AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le masque de l'enfer (avec Rachel A. Silverstone)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Le masque de l'enfer (avec Rachel A. Silverstone)    Mar 2 Oct - 0:03

Un état ne s'arrangeait pas encore, bien au contraire. Je ne voyais aucun signe flagrant d'amélioration. Au contraire, il s'agissait là de signes d'aggravation...même si certains demeuraient encore dissimulé. Toujours hantés par ces images qui ne cessaient de tourner en boucle dans mon esprit, mes yeux se fermaient parfois d'eux-mêmes pour tenter de ne plus les voir constamment, de ne pas être aussi hanté. Je subissais des décharges de souffrances, des choses que je ne parvenais pas réellement à supporter. Je tentais de tenir le coup, de prendre suffisamment sur moi pour éviter d'être brisé au point de voir aucune réparation possible pour redevenir comme avant. J'allais vivre le plus intense malaise de mon existence d'ici peu de temps, probablement la séparation la plus douloureuse que j'avais pu connaître jusque là. Au fond, si je pensais vivre une douloureuse séparation, c'était bien à cause du fait que j'avais forgé un lien solide, un lien avec lequel je vivais tous les jours, et que je refusais de perdre. Malheureusement je n'avais le plus souvent pas le choix... Je devais subir le sacrifice de mes bonheurs parfois...je devais le faire...

Cette fatalité du destin, je la haïssais. En même temps ce sentiment demeurait logique à la vue de ce que j'avais vécu dans mon existence. Ma vie n'avait jamais été rempli d'une masse de bonheur fulgurante. J'avais juste perdu la majorité de mon temps à souffrir de martyr soit sur le plan physique, soit sur le plan moral. Je n'avais pas eu énormément de chance dans ma vie. Les rares périodes lumineuses notables m'avaient été apportées par l'amour que je ressentais pour Rachel, cet amour puissant qui faisait battre mon cœur mais qui est aussi à l'origine de son trouble interne, cette déchirure qui ne cessait de me faire du mal. C'était dur.

Rachel me promettait de revenir le plus vite possible, dès qu'elle aurait les réponses qu'elle cherchait. Si jamais elle devenait trop longue, elle allait demander à Tyler de me téléporter jusqu'à elle pour que l'on soit réuni à nouveau. Cette promesse me touchait beaucoup. Elle se colla contre moi. Je ressentais la chaleur de son corps en train d'envahir le mien. Je me sentais bien avec elle mais quelque chose dans ma tête ne cessait de m'évoquer cette "dernière fois" que j'étais en train de vivre, une dernière fois provisoire le temps qu'elle trouve les réponses à ses questions. Ce que disait Rachel touchait mon coeur au point que je m'en sente ému. Ces paroles étaient une promesse de non-séparation. Même si Rachel allait partir en quête de réponse, je savais qu'elle allait revenir. J'étais désormais convaincu du fait qu'elle allait revenir auprès de moi même si les circonstances avaient du mal à me convaincre du contraire. Je devais tout bêtement y croire, car je devais garder l'espoir. Ce n'était pas simple de continuer de cette manière mais je devais pourtant en convaincre. Je devais à tout prix m'en convaincre.


- Merci énormément pour ces paroles ma chérie. Sincèrement, je ne sais pas comment tu y es parvenue mais quelque chose s'est un peu calmé en moi. Tu es celle que j'aime le plus au monde, la personne qui fera toujours battre mon cœur, et cela ne changera jamais. Ta place sera toujours dans ce cœur qui bat, à jamais... Il peut faiblir et sembler s'épuiser, mais l'amour sera toujours en moi, toujours... S'il y a bien une personne que je ne pourrais jamais oublier, c'est toi. Tu as changé ma vie dans un sens que je ne croyais jamais atteindre. Si jamais je t'oubliais, c'est comme si je m'oubliais moi-même au passage, cela paraître impossible, réellement impossible…

Et là, Rachel fit un geste, quelque chose que je ne comprenais pas tout de suite, mais la profondeur de ce qu'elle venait de faire m'avait frappé. Ce geste si simple et pourtant si beau, accompagné à de telles paroles, forgeaient une certaine association qui m'aidait. Cela me faisait du bien. Je sentais ces pulsations cardiaques, une sensation humaine. Sa mélodie était magnifique et surtout réconfortante. Je comprenais maintenant où elle voulait en venir.

- Je le ressens, je le ressens au plus profond de moi. Ces battements qui me secouent au fond de moi sont bien présents et je les garderais en tête pour toujours. Ils seront toujours en moi...et tu peux avoir la garantie que cela ne disparaîtra pas. Un amour aussi fort ne s'oublie jamais, surtout celui que je ressens pour toi. Pour le meilleur et pour le pire, je t'aimerais toujours.

