de changer son présent qui est notre futur. Tendit que Sam c’était pire, il était une personne très importante pour notre avenir peut-être même la personne la plus importante. Il était comme un messie pour certaines personnes qu’elles soit bonne ou mauvaise. Et avec les signes qui son apparue sur son bras j’avais peur pour lui. Déjà qu’il était précieux pour plusieurs personnes là c’était devenu bien pire selon ce que Tyler m’avait parlé. Donc, je savais que l’on devait beaucoup plus le protéger maintenant. Je ne savais pas ce qu’il y avait comme signe sur son bras et je ne voulais pas le savoir, mais j’allais protéger Sam plus que tout. Je devais apprendre à me servir un peu plus des dons que j’avais pour protéger mon seul et unique amour. Je savais que je faisais mal avec mon don d’explosion mais ce n’était pas assez pour moi et je devais être mieux pour le protéger.

Mais, pour le moment je devais réconforter mon amoureux. Il en n’avait plus besoin que moi là-dessus. Donc je lui donnais des millions de baiser dans le cou et partout pour le relaxer et lui montré à quel point il m’avait manqué. Je retrouvais enfin la chaleur qui m’avait manqué à chaque fois que nos corps étaient collés l’un à l’autre. Puis, je l’écoutais parler par rapport à ce qui savait passée et le fait que je lui avais tellement manquer. Il me disait qu’il avait tout entendu et qu’il aurait voulu bouger mais il en n’avait pas eu la force. Que tout le malheur que moi et Tyler vivions était de sa faute à lui et rien que la sienne. À ce moment là j’aurais voulu verser une larme mais je la retenais. Je ne voulais pas pleurer pendant que Sam me parlait. Je lui mis un doigt sur la bouche pour qu’il cesse de parler deux minutes et de dire tout ceci. Et je me mis à parler cette fois ci avec le regard plus amoureux que jamais.


On vie tout les trois des malheurs, toi moi et Tyler. Mais, on n’est une famille et je me dis que malgré tout les malheurs que nous vivons qu’ils soient dans le passé, le présent ou même dans le futur. Un jour nous pourrons vivre comme une famille normale. Je t’aime et je te défendrais à chaque jours mon amour et veux tu savoir pourquoi. Parce que mon cœur ne bat que pour une seule et unique personne et cette personne sait toi. Toi seul peux faire battre mon cœur et me battre pour que nous vivions une vie normale. Chaque malheur qu’on franchit nous rapproche de plus en plus et me fait comprendre que malgré la vie que nous avons. Je ne voudrais jamais te quitter pour autant. Même le jour où je serais sur mon lit de mort et que je serais trop vieille pour être ta petite amie. Je serais toute laide et toi tu aurais gardé ta jeunesse, je t’aimerais pour toujours même dans ma mort et rendu là je priais chaque jour pour que tu viennes me rejoindre dans le bonheur éternel.

La larme que je retenais venait de tomber pour atterrir sur le visage de Sam. Je l’essuyais très vite et j’espérais que Sam avait comprit que malgré les malheurs que nous vivions je resterais avec lui pour toujours. Il s’excusait en plus de se qu’il venait de dire. C’était Sam tout cracher cela. Ma main droite allait tout de suite sur son visage et je caressais sa joue à se moment en lui disant ceci :

Mon amour arrête ne t’excuse pas. Tu avais besoin de me parler et ces normal ces ce qu’un couple fait. Tu me fais assez confiance pour me dire ce genre de chose. Tu avais besoin de te sentir mieux et tu as bien fait de me parler de ces crainte et douleur que tu as. Si tu l’as aurait gardé en toi ces douleurs aurait fini par te manger tout cru et je n’aurais pas voulu voir cela. N’hésite pas à me parler des craintes que tu as mon chéri. Ne garde pas tout cela en toi je n’aime pas te voir comme ça.

Je lui donnais un simple baiser sur les lèvres mais qui montrait que je serais là pour le soutenir. Samuel avait été la plus belle des rencontre dans ma vie et vise versa pour lui. Nous nous complétions parfaitement et notre amour était d’une telle puissance que rien ne pourrait la briser. Sam me disait que la première fois que je l’avais rencontré je l’avais changé. Il l’avait fait lui aussi, car j’avais changé après notre première rencontre. Je me souviens encore de cette nuit où il m’avait sauvée la vie dans cette ruelle et tout. Cela semblait être très loin comme si c’était il y a dix ans de cela. Pourtant cela ne faisait que deux ans environ et pourtant cela semblait être très loin. J’avais tellement changé entre temps et Sam aussi.

Je t’aime tellement Sam toi aussi tu ma changer. Tu te souviens de comment j’étais le soir de notre première rencontre. J’étais l’ombre de moi-même car je ne voulais plus vivre à cause de mon don qui c’était manifester et toi tu ma sauver de ceci. Ce soir là tu es devenu mon héro et tu continue de l’être. Je t’aime tellement ma vie est à t’ai côté maintenant et cela pour toujours.

Puis il m’embrassait à son tour. Chaque baiser qu’il me donnait était une nouvelle bouffé de chaleur que j’aimais. Quand on dit que deux âmes d’aiment à jamais malgré se qu’il vive c’était tout à fait ce que moi et Sam vivions et cela se voyait que nous nous aimions juste dans le fait que nos baiser étaient toujours passionnée et remplit d’amour pur. Au fur que le baiser se prolongeait je sentis des larmes couler des yeux de mon amoureux. Je me décollais doucement et voyait la douleur s’échapper de Sam si on peut parler comme ça. Il voulait que je le sauver une fois encore. Je m’approchais de son oreille droite et lui chuchotais ceci :

Mon amour je serais toujours là pour toi dans n’importe quel moment. Je te sauverais une autre fois et guérira les blessures que tu as accumulé avec le temps. Mon amour laisse moi te guérir des douleurs que tu as.

Après ces paroles je me remis à l’embrasser de nouveau avec l’âme amoureuse et dans le but de lui montrer l’amour que je porte pour lui. Je me rapprochais de lui-même s’il était toujours allonger dans le lit je me collais le plus possible à lui. Et me laissait aller pour lui montrer que je l’aimais de tout cœur.

_________________



The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The Signs Of Destiny (avec Rachel A. Silverstone et Samuel Langster)   

Revenir en haut Aller en bas
 

The Signs Of Destiny (avec Rachel A. Silverstone et Samuel Langster)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rachel Berry - Obviously, i'm a star
» Nous ne sommes pas des amies. Nous sommes des étrangers avec des souvenirs.
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens
» Marque of Destiny

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: U.S.A :: New York-