C'était une promesse, la profonde promesse.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Le masque de l'enfer (avec Rachel A. Silverstone)    Mar 2 Oct - 20:10

Je sentais mon moment de départ pour bientôt, car je savais qu’avec le don de Tyler il pouvait arriver très vite. Donc, je profitais de chaque moment que j’avais avec Sam. Ce que je faisais allait nous briser le cœur à nous deux. Mais, nous savions que ceci n’était pas un au revoir. Jamais je ne pourrais dire au revoir à Sam, car j’allais rester avec lui aussi longtemps que j’aurais un souffle de vie. Et pour le moment, j’avais encore beaucoup de souffle à donner à celui que j’aime.

Rester coller comme nous le faisions en ce moment, nous faisait beaucoup de bien à tout les deux. Je savais que ça allait apaiser l’esprit, le cœur et l’âme à Sam. Il était certain que je le laisserais vide car je ne serais plus là pour le combler de bonheur. Mais, je savais que si mon chemin vers ce que je devais devenir allait être trop long. J’allais donner un coup de fil à Tyler, pour qu’il téléporte Sam à moi et que nous restions ensemble. Car, je ne pouvais plus vivre ma vie sans lui. Il était devenu la partie la plus importante pour moi dans toute ma jeune vie. J’ai peut-être 22 ans, mais je savais que l’homme qui était devant moi allait me faire connaître des moments magie. Depuis, le premier jour, ou je l’avais rencontré à ma mort qui ne sera que dans de longues très longues années… je l’espérais de tout mon cœur.


Je te jure sur la tête mort de mon père que j’adore et de ma mère. Que si mes recherche son trop longue, je vais t’appeler et Tyler te téléportait à la minute prêt. Je ne veux pas que tu nous oublie malgré tes prête de mémoire. Pour t’occuper l’esprit pendant que je ne suis pas là, toi et notre fils pourrait essayer de savoir ce qui se passer dans ta tête. Je vais m’inquiéter pour toi à chaque jour comme je le fait en ce moment. Mais, ne t’inquiète pas pour moi je connais l’Angleterre comme ma poche. Donc, même si je suis loin de toi et toi de moi, nos cœurs continueront de battre aussi fort l’un pour l’autre comme si nous ne serions jamais quitter.

J’espérais que cela allait fonctionner, car je ne voulais pas laisser seule Sam. Mon heure de départ arrivait bientôt, car je m'en sentais capable de partir avec l'esprit un peu plus libre. Juste le simple fait de mettre ma main sur le coeur de Sam me rassurait. Je savais que cette séparation avait lieu et je savais les conséquences de ce que je faisais. Mais, je devais le faire pour moi mais aussi pour notre futur. Car, je sais que Sam ne voudrait pas d'une petite amie qui était faible, pleurait et nulle comme moi.

Les prochaines paroles que me disait Sam était les plus belles paroles que je pouvais entendre à ce moment là. Car, mon âme aimait la sienne nous étions deux personnes amoureuse souder par un lien qui ne pouvait plus se détruire. Nous étions ensemble dans toute les étapes de la vie. Mais, celle ci je devais la vivre seule au moins au début. Puis, j'entendis la porte frapper et je savais ce que cela voulais dire. Je restais coller à Sam et je ne voulais pas me lever pour ouvrir la porte. Donc, je chuchotais dans son oreille :


Je veux pas partir, malgré que je sais que je dois le faire... avec le bruit de porte qu'on vient d'entendre tu sais ce que sa veut dire et je le sais aussi...

Je voulais pas ouvrir la porte, mais je devais le faire donc je quittais le corps chaud de mon homme et avançait lentement pour ouvrir la porte à Tyler. J'essayais de garder un visage calme et serein et ne pas montrer ma douleur que j'avais mentalement. Je ne voulais pas inquiéter mon fils même si je crois savoir pourquoi je l'avais appeler. Donc, j'ouvris la porte pour voir mon fils devant moi avec le regard qui voulait tout dire. Sauf que moi je ne pouvais pas retenir ma larme qui coulait et le laissait entrer pour qu'il rejoins son père. Donc, je fermais la porte et savait au moins une chose malgré ma larme qui coulait. J'allais avoir mes réponses bientôt et je savais que ceux que j'aimais serait en sécurité.

hj : désoler pour la réponse je l'aime pas trop...

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Le masque de l'enfer (avec Rachel A. Silverstone)    Jeu 4 Oct - 10:50

Les deux pieds sur le sol, j’étais pourtant bien ancré dans ma vie mais ce n’était malheureusement qu’une mauvaise impression, car je m’éloignais au contraire de plus en plus de cette vie. Devant le regard de Rachel, je tentais de tout faire pour avoir l’air d’accuser le coup, prendre sur moi pour essayer de supporter ce qui était en train de m’arriver. Malheureusement cet effort demeurait extrêmement vain. Ma douleur n’était masquée que partiellement. A la vue extérieure, elle ne se voyait presque pas, mais certaines traces restaient encore présentes, surtout dans mes yeux. Mais, intérieurement, cette douleur était une immense torture. J’étais brisé, extrêmement brisé. Je souhaitais crier et exprimer mon appel au secours, mais rien ne sortit de ma bouche. Mon cri n’était qu’interne et c’était probablement ce qui me faisait le plus mal dans l’histoire. Au fond, moi qui croyait m’être débarrassé du masque de l’enfer, mais ce n’était qu’un énième mensonge pour me berner. C’était ça le problème. Peut-être que je n’allais justement jamais pouvoir me débarrasser de ces malheurs répétitifs qui ne cessaient de me détruire de l’intérieur. J’avais mal, terriblement mal. Rachel était un moyen d’atténuer cette douleur, mais elle allait malheureusement s’en aller. Mon fils allait être là pour moi, mais cet effort allait-il suffire pour m’aider à survivre en son absence ? J’étais malheureusement en train de douter, de plus en plus. J’avais peur de ne pas pleinement m’en sortir cette fois-ci. J’avais peur… beaucoup trop peur. Je tentais de me calmer sans y parvenir réellement. Le seul bonheur dans toute cette histoire était le fait que je n’allais pas mourir de tout ça. Mais rien n’empêchait la souffrance d’entrer à l’intérieur de moi et de me détruire. Je n’allais pas mourir mais j’allais souffrir de martyr durant une puissante et douloureuse éternité…oui car une séparation était pour moi une sorte d’identité.

Je restais collé à celle que j’aimais, sans effectuer ne serait-ce qu’un seul et unique mouvement. Je ne bougeais pas, préférant tenter de caller mes battements de cœur sur ceux de Rachel. Mon cœur battait encore trop vite, et je devais tenter de me calmer pour essayer de retrouver suffisamment de force et par conséquent tenir le coup. Ressentir la chaleur de son corps était une sensation apaisante, quelque chose qui parvenait à m’aider à me sentir mieux. J’étais moins agité, un peu plus calme même si mes douleurs étaient encore présentes. Ma fragilité était plus forte sur ce plan physique. Mentalement, c’était les montagnes russes, grâce à Rachel. Je n’étais pas un dépressif sans aucune guérison. Je parvenais à tenir une certaine cadence qui ne me tuait pas. J’étais mal mais pas au point de perdre littéralement mes forces. Au fond, le pire ne m’était pas encore arrivé. Je devais m’estimer heureux de ne pas être entièrement fini…sans aucun sauvetage possible. Il y avait toujours une lumière quelque part. La mienne n’était autre qu’elle : Rachel. Je l’aimais. Je l’aimais plus que tout au monde. Mon cœur battait grâce à cet amour que je ressentais au fond de moi. Je vivais grâce à elle. J’étais certes immortel à cause de ce pouvoir que je possédais, mais je ne serais rien du tout sans elle. Rachel était la personne la plus importante, celle qui donnait un sens à ma vie, un magnifique sens. J’étais bien certain de cette chose : jamais je n’aurais pu comprendre qu’une aussi belle chose existait si elle n’avait pas été là pour me le montrer. Sans son amour, j’aurais probablement déjà fléchis et je n’aurais probablement jamais pu réussir à prendre le coup.

Et maintenant, je devais me résoudre à la laisser partir. C’était dur, mais je devais malheureusement accepter cet état de fait. Elle me promettait qu’on allait se rejoindre si jamais c’était trop long mais allais-je pouvoir tenir jusque là ? Je n’en avais malheureusement aucune idée…


- Merci…vraiment. Rien que l’idée de me sentir loin de toi est une chose que je ne me vois pas supporter très longtemps, donc si jamais cela devient réellement long, je t’en supplie, préviens-moi et je viendrais te rejoindre sans attendre. Je ne me sens pas capable de rester aussi loin de toi surtout aussi longtemps. Je t’aime tellement ma chérie, tellement. Mon cœur battra tout le temps pour toi où que tu sois, ça je peux largement te le promettre. Tout mon corps…mon âme vit pour toi et elle vivra toujours pour toi.

Ces promesses de battements de cœur, elles étaient réelles. Mon amour pour Rachel était probablement le seul bonheur éternel que je possédais actuellement. Cet amour m’aidait à vivre. Au fond, cela me donnait une raison de continuer, de rester debout pour marcher et vivre ma vie pleinement. Seul, je n’aurais probablement pas tenu le même discours, ça j’en étais certain. Ce n’était pas compliqué à comprendre à la vue de toute la solitude qui avait pesé sur mon cœur durant toute ma vie. J’avais vécu la plupart du temps seul…trop seul…

Et là, la porte… J’entendis frapper. Tyler devait probablement être arrivé. Mon cœur bondit alors de ma poitrine pour exprimer ce refus étrange que je ressentais. Ce n’était pas parce que je ne souhaitais pas voir mon fils, mais plutôt que je souhaitais éviter de le voir à cause de ce qui risquait d’arriver par la suite. J’allais en effet voir Tyler, mais j’allais perdre Rachel en échange. Devrais-je être heureux dans une situation pareille ? Non. C’était beaucoup trop difficile de me trouver heureux en gagnant une marque de joie pour en perdre une autre. Ceci manquait de sens logique à mes yeux.

Tout bas alors que Rachel était partie ouvrir la porte à mon fils, je dis :


- Ne pars pas….

Meknes parla alors dans mon esprit. Il savait que j’étais en train de lâcher prise alors que c’était justement ce que je souhaitais à tout prix éviter.

- Sam, tiens bon…je t’en supplie tiens le coup. Tu ne dois pas lâcher prise, pas maintenant…

- C’est dur Meknes j’y arrive pas…

- Courage, tu n’es pas seul, je suis là pour toi.

Tyler vint me rejoindre et me prit dans ses bras. Je souffrais dans ses bras au point d’en pleurer. D’habitude j’étais heureux de le voir mais là ça me brisait le cœur.

- Je ne veux pas ça….tu ne peux pas faire quelque chose….c’est trop dur…la douleur est trop grande…

Il me garda dans ses bras sans rien dire, preuve que tout ceci ne devait pas changer…et que je n’avais pas encore terminé de verser mes larmes, pour au moins un si long et si dur moment. Je n’avais pas fini de souffrir, même si je souhaitais le contraire.

Je n’appréciais pas énormément ma vie en dehors de Rachel qui faisait battre mon cœur pour une bonne raison. Je n’avais rien d’aussi beau dans ma vie…


_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Le masque de l'enfer (avec Rachel A. Silverstone)    Ven 5 Oct - 15:53

Je n'aimais vraiment pas ce que je voyais en ce moment. J'aurais aimer revoir Tyler dans d'autre circonstance, mais je voulais qu'il reste avec Sam pour le temps que je ne serais plus là pour celui que j'aime. Je restais dans mon coin et pensais à ce que je devais faire après que j'aille quitter cette ville. Il fallait que je retourne à New York dans notre appartement pour aller me chercher quelques vêtements et un peu d'argent. Je me détestais pour ce que je faisais à Sam, car je voyais dans ces yeux qu'il me cachait sa tristesse. Depuis, que je le connaissais je savais qu'il cachait sa tristesse parfois quand elle était trop dure à surmonter. Aujourd'hui je crois que c'était un de ces moment, mais après tout c'était normal car je ne voulais pas le quitter et lui ne voulait pas me voir partir.

Donc, quand je vis Tyler prendre Sam dans ces bras et ne pas le lâcher. Je savais que je devais bientôt partir et laisser celui que j'aime dans ceux d'une autre personne que j'aime bien. Ce que m'avait dit Sam avant que Tyler arrive était plus que vrai. J'allais appeler celui que j'aime le plus vite possible si je n'avais pas de réponse à mes questions. Mais, je gardais espoir de l'ai avoir au plus vite pour revenir dans les bras chaud et réconfortant de celui avec qui je voulais finir mes jours. Ma vie ne tournais qu'autour de lui depuis que je l'avais rencontrer. Jamais je ne pourrais être éloigner de lui trop longtemps.

Je pris la décision de faire bouger mes jambes l'une devant l'autre. Chaque pas que je faisais vers Sam devenait de plus en plus lourde. Je retenais mes larmes et mon regard triste. Je restais confiante et normal le plus possible pour ne pas pleurer et ne pas faire craquer Sam. Je fis un mouvement à Tyler pour qu'il se recule et me laisse seule deux minutes avec Sam pour que je lui dise mon au revoir.


Je sais que tu ne veux pas arriver à ce moment, mais je dois y aller. Sache que je t'aime et t'aimerais même si je suis à des millions de kilomètres au loin de toi. Je suis toujours là dans ton coeur et jamais je ne pourrais t'oublier le temps que je serais partit. Tyler sera là pour prendre soin de toi et s'il te plait ne fait rien de stupide... je veux revoir l'homme que j'aime quand je vais te revoir. Crois moi on va se revoir plus vite que tu ne le crois.

Avant même qu'il ai pu dire quelque chose, je déposais mes lèvres sur les siennes une dernière fois avant de partir. J'essayais de ne pas pleurer pendant que je l'embrassais. Mais, je n'y pouvais rien l'émotion était trop forte et pendant que je l'embrassais des larmes coulaient le long de mes joues, mais aussi de celle de Sam. On pleurait tout les deux sur ce baiser qui durait je dois le dire une éternité. Comme si nous ne voulions pas nous séparer, mais je devais revenir à la réalité. Je décollais doucement mes lèvres des siennes et séchait ces larmes à lui au lieu des miennes.

Donc, je lui chuchotais à l'oreille ceci :


Je veux que tu prennes soin de toi. Ne t'en fais pas pour moi on va se revoir très vite. Mon amour est confiance en moi et avant que je pars garde ceci avec toi.

Je pris le collier que j'avais autour de moi. C'était celui que j'avais eu pour mon 10 anniversaire et ma mère me l'avais donner. Je n'avais jamais comprit pourquoi c'était un oiseau qui ressemblait à un phénix qui était en flamme. Aujourd'hui je comprenais un peu plus et je voulais que Sam le garde pendant que je serais partit.

Comme ça tu aurais toujours une partie de moi avec toi. Jamais je ne te quitterais et n'y pense pas une seule minute.

Je fis signe à Tyler de revenir vers Sam et me décollait difficilement de Sam à ma propre volonté. Mais, je laissais le corps de Sam pour aller vers la porte. Je marchais tellement lentement que je pensais avoir prit des jours à marcher. Finalement la porte était devant moi et je mis ma main sur la porte pour l'ouvrir. Mais, je figeais littéralement j'avais peur. Peur pour moi et aussi pour Sam, mais avec Tyler à ces côté je crois que ça irait bien.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Le masque de l'enfer (avec Rachel A. Silverstone)    Sam 6 Oct - 21:16

Tyler me tenait dans ses bras, avec une force colossale, pour m'empêcher de partir en courant, de sauter dans les bras de celle que j'aimais et la retenir de toutes mes forces afin de la supplier de ne pas partir. Au fond, cette action n'aurait qu'un effet malsain sur moi, un effet de destruction massif. J'avais pris en effet conscience du fait que je ne pourrais pas la retenir, qu'elle avait des réponses à trouver et qu'elle avait pour cela besoin de les chercher dans ses racines, mais je souffrais encore. Je ne parvenais pas à accepter son départ comme une évidence, demandant même à mon fils s'il ne pouvait pas revenir en arrière, alors que ce changement temporel paraissait clairement impossible.

J'étais prêt à réclamer n'importe quelle connerie si cette dernière avait pour effet de la voir rester avec moi, et ne pas partir en Angleterre. J'avais peur de l'anéantissement. J'assistais toujours au défilement de ma vie sans réellement comprendre pourquoi il avait lieu. Je ne savais pas si tout ceci avait lieu parce que je souhaitais m'accrocher à la vie ou bien parce que je risquais de la perdre. Ce n'était pas un bon signe et cela ne me rassurait par conséquent pas réellement. J'avais peur pour mon devenir, devenir qui risquait d'être compromis si je m'enfermais dans cette déchéance absurde. Que risquais-je hein ? L'inconscience ? La dépression ? Pire encore ? Je n'avais pas encore mesuré les conséquences que pourraient apporter l'absence de celle que j'aimais. Cela pourrait me faire encore plus de mal que ce que je pourrais prévoir dans mes rêves les plus dingues...enfin des cauchemars plutôt, car les rêves en pleine douleur ressemblaient davantage à cela.

Je me trouvais dans les bras de mon fils, à verser ce flot si humide et si humain : mes larmes. Elles tombaient en nombre tout en déchirant mes joues comme des lames entaillant la peau. Si douloureuses et trop nombreuses, elles me faisaient souffrir. Je ne les supportais pas. C'était quelque chose d'horrible. Ce que je vivais était une chose que je croyais impossible pour la simple et bonne raison que je ne l'avais jamais vécu jusque là, mais tout avait malheureusement un début. Toute ma vie, j'avais eu souffert de cette solitude qui ne cessait de me briser le cœur. Cette fois-ci, c'était l'absence de la lumière de mon cœur qui risquait de me déchirer. Je la croyais quand elle disait que j'allais la rejoindre si c'était trop long, que nos cœurs ne cesseraient de battre tous les deux ensemble comme pour réduire l'éloignement, mais c'était trop dur. Au fond, c'était comme si mes forces étaient déjà parties au loin, et qu'elles n'allaient pas revenir tout de suite. Mes larmes avaient remplacé mes forces, pour le meilleur et pour le pire, car je savais très bien que cet action de mon fils générait le signalement du futur départ de mon amour.

Rachel s'approcha peu à peu. Je savais qu'elle allait partir et rien que le fait d'y songer était beaucoup trop dur pour moi. Tyler se recula pour me laisser seul quelques instants avec elle, et j'eus peur rien qu'en cet instant. Je savais ce qu'elle allait me dire, mais je n'appréciais pas cet instant. Je ne pensais pas en arriver là. Elle me parla...adoptant des paroles qui faisaient battre mon cœur mais pour une raison autre que l'amour. Il battait pour elle parce que je l'aimais si fort, mais il battait également pour pouvoir me faire comprendre que je refusais son départ. Je voulus parler, mais une action de sa part me devancer. Rachel s'avança près de moi pour déposer ses lèvres sur les miennes, et échanger un baiser avec moi, une dernière fois avant son départ. Je ne pus pas m'empêcher de pleurer en cet instant. Pas la peine d'essayer de me retenir, les larmes tombaient déjà en nombre. Après une éternité passée à exprimer cet amour, nous nous décollions l'un de l'autre. Elle essuya mes larmes tandis que je séchais les siennes. Mon premier réflexe fut de lui dire ceci :


- Je t'aime...

Ce n'était pas grand-chose, mais cela voulait tout dire à mes yeux. Rachel m'offrit un peu plus tard le collier qu'elle avait autour de son cou pour que je conserve en quelque sorte une partie d'elle pendant son absence. Les actions prirent une tournure extrêmement lente en cet instant, ces moments où elle se décollait de moi pour se diriger vers la porte. Je me trouvais en cet instant pris au piège. Je ne parvenais pas à bouger.

Je me décidais que quand je la vis ouvrir la porte et se figer devant elle. Je me levais et lui disais, avec ma voix fragile :


- Attends...s'il te plait...

Je m'approchais d'elle. Je voulais lui donner quelque chose à mon tour. J'enlevais alors une de mes bagues, une bague que j'avais depuis longtemps mais qui avait toujours été assez grande pour mes doigts. Elle avait une signification particulière pour moi, et je souhaitais la lui donner, afin qu'elle garde également une partie de moi avec elle.

- J'aimerais que tu gardes ceci avec toi...afin que tu ais toi aussi une partie de moi à tes côtés et que tu saches que je penserais toujours à toi. Mon cœur te sera toujours dédié. Tu es celle que j'aime, et ce cadeau en est la preuve, une marque du fait que je ne t'oublierai jamais...

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 31/05/2011
Messages : 2348

Date de naissance : 18/06/1990
Age : 28
Capacité(s) : Explose des choses avec la force mental et renaît de ces cendres comme un phénix

Camp : Neutres

Feuille de personnage
Activité RP: 2 Rp en ce moment
Mode RP: n'est pas libre pour le moment
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Le masque de l'enfer (avec Rachel A. Silverstone)    Lun 8 Oct - 19:43

Pourquoi j'avais figer devant la porte ? Je me posais cette question, depuis quelques secondes. J'étais prête à partir, je m'en sentais capable de le faire et pourtant j'étais bloquer. J'avais ma main sur la poignée de porte et ne la tournais pas pour ouvrir la porte. Je laissais Sam avec une personne qui l'aimais même si ce n'était pas moi. Mais, je me trouvais tellement stupide pour ce que j'allais faire en traversant cette porte dans les prochaines minutes à venir. J'allais déchirer l'âme d'une personne que j'aime en deux. Comment je pouvais faire un tel chose à une personne que j'aime autant ?

Mais, je devais le faire et même si j'avais donner mon collier à Sam. Je savais qu'il allait mal vivre mon départ car au bout d'un moment on connais la personne qu'on n'aime et je connaissais les réactions de Sam. Donc, j’espérais que mon collier l'aide à aller mieux et qu'à chaque fois que je lui manque qu'il pense à moi en regardant le collier. Je laissais vraiment quelque chose que j'aimais beaucoup en lui donnant mon collier. Car, ceci avait une valeur sentimental pour moi, car ces le seul souvenir que j'avais de ma mère. Un souvenir qui remontait loin car je l'avais eu pour mes dix ans.

Donc j'étais sur le point de partir, car j'entendis la voix de Sam me dire d'attendre. Je me retrounais et fis face à un visage plein de tristesse. Mais, qui voulait rester fort pour sa chéri comme moi j'essayais de rester forte pour lui. Ce n'étais pas juste de vouloir nous séparer comme ça. Je ne voulais que vivre ma vie avec celui que j'aime, car je savais que je lui faisais du bien. J'avais peur qu'à mon retour je puisse retrouver le Samuel d'avant. Celui qui cachait ces émotions et qui ne voulait laisser entrer personne dans sa vie sentimentale. J'avais peur de revoir se Samuel là, mais je me donnais de l'espoir que j'allais revoir l'homme que j'aime.

Il me donnait une de ces bagues et je la gardait dans ma main. J'écoutais ce qu'il me disait et juste à ce qu'il me disait j'en n'eu quelques larmes. Je ne pouvais pas retenir ces petites larmes, car je savais que je quittais une grande partie de ce que j'aimais. Mais, comme la grande sensible que je suis je ne pouvais pas retenir ces rivière de larmes. J'avançais vers Sam et voulu un dernier calin de sa part avant que je pars. Tout de suite, je sentis ces bras autour de moi et je lui dis dans un simple murmure ceci :


Je veux pas te quitter, je me sens trop faible émotionnellement pour le faire... mais je sais que je dois le faire. Sam j'ai besoin de toi, mais je dois le faire toute seule pour le début. Je sais pas si je vais tenir deux jours... je suis tellement faible... Mais, merci pour ta bague je vais la garder avec moi à chaque jours jusqu'au moment ou je vais revoir tes magnifique yeux brun, ton sourire qui chasse mon chagrin et ta magnifique personnalité.

Je m'apporchais une dernière fois et l'embrassait mais je quittais doucement ces lèvres pour finalement aller vers la porte. Je regardais Sam proche de moi et Tyler au loin qui commençait à marcher pour venir supporter Sam. Car, les prochaines secondes étaient dure pour lui. Je l'ai regardais tout les deux et leur dit :

Vous inquiétez pas je vais revenir ou sinon ces vous qui aller venir à moi. Soit fort Sam comme tu la toujours été pour moi. Je suis toujours dans ton coeur et ton âme. Et Tyler soit un bon fils et veillie sur ton père pendant que je ne serais pas là. Je vous aime tous les deux et à bientôt...

Ces sur ces mots que j'ouvris la porte et quittait doucement l'endroit. Je n'osais même pas m'imaginer comment se sentais Sam en ce moment. Mais il devait être déchirer de l'intérieur comme moi et avoir le coeur qui saigne de douleur et une terrible envie de revenir en arrière pour ne pas voir ceci arriver. J'étais une personne horrible pour faire cela, mais je continuais de marcher dans les rues de la ville les larmes aux yeux. En essayant de me trouver un autobus voyageur pour revenir à New York et après trouver mes réponses. Pour que tout ceci se termine et que je retroune dans les bras de la seule personne qui partage mon coeur et mon âme.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


The day we met,
Frozen I held my breath
Right from the start
I knew that I'd found a home for my heart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samuel Langster
Light Of The Assassin
avatar

Date d'inscription : 17/05/2011
Messages : 11778

Capacité(s) : Pyrokinésie Avancée et Lumière de Guérison/Bouclier (autoguérison et guérison d'autrui)

Camp : Neutres/Hybrides

Feuille de personnage
Activité RP: 20 sujets en cours
Mode RP: On, mais bon...j'en ai quand même 20 x)
Tes Relations:
MessageSujet: Re: Le masque de l'enfer (avec Rachel A. Silverstone)    Lun 8 Oct - 23:40

Les évènements se succédaient par une lenteur qui ne cessait de me torturer. Je ne supportais pas ce qui était en train de se produire. Sincèrement, j'aurais aimé pouvoir faire quelque chose pour empêcher les douleurs que j'étais en train de subir et que je n'allais jamais cesser de subir avec le temps. Ce jour, ce seul jour, allait sceller dans ma tête une terrible naissance. Mon cœur avait pu subir grâce à l'amour une certaine réparation de sa carcasse. Le passé l'avait anéanti et brisé en mille morceaux, au point que le cœur ne songe qu'à rejeter les sentiments plutôt que de les vivre, pensant que cette exclusion rendrait les choses plus simples, moins douloureuses à vivre pour moi. Malheureusement, cela n'avait pas été le cas. Au contraire la vie avait été bien plus compliquée qu'auparavant. J'avais subi bien plus de douleurs en tentant de les retenir plutôt qu'en tentant de les exprimer au maximum. Mon effort avait été inutile. Rachel, son amour, avait été une victoire sur mon âme, une victoire très importante car mon cœur avait pu commencer sa réparation. Les morceaux se recollaient. Je me sentais mieux, mais cela n'allait pas durer. Aujourd'hui, elle allait partir, loin de moi. J'allais subir une absence inédite dont je ne pensais jamais devoir supporter le poids. Pourtant, j'allais le vivre. Toutes ces peines cumulées en même temps me paraissaient beaucoup trop lourdes et surtout insupportables. J'avais peur de ce mauvais présage. J'allais tout faire pour tenir le coup, tenter de surmonter le choc que j'allais subir.

Mais, ce choc allait être bien dur à supporter. Jamais je n'avais du vivre une absence aussi énorme que celle que j'allais subir. J'avais appris à vivre avec Rachel, vivre avec sa présence à mes côtés. Sa présence aidait mon cœur à battre, et donnait également un sens plus qu'important à ma vie. Sans elle, vivais-je la même chose ? Vivais-je la même vie alors que l'une de ses saveurs venait de s'envoler pour l'Angleterre de ses origines ? Je ne savais plus réellement comment percevoir ma vie sans elle. Je savais que je ne la quittais pas, que j'allais forcément la retrouver après tout ça, mais rien que la perspective de la voir s'en aller ne me plaisait pas du tout. Je me sentais triste, sérieusement peiné par ce qui se passait. Rachel était sur le point de partir, et je m'en rendais bien compte. C'était pour cette raison que je lui avais offert ma bague, la "fameuse" bague. Elle avait une grande signification pour moi et je trouvais légitime que Rachel puisse l'avoir avec elle alors que moi j'avais son collier avec moi. Chacun de nous allait posséder une partie de l'autre avec soi, comme si nos cœurs ne s'étaient jamais quittés. C'était le plus beau des cadeaux, un moyen de consolation pour croire qu'elle n'était jamais réellement partie. Je pourrais toujours penser elle...toujours. Cela allait-il être suffisant ? Allais-je pouvoir supporter son absence en étant conscient du fait qu'elle n'allait jamais réellement quitter mon cœur même si elle me quittait pour une absence physique ? Je ne le savais pas du tout.

Je ne voulais pas quitter Rachel, je ne voulais pas la laisser tomber, mais l'évolution des circonstances m'avait malheureusement fait comprendre que je ne pouvais rien faire pour empêcher ce qui se passait. Rachel avait besoin de réponses et je comprenais sa volonté de les obtenir à tout prix. Malheureusement, elle allait devoir partir...et je ne pouvais rien faire pour l'en empêcher. Je vivais cet échange de baiser une dernière fois pour le moment. Je devais subir ce départ sans le changer, c'était écrit comme ça. Après les derniers mots de Rachel, je lui dis :


- Bonne chance Rachel...surtout fais attention à toi. Je t'aime tellement...

Je la vis franchir la porte d'entrée sans la quitter du regard. Il était clair que je venais de m'effondrer émotionnellement parlant, même si je tenais en apparence debout. Cette vision allait hanter mon esprit en profondeur et lors de nombreuses journée, des horreurs qui n'allaient pas me plaire. Au départ, je restais immobile, incapable de bouger après ce départ.

Inquiet pour moi Tyler vint rapidement me voir pour tenter de me serrer contre lui, mais je pris malheureusement la décision de m'enfuir. Je courus à travers la planque pour pouvoir retrouver la porte des toilettes et m'y enfermer. Tyler aura beau frapper à la porte et me demander d'ouvrir afin que je le laisse entrer, mais jamais je n'allais le faire. Je m'étais enfermé ici pour pleurer le flot si triste qui m'envahissait. Je pleurais. J'évacuais tout, même si c'était douloureux. C'était la preuve de ma douleur.



FIN

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le masque de l'enfer (avec Rachel A. Silverstone)    

Revenir en haut Aller en bas
 

Le masque de l'enfer (avec Rachel A. Silverstone)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» Rachel Berry - Obviously, i'm a star
» Masque de Faune
» Tome 3 : Je suis l'enfer; Episode 4 : Un confortable mensonge (Gabriel)
» Nous ne sommes pas des amies. Nous sommes des étrangers avec des souvenirs.
» Gros Mek avec CFK et Krameur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Toute Bonne Chose A Une Fin :: Les Archives Du RPG